Ry Beau Ry et son château

c888f-3596234660-1

début XXe siècle | La source à Bourgeois, coll. Belfius Banque Rixensart (1)

Selon Luc Delens, un habitant de Bourgeois, cette photo a été prise à hauteur de l’ancienne chapelle de la rue du Roi (2) à Bourgeois. Au premier plan, les prairies descendent vers le fond de la rue du Baillois, que l’on distingue au centre de la photo, puis s’éloignent vers l’actuelle route de Ry Beau Ry, reliant Renipont à Genval. Sur cette route, on voit sur la gauche 2 maisons en face de la propriété La Hêtraie (2). En face de la maison la plus à droite on distingue un chemin, qui pourrait être l’actuel Chemin Vert, qui remonte le long de l’orée du bois.

9a327-1084008408-1

1919 | Vue sur la vallée de la Lasne et le château de Renipont, coll. Jean-Claude Renier

Le corps de garde du château, le long de la route du Ry Beau Ry, est bien visible. Le photographe s’est probablement positionné sur talus du vicinal.

a73ce-3360753034-1

1934/1939 | Paysage vers le château de Renipont, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A droite, quelques maisons de la route du Ry Beau Ry.

74be0-2065280129-1

Château de Renipont, propriété de Ferdinand Van Hoegaerden (1854-1928), issu d’une célèbre famille de la grande bourgeoisie bruxelloise, industrielle et libérale du XIXe siècle. Son père, Victor (1828-1905) fut le sixième gouverneur de la Banque Nationale (1891-1905). Il avait fondé à Ohain des usines de tissage de coton et devint par la suite un grand industriel cotonnier (les Usines cotonnières de Gand Zele Tubize). Le fils de Ferdinand, Pierre (1880-1914) fut bourgmestre d’Ohain de 1913 à 1914 (4).


(1) Une reproduction collée sur bois était exposée dans l’ancienne agence du Crédit Communal à Rixensart. Suite à des travaux de rénovation dans son agence rue Boisacq, Belfius Banque a confié en septembre 2012 sa collection encadrée de reproductions d’anciennes cartes postales à Eric de SÉJOURNET, concepteur-éditeur de RÉTRO RIXENSART. Il en fut le dépositaire et la destina à une association rixensartoise ou à toute initiative collective ou communale qui garantisse la conservation et l’exposition de ce patrimoine local. Le 19 avril 2013, le Cercle de Généalogie de Rixensart a repris ce patrimoine afin de l’exposer dans ses nouveaux locaux à la Ferme de Froidmont.
(2) Aujourd’hui en ruine, cette ancienne chapelle était située sur la parcelle cadastrée 0308, explique Jean-Louis Nicaise (voir montage ‘plan et photos’ ci-après)
(3) En 2015, le domaine de la Hêtraie était composé d’un ensemble de bois, pâtures, étangs, vergers dans lequel sont érigés une belle demeure classique de 1.000 m2 datant des années 40, ainsi qu’une très importante orangerie style XVIIIe.
(4) IECBW 1912-2012

62c89-3001493635-1

novembre 2016 | Ruines de l’ancienne chapelle rue du Roi à Bourgeois © Jean-Louis Nicaise

La Taupinière devint Les Abeilles

60e09-4269591495-1

1905/1910 | Villa ‘La Taupinière’ à Rixensart, coll. Jean-Claude Renier

Cette maison possède plusieurs loggias, une en façade et une à la droite de la maison. Il y a deux cheminées et une girouette sur le toit. Les vitres sont avec des petits carreaux. Au devant de la maison, un muret rehaussé de piliers et barrières en bois. Un portique rehaussé d’un petit toit de tuiles et d’une cloche, avec sur le pilier une plaque : La Taupinière. Il y a des arbres en façade qui cachent une partie de la maison, commente une correspondante de Rétro Rixensart.

Cette villa fut construite en 1905 et se situe rue Haute 19 au Bourgeois. Elle est aujourd’hui connue sous le nom ‘Les Abeilles’, écrit Serge Watté. La villa a connu plusieurs changements de propriétaires. Il y a longtemps, elle fut même utilisée comme extension d’école. Les arbres en façade sur l’ancienne photo ont été remplacé par des Paulownias qui malheureusement ont tous été rasés (sauf un en piteuse état).

558b5-2132611333-1

Les Abeilles 2012 © Serge Watté

Abbé Léon Foerster

86e29-3283884034-1

Abbé Léon Foerster, coll. Jean-Claude Renier

Né en 1900, l’abbé Léon Foerster fut curé à Sainte-Croix à Rixensart, de 1951 à 1963, année de son décès. Il fut également professeur au Collège de Braine-l’Alleud, vicaire à la paroisse Saint-Boniface à Ixelles, professeur de religion à l’école moyenne de Schaerbeek, aumônier du Cénacle à Saint-Gilles, aumônier militaire, membre de la Résistance, curé à Bousval et aumônier au monastère du Berlaymont.

D’après des propos que j’ai recueillis, raconte Jean-Claude Renier, l’abbé ne mâchait pas ses mots et campait sur certains principes. Il ne fallait surtout pas critiquer l’enseignement catholique, l’armée et le journal ‘La Libre Belgique’ !

Vers 1960, à son initiative, on avait dressé un calvaire (croix simple en béton, peinte en blanc, disparue à ce jour) au croisement de la rue de Limal et du chemin du Meunier. Une procession y était organisée et l’on invitait les habitants de la rue de Limal à décorer l’entrée de leur demeure avec des fleurs et des objets religieux pour la circonstance.

Je me souviens d’une anecdote : l’abbé était assis à l’arrière d’une voiture, et s’adressait à ses paroissiens au moyen d’un haut-parleur. Précédé du Saint Sacrement, le cortège s’arrêtait devant chaque maison où l’on avait installé une décoration. La voiture s’était arrêtée devant ma maison, située au n° 21 de la rue. L’abbé Foerster s’était adressé en ces termes : « Nous arrivons à la nième station. Nous allons réciter un chapelet pour les non croyants de la rue ».

11741-816642522-1

2012 | Cimetière de Rixensart © Jean-Claude Renier

La sépulture de l’Abbé Foerster se trouve dans le cimetière de Rixensart, rue de l’Institut, à l’emplacement réservé aux Anciens combattants.

Rue Lambermont 17, chaumière du XVIIIe

d22a1-4167740269-2-1

1990/1995 | La chaumière de la rue Lambermont 17 © Hommes et Patrimoine

Ce fut la plus ancienne habitation de Bourgeois, datant du XVIIIe siècle (1). En mars 2011 ce bien situé sur un terrain de 10 ares 73 ca est mis en vente par Madrinvest. Selon cette agence immobilière il daterait ‘1870’. Ce bien, cadastré sous le n° 284, a appartenu à Pierre Joseph Sterckx … la parcelle voisine n° 282 était au nom d’Alexandre Bouffioux.

abe3f-1260353694-1

2012 © Cédric Muscat

Avec sa forme caractéristique, elle est un exemple, devenu rare, d’un habitat rural du XVIIIe siècle, début XIXe (2).

963b6-1846137510-1

2012 © Michel Wautot

4db45-1771200137-1

Photos 1 et 2 : février 2012 © Eric de Séjournet
Photos 3 et 4 : décembre 2012 © Michel Wautot


(1) HOMMES ET PATRIMOINE asbl (3)
(2) WAUTOT MICHEL, Démolition et construction d’un habitat groupé rue Lambermont 17 à Bourgeois-Rixensart, in Lettre ouverte d’HOMMES ET PATRIMOINE du 20 mai 2012
(3) Active depuis 1998, l’asbl HOMMES ET PATRIMOINE recherche et met en œuvre les voies et moyens propres à assurer la valorisation et la protection du Patrimoine wallon. Elle informe le public de ses projets et du résultat de ses activités.

