Jean Vanden Eeckhoudt (1875-1946), artiste peintre rixensartois

Jean Vanden Eeckhoudt et sa femme

1946 | Portrait du peintre Jean Vanden Eeckhoudt et de sa femme Jeanne
Huile sur toile – Don de Mme Jean Vanden Eeckhoudt et de ses enfants (Bourgeois-Rixensart, 1947)

Paul Delvaux, Jean-Marie Bertrand, Pierre Paulus, Jack Jefferys, Jean-Jacques Dopagne, Paul Smars, Henriette et Alice Ronner. Rixensart, n’aurait-il pas été un petit Laethem-Saint-Martin, sans le savoir, si aux peintres déjà cités on ajoute Jean Milo, James Thiriar et Jean Vanden Eeckhoudt ? (1)

Jean Vanden Eeckhoudt résida depuis la fin des années trente au n° 35 de la rue Haute à Bourgeois (2).

Jean Vanden Eeckhoudt rue Haute n° 35 4.2020 © Phil Edengarden 0

2020 | Rue Haute 35 à Bourgeois-Rixensart © Phil Edengarden

Né à Bruxelles dans une famille d’artistes, Jean Vanden Eeckhoudt y fait ses études sous la direction de son oncle Isidore Verheyden et du peintre français Blanc-Garin. D’abord néo-impressionniste, ‘Vanden’, comme l’appelaient ses amis, se lie d’une étroite amitié avec Théo Van Rysselberghe, un des principaux représentants du pointillisme en Belgique. En découvrant la lumière dans le Midi de la France, l’artiste use de couleurs vives et contrastées, il simplifie les formes et se rapproche de l’école fauve. Il se rapproche d’Henri Matisse, de Simon Bussy et d’André Gide. À partir de 1915 et ce pendant plus de vingt années, Jean ‘Vanden’ travaille dans le Midi (3)(4). 

Alors qu’il peint le portrait de Catherine Gide (1935), ‘Vanden’ atteint de cataracte, perd complètement la vue d’un œil. L’autre œil est menacé. Il rentre définitivement en Belgique en 1937 afin de permettre à son épouse Jeanne, malade, d’être mieux soignée. Il se fixe à Bourgeois-Rixensart. C’est aussi l’occasion pour lui de retrouver tous ses anciens amis. Il se tourne vers le portrait, explorant la nature humaine et exprimant la vie profonde du personnage (5).

Jean Vanden Eeckhoudt cimetière de Bourgeois 4.2020 © Phil Edengarden 0 

2020 © Phil Edengarden

Jean Vanden Eeckhoudt décède en septembre 1946 et est inhumé au cimetière de Bourgeois.


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) Ibid.
(3) Wikipedia
(4) Le Soir du 24 avril 2008
(5) Lancz Gallery
(6) Photo | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Rue Haute, direction Quai du Tram

c0dbc-4277295384-1

début XXe siècle | La rue Haute à Bourgeois est en travaux © Elisabeth Taburiaux 

A gauche, une fontaine publique. Au centre, l’habitation d’Edouard Taburiaux et Joséphine Desteinbachberick, tous deux enseignants à l’école publique de Bourgeois.

 

début XXe siècle ↔ 2014 © Monique D’haeyere

entree du bourgeois c Francis Broche

Entrée du Bourgeois, coll. Francis Broche

Rue Haute 1923 coll. Jean-Louis Lebrun

1923 | Rue Haute, direction Quai du Tram, coll. Jean-Louis Lebrun

86. Rue Haute à Rixensart - Le Bourgeois Collection Michel Nauwelaers

début années ’60 | Rue Haute … bétonnée, coll. Michel Nauwelaers

En remontant la rue Haute, à gauche au n° 112 … le club de tennis Parival, qui fut créé en 1951, en association entre RIT et les Papeteries de Genval. Cet acronyme, Parival, est facile à reconstituer : PApeteries, RIt et GenVAL (1).

Au n° 33, – la boulangerie Ernaelsteen actuelle, était installé le maréchal-ferrant ‘Gustave el Marchau’. Ce haut lieu du fer et du feu faisait l’admiration des enfants, écrit Paul Buffin. A côté de la boulangerie, au n° 35, résidait depuis la fin des années trente, le peintre Van Den Eeckhoudt (1875-1945). Influencé par le fauvisme, son style était très monumental. Il peignit de nombreux portraits dont certains sont conservés au Musée d’Art Moderne à Bruxelles (2).


