Chemin du Pont, rue de la Tasnière

Rue de la Tasnière 1909 c CHR

1909 | Route du pont d’Yssche (rue de la Tasnière) à Genval, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le pont d’Yssche (rue de la Tasnière) à Genval.
1907 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2012 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rue de la Tasnière vers le lac de Genval, coll. Philippe Godin  2012 © Monique D’haeyere


(1) Yssche (Overijse) est le nom d’un fief du duc de Brabant, érigée au XVIIe siècle en terre principautaire

Pont du Pèlerin, rue des Bleuets

912d2-2958132242-1

16 mars 2002 | Pont du Pèlerin et train International IRIS (1) © Jean-Claude Renier

L’ancien pont du Pèlerin, dénommé ‘pont de la rue des Bleuets’ par la commune (2), enjambait la ligne 161 du chemin de fer reliant Bruxelles à Luxembourg.

0528d-1918616495-3-1

décembre 2010 | Pont du Pèlerin, avant les travaux du RER © Monique D’haeyere

A la limite sud de l’entité, les bleuets, fleurs des champs, en voie de disparition, ont fait oublier le chemin de Nivelles ou de Brame, le Grand Chemin autrefois. Ce chemin, dit du Pèlerin, sans doute bimillénaire, est passé au bleu, écrit ironiquement Paul Buffin (3).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

août 2011 © Jean-Claude Renier ↔ 2016 & 2017 © Monique D’haeyere

Cette antique voie celte reliait Tongres à Castres. Chemin de crête, jamais inondé, entre les vallées de la Lasne et de la Dyle. Il frôlait la frontière des Nerviens, la Lasne. Il fut parcouru par les légions romaines dont, selon certains, des fortins contrôlaient cette marche de l’empire. Aux temps de foi, il fut le chemin des pèlerins dont l’image est évoquée par le lieu-dit. Il partait de Dresde, passait par Cologne, Liège, Tirlemont, Louvain, Wavre, Nivelles, le Hainaut, pour aller à Beauvais et de là, peut- être, à Chartres et, on peut rêver, pourquoi pas, à Compostelle! Une ferme templière, à Tombeek, et une commanderie à Nivelles, Vaillanpont, protégeaient la voie au long d’une journée de marche. Plus près de nous, les pèlerins locaux se rendant à Basse-Wavre, à Couture-Saint-Germain et à la collégiale Sainte-Gertude à Nivelles empruntaient aussi le Grand Chemin (3).

La carte de Popp, éditée au XIXe siècle, indique le ‘Chemin du Pèlerin’. Selon Roger Ghyssens du Cercle d’Histoire de Rixensart, ce chemin était le ‘Vieux chemin de Nivelles’.

avril 2011 © Francis Broche ↔ septembre 2011 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

24/25 septembre 2011 | Démantèlement du pont du Pèlerin, reportage de Francis Broche

Le Pont du Pèlerin fut démantelé durant le week-end du 24/25 septembre 2011 pour faire place à un nouvel ouvrage dans le cadre des travaux du RER. A la mi-janvier 2012, ce pont fut remis en service à la circulation routière de la rue des Bleuets.

avril 2014 © Monique D’haeyere + avril 2016 © Jean-Claude Renier

A droite, photo du train IRIS prise le 1er avril 2016 lors de son dernier trajet … et dernier passage sous le ‘nouveau’ pont du Pèlerin. 

→ OBJECTIF RIXENSART | Pont du Pèlerin



(1) Ce type de train fut supprimé fin 2011 et fait donc partie de l’histoire de notre ligne de chemin de fer 161 (1). La locomotive type 20 (7000 CV) tire une voiture Bar resto SNCB, suivie de voitures suisses (cfr. Jean-Claude Renier, vice-président du Cercle Ferroviaire de Rixensart)
(2) Rixensart Info 253 de février 2012
(3) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996

 

La passerelle de la gare de Genval

33. La Passerelle Collection Philippe Godin

début du XXe siècle | La passerelle, coll. Philippe Godin

Ayant acquis le statut de station depuis le 1er octobre 1905, Genval est d’abord ouvert comme point d’arrêt le 2 juin 1889 avant de devenir, à partir du 15 février 1897, une halte placée sous la gérance de La Hulpe (1).

Une passerelle surplombait la tranchée du chemin de fer de Bruxelles à Luxembourg et menait à l’entrée du Parc de Genval-les-Eaux. Au-dessus de la bute, le Café du Parc. A droite sur la photo, un panneau publicitaire invita les voyageurs à descendre à l’Hôtel de l’Espérance, situé Place communale à Genval.

a8728-2723504460-1

été 1909 | ‘Une arrivée’ à la gare de Genval, coll. Philippe Godin

A une demi-heure de Bruxelles, Genval-les-Eaux deviendra dès le début du XXe siècle un but d’excursions champêtres. Ils débarquent du train, par familles entières ou par groupes d’amis et, après avoir gravi la rude rampe qui, de la voie ferrée, mène au niveau de l’entrée du Parc, ils n’ont plus qu’à descendre en flânant vers le lac en contrebas (2).

396f7-1155134978-2-1

< 1910 | Sentier conduisant au Parc, coll. Jean-Claude Renier

b18db-2427962954novembre 2011 © Henri van Mons  

Claudine Rausens (3) se souvient : En 1950 et encore pendant quelques années, quand on revenait de La Hulpe, les usagers du train remontaient de ce côté de la gare.

5ea53-1548923474-1

juin 2013 © Monique D’haeyere


(1) MONTENS d’OOSTERWIJCK Violaine, L’architecture des gares situées sur le tronçon entre La Hulpe et Rhisnes (1854-1926), Vol. I, in Université Catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 1995-1996
(2) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(3) Présidente de l’association rixensartoise des moins valides (ex ABP)

 

Déraillement d’un train de marchandises

fc733-2928448676

3 septembre 2007 | Déraillement d’un train de marchandises à Genval © Marie Goeyens

Un train de marchandises a déraillé peu après minuit dans la nuit de samedi à dimanche sur la ligne Ottignies-Bruxelles, provoquant des embarras dans le trafic ferroviaire. L’accident de ce convoi d’une quarantaine de wagons vides n’a pas fait de blessés, annonça Belga en premier.

Des traces de déraillement ont été décelées un peu après la gare d’Ottignies, le train ne quittant véritablement la voie qu’à Genval. Dans la journée (de dimanche), la quarantaine de wagons en état de rouler ont pu être tractés jusqu’à Ottignies, tandis que des grues libéraient les voies des deux wagons accidentés (1).


(1)  La Libre Belgique, 3 septembre 2007

Pont Boisacq

2ac63-1179158266

1935 | Rixensart : ponts du chemin de fer et de la ligne vicinale,
surplombant la profonde tranchée ferroviaire de la ligne Bruxelles-Luxembourg.
coll. Jean-Claude Renier

A l’avant-plan, le pont métallique du vicinal reliant la rue de la Station (rue de la Gare à partir de 1995) et le parking de l’ancien Colruyt.

Continuer la lecture de Pont Boisacq

Locomotives à vapeur à Genval

145. Le Pont d'Yssche Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

>1907 | Le pont d’Yssche, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Le pont d’Yssche (Overijse), situé en face de la rue de la Tasnière à Genval. Yssche est le nom d’un fief du duc de Brabant, érigée au XVIIe siècle en terre principautaire.

783. Gare de Genval II sémaphore et train vapeur 1914 c Jean-Claude Renier

1914 | Train à vapeur en gare de Genval, coll. Jean-Claude Renier
(à l’avant-plan le sémaphore)

9b786-838122563

1959 | Locomotive à vapeur type 29 en gare de Genval, coll. Bruno Marchal

Ce train de manoeuvre avec de nombreux wagons était entièrement destiné aux Papeteries de Genval. L’électrification de la ligne est déjà visible sur cette photo, raconte Bruno Marchal, président de l’asbl Plumalia. A droite, la vieille gare de Genval et le hangar (1) situé sur le parking de la SNCB. Le tout jeune agent d’accompagnement à l’avant de la machine est mon père, alors âgé de 20 ans.

Ce type de locomotive fait partie d’une série de 300 locomotives commandées après la Seconde Guerre mondiale par la SNCB aux Etats-Unis et au Canada. La 29.092 a été produite en 1946 par Montreal Locomotive Works. Réformée le 20 avril 1967, la 29.092 connut un répit étant convertie en générateur mobile de vapeur, afin de servir dans une gare de formation au préchauffage des rames voyageurs (2).

9a423-3229279705

1979 | Locomotive à vapeur 29.013 (3) entrant en gare de Genval © Michel Huhardeaux

f2408-3384266400-2

1979 | Loco 29.013 en Gare de Genval © Michel Huhardeaux

Ce train est un spécial et non un train régulier. La traction à vapeur avait pris fin en 1966, avec cette loco 29.013 (2) d’ailleurs, explique Michel Huhardeaux.

1054c-274731762-2

2009 © Eric de Séjournet


(1) dont la démolition a débuté le 17 août 2009 pour faire place aux nouvelles infrastructures du RER
(2) HOTTON J.M., L’histoire de la locomotive à vapeur 29.013 de la SNCB, in Patrimoine Ferrovaire et Tourisme asbl, 2007
(3) Ce type de locomotive fait partie d’une série de 300 locomotives commandées après la Seconde Guerre mondiale par la SNCB aux Etats-Unis et au Canada. La 29.013 a été produite en 1946 par Montreal Locomotive Works et effectua son parcours de rodage le 7 février 1946 entre Anvers et Louvain à la vitesse de 30 km/h. Le 8 février 1946, elle est affectée à la remise d’Ottignies. En avril 1957, elle est reprise dans les effectifs de Kinkempois d’où elle est transférée en octobre 1960 vers Louvain. Elle y reste très peu de temps pour rejoindre Monceau en décembre 1960. En mai 1963, elle dépend de la remise de Merelbeke. En novembre 1966, elle se retrouve à l’atelier d’Alost qui dépend administrativement de Merelbeke. C’est ainsi qu’elle effectue, au départ de cette remise, le dernier parcours commercial voyageur en traction à vapeur le 20 décembre 1966 entre Ath et Denderleeuw. La 29.013 est ensuite affectée à la remise de Louvain le 2 février 1967 où elle termine sa carrière et sort des écritures en avril 1967 (2).