Incendie aux Papeteries de Genval

genval,papeteries,incendies

19 février 1936 | Incendie aux Papeteries de Genval
coll. Luc Lannoye

Le 19 février 1936, un incendie qui fut un vrai désastre vient détruire la plus grande partie des installations de Genval (1). Les division Papier-peint et Balatum sont anéanties. Auguste Lannoy, un moment ébranlé par ce foudroyant coup du sort, se ressaisit et se met à refaire des plans, alors même que les ruines fumaient encore. Ce jour-là naissait son premier petit-fils. « La vie est toujours la plus forte », se dit-il. On appela ce petit garçon Pierre, in memoriam. « Allons ! », dit Auguste en regardant la grande usine écroulée et dévastée, « Je recommence » (2).

__________

(1) En 1930, les Papeteries de Genval couvraient 12.000 m3 bâtis (2)

(2) LANNOYE Luc, Regards sur le passé, 1978

Continuer la lecture de Incendie aux Papeteries de Genval

Rue de Belle-Vue et ses serres

genval,rue de belle-vue

Rue de Belle-Vue à Genval
coll. Dupuis-Delbrassinne

Dans cette petite rue parallèle à l’avenue Gevaert, François Marchand y fit construire dans les années ’20 onze serres. Issu d’une famille de viticulteurs à Malaise, il avait le désir de produire son propre raisin. Son beau-fils Emile Delbrassinne reprit le flambeau et en fit sa principale activité professionnelle. Il cultivait trois types de raisins : le Petit Royal, le Gros Royal et le Frankentael. C’était le type de raisin qui convenait le mieux au sol de l’endroit. Lorsque la vigne devenait trop vieille, il cultivait des tomates jusqu’au moment où la nouvelle vigne produisait de beaux fruits. Chaque année, avec les grappillons qui n’étaient pas propres à la vente (car les clients préféraient de grosses grappes !), Emile faisait fermenter le tout en fût de chêne et produisait 50 litres de vin… (1)

 

Continuer la lecture de Rue de Belle-Vue et ses serres

Les Roches Fleuries et son jardin alpino-japonais

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries 

Villa ‘Les Roches Fleuries’, avenue des Combattants 140 à Genval
coll. Universiteitsbibliotheek Gent

Le coteau qui s’incline vers la Lasne, à gauche en montant la rue, bénéficie d’un ensoleillement maximal et est protégé des vents d’ouest. Le fait que cet endroit portait anciennement le nom de ‘la coulture à la vigne’ laisse supposer que le Genval des temps révolus comptait des vignerons parmi ses habitants et connaissait le temps des vendanges. Cette particularité n’avait pas échappé à une personnalité aussi étrange qu’attachante, Ernest Van den Broeck (1852-1932), éminent géologue-hydrologue mondialement connu et Conservateur honoraire du Musée Royal d’Histoire Naturelle.

DOSSIER ⤷ GUINET C. (ingénieur horticole), Le jardin des Roches Fleuries à Genval, in La Terre et la Vie, pp. 220 à 229, 1931

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries,jardin alpino-japonais

septembre 2015 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Les Roches Fleuries et son jardin alpino-japonais

Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

genval,villa beau-site,art nouveau,avenue des combattants

1920 | Villa Beau-Site, avenue des Combattants 14 à Genval
érigée en 1908 par l’architecte Paul Hamesse pour l’entrepreneur De Waele
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

En retrait de la voirie, enserrée entre deux Hêtres pleureurs remarquables (1), la villa, de forme cubique, présente quatre façades enduites d’un cimentage, simulant un grand appareil régulier de moellons. Une toiture débordante à pavillon brisé en ardoise en écailles et à l’arrière une bâtière transversale, à brisis recouvrent l’édifice. Les corniches en bois sont soutenues par des corbeaux en bois travaillés. Le bâtiment de deux niveaux, est construit sur hautes caves (2).

