Sur les traces de l’enseignement à Rixensart

1355. Petite école auberge Ste Barbe croquis par Paul Gilson

Le premier document parlant d’enseignement à Rixensart date du 26 septembre 1606. Il atteste que Messire Alexandre, prêtre, a desservi pendant dix ans l’office de la chapelle et instruit et enseigné la jeunesse. Environ un siècle plus tard, entre 1736 et 1739, un rapport du curé de Saint-Martin de Limal, adressé à l’évêque de Namur, signale qu’il y a un maître d’enfants à Rixensart … Il utilise de bons livres et le catéchisme de Namur (1).

Il semble que cette situation continua jusqu’à la conquête de la Belgique par les troupes révolutionnaires en 1794. Jusqu’à la fin de la période française, l’instruction resta très médiocre dans tout le pays. En 1821, sous le régime hollandais, l’instruction primaire fut enfin organisée en application de la loi hollandaise de 1806 (2).

Le 20 juin 1822, Jacques Stenuit, le Bourgmestre, signala que seulement douze indigents fréquentent l’école primaire. En 1824, la Commune fut tenue d’inscrire une somme à son budget pour la création d’une école communale. Le 12 février 1824, le Bourgmestre écrivit à la Députation des Etats que l’établissement d’une école est tout à fait inutile dans notre commune puisqu’elle ne contient que presque tous journaliers, il n’y a que deux fermes et sept à huit petits propriétaires; par conséquent il n’y a pas des enfants qui peuvent fréquenter l’école. Il expliqua en plus que la taxe pour une école va reposer uniquement sur les pauvres journaliers qui ont besoin de leurs enfants pour les assister à vivre et que le grand propriétaire étant étranger à la commune n’interviendra pas dans le paiement de cette taxe (2).

Continuer la lecture de Sur les traces de l’enseignement à Rixensart

La Ferme Hautfenne, fromagerie, auberge puis pharmacie

Auberge Sainte Barbe (rue de l'Institut) c Daniel Debroux copie

Auberge Sainte-Barbe, coll. Daniel Debroux

Au nord de la place Jefferys à Rixensart, se trouvait une ferme, propriété des Hautfenne. Elle devint fromagerie, auberge … puis, après destruction du bâtiment, pharmacie. La ferme Hautfenne figure déjà sur la carte de Ferraris. La maison, moins ancienne, à 2 étages, en briques rouges, l’écurie, l’étable et une remise entouraient une cour carrée, fermée de murs et d’une solide barrière de fer. Une partie de ce mur subsiste encore, il clôturait le potager à l’arrière de la ferme (1).  

Auberge Sainte Barbe au début rue de l'Institut c Paul Gilson copie

Ferme Hautfenne, coll. Paul Gilson

Avant l’ouverture de l’école communale, rue de l’Eglise, en 1839, une petite école non officielle, ouverte que pendant la période hivernale, occupait en partie la ferme Hautfenne. Vers 1936, la ferme fut transformée en fromagerie tenue par la famille Boulanger.

Après la guerre, vers 1950, après ménagements, l’Auberge Sainte-Barbe attira les gastronomes de la région sous les voussettes des anciennes étables et écuries. Enfin, le tout fut rasé en 1956 (2).

Actuellement, la rue de l’Institut n° 1 à Rixensart est occupé par la pharmacie Familia (anciennement pharmacie Delvaux).

rixensart,place jefferys,fermes,hautfenne,horeca,sainte-barbe

novembre 2013 © Jean-Claude Renier


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) le nom de Barbe était approprié : en 1756 le cortil Barbe y était localisé, cortil venant du latin ‘curtis ‘ jardin ou métairie.

Dyna Beumer, diva de Bourgeois

972. Dyna Beumer cantatrice c Xavier Hougardy - 1
Dyna Beumer, cantatrice de la Cour des Pays-Bas, coll. Xavier Hougardy

Cantatrice de renommée internationale, Dyna Beumer (1) fit entendre sa voix d’or sur toutes les plus grandes scènes du monde. Elle fut nommée ‘Cantatrice de la Cour du Roi Guillaume III de Hollande’. Après une carrière unique et une fin de vie consacrée à l’enseignement du chant, elle s’éteignit dans une maison de ce petit chemin qui porte aujourd’hui son nom (2).

23 août 1879 | Affiche Promenade Concerts au Covent Garden de Londres
1888 | Extrait de presse du ‘Grand concert instrumental et
vocal donné par Dyna Beumer’ à Neuchatel le 15 mars 1888

Une légère claudication l’empêcha malheureusement d’aborder le théâtre, écrivit l’Eventail. Elle se voua tout entière au concert. Et là ses triomphes ne se comptèrent plus. Elle se fit entendre dans tous les pays d’Europe et dans toutes les villes. En Belgique, la reine Marie-Henriette faisait ses délices de l’entendre, et souvent l’accompagna elle-même sur la harpe, au Palais. En Hollande, le Roi et la Reine la nommèrent cantatrice de la Cour.

En 1895, Dyna Beumer épousa Jules Lecocq, chef d’orchestre et parfait musicien. Ce fut pour elle l’occasion d’aller aux Etats-Unis, où elle recueillit, comme partout ailleurs, de nombreux succès.

A l’occasion d’un récital donné à ses débuts à l’Hôtel Astoria à New-York, le New-York Times du 10 novembre 1897 critiqua : Dyna Beumer is a colorature singer of the class that never had a very great hold on this public. Her voice is a very light soprano, of excellent natural quality and of much flexibility. She executes runs, trills, and similar ornaments of song with the most facile smoothness and with a perfect clearness that is entirely commendable. But that is about all that can be said in favor of her art.

En 1902, elle prit sa retraite, voulant que le public gardât d’elle un souvenir inaltéré. Les dernières années de sa vie furent consacrées à l’enseignement de son art. Elle a formé plusieurs cantatrices remarquables. Elle s’est éteinte doucement le 9 août 1933 (3), en sa villa ‘Les Lilas’, à Rixensart, située en bordure d’une rue à laquelle la commune avait donné son nom.

Rue Dyna Beumer à Bourgeois, coll. Jean-Claude Renier ↔ 2013 © Eric de Séjournet

A l’occasion de son décès, l’Almanach illustré (…) écrivit : Dyna Beumer était Bruxelloise, fille d’un bon violoniste, professeur au Conservatoire. Quand elle concourut, dans la (…)sse de Chiaramonte, en 1876, elle fit sensation. Un premier prix, remporté d’emblée avec grande distinction, aux acclamations du jury, fut le présage d’une carrière de cantatrice extraordinairement brillante. La voix de Dyna Beumer était d’un timbre idéal, d’une limpidité et d’une clarté sans pareilles, avec une souplesse qui lui permettait de vaincre sans effort les difficultés les plus surprenantes. Le répertoire de chanteuse légère n’eut point de secrets pour elle. Elle y ajoutait infiniment de goût et les qualités d’interprète que lui avait values une excellente éducation musicale (4).


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Dyna Beumer, jadis rue de la Cure


(1) Wikipedia | Dyna Beumer
(2) Si Bourgeois m’était conté …
(3) Commune de Rixensart (Service Population) – Acte de décès n° 26 de 1933
(4) Le Soir, Almanach illustré, 1934, p. 217

Herman Dupuis, garde champêtre

338. Garde champêtre Herman Dupuis Collection Dupuis Delbrassinne

Herman Dupuis, garde champêtre (à gauche),
accompagné des gendarmes Nestor Hamels et Laloux
coll. Dupuis-Delbrassinne

Cette photo a été prise à l’entrée de l’ancienne Maison communale de Rixensart, sise Place de la Vieille Taille.

Le garde champêtre était un fonctionnaire ayant pour mission la protection de la campagne. Il exerçait ses missions de police rurale. Il pouvait, en temps qu’officier d’état civil, solliciter l’aide des gendarmes, assisté de certains gardes spécialisés (pêche, chasse, bois et forêts,…).

Gentiment et avec bienveillance, Herman faisait régner l’ordre dans sa commune. C’était un homme respecté.

Continuer la lecture de Herman Dupuis, garde champêtre

La gendarmerie de la rue Albert Ier

1354. La Gendarmerie à Rixensart Collection Francis Broche

En 1933, la gendarmerie s’installa aux numéros 38 à 42 de la rue Albert Ier (aujourd’hui au 64 rue du Monastère, l’ancien corps de garde). Et Paul Buffin de se demander pourquoi celle-ci alla se cantonner aux confins du village de l’époque. Auparavant Rixensart dépendait de la Brigade de Lasne et seul le garde champêtre, bon enfant, assurait la police dans le village (1).

Au début des années soixante, Rixensart comptait quatre au cinq gendarmes, dont M. Louis qui habitait en face de la gendarmerie. Le commissariat occupait le rez-de-chaussée au coin de l’avenue de l’Aurore et le reste des différentes maisons étaient des logements de fonction. Les gendarmes se déplaçaient à vélo ! Plus tard ils eurent une jeep (2) ‘Minerva’ de conception belge. Ensuite arriva le fameux et célèbre combi noir Volkswagen (3).

Le gendarme M. Louis reçut en son temps une autorisation spéciale pour pouvoir habiter en face de la gendarmerie et non dans le logement de fonction. Quant aux autres gendarmes (M. Hamels, Dockx, Moriamé, Laloux et Bertaux) ils habitèrent sur place. Le gendarme M. Van Goethem ayant également reçu une dérogation habita à un autre endroit dans la commune. Plus tard arriva le gendarme M. Drousie qui passa finalement à la Police communale (3).

Quant aux gardes champêtres, il y en avait deux : un pour Rixensart (Herman Dupuis) et un pour Bourgeois (M. Dujardin). Ils avaient leur bureau à la Maison communale (2).

Sur cette photo, on reconnaît le premier revêtement, ensuite la rue Albert 1er fut pavée de blocs qui s’emboîtaient les uns dans les autres et qui ressemblaient à des bobines de fil à coudre vides. Les pavés de la rue Albert s’arrêtèrent juste après la gendarmerie pour continuer en chemin de terre vers le magnifique château Dubost et les champs et prairies exploitées par la famille Meert (Ferme de Froidmont) (4).


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) témoignage de Marcelle Dupuis, fille d’Herman, ancien garde champêtre de Rixensart (via Francis Broche)
(3) témoignage d’Alain Bertaux, 17 août 2018 (via Facebook)
(4) témoignage de S.R., 18 août 2018 (via Facebook)

e3498-3180581265-2
2011 © Monique D’haeyere

Le cyclone du 10 août 1895, à Rixensart

180810 Rixensart Cyclone du 10 août 1895 © Bernard Collin Archives de Merode Trélon (via Joël Danlou)

10 août 1895 | Un cyclone ravage Froidmont (Rixensart)
photo originale par Emile Preuss, rue Gray 163 à Ixelles
coll. Bernard Collin

Le 10 août 1895 le hameau de Froidmont à Rixensart est ravagé par un cyclone accompagné d’une trombe d’eau classée parmi les plus remarquables de l’époque. La pression du vent atteignit 400 kilogrammes par mètre carré et une vitesse de 60 mètres à la seconde, soit 216 kilomètres à l’heure (…). Ce cyclone dévasta la vallée de la Lasne depuis Aywiers jusqu’à Rixensart et continua sa course jusqu’à Basse-Wavre à travers bois (1).

