Les Petits Choristes de Bourgeois (2)

1982 Cinquantenaire de la Chorale de Bourgeois coll. Philippe Sterckx 0

1982 | Cinquantenaire de la chorale ‘Les Petits Choristes de Bourgeois’, coll. Philippe Sterckx

1982 Cinquantenaire de la Chorale de Bourgeois coll. Philippe Sterckx 2

1982 | Cinquantenaire de la chorale ‘Les Petits Choristes de Bourgeois’, coll. Philippe Sterckx

1982 Cinquantenaire de la Chorale de Bourgeois coll. Philippe Sterckx 1

1982 | Cinquantenaire de la chorale ‘Les Petits Choristes de Bourgeois’, coll. Philippe Sterckx

1982 Cinquantenaire de la Chorale de Bourgeois coll. Philippe Sterckx 3

1982 | A l’occasion du cinquantenaire de la chorale ‘Les Petits Choristes de Bourgeois’, un Hêtre pourpre fut planté place Cardinal Mercier à Bourgeois.
coll. Philippe Sterckx

19920927 Soixantième anniversaire de la Chorale de Bourgeois coll. Philippe Sterckx 2

27 septembre 1992 | La chorale  ‘Les Petits Choristes de Bourgeois’ fêta ses 60 d’existence … (1), coll. Philippe Sterckx

 … et devint en 1992 la plus ancienne association culturelle de la commune. Par la suite, ‘Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois’ devinrent la ‘Chorale Saint François-Xavier de Bourgeois’ (2).

19920927 Soixantième anniversaire de la Chorale de Bourgeois coll. Philippe Sterckx 3

1992 | coll. Philippe Sterckx

juin 2011 © Monique D’haeyere

Cet Hêtre pourpre fut officiellement reconnu ‘Arbre Remarquable’ pour son intérêt ‘folklorique/religieux’ (Moniteur Belge du 22 février 2013). En 1997 il mesurait en hauteur 9 m et 73 cm de circonférence


→ ARBORESCENCE | Hêtre pourpre de la Place de Bourgeois
→ RÉTRO RIXENSART | L’histoire des Petits Choristes de Bourgeois


(1) photo prise Place Cardinal Mercier devant l’Hêtre pourpre, qui y fut planté en 1982 à l’occasion du cinquantenaire de la chorale
(2) DELBRASSINNE Jean-Pierre, Si Bourgeois m’était conté, pp. 19 et 20, 2004

 

Première randonnée d’artistes

Première Randonnée d'Artistes Rixensart juin 1994

25 et 26 juin 1994 | Première Randonnée d’artistes
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

C’est avec une très grande joie que nous nous apprêtons à vivre ensemble cette manifestation culturelle d’exception que sera la ‘Randonnée d ‘Artistes’. Imaginé et promu par le Foyer Culturel, ce projet a le mérite de réunir une multitude d’artistes de notre commune, représentants talentueux de nombreuses disciplines (…). Cette ‘Randonnée’ est une grande première pour Rixensart (…). Nous ne doutons pas non plus (…) que la ‘Randonnée d’Artistes’ s’inscrira bientôt dans la tradition de la vie culturelle rixensartoise, écrivit en 1994 Michel Coenraets, bourgmestre de Rixensart.

Le Foyer Culturel de Rixensart en collaboration avec des associations locales, dont les Jeunesses Musicales du Brabant, le Syndicat d’Initiative, le Cercle d’Histoire, le Réseau des Bibliothèques … organisa un week-end de rencontres avec plus de quatre-vingt artistes qui résident ou qui travaillent dans l’entité rixensartoise : peintres, sculpteurs, dessinateurs, photographes, graveurs, sérigraphes, graphistes, architectes, écrivains, poètes, conteurs, musiciens, artistes de rue … 

Cette Randonnée d’artistes associée à la Fête de la Musique était destinée à faire connaître au grand public les richesses culturelles de la commune de Rixensart en favorisant le contact direct avec les créateurs. 

Les habitants furent invitées à visiter les ateliers et lieux de travail des artistes qui, à cette occasion, ouvrirent leur porte et donnèrent des informations sur leurs démarches créatrices et les techniques utilisées. 

Les maisons de quartier comme Leur Abri et La Maison Rosièroise, l’Académie de Musique, le Centre Culturel de Froidmont, le Centre Culturel Protestant, ainsi que le Centre Culturel de Genval accueillirent également des expositions et des animations diverses. 

Par ailleurs, en journée et en soirée, des moments de rencontre rassemblèrent musiciens, conteurs et artistes de rue. 