Ediles communaux en ripaille

ba1dd-1804897420-1

décembre 1972 | coll. Dupuis-Delbrassinne

Sur cette photo des édiles communaux en ripaille de décembre 1972, on reconnaîtra de gauche à droite: Joseph Verté, Armand Bonaventure, Armand Parent, Léopold Gilson, Marcel Gignon (avec un chapeau), Mr Conil (debout avec un chapeau) et Herman Dupuis (en bout de table). Herman Dupuis est le grand-père de Dominique Delbrassinne.

Je n’ai aucune idée de l’endroit où la fête s’est passée, sans doute dans une salle à Rixensart. Les Rixensart Information de l’époque ne relatent pas cet évènement, explique Jean-Claude Renier.

Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours

bcf04-3701270557-1

1978/1980 | Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours,
à l’angle des rues de Froidmont et Collin, à Rixensart © André Delbar

Cette chapelle fut construite vers 1950 par Henri Leloup. Elle fait écho à sa sœur, la chapelle Sainte-Anne sise à peu de distance. Aujourd’hui, une plaque en plastique indique ‘Notre-Dame du Bon Secours’. Avant, la plaque indiquait (mais elle a disparu) : ‘Notre-Dame du Bon Accueil’ (1).

db932-2597362163-1

décembre 2009 | La chapelle et le tunnel sous la ligne de chemin de fer © Eric de Séjournet

590e8-3055415678-1

octobre 2014 | La chapelle et le nouveau tunnel RER © Monique D’haeyere

 


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000

Chapelle Notre-Dame-de-Banneux

52b67-330216825-1

1978/1980 | Chapelle Notre-Dame-de-Banneux © André Delbar

Située à l’angle des avenues Joséphine-Charlotte et Léopold, à Rixensart, la chapelle Notre-Dame-de-Banneux fut érigée en 1959 par Léopold Gilson, à l’époque de la création de ce lotissement. Englobée depuis 1992 dans une propriété à l’angle des deux rues, elle borde le trottoir et est partiellement enfouie dans la verdure, derrière une barrière privée. Une petite porte grillagée, fermée au moyen d’un cadenas, protège la Vierge. Le tout est recouvert d’une grande tuile faîtière (1).


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000

Café du Progrès

4f871-4224839436-1

entre 1940 et 1950 | Café du Progrès, coll. Dupuis-Delbrassinne

Cette photo a été prise dans le Café du Progrès, lors d’une fête folklorique, raconte Jean-Claude Renier. Ce café se trouvait juste en face du pont du chemin de fer, c’est à dire au croisement de la rue de la Station et de l’avenue Aviateur Huens. Actuellement, je crois que c’est une immobilière. Les personnages se trouvant sur la photo sont (de gauche à droite) :

– Emile Mélotte (chapeau feutre gris à bande noire) : fermier, rue de Limal
– Mr. Francis (le long foulard et le petit bonnet rond) : marchand de charbon de la rue des Ecoles
– Achile Dupuis (buvant son verre, à droite derrière Mr. Francis)
– Herman Dupuis : nouvellement garde-champêtre
– Herman Gilbert : le vieux garde-champêtre

298 | Château du Comte de Merode – Vue des arcades et cour intérieure

2ec57-2361059617-1

après 1930 |

La cour intérieure est caractérisée par des galeries homogènes, constituées d’arcades surbaissées et de fortes colonnes toscanes, sous un étage d’appartements. Elles sont millésimées par des ancrages de 1631 (Nord), 1648 (Ouest), 1660 (Est) et probablement 1662 (Sud) (1).

Le Syndicat d’Initiative de Rixensart (V) fait remarquer que le château fut construit à l’époque où le baroque régnait en Belgique. On ne le dirait pas en voyant sa cour intérieure qui aurait la sévérité d’un cloître sans ses belles briques d’un rose chaud et ses jolies fenêtres à meneaux et encadrements de pierre blanche.