Né en 1877, Paul Hamesse, fils du peintre paysagiste Adolphe Hamesse, fut élève de l’architecte Ernest Acker, à l’académie de Beaux-Arts de Bruxelles. Diplômé en 1898, il entre ensuite dans l’atelier de Paul Hankar, et fera parti de la deuxième génération d’architectes ‘Art nouveau géométrique’, par opposition à la tendance ‘Art nouveau floral’, initiée par Victor Horta. A la mort de Paul Hankar, Paul Hamesse rejoint Alban Chambon, architecte-décorateur spécialiste incontesté des théâtres et lieux d’amusement dans l’Europe de la fin du 19ème siècle. Associant le plus souvent à ses créations ses deux frères, Georges et Léon, tous deux peintres-décorateurs, Paul Hamesse poursuivra une abondante production jusqu’à sa mort survenue en 1956.

__________
(1) ARBORESCENCE (association citoyenne rixensartoise), Hêtres pleureurs (Villa Beau-Site, Genval)
(2) STREEL Bernadette (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart, 2010

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

Villa Beau-Site, côté jardins

 genval,avenue des combattants,villa-beau-site arrière,art nouveau

1933 | Villa Beau-Site, côté jardins
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Implantée au sommet d’un grand terrain qui descend vers la vallée de la Lasne, cette remarquable habitation de style Art Nouveau, de tendance géométrique, fut construite entre 1908 et 1909 par l’architecte Paul Hamesse pour l’entrepreneur Jules De Waele (1).

Né en 1877, Paul Hamesse, fils du peintre paysagiste Adolphe Hamesse, fut élève de l’architecte Ernest Acker, à l’Académie de Beaux-Arts de Bruxelles. Diplômé en 1898, il entre ensuite dans l’atelier de Paul Hankar, et fera parti de la deuxième génération d’architectes ‘Art nouveau géométrique’, par opposition à la tendance ‘Art nouveau floral’, initiée par Victor Horta. A la mort de Paul Hankar, Paul Hamesse rejoint Alban Chambon, architecte-décorateur spécialiste incontesté des théâtres et lieux d’amusement dans l’Europe de la fin du 19è siècle. Associant le plus souvent à ses créations ses deux frères, Georges et Léon, tous deux peintres-décorateurs, Paul Hamesse poursuivra une abondante production jusqu’à sa mort survenue en 1956.

__________
(1) STREEL Bernadette (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), in Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart, 2010

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, côté jardins

Villa Beau-Site, naissance d’un vignoble

genval,avenue des combattants,villa-beau-site arrière,art nouveau

Préparation du terrain pour la viticulture
mars 2011 © Pierre Gheux

En février 2011, la Commune octroya, pour 20 ans, une concession domaniale d’une superficie de 12,5 ares dans le jardin de la Villa, à l’association Vins de Genval.

Des analyses de sol furent effectuées auprès du Centre provincial de l’agriculture et de la ruralité. Il en ressort que le terrain est limoneux (1).

__________
(1) Vins de Genval, Le terrain

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, naissance d’un vignoble

La Pommerage, espace culturel et artistique

3d9e9-1499782937-1

vers 1978 | La Mazerine et la Pommerage
G. Mélain fecitcoll. Philippe Jacquet

Cette vue a été prise depuis la rue du Cerf, à l’entrée de la servitude devenue Clos de la Pommerage (1). A droite : le pignon de la Pommerage, flanqué de son bow-window, et une annexe.

La maison est alors longée par le ruisseau Mazerine, aujourd’hui canalisé et souterrain, qui servait de bief au moulin ainsi qu’une retenue d’eau.

A gauche de la Mazerine : l’actuel Clos de la Pommerage, servitude qui mène à l’ancien moulin Spreutels (construit vers 1850, pour remplacer l’ancien moulin situé dans l’actuelle Pommerage). C’est à la hauteur de cet ancien moulin, qui apparait à l’arrière-plan, que la Mazerine revient à l’air libre et se jette dans l’Argentine.