Randophoto

175. Randophoto 2007 Thème Rouge Prix Public Collection Centre Culturel de Rixensart

16 et 17 juin 2007 | Photo présentée par Stéphanie Philipsen (Rosières)
à la Randophoto 2007
Prix du public pour le thème ‘rouge’

Ce concours de photos fut organisé par le Centre Culturel de Rixensart dans le cadre de la 7ème Randonnée d’Artistes. Les participants étaient invités à exploiter au maximum leur créativité tout en étant confrontés à trois obligations :

• trois thèmes imposés : ‘caché’, ‘fermé le dimanche’, ‘rouge’
• un délai imparti
• une réflexion lors de la prise de vue (les photos ne pouvant être ni recadrées ni corrigées) Continuer la lecture de Randophoto

La Pommerage, espace culturel et artistique

3d9e9-1499782937-1

vers 1978 | La Mazerine et la Pommerage
G. Mélain fecitcoll. Philippe Jacquet

Cette vue a été prise depuis la rue du Cerf, à l’entrée de la servitude devenue Clos de la Pommerage (1). A droite : le pignon de la Pommerage, flanqué de son bow-window, et une annexe.

La maison est alors longée par le ruisseau Mazerine, aujourd’hui canalisé et souterrain, qui servait de bief au moulin ainsi qu’une retenue d’eau.

A gauche de la Mazerine : l’actuel Clos de la Pommerage, servitude qui mène à l’ancien moulin Spreutels (construit vers 1850, pour remplacer l’ancien moulin situé dans l’actuelle Pommerage). C’est à la hauteur de cet ancien moulin, qui apparait à l’arrière-plan, que la Mazerine revient à l’air libre et se jette dans l’Argentine.

→ voir reportage de la partie souterraine de la Mazerine, réalisé par Vincent Duseigne (Tchorski).

Tout ce qui se trouve à gauche de la Mazerine est sur La Hulpe, le ruisseau servant de frontière naturelle entre cette commune et celle de Genval.

Le pré enneigé à gauche de la servitude était un étang, qui a été comblé par Mr Joseph De Becker avec des scories provenant des fourneaux des Papeteries de Genval. Cette prairie est aujourd’hui bâtie.

La maison à l’avant plan à gauche, dont on distingue une partie du pignon, est la dernière maison de La Hulpe, la Pommerage étant la première sur Genval en venant de La Hulpe. Elle est située au n° 27 rue du Cerf à La Hulpe.

e0d98-2097874895-1

septembre 1994 | La Pommerage (montage photos) © Philippe Jacquet

80968-176879551-1

fin 1994 | Rachel Diepart pinxit, coll. Philippe Jacquet

« La ferme de la Pommerage est déjà renseignée sur la Carte des Pays-Bas Autrichiens, établie entre 1770 et 1777 par Ferraris. La lecture de cette carte nous indique que l’actuelle rue du Cerf n’allait pas plus loin que la maison lorsqu’on venait de La Hulpe. L’actuel ‘Vieux chemin de l’Helpe’ partait déjà de la maison, située en bordure du ruisseau ‘Mazerine’, pour rejoindre le village de Genval en remontant par le Pachis et la Bruyère-à-Lacroix », explique Philippe Jacquet.

« La maison appartient, en date du 8 vendémiaire de l’An XIX (1er octobre 1806) à Pierre Spreutels (1758-1828). En 1833, la maison est encore habitée par la veuve de ce dernier, meunière. La maison échoit ensuite à un des enfants du couple : Pierre Joseph, lequel exerce la profession de meunier. Le ruisseau Mazerine longeait à l’époque la maison, laquelle était par ailleurs située au lieu-dit ‘champ de la roue’, évocation vraisemblable de la roue du moulin. Lorsque Mr & Mme Jacquet ont acheté la propriété en 1994, elle était renseignée comme se situant dans son entièreté sur la commune de Rixensart (Genval). Le Service des Grands levers et plans généraux a revu la frontière entre La Hulpe et Genval en 1997, considérant que cette limite devait correspondre à l’ancien lit du ruisseau Mazerine, avant sa mise sous terre. Le jardinet de 90 ca situé côté Ouest de la maison a dès lors été retiré de Genval, et se trouve depuis lors cadastré sur La Hulpe (0001 B 45 S).

Au décès de Pierre Joseph Spreutels, en 1871, ce dernier n’ayant pas de postérité, ce sont ses neveux et nièces qui héritent de sa propriété : Jeanne-Joséphine Spreutels, épouse de Floriant Joseph De Becker, hérite de l’actuelle Pommerage. Au décès de leurs parents, Pierre (1878-1951) et Joseph (1888-1966) habitent la propriété. Pierre s’occupe des 300 pommiers de la propriété, et Joseph sera l’ingénieur principal et grand bâtisseur des Papeteries de Genval. Il fut connu aux Papeteries sous le surnom de ‘Moustaches’ en raison des superbes moustaches qu’il arborait.