5946f-2789029248-1


(1) 13ème Journée du Patrimoine en Wallonie, 8 et 9 septembre 2001 (Région wallonne – Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie)

Avenue Léopold

50531-100325585-1

1999 | Avenue Léopold, coll. Syndicat d’Initiative de Rixensart

Le quartier dit ‘royal’ fut créé en 1951 et s’étendit de l’avenue Royale au chemin de fer et de la rue de Froidmont au Pèlerin. Le talus très accentué que gravit l’avenue Léopold et le bois qu’elle traverse s’appelaient la bruyère Bloquia ou encore le Plateau Aride, le sol n’étant que du sable. Un bombardier Lancaster anglais, revenant d’une mission en Allemagne, s’y abattit en 1944, sur l’emplacement des villas portant actuellement les n° 1 et 2. L’équipage eut la vie sauve grâce aux parachutes et à la résistance mais fut capturé par les Allemands peu de temps après.


→ RÉTRO RIXENSART | Un bombardier Lancaster s’écrase à Rixensart


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996

250 | Château de Rixensart – L’avant-cour

a9ce6-1610086738-1

Après 1937 – En A1, l’église paroissiale Sainte-Croix, reconstruite en 1937. « De style néo-traditionnel cette nouvelle église a été réalisée d’après les plans de Franck Blockx et J. De Lange », explique Colette Pinson (VII). « L’édifice s’intègre harmonieusement dans l’ensemble architectural constitué par le château et ses dépendances ».

Variantes

ec75a-2385930154-1 49c88-3833692988-1

Château de Rixensart, vue générale

5cc3d-2461789702-1

1907/1912 | Le Château, coll. Jean-Claude Renier

En 1883, le Conseil communal fait remarquer que « l’étendue de la commune est de 838 hectares … 2 propriétaires en possèdent 554 hectares. Il est utile de mentionner que les bois comptent près de 300 hectares », souligne Colette Pinson, Présidente du Cercle d’Histoire de Rixensart (VII). A cette époque, les fermes de Froidmont (90 ha) et de la Basse-Cour (75 ha) appartenaient à la famille de Merode.

d8a38-2111722707-1

2010 © Monique D’haeyere

Avenue Franklin Roosevelt, hissez les couleurs

4444b-291942995-1

après 1951 | avenue Franklin Roosevelt, coll. Magguy Van Goethem

septembre 2006 | avenue Franklin Roosevelt © Francis Broche
1985 | Jardinerie Philippe (1), coll. Gilbert Nauwelaers
2010 | Jardinerie Philippe © Gilbert Nauwelaers


(1) LEGRIS Philippe, Jardinerie Philippe – Les secrets de sa conception, 1996 (2)
(2) Après avoir fait ses études d’horticulture à Vilvorde, puis à Gembloux (terminées en 1973), Philippe Legris (1) accomplit son service militaire en Allemagne aux Eclaireurs du 2e Régiment de Cyclistes (2 Cy) et écrit à ce propos : Ce service militaire intéressant m’a permis de repousser mes limites, d’apprendre ce que c’est que l’ordre, le respect et la discipline et de plus j’y étais totalement dans mon élément, côtoyant une nature sauvage autant qu’admirable comme celle de la région de Westphalie. Démobilisé, il est engagé dans un centre de jardinage à Rosières … jusqu’en 1985. Il a le coup de foudre (qui remonte d’ailleurs à son enfance) pour une villa sise avenue Franklin Roosevelt 7A, l’achète et obtient les autorisations afin de la transformer en commerce de jardinage. Sa devise : Les points faibles des autres seront les points forts de ma future entreprise. En juin 1995, lors du cinquantième anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, la Jardinerie Philippe fut pavoisée de tous les drapeaux des pays vainqueurs du nazisme.

Parc communal

3e233-693849716

décembre 2014 | Parc communal © Eric de Séjournet

Sur cette photo panoramique prise dans le Parc communal, on reconnaît de gauche à droite l’Antenne de Police de Rixensart, la croix d’occis (1), le kiosque à musique, le château du Héron et sa façade Ouest (2) et le Monument des Combattants.


(1) portant la mention « ici fvt/mevrdri le/5 de jvin/jan petit/priez diev/pour lvi/16 22 »
(2) la maison communale se compose actuellement de quatre ailes entourant une cour couverte d’une verrière