1895 Rue du Cyclone ollection Cercle d'Histoire de Rixensart

10 août 1895 | Un cyclone ravage le hameau de Froidmont
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

1895 Rue du Cyclone Collection Cercle d'Histoire de Rixensart (1)

coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Vers 21h30, un épouvantable coup de tonnerre se fait entendre (…). En deux minutes, des maisons renversées, des toits emportés, des arbres arrachés et couchés sur le sol, des champs ravagés. Le cyclone ne fera aucune victime, heureusement. A cette époque, Froidmont compte une quinzaine de maisons et l’on dénombre 1633 habitants à Rixensart lors du recensement du 31 décembre 1890 (2).

Ce cyclone marqua tellement les esprits qu’une rue porte son nom depuis 1926.

Cyclone de 1895 à Froidmont Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

Photo prise vraisemblablement dans le Bois Là-Haut
(entre Bourgeois et Froidmont)
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Cette trombe a parcouru toute la région que traverse la Lasne, depuis les confins du territoire de Plancenoit jusqu’aux environs de Wavre. Elle a suivi une ligne sinueuse, dans une direction générale du SW au NE., sévissant sur une zone d’une centaine de mètres de largeur (…). Mais c’est surtout dans le bois de Rixensart, dit ‘Bois-là-Haut’, entre Bourgeois et Froidmont, que le spectacle était d’une sauvage grandeur. Des chênes de 2m50 de circonférence, des canadas énormes, des bouleaux superbes avaient été arrachés, tordus. La trombe avait exercé ses effets à des hauteurs variées, comme si elle s’était élevée et abaissée sans trêve : ici, les arbres étaient simplement étêtés ; là, ils étaient déracinés ou déchiquetés à la base, laissant des souches que l’on pouvait comparer à de gigantesques bottes d’allumettes ; plus loin, les troncs majestueux étaient brisés à mi-hauteur (…). Au sortir du bois, la trombe suivit le chemin de terre conduisant à Froidmont, et elle endommagea sérieusement les habitations qui le bordent. Un vaste hangar, sur la hauteur, près de la ferme Taymans, s’écroula sur les outils et instruments aratoires qu’il abritait (3).

Cyclone de 1895 Bois La Haut Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A la ferme Sohière, la grange et la remise furent renversées. Dans le verger, un pommier de 40 centimètres de diamètre fut enlevé, avec ses racines, et transporté à une trentaine de mètres de distance dans un verger voisin. La maison de M. Michiels, près du talus du chemin de fer, semblait avoir subi les horreurs d’un bombardement ; la moitié de la toiture avait été lancée au-delà de la voie ferrée, et la serre aux fleurs avait complètement disparu (4).

De l’autre côté du chemin de fer, le hameau de Froidmont avait été détruit. Il présentait l’aspect d’Austruweel (près d’Anvers) après la catastrophe de la cartoucherie Corvilain. Plus loin, au delà du château du comte de Merode, la trombe exerça encore de considérables ravages, dans le grand bois de Rixensart et dans le bois de Bierges. Ses effets se firent sentir jusqu’à Basse-Wavre (5).

Gravure représentant le Cyclone publiée dans La Belgique Illustrée du 25 août 1895 Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

25 août 1895 | Gravure publiée dans La Belgique Illustrée.
Légende : Le Cyclone de Rixensart – Maisons d’ouvriers au hameau de Froidmont.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Le dessin représente le site vu de l’actuelle rue de Froidmont vers la gare. Il est relativement incorrect dans la mesure où, soucieux de faire apparaître les fils arrachés sur la voie ferrée, l’auteur l’a un peu fait tourner afin de pouvoir la représenter (6).


→ RÉTRO RIXENSART | Le cyclone du 10 août 1895 à Froidmont (Rixensart) coll Paul Gilson


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) SEMMINCKX Julien, Journal Dimanche (Vlan) du 20 avril 2008
(3) LANCASTER A. (directeur du Service Météorologique de l’Observatoire de 1898 à 1908), Les vents en Belgique (), p. 342-344, 1903
(4) Ibid.
(5) Ibid.
(6) GHYSSENS Roger (Cercle d’Histoire de Rixensart), Info Froidmont, 14 février 1993

Rue du Cyclone, un paysage qui se souvient

Un paysage (rue du Cyclone en 1929) c JCR Martin

1926/1929 | rue du Cyclone (1) à Rixensart
coll. Jean-Claude Renier

Venant de la gare de Rixensart, la rue du Cyclone mène par la rue de Froidmont à la Ferme de Froidmont. On distingue la silhouette du clocher de l’église Sainte-Croix (voir photo-légende ci-après).

Le 10 août 1895, le hameau de Froidmont à Rixensart fut ravagé par un cyclone accompagné d’une trombe d’eau classée parmi les plus remarquables de l’époque. Ce cyclone marqua tellement les esprits qu’une rue porte son nom depuis 1926 (1) (+ infos et photos sur Rétro Rixensart, notice qui sera éditée le 10 août 2018).

Un paysage (rue du Cyclone en 1929) c JCR Martin légende

Continuer la lecture de Rue du Cyclone, un paysage qui se souvient

Course cycliste au Bourgeois

180723 Course cycliste le 23 juiillet 1950 à l'entrée du Bourgeois rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

23 juillet 1950 | Une course cycliste passe rue Haute (Bourgeois), coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le CLEP (1), le Guidon Rixensartois avait organisé le 5 juillet 1950 une course cycliste pour débutants.

A gauche, le salon de coiffure pour hommes Herent, sis rue Haute 7 à Rixensart, signale un lecteur, habitant rue Haute.

191B. Rue Haute 3.2014 © Monique D'haeyere
mars 2014 © Monique D’haeyere


(1) CLEP – Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire 1938-1988

Place Cardinal Mercier, son kiosque et son rond-point

d4093-2233825787

1954 | Place Cardinal Mercier
coll. Jean-Louis Nicaise

Sur la Place de Bourgeois, deux sociétés de musique étaient installées. La fanfare les ‘Enfants du Baillois’ (1905) avait son local chez Van Hamme. Elle reprenait le flambeau à Bourgeois-Fanfares fondée en 1905 et dont l’origine pourrait être 1898. Au Callot, devenu la Renaissance, se réunissaient ‘Les Accordéonistes’ (1).

Ils connaissaient un franc succès. Un kiosque fut érigé sur la place en 1948. La commune intervint pour un tiers dans les coûts, les deux autres tiers furent récoltés parmi la population. Ce kiosque devint une pomme de discorde et fut démoli en 1970, après beaucoup de contestations. Ce devait être la mode du moment, celui de Genval disparut à la même époque (2).

1020. Place Cardinal Mercier Bourgeois après 1948 c Jean-Louis Nicaise

1954 | Place Cardinal Mercier (extrait de la photo précédente)
coll. Jean-Louis Nicaise

SONY DSC
octobre 2015 © Monique D’haeyere


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) Ibid.

Union des Accordéonistes

Union des Accordeonistes Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

L’Union des Accordéonistes de Bourgeois
coll. Jean-Louis Lebrun

Créée en 1928/1929, ‘L’Union des Accordéonistes’ se réunissait ‘Au Callot’, devenu ‘La Renaissance’. Les Accordéonistes portaient veste, casquette bleue et pantalon blanc. Ils jouaient, en plus de l’accordéon, du violon, du tambour, de la grosse caisse, des timbales, du xylophone et du chapeau chinois (1).