Un frère de Jeanne-Joséphine Spreutels, Pierre, époux de Léonie Adèle Lecharlier, a hérité d’une partie de la propriété de ses parents, et continue d’y exercer l’activité de meunier. Il fait bâtir un nouveau moulin sur la propriété (au fond de l’actuel Clos de la Pommerage) vers 1865, lequel moulin portera le nom de ‘Moulin Spreutels’, ou encore ‘Moulin du Bourgmestre’, Pierre Spreutels étant devenu bourgmestre de La Hulpe (1904 à 1911). La Mazerine coulait en effet sur la propriété, qu’elle séparait en deux : une partie sur Genval (l’actuelle Pommerage), l’autre sur La Hulpe (le ‘Moulin Spreutels’).

Au décès des frères Pierre et Joseph De Becker, leur propriété fut divisée en 22 lots, et fit l’objet d’une vente publique organisée au café des Trois Colonnes à La Hulpe et supervisée par Maître Émile Windal, futur bourgmestre de Genval (également mon oncle). La propriété contenait près de 4 hectares, situés le long et des deux côtés de la rue du Cerf sur Genval (notamment l’actuel ‘Clos des Cerfs’) et le long du Vieux chemin de l’Helpe (12 terrains à bâtir sur un total de 233 mètres à front de rue et une superficie de circa 1 ha 60 a).

L’actuelle Pommerage comprend deux de ces 22 lots, qui furent alors adjugés avec six autres aux époux Hernalsteen-Moray, lesquels y exercèrent la profession d’herbagistes et l’élevage de bovins.

La Pommerage devint ensuite un manège (36 boxes), propriété de Madame Katleen Carpentier de Changy. Le manège avait nom ‘Manège Arc-en-Ciel’, et a cessé ses activités en 1994 au moment où il nous fut revendu, à mon épouse Dominique et moi-même », précise Philippe Jacquet.

« Nous y avons tenu une galerie d’art sous l’enseigne Espace culturel de la Pommerage jusqu’en 2005, activité arrêtée alors pour raison de santé. La Pommerage est aujourd’hui divisée en trois habitations : le corps de logis, où nous résidons, le studio (anciennes écuries à front de rue du Cerf) et le loft (partie de la grange) où résident d’heureux locataires ».

14e4c-1344107363-1

1995 | La Pommerage, rue du Cerf à Genval © Philippe Jacquet

La Pommerage est ici montrée avec son pignon et son bow-window. Les haies qui entourent aujourd’hui la Pommerage ne permettent plus de prendre pareille photo.

98eb6-318351908-1

1998 | Sophie Collet pinxit, artiste rixensartoise, coll. Philippe Jacquet

Bordée par le ruisseau la Mazerine à Genval, l’ancienne ferme de la Pommerage fut entre 1996 et 2005 un haut lieu de la vie culturelle et artistique. Sous l’enseigne Espace culturel de la Pommerage, cette galerie d’art de Philippe et Dominique Jacquet y organisa quelques 120 expositions, groupant plus de 200 artistes, venus des 5 continents et d’une vingtaine de pays.

54118-2093073244-1

2003 | Myriam Deru pinxit (2), coll. Philippe Jacquet

2009/2011 | Anciens trompe-l’oeil de la Pommerage © Philippe Jacquet

Les trois trompe-l’œil qui décoraient la cour intérieure de la ferme viennent d’être remplacés. Réalisés par Josy Mesters il y a une douzaine d’années, ils étaient fortement défraîchis, constamment exposés aux intempéries et au soleil. Comme ceux qu’ils sont venus remplacer au-dessus de portes des anciennes écuries, les nouveaux trompe-l’œil rappellent le passé des lieux : deux chevaux nous rappellent en effet que la Pommerage exploitait jusqu’en 1994 un manège sous le nom ‘Arc en Ciel’ (36 boxes à l’époque), et un bouvier bernois ainsi qu’une chatte représentent les actuels et ancien fidèles compagnons des propriétaires : Tristan et Daisy, et la petite chatte Mimine. Réalisées cette fois sur support métallique et passées ensuite à l’atelier de carrosserie automobile pour y recevoir deux couches de vernis, ces nouvelles œuvres devraient orner la cour de la ferme pour plusieurs décennies cette fois, espère Philippe Jacquet.

Josy Mesters et son épouse ne sont pas des inconnus à Rixensart. Loin s’en faut ! Durant de très longues années, ils ont résidé dans la commune, avenue Monseigneur, et nous ont laissé le souvenir de citoyens fortement engagés dans les milieux socioculturels. Tous deux choristes à l’époque à la Guitarelle (comme l’actuel maître de céans de la Pommerage), ils se sont également investis dans la chanterie ‘La Spinola’, qui regroupait plusieurs dizaines de jeunes enfants auxquels Josy apprenait le b.a.-ba du chant choral. Josