Villa Là-Haut, politique et cléricale

d7af9-2042891490-1

Propriété J. De Becker, avenue Gevaert 145 à Genval, coll. Imelda De Thaey

Nommé par arrêté royal du 16 août 1907, Julien De Becker succéda à Jean-Baptiste Stouffs comme bourgmestre de Genval. Poursuivant la politique de construction entreprise par son prédécesseur, il fut, à Genval, le ‘bourgmestre-bâtisseur’. La plupart des bâtiments publics (1) réalisés dans la commune le furent sous son égide, durant l’immédiate avant-guerre 1914-1918. Négociant en vin, il s’intéressa à l’exploitation des Eaux minérales de Genval et fut présent dans la Compagnie fermière. Le 23 décembre 1926, il présida pour la dernière fois le Conseil communal (2).

La Villa Là-Haut fut ensuite occupée par les Frères Maristes.

Homme d’Eglise et pédagogue français (3), Marcellin Champagnat (1789-1840) fut le fondateur des Frères Maristes des Ecoles, dont la vocation était de promouvoir l’enseignement primaire dans les campagnes. Les Frères Maristes arrivèrent en Belgique en 1856 et furent surtout présents dans le Hainaut mais créèrent aussi différentes maisons dans le Brabant wallon, dont le collège Saint-Augustin à Genval. Celui-ci fut ouvert en 1949 avec l’aide de la fille du notaire Stévenart de La Hulpe, et épouse d’Auguste Lannoye, fondateur des Papeteries de Genval (4).

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1995/1999 © Hommes et Patrimoine ↔ mars 2013 © Monique D’haeyere

190815 Grotte Notre-Dame-de-Lourdes avenue Gevaert 11.2018 © Monique D'haeyere 0

2018 Grotte Notre-Dame-de-Lourdes, dans le parc du n° 145 © Monique D’haeyere


→ RÉTRO RIXENSART | Avenue Gevaert 172, siège d’une oeuvre missionnaire


(1) Presbytère de Genval, Maison communale de Genval
(2) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(3) Marcellin Champagnat fut proclamé Bienheureux par le Pape Pie XII le 29 mai 1955, jour de la Pentecôte.
(4) Revue d’Histoire religieuse du Brabant wallon, tome 12, fasc. 4, 1998

Lucien Dessy, médecin et bourgmestre

362B. Funérailles Dr Lucien Dessy mars 1947 Collection Dupuis Delbrassinne

Lucien Dessy (1872-1947), coll. Dupuis-Delbrassinne

Né en 1872, Lucien Dessy fut docteur en médecine, président du conseil d’administration des Papeteries de Genval et bourgmestre de Rixensart (1). Le Docteur Lucien Dessy fut bourgmestre de 1921 à 1940. Absent en 1940, il ne reprit son écharpe qu’en 1944 jusqu’en 1946 (2).

1921 | Lucien Dessy et Auguste Lannoye à Genval © Fonds Lannoye
août 1925 | Auguste Lannoye est fait ‘Chevalier de Saint-Grégoire’, distinction remise par l’Abbe Mottard en présence de Lucien Dessy © Fonds Lannoye
avant 1927 © Jean Lannoye (à droite) en visite chez les Dessy

Il fut proche d’Auguste Lannoye et participa à de nombreuses événements familiaux. Le docteur Dessy, compagnon d’étude, témoin des débuts difficiles, lui prêta l’entièreté de son modeste avoir à un moment où les risques encourus étaient réels et inquiétants. Il devint ‘l’ami de toujours’, écrit Luc Lannoye en 1978 dans ‘Regards sur le passé (4).

3ac5f-4125559726

avant 1947 | Devant les Pyramides … photo souvenir du voyage en Egypte du
Docteur Lucien Dessy, ancien bourgmestre de Rixensart, et de son épouse.
coll. Marcelle Dupuis

Il décéda le 13 mars 1947.

Il aimait trop la vie, ses chances et ses dons, pour ne pas redouter l’approche mystérieuse de la mort … Et pourtant, avec son exceptionnel diagnostic, il l’a vue venir, sans illusion ni amertume. C’est qu’il avait trouvé dans le sacrement des malades et le Saint Viatique, le courage de l’accepter et même de l’offrir avec la sérénité et la générosité du vrai chrétien. Seigneur, reçois-le en ton paradis et donne-lui la vie qui ne trompe plus. Car il a été perspicace et bon au chevet des malades, généreusement voué au service de la cité, fidèlement attaché aux petits enfants, à ses amis, aux siens… La charité fut sa meilleure prière. C’est ainsi que le village de Rixensart fit, en mars 1947, ses adieux au Docteur Lucien Dessy et qu’il organisa en grande pompe ses funérailles.

362. Funérailles Dr Lucien Dessy mars 1947 Collection Dupuis Delbrassinne

mars 1947 | Funérailles du Docteur Lucien Dessy, Place de la Vieille Taille, coll. Dupuis-Delbrassinne (voir les 24 photos > ‘Lire la suite’)

Bob Sentroul en fit un reportage que Herman Dupuis († 1985) a su conserver durant toutes ces années. Aujourd’hui, la famille Dupuis-Delbrassinne partage avec vous cet album de photos complet, un témoignage solennel. Ce dossier des funérailles du bourgmestre Lucien Dessy en mars 1947 contient 26 photos et est appelé à être complété. Si vous reconnaissez l’un ou l’autre personnage, merci de transmettre vos informations à eric.de.sejournet@gmail.com. Elles seront intégrées au fur et à mesure dans cette notice.

En 1949, le rond-point qui coupe l’avenue de Montalembert fut baptisé ‘square Dessy’.


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) En 1940, Orner Mayné fit fonction de bourgmestre de Rixensart durant quelques mois. Le prince Félix de Merode assura l’interim dès la fin de 1940 jusqu’à son décès en 1943. Les occupants nommèrent alors M. Evrard, rexiste qui s’enfuit en septembre 1944 (3).
(3) Ibid.
(4) LANNOYE Luc, Regards sur le passé, 1978

Continuer la lecture de Lucien Dessy, médecin et bourgmestre

Affiches électorales d’antan

Notice mise en ligne sur Rétro Rixensart le 14 octobre 2018, après la fermeture des bureaux de vote 🙂

1938 Elections à Genval 16 octobre 1938 coll. Anne Fortemps

16 octobre 1938 | Tract électoral de l’Union Communale
(commune de Genval)
coll. Anne Fortemps

Extrait du tract

A tous les Genvalois

Les candidats de la liste de l’UNION COMMUNALE ont l’honneur de solliciter vos suffrages. Voici les principes fondamentaux qui régiront leur activité communale :

1. – S’inspirer de l’exemple du regretté Bourgmestre, Monsieur Auguste LANNOYE, pour se dévouer avec clairvoyance et désintéressement à la gestion du bien commun.
2. – Sauvegarder la situation financière, l’améliorer encore si possible, de façon à réduire les impôts communaux, qui sont déjà les plus bas du Brabant Wallon.
3. – Favoriser le commerce, le bâtiment et toutes les occasion de travail, en perfectionnant encore notre voirie et en attirant la clientèle extérieure.
4. – Veiller à ce que nos écoles continuent à procurer aux enfants une forte instruction ainsi que l’éducation morale et physique qui assureront leur avenir et la fierté de leurs familles.
5. – Tenir compte de toutes les revendications légitimes et de toutes les suggestions utiles, d’où qu’elles viennent, de façon à satisfaire les intérêts particuliers dans le cadre du bien général.

Ces principes fondamentaux seront appliqués par les élus de l’Union Communale au fur et à mesure des nécessités et des circonstances. Présenter un programme long et détaillé, cela ne coûte que l’encre pour l’écrire … Mais est-ce bien sage ?

A notre époque, il est plus prudent de faire chaque jour son possible avec loyauté et prévoyance, sans promettre tant et tant de choses qu’on pourrait être ensuite bien empêché de réaliser.

Le situation internationale (1) exige d’ailleurs le calme et la réflexion. Une campagne électorale agitée par des surenchères, des meetings, des débauches d’affiches serait, croyons-nous, très peu apprécié par la grande masse des électeurs.

Rétro Rixensart éditera ci-après les affiches électorales d’antan, que les Rixensartois, Genvalois et Rosiérois souhaiteront partager. Merci de la (les) transmettre par courriel à la rédaction de Rétro Rixensart.


(1) Actualités de septembre 1938 : état de siège proclamé dans les Sudètes, rencontre Hitler-Chamberlain, mobilisation générale en Tchécoslovaquie, conférence de Munich (accords de Munich) réunissant l’Allemagne, l’Italie, la France, et le Royaume-Uni, Mussolini donne son appui à Hitler, …

Léopold Gilson, bourgmestre de Rixensart

5421e-3593103452-1

« Régisseur des princes de Merode, agent immobilier, Léopold Gilson donna à la commune l’essor qu’on lui connaît actuellement», souligna Albert de Walque (XIX, p.34). Bourgmestre de Rixensart de 1953 à 1970, «il cumula tous les pouvoirs dans l’îlot féodal que fut le village du temps de la splendeur des princes de Merode », écrit Eric Meuwissen le 15 mars 2002 dans Le Soir (1).

« Léopold Gilson semblait prédestiné puisqu’il était né en 1906 dans l’ancienne maison communale place Albert Ier. Par la suite, il façonna la commune d’avant la fusion. Il était aussi le fondateur du Clair Logis (logement social) et c’est sous son maïorat que fut construite la maison de repos le Val du Héron, tandis qu’il lançait le dossier du complexe sportif ».

« Comme régisseur des Merode, Léopold Gilson avait succédé à son père en 1927. Il fit partie de la longue dynastie des régisseurs-bourgmestres catholiques de la famille. Jusqu’en 1920, les Merode ne résidaient pas à Rixensart. Ils déléguaient leur pouvoir à un régisseur. Il y en eut toute une série qui cumulèrent leurs fonctions avec celle de bourgmestre. Ainsi au XIXe siècle, le bourgmestre était un des principaux fermiers de la famille. C’était l’époque où les Merode contrôlaient 63 % de la superficie du village (537 ha!). Au siècle suivant, le régisseur-bourgmestre habite carrément le château. Paul Terlinden (1884-1917) tient alors tout le village dans sa main. Et gare aux éléments suspects de libéralisme ou pire de… socialisme ».

« Avec le retrait de Léopold Gilson, les Merode perdirent leur dernier régisseur-bourgmestre et leur pouvoir sur cet îlot féodal que constitua longtemps la commune. Il faut dire que leur propriété s’est réduite au fil des lotissements successifs. Léopold Gilson se souvient que les Merode ont commencé à vendre à partir de 1930. Après la guerre, on a continué à beaucoup vendre (quartier du Beau Site, quartier Royale, RIT…) ».

En 2002, « il ne leur reste plus que… 140 ha sur Rixensart. A cela s’ajoute une centaine d’hectares sur Limal. Un espace sur lequel la famille rêva un moment de créer un golf de prestige ».


(1) MEUWISSEN Eric, Léopold Gilson, le dernier régisseur-bourgmestre des Merode, vient de décéder, in Le Soir, 15 mars 2002

Ediles communaux en ripaille

ba1dd-1804897420-1

décembre 1972 | coll. Dupuis-Delbrassinne

Sur cette photo des édiles communaux en ripaille de décembre 1972, on reconnaîtra de gauche à droite: Joseph Verté, Armand Bonaventure, Armand Parent, Léopold Gilson, Marcel Gignon (avec un chapeau), Mr Conil (debout avec un chapeau) et Herman Dupuis (en bout de table). Herman Dupuis est le grand-père de Dominique Delbrassinne.

Je n’ai aucune idée de l’endroit où la fête s’est passée, sans doute dans une salle à Rixensart. Les Rixensart Information de l’époque ne relatent pas cet évènement, explique Jean-Claude Renier.