Continuer la lecture de Union des Accordéonistes

Modern Hôtel, né et perdu par le rail

1309. Modern Hôtel Gare Rixensart vue générale c Anne-Marie Delvaux

début XXe siècle | Vue générale du Modern Hôtel,
sis rue du Chemin de Fer à Rixensart (actuellement rue Alphonse Collin)
coll. Anne-Marie Delvaux

Descendant au hameau de Froidmont par la rue de Limal on emprunte la rue Collin pour se diriger vers la Place de la Vieille Taille et l’avenue de Merode. Cet ancien tronçon du sentier de la Procession, entre la rue de l’Augette et la gare était devenu en 1855, la rue du Chemin de Fer (1).

Rue Alphonse Collin CPAS 12.2009 © Eric de Séjournet-002

décembre 2009 © Eric de Séjournet
Continuer la lecture de Modern Hôtel, né et perdu par le rail

Shooting box et sa chapelle

1908 Rixensart01991908 | Shooting Box (1),
au croisement des rues Albert 1er (2) et de l’Augette
coll. Jean-Claude Renier


(1) maison de campagne qui fournit un hébergement pour une partie de chasse pendant la saison de chasse
(2) actuellement la rue du Monastère

SONY DSC
mai 2015 © Monique D’haeyere Continuer la lecture de Shooting box et sa chapelle

Sur les traces du Wawa, l’ancienne ligne vicinale

919. Voie du Tram 14 avril 1989 chaussée de Lasne © Jean-Claude Renier

14 avril 1989 | Ancien tracé du tram vicinal reliant Braine-l’Alleud et Wavre,
à hauteur de la chaussée de Lasne à Rixensart
avril 1989 © Jean-Claude Renier

En 20 photographies, Jean-Claude Renier, vice-président du Cercle Ferroviaire de Rixensart, reconstitua en avril 1989 l’ancien tracé du tram vicinal, reliant Waterloo à Wavre (d’où la dénomination WaWa). En fait, les passagers pouvaient se rendre de Braine-l’Alleud à Wavre.

rixensart,bourgeois,ligne vicinale,wawa,ravel,voie du tram,chaussée de lasne,lasne

mars 2014 © Monique D’haeyere

130107. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier-20

A partir de la chaussée de Lasne, la Voie du Tram remonte vers Bourgeois
avril 1989 © Jean-Claude Renier

rixensart,ligne vicinale,voie du tram,bourgeois

mars 2014 © Monique D’haeyere

928. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-22

La Voie du Tram, à l’angle de la rue du Roi
avril 1989 © Jean-Claude Renier

928B. Voie du Tram © Monique D'haeyere - 3
juillet 2014 © Monique D’haeyere

867. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier

avril 1989 | A Bourgeois, à hauteur de l’Ange éternel, à droite, la rue de Bassette © Jean-Claude Renier

867B. Chemin de la Voie du Tram 12.2009 © Monique D'haeyere
décembre 2009 © Monique D’haeyere

843. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier-17

avril 1989 | Ancien tracé du tram vicinal reliant Braine-l’Alleud et Wavre © Jean-Claude Renier

Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-16
avril 1989 | A gauche l’ancien tracé da la ligne vicinale, à droite, on descend vers l’Ecole communale de Bourgeois © Jean-Claude Renier

893B. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier

avril 1989 | Rue Saint-Roch à Bourgeois © Jean-Claude Renier

603. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-12

avril 1989 | Quai de Tram à Bourgeois © Jean-Claude Renier

rixensart,bourgeois,quai du tram,ligne vicinale

1989 © Jean-Claude Renier                                               2012 © Jean-Claude Renier

614. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-8

avril 1989 | Restaurant du Mayeur (rue Haute à Bourgeois) © Jean-Claude Renier

En 1990, un marché hebdomadaire est ouvert sur le quai et la place Cardinal Mercier, à l’initiative des commerçants et indépendants du Bourgeois (1).

