Abri voyageur, quai n° 2

f0c5c-1848055011-1

vers 1920 | Gare de Rixensart, coll. Jean-Claude Renier

A gauche, bordant le quai vers Bruxelles, on distingue l’abri voyageur …. Composé d’une armature de magnifiques fers forgés, ce bel abri n’a pas été conservé à cause de la mise à quatre voies de la ligne, déplore Jean-Claude Renier, vice-président du Club Ferroviaire de Rixensart.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1992 | Abri voyageur, accessible à partir de la rue Alphonse Colin © Philippe Debecker 

La première impression en regardant cette photo est le bon entretien des quais et de ses abords. L’accès aux quais n’était pas encore libre, un agent de la gare contrôlant les billets, constate Jean-Claude Renier, vice-président du Club Ferroviaire de Rixensart. Encore visible en 1992, l’accès latéral à l’abri fut ensuite muré.

f5612-847570369-1

Le quai vers Bruxelles à la gare de Rixensart, W. Groutaers pinxit, coll. Anne-Marie Delvaux

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2003 à 2010 © Stéphane Lejeune (1)

064b6-2300406530-1

juillet 2010 © Eric de Séjournet

91b2f-2663945216-1

décembre 2010 © Henri van Mons

mars 2011 | Intérieur de l’abri voyageur © Eric de Séjournet

35a2d-302578485-1

6 décembre 2014 © Francis Broche

Le trafic ferroviaire entre Ottignies-Louvain-la-Neuve et Bruxelles fut interrompu pendant le week-end du 6 et 7 décembre 2014, afin de permettre aux ouvriers de la société BAM GALÈRE de procéder à la démolition de l’abri voyageur du quai n° 2 de la gare de Rixensart. Une construction centenaire de plus terrassée sans ménagement.

96e98-4278515670-1

6 décembre 2014 © Francis Broche


→ OBJECTIF RIXENSART | Abri voyageur


(1) Stéphane Lejeune édite « Railstation« , site Internet qui rend hommage à tout ce patrimoine populaire que sont nos gares. Patrimoine de valeur architecturale et historique, malheureusement en voie de disparition. Rendre hommage également à tous ces travailleurs qui pendant plus de 100 ans ont fait vivre nos trains et nos gares.

848 | Gare de Rixensart

f0c5c-1848055011-1

«La date de cette photo est inconnue, mais je la situerai vers 1920 au vu de certains éléments de l’image», commente Jean-Claude Renier, vice-président du Club Ferroviaire de Rixensart. «En provenance de Bruxelles, arrivée en gare de Rixensart d’un train de voyageurs tiré par une locomotive vapeur du type 44, à disposition d’essieux 0-6-0 ou 030 et dénommées aussi Six Coupler. Ce genre de locomotive fait partie des celles construites pendant la période McIntosh (1898-1914). Développée et étudiée en Belgique à partir d’un modèle purement britannique, elle se caractérisait par son gabarit anglais. Une délégation belge se rendit en Ecosse, fin 1897 pour voir à l’œuvre les célèbres locomotives ‘Dunalastair’. La délégation fut impressionnée par les performances et la simplicité de ce type de machine à foyer profond et baptisée du nom de la résidence du président de la Cie. Caledonian, crée en 1895 par John Farquharson Mackintosh, Locomotive Superintendent de la dite compagnie.

Les voitures remorquées par la locomotive sont du type GCI. En 1900, les Chemins de fer belges commandaient un véhicule à 3 essieux, à couloir latéral et intercirculation afin de permettre au garde de circuler d’un bout à l’autre du train. Ce sont les premiers véhicules d’une génération de voitures dites de « Grande Capacité à Intercirculation » (GCI). On est passé ensuite à la voiture métallique, plus résistante, car ces voitures en bois causaient beaucoup de dégâts corporels aux voyageurs lors d’accidents.

Juste après la locomotive et son tender, on aperçoit la vigie du premier wagon, surplombant le convoi et qui permettait au chef garde du train d’avoir une vue générale sur le convoi et d’apercevoir de loin les gares sur le parcours. Admirons la magnifique cheminée à chapiteau, de style anglais, la main courante surmontant la porte de la boite à fumée et la traditionnelle lanterne à pétrole accrochée à cette dernière.

En C2/C3, la voie de garage, sécurisée par des taquets, empêchant les wagons de percuter le butoir entouré de billes en bois, peintes en blanc. Un panneau bilingue « SORTIE – UITGANG » et un agent de la gare.

Sur le quai, des voyageurs. Nous apercevons même trois réverbères à pétrole. Vous remarquerez aussi la charrette à bras, servant au transport de marchandises et une échelle (certainement celle de l’allumeur de réverbère) posée sur le baraquement en bois.

En A2/A3, bordant le quai vers Bruxelles, l’abri voyageur et l’aiguillage menant à la cour à marchandises».

99131-4142949188-1

janvier 2014 © Monique D’haeyere