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Haute
→ RÉTRO RIXENSART |Rue Haute, direction Merode


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) Ibid.

Rue Haute, direction Merode

Rue Haute Bourgeois Phototypie 9 rue de Chambéry Bruxelles coll. Jean-Louis Lebrun

1913/1920 | Rue Haute à hauteur du Quai du Tram (à gauche), coll. Jean-Louis Lebrun

Initialement, chemin du Glain, ensuite rue Longue (1883), et ‘el Rèwe’ (la rue en wallon), l’artère devint la rue Haute (1).

56693-2454048960-1

1913 | Rue Haute à Bourgeois, coll. Monique D’haeyere

1913 ↔ 2014 © Monique D’haeyere

1919 Un groupe de villas Bourgeois rue Haute coll. Jean-Louis Lebrun

1919 | coll. Jean-Louis Lebrun

Au bout de la rue Haute, la Maison Van Luppen-Broymans marque le paysage.

1922 Rixensart0370

1922 | La rue Haute et ses pavés, coll. Jean-Claude Renier

a97e9-899895177-1

1925 | coll. Francis Broche

1925 ↔ 2014 © Christian Petit

58301-2439911697

1926 | coll. Serge Watté  

Venant du Quai du Tram au Bourgeois, la rue Haute se prolonge jusqu’à l’avenue de Merode. Au bout, on aperçoit le Café du Coin (anciennement Maison Van Luppen-Broymans)

A gauche sur la photo, la villa ‘La Taupinière’ (2), sise au n° 19. A l’époque, il y avait une petite chapelle (à gauche de la personne qui se trouve au milieu de la photo), explique Serge Watté.

1950 Rue Haute Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

avant 1950 | coll. Jean-Louis Lebrun

Dernière photo des pavés de la rue Haute.

Rue Haute Bourgeois B coll. Jean-Louis Lebrun

vers 1950 | La rue Haute … bétonnée, coll. Jean-Louis Lebrun

180723 Course cycliste le 23 juiillet 1950 à l'entrée du Bourgeois rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

23 juillet 1950 | Une course cycliste passe rue Haute (Bourgeois), coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le CLEP (3), le Guidon Rixensartois avait organisé le 5 juillet 1950 une course cycliste pour débutants. A gauche, le salon de coiffure pour hommes Herent, sis rue Haute 7 à Rixensart, signale un lecteur, habitant rue Haute.

1950 ↔ 2014 © Monique D’haeyere


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Haute
→ RÉTRO RIXENSART
| Rue Haute, direction Quai du Tram


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, p.129, 1996
(2) actuellement, la villa ‘Les Abeilles’
(3) CLEP – Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire 1938-1988

Villa Rose, Clos Mont Fort

 

9c20a-1957200208-1

1911 | Villa Rose à Bourgeois, coll. Jean-Claude Renier

Située au numéro 51 rue Haute à Bourgeois, cette villa est aujourd’hui dénommée Clos Mont Fort, indique Jean-Louis Nicaise.

c58c7-1529709482-1

novembre 2016 | Clos Mont Fort © Jean-Louis Nicaise

Rue Haute 51 © Monique D'haeyere

mars 2017 © Francis Broche ↔ décembre 2018 © Monique D’haeyere

La Taupinière devint Les Abeilles

60e09-4269591495-1

1905/1910 | Villa ‘La Taupinière’ à Rixensart, coll. Jean-Claude Renier

Cette maison possède plusieurs loggias, une en façade et une à la droite de la maison. Il y a deux cheminées et une girouette sur le toit. Les vitres sont avec des petits carreaux. Au devant de la maison, un muret rehaussé de piliers et barrières en bois. Un portique rehaussé d’un petit toit de tuiles et d’une cloche, avec sur le pilier une plaque : La Taupinière. Il y a des arbres en façade qui cachent une partie de la maison, commente une correspondante de Rétro Rixensart.

Cette villa fut construite en 1905 et se situe rue Haute 19 au Bourgeois. Elle est aujourd’hui connue sous le nom ‘Les Abeilles’, écrit Serge Watté. La villa a connu plusieurs changements de propriétaires. Il y a longtemps, elle fut même utilisée comme extension d’école. Les arbres en façade sur l’ancienne photo ont été remplacé par des Paulownias qui malheureusement ont tous été rasés (sauf un en piteuse état).

558b5-2132611333-1

Les Abeilles 2012 © Serge Watté