rixensart,bourgeois,ligne vicinale,quai du tram,haute,horeca

3.2014 © Monique D’haeyere

764B. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-6

avril 1989 | Début du Sentier du Val du Héron. Il mène cyclistes et piétons vers le centre de Rixensart © Jean-Claude Renier

rixensart,bourgeois,ligne vicinale,wawa,ravel

mars 2014 © Monique D’haeyere

764. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-7

avril 1989 | Quai du Tram, vu depuis le Sentier du Val du Héron © Jean-Claude Renier

rixensart,bourgeois,ligne vicinale,wawa,ravel
février 2013 © Monique D’haeyere

Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-4

avril 1989 | Sentier du Val du Héron, à hauteur de la rue de Messe © Jean-Claude Renier

791. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-5

avril 1989 | Le Sentier du Val du Héron en direction du Centre commercial Kennedy,
à un endroit où la rue de Messe longe l’ancienne voie du tram © Jean-Claude Renier

545. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-2

avril 1989 | Ancien tracé du tram vicinal, à hauteur de l’actuel rond-point Paul Hanin © Jean-Claude Renier

719. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-3

avril 1989 | Sentier du Val du Héron, à  gauche le Centre commercial Kennedy et le CPAS de Rixensart © Jean-Claude Renier

rixensart,ligne vicinale,wawa,cpas,kennedy

2010 © Monique D’haeyere

524. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-1

avril 1989 | Avenue de Merode à Rixensart © Jean-Claude Renier

rixensart,avenue de merode,ligne vicinale

février 2015 © Monique D’haeyere

1454e-153105573

avril 1989 © Jean-Claude Renier

Venant de Bourgeois, le tram vicinal arrivait dans le centre de Rixensart par l’avenue de Merode et, à hauteur de l’ancienne sous-station électrique (actuellement Maison des Jeunes) alimentant cette ligne vicinale, tournait à gauche empruntant l’actuelle avenue Georges Marchal.

rixensart,mjc,ligne vicinale,merode,marchal,maison des jeunes et de la culture

2012 © Monique D’haeyere

Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier-26

avril 1989 | Avenue Georges Marchal © Jean-Claude Renier

Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier.1963 © Jean-Claude Renier

avril 1989 | Sentier du Pèlerin,  longeant la ligne ferroviaire Bruxelles-Luxembourg
(vue vers la gare de Rixensart) © Jean-Claude Renier

746. Voie du Tram 19890414 © Jean-Claude Renier

avril 1989 | Arrivée de l’ancien tracé de la ligne vicinale au Pont du Pèlerin © Jean-Claude Renier

Vallée de la Lasne

704 Leur Abri vue sur l'église Saint-Sixte c CHR

Vallée de la Lasne, prairies inondables du Coucou.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Bien qu’estampillée « Leur Abri », cette photo fut prise à partir de la rue du Moulin à Bourgeois. Sur la crête, on distingue, de gauche à droite, le Mahiermont, l’église Saint-Sixte et la Manteline.

180704B Carpu 1.2009 © Eric de Séjournet-010

janvier 2009 © Eric de Séjournet

Renipont-Plage, espace de détente

15b0f-777712277coll. Anne-Marie Delvaux

A la limite de Rixensart, la plage de Renipont (Lasne) offre depuis 1935 ou 1937 un espace de détente, entièrement dédié aux baigneurs. Cet étang artificiel est alimenté « par une source, le trop plein s’en allant dans le ruisseau tout proche. Pas question en principe d’y retrouver des salmonelles, grâce au renouvellement perpétuel de l’eau. Il y a des carpes et des amours blancs qui viennent nettoyer les berges en attrapant les insectes. C’est très naturel ! » (1)

Continuer la lecture de Renipont-Plage, espace de détente

Hôtel de l’Yser, gîte et couvert

1502 < 166. Restaurant de la Gare 1904 (carte envoyée par Elise à son frère Edmond Jacquet, au collège de Bellevue à Dinant) Collection Philippe Jacquet.jpg

1904 | Restaurant de la Gare à Rixensart. A droite, l’ancienne gare de Rixensart, coll. Philippe Jacquet

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1905 coll. Jean-Claude Renier ↔ mars 2010 © Monique D’haeyere

Le ‘Restaurant de la Gare’ se transforma en hôtel. J. Pierrard en fut le propriétaire … puis l’hôtel de l’Yser fut agrandie > voir la deuxième photo, sur laquelle apparaît le photographe (au centre, en veston clair).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1920 coll. Jean-Claude Renier ↔ 2009 (avant les travaux du RER) © Eric de Séjournet ↔ fin 2015 © Monique D’haeyere

A partir de 1920, trois hôtels-restaurants-cafés se partageaient une clientèle de vacanciers et de touristes du week-end. Le Chalet, place de la Gare, l’hôtel de l’Yser au n°1 de la rue de la Gare et l’hôtel Piérard (CPAS) offraient le gîte et le couvert, des terrasses ombragées et des salles de billard. Rixensart et Genval tentaient beaucoup de Bruxellois par leur charme campagnard, leurs sites et les attractions du lac de Genval. Parmi ces visiteurs, nombreux sont ceux qui se fixèrent définitivement dans la commune. Ils furent si nombreux, qu’au cours des années, le village perdit ses odeurs agrestes, son charme rural, pour devenir le lieu de résidence que nous connaissons aujourd’hui (1).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

vers 1921 | coll. Jean-Claude Renier ↔ 2014 © Monique D’haeyere
coll. Anne-Marie Delvaux ↔ avril 2015 © Monique D’haeyere

vers 1925 | Les salles de billard et à manger de l’Hôtel de l’Yser

Façade Sud, coll. Jean-Louis Lebrun ↔ mai 2018 © Monique D’haeyere

Cet hôtel-café-restaurant fut aussi tenu par Pierre Francart. Au verso de cette carte postale est indiqué : Pension de famille ouverte toute l’année – Eau courante – Salle de bain – Prix modérés – Tél Genval 53 61 13

Hôtel de l'Yser 4.2018 © Monique D'haeyere 2mai 2018 © Monique D’haeyere

En 2018,  l’ancien Hôtel de l’Yser fut mis en vente. Un projet immobilier pourrait y voir le jour.


ARBORESCENCE | Tilleul, rue de la Gare et avenue Martin Luther King


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996

Panorama à Froidmont

6635b-164309575

18 juin 1978 | Ce paysage froidmontois photographié (1) depuis le Monastère de l’Alliance a bien changé depuis ! A l’avant-plan, une partie du terrain était encore cultivé, mais aussi le chemin de promenade du monastère. Au second plan, l’avenue de l’Europe et quelques maisons.

Au troisième plan, des maisons de la rue de Limal et, sur la hauteur, les habitations de l’avenue Albertine (2).


(1) 
prise de vue avec un NIKON FT3 – téléobjectif NIKKOR 135 mm 2.8, Ouverture 5.6 – 8 à 1/250 sec, film Kodak Vericolor 100 asa.
(2) commentaire de Jean-Claude Renier

Fête du Saint-Sacrement

893B. Procession à Froidmont juin 1950 Collection Jean-Claude Renier (1)

11 juin 1950 | Procession à Froidmont
à l’occasion de la Fête du Saint-Sacrement (1)
coll. Jean-Claude Renier (2)

Partant de l’église Sainte-Croix, la procession emprunte la rue de Froidmont et passe sous le pont du chemin de fer pour se diriger vers la rue Alphonse Collin, l’avenue Tilquin et la rue Robert Boisacq, pour rejoindre son point de départ, par la rue de l’Eglise.

Observez les pavés blancs qui couvrent toute la rue de Limal et la ligne de chemin de fer qui n’est pas encore électrifiée (elle le fut en 1956). On aperçoit un poteau pour la caténaire du tram et à l’extrême gauche, un sémaphore de la signalisation mécanique du chemin de fer (3).

Continuer la lecture de Fête du Saint-Sacrement