→ voir reportage de la partie souterraine de la Mazerine, réalisé par Vincent Duseigne (Tchorski).

Tout ce qui se trouve à gauche de la Mazerine est sur La Hulpe, le ruisseau servant de frontière naturelle entre cette commune et celle de Genval.

Le pré enneigé à gauche de la servitude était un étang, qui a été comblé par Mr Joseph De Becker avec des scories provenant des fourneaux des Papeteries de Genval. Cette prairie est aujourd’hui bâtie.

La maison à l’avant plan à gauche, dont on distingue une partie du pignon, est la dernière maison de La Hulpe, la Pommerage étant la première sur Genval en venant de La Hulpe. Elle est située au n° 27 rue du Cerf à La Hulpe.

e0d98-2097874895-1

septembre 1994 | La Pommerage (montage photos) © Philippe Jacquet

80968-176879551-1

fin 1994 | Rachel Diepart pinxit, coll. Philippe Jacquet

« La ferme de la Pommerage est déjà renseignée sur la Carte des Pays-Bas Autrichiens, établie entre 1770 et 1777 par Ferraris. La lecture de cette carte nous indique que l’actuelle rue du Cerf n’allait pas plus loin que la maison lorsqu’on venait de La Hulpe. L’actuel ‘Vieux chemin de l’Helpe’ partait déjà de la maison, située en bordure du ruisseau ‘Mazerine’, pour rejoindre le village de Genval en remontant par le Pachis et la Bruyère-à-Lacroix », explique Philippe Jacquet.

« La maison appartient, en date du 8 vendémiaire de l’An XIX (1er octobre 1806) à Pierre Spreutels (1758-1828). En 1833, la maison est encore habitée par la veuve de ce dernier, meunière. La maison échoit ensuite à un des enfants du couple : Pierre Joseph, lequel exerce la profession de meunier. Le ruisseau Mazerine longeait à l’époque la maison, laquelle était par ailleurs située au lieu-dit ‘champ de la roue’, évocation vraisemblable de la roue du moulin. Lorsque Mr & Mme Jacquet ont acheté la propriété en 1994, elle était renseignée comme se situant dans son entièreté sur la commune de Rixensart (Genval). Le Service des Grands levers et plans généraux a revu la frontière entre La Hulpe et Genval en 1997, considérant que cette limite devait correspondre à l’ancien lit du ruisseau Mazerine, avant sa mise sous terre. Le jardinet de 90 ca situé côté Ouest de la maison a dès lors été retiré de Genval, et se trouve depuis lors cadastré sur La Hulpe (0001 B 45 S).

Au décès de Pierre Joseph Spreutels, en 1871, ce dernier n’ayant pas de postérité, ce sont ses neveux et nièces qui héritent de sa propriété : Jeanne-Joséphine Spreutels, épouse de Floriant Joseph De Becker, hérite de l’actuelle Pommerage. Au décès de leurs parents, Pierre (1878-1951) et Joseph (1888-1966) habitent la propriété. Pierre s’occupe des 300 pommiers de la propriété, et Joseph sera l’ingénieur principal et grand bâtisseur des Papeteries de Genval. Il fut connu aux Papeteries sous le surnom de ‘Moustaches’ en raison des superbes moustaches qu’il arborait.

Un frère de Jeanne-Joséphine Spreutels, Pierre, époux de Léonie Adèle Lecharlier, a hérité d’une partie de la propriété de ses parents, et continue d’y exercer l’activité de meunier. Il fait bâtir un nouveau moulin sur la propriété (au fond de l’actuel Clos de la Pommerage) vers 1865, lequel moulin portera le nom de ‘Moulin Spreutels’, ou encore ‘Moulin du Bourgmestre’, Pierre Spreutels étant devenu bourgmestre de La Hulpe (1904 à 1911). La Mazerine coulait en effet sur la propriété, qu’elle séparait en deux : une partie sur Genval (l’actuelle Pommerage), l’autre sur La Hulpe (le ‘Moulin Spreutels’).

Au décès des frères Pierre et Joseph De Becker, leur propriété fut divisée en 22 lots, et fit l’objet d’une vente publique organisée au café des Trois Colonnes à La Hulpe et supervisée par Maître Émile Windal, futur bourgmestre de Genval (également mon oncle). La propriété contenait près de 4 hectares, situés le long et des deux côtés de la rue du Cerf sur Genval (notamment l’actuel ‘Clos des Cerfs’) et le long du Vieux chemin de l’Helpe (12 terrains à bâtir sur un total de 233 mètres à front de rue et une superficie de circa 1 ha 60 a).

L’actuelle Pommerage comprend deux de ces 22 lots, qui furent alors adjugés avec six autres aux époux Hernalsteen-Moray, lesquels y exercèrent la profession d’herbagistes et l’élevage de bovins.

La Pommerage devint ensuite un manège (36 boxes), propriété de Madame Katleen Carpentier de Changy. Le manège avait nom ‘Manège Arc-en-Ciel’, et a cessé ses activités en 1994 au moment où il nous fut revendu, à mon épouse Dominique et moi-même », précise Philippe Jacquet.

« Nous y avons tenu une galerie d’art sous l’enseigne Espace culturel de la Pommerage jusqu’en 2005, activité arrêtée alors pour raison de santé. La Pommerage est aujourd’hui divisée en trois habitations : le corps de logis, où nous résidons, le studio (anciennes écuries à front de rue du Cerf) et le loft (partie de la grange) où résident d’heureux locataires ».

14e4c-1344107363-1

1995 | La Pommerage, rue du Cerf à Genval © Philippe Jacquet

La Pommerage est ici montrée avec son pignon et son bow-window. Les haies qui entourent aujourd’hui la Pommerage ne permettent plus de prendre pareille photo.

98eb6-318351908-1

1998 | Sophie Collet pinxit, artiste rixensartoise, coll. Philippe Jacquet

Bordée par le ruisseau la Mazerine à Genval, l’ancienne ferme de la Pommerage fut entre 1996 et 2005 un haut lieu de la vie culturelle et artistique. Sous l’enseigne Espace culturel de la Pommerage, cette galerie d’art de Philippe et Dominique Jacquet y organisa quelques 120 expositions, groupant plus de 200 artistes, venus des 5 continents et d’une vingtaine de pays.

54118-2093073244-1

2003 | Myriam Deru pinxit (2), coll. Philippe Jacquet

2009/2011 | Anciens trompe-l’oeil de la Pommerage © Philippe Jacquet

Les trois trompe-l’œil qui décoraient la cour intérieure de la ferme viennent d’être remplacés. Réalisés par Josy Mesters il y a une douzaine d’années, ils étaient fortement défraîchis, constamment exposés aux intempéries et au soleil. Comme ceux qu’ils sont venus remplacer au-dessus de portes des anciennes écuries, les nouveaux trompe-l’œil rappellent le passé des lieux : deux chevaux nous rappellent en effet que la Pommerage exploitait jusqu’en 1994 un manège sous le nom ‘Arc en Ciel’ (36 boxes à l’époque), et un bouvier bernois ainsi qu’une chatte représentent les actuels et ancien fidèles compagnons des propriétaires : Tristan et Daisy, et la petite chatte Mimine. Réalisées cette fois sur support métallique et passées ensuite à l’atelier de carrosserie automobile pour y recevoir deux couches de vernis, ces nouvelles œuvres devraient orner la cour de la ferme pour plusieurs décennies cette fois, espère Philippe Jacquet.

Josy Mesters et son épouse ne sont pas des inconnus à Rixensart. Loin s’en faut ! Durant de très longues années, ils ont résidé dans la commune, avenue Monseigneur, et nous ont laissé le souvenir de citoyens fortement engagés dans les milieux socioculturels. Tous deux choristes à l’époque à la Guitarelle (comme l’actuel maître de céans de la Pommerage), ils se sont également investis dans la chanterie ‘La Spinola’, qui regroupait plusieurs dizaines de jeunes enfants auxquels Josy apprenait le b.a.-ba du chant choral. Josy tenait également un atelier de peinture, et exposait régulièrement ses aquarelles dans la salle culturelle de la maison communale, la maison rosièroise,… À plusieurs reprises, Josy Mesters a exposé à l’Espace culturel de la Pommerage, dont il assura l’exposition d’ouverture avec Rachel Diepart, autre peintre rixensartoise également choriste à la Guitarelle et le mari de cette dernière, Chema Lopez, céramiste nicaraguayen. Une dizaine d’œuvres de Josy Mesters décorent la Pommerage, à l’intérieur comme à l’extérieur.

décembre 2010 © Philippe Jacquet

97643-934771385-1

septembre 2011 © Philippe Jacquet

Cette photo est intéressante, car elle donne une vue d’ensemble du site. Philippe Jacquet détaille : A gauche, l’ancien corps de logis de la ferme (220 rue du Cerf) ? Au centre, les anciennes écuries au rez et fenil à l’étage (aujourd’hui ‘studio de la Pommerage’, 218 rue du Cerf). A droite, la grange avec 12 anciens boxes au rez et le loft à l’étage (220 A rue du Cerf). Le bâtiment à front de rue du Cerf (220 + 218) est repris sur la carte de Ferraris établie entre 1770 et 1777, la grange sur la carte de Vandermaelen de 1865.

80fab-1565029525-1

2012 | La Pommerage, vue depuis la Villa No Maujone © de Philippe Jacquet

A gauche (en A3), le Vieux chemin de l’Helpe, et en A1 les bâtiments des anciennes papeteries Intermills à La Hulpe», précise Philippe Jacquet. «Au fond, le bois dans lequel coule paisiblement l’Argentine et qui sépare la rue du Cerf de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Luxembourg.

0e174-571185370-1

août 2012 © Philippe Jacquet

b7d87-1033411845-1

août 2015 | Vue aérienne de la Pommerage, côté rue du Cerf, coll. Philippe Jacquet 

Au fond à droite, on distingue les anciens bâtiments SWIFT, rue François Dubois à La Hulpe (anciennes papeteries Intermills). Ces bâtiments et terrains adjacents font l’objet en 2015 d’un projet immobilier, comme pour le site des Papeteries de Genval (ce projet sera présenté le mercredi 8 septembre à la population, en la maison communale de La Hulpe). Au centre de la photo, à l’arrière-plan, on distingue l’école horticole de La Hulpe et ses serres. A gauche : le village de La Hulpe et son église, précise Philippe Jacquet.

c8355-2312923569-1

août 2015 | Vue aérienne de la Pommerage depuis La Hulpe, coll. Philippe Jacquet

A l’avant-plan : le Clos de la Pommerage, qui délimite les territoires de Genval et La Hulpe. Le ruisseau de la Mazerine coule sous la servitude, longeant la haie de la Pommerage. A l’arrière-plan à droite : la villa No Maujonne.



(1) Les inscriptions ‘La Hulpe’, ‘Pommerage’ ainsi que la signature, ont été apportée par G. Mélain, auteur de la photo. Elle a été prise avec un très grand angle, ce qui explique certaines déformations dans les bâtiments et poteaux électriques (autorisation publication sur Rétro Rixensart accordée le 19 juin 2014, via Philippe Jacquet)
(2) artiste rixensartoise, qui après des études à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, se dirige vers l’illustration.

Repêchée dans le lac de Genval

faits divers,mercedes,genval,lac de genval,nessie,nessy

Mercedes repêchée dans le lac de Genval
1973 © Philippe Godin

Selon des Internautes, la Mercedes appartenait à Jacques Elens, habitant La Hulpe. Le surlendemain, la dite Mercedes roulait. Les sièges restèrent humides un bon moment !

Trente-deux ans plus tard, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau en septembre 2005, Marco Di Tomasso, le coordinateur pour Genval, a pu compter sur l’aide de dix clubs, d’une cinquantaine de plongeurs et d’une centaine de bénévoles pour nettoyer le lac de Genval. Une telle opération avait déjà eu lieu il y a dix ans au lac de Genval, mais à plus petite échelle. On avait alors retrouvé une voiture, des mobylettes ou encore un obus (1).

__________
(1) DE VOGELAERE Philippe, in La Dernière Heure du 22 septembre 2005

Terrain de football de Genval

ed1ad-1239025765

4 octobre 1954 | Rue du Tilleul à Genval
coll. Fonds Lannoye

A l’occasion du Cinquantenaire des Papeteries de Genval, un match de football est organisé entre des équipes de vétérans au terrain de football de Genval, rue du Tilleul. A 15 heures, les deux épuipes montent sur le terrain. Au centre, Jean Lannoye, administrateur-délégué des Papeteries de Genval.

Continuer la lecture de Terrain de football de Genval

Locomotive à vapeur type 29 en gare de Genval

genval,trains,gare de genval,papeteries

1959 | Locomotive à vapeur type 29 en gare de Genval

Ce train de manoeuvre avec de nombreux wagons était entièrement destiné aux Papeteries de Genval. L’électrification de la ligne est déjà visible sur cette photo, raconte Bruno Marchal, président de l’asbl Plumalia. A droite, la vieille gare de Genval et le hangar (1) situé sur le parking de la SNCB. Le tout jeune agent d’accompagnement à l’avant de la machine est mon père, alors âgé de 20 ans.

Ce type de locomotive fait partie d’une série de 300 locomotives commandées après la Seconde Guerre mondiale par la SNCB aux Etats-Unis et au Canada. La 29.092 a été produite en 1946 par Montreal Locomotive Works. Réformée le 20 avril 1967, la 29.092 connut un répit étant convertie en générateur mobile de vapeur, afin de servir dans une gare de formation au préchauffage des rames voyageurs (2).

_____
(1) dont la démolition a débuté le 17 août 2009 pour faire place aux nouvelles infrastructures du RER
(2) HOTTON J.M., L’histoire de la locomotive à vapeur 29.013 de la SNCB, in Patrimoine Ferrovaire et Tourisme asbl, 2007

 

Visites royales, rencontres privilégiées

c39d8-33259334221

29 juin 1937 | Le Roi Léopold III à Rixensart
coll. Bernard Collin

Visite du Roi Léopold III à la famille de Merode au Château de Rixensart. A gauche sur la photo, le Premier Ministre belge Paul van Zeeland. A droite, le prince Paul Ghislain Félix de Merode.

D’abord fixée au 16 juin 1937, la visite du roi Léopold III est reportée au 29 juin à cause de l’incendie de l’église (1). Le roi, invité par la princesse de Merode à une garden-party, fut acclamé à sa sortie par de nombreux villageois et les enfants des écoles agitant des drapeaux tricolores. Les édiles communaux et les représentants des principaux groupements ou associations de la commune participaient à cette visite royale. Quelles qu’aient été leurs opinions politiques ou religieuses, les invités à cette auguste rencontre s’en flattèrent et le firent bien savoir aux moindres de leurs amis et connaissances (2).

*

55137-3113583585-2

21 février 1962 | André de Walque salue le Roi Baudouin,
en visite aux Papeteries de Genval
coll. Vivien de Walque

Mon père était directeur aux Papeteries et a servi de relais entre le Palais et les Papeteries pour l’organisation pratique de la visite. Visite annoncée deux, trois jours avant. Jeunes gamins, mon frère Laurent et moi-même étions dans le bureau de mon père dans l’usine et avons suivi de près cet évènement. Tout à droite sur la photo, Charles Loos, le directeur général de l’époque, père de l’actuel Charles Loos, jazzman bien connu, raconte Vivien de Walque, fils d’André (3).

Continuer la lecture de Visites royales, rencontres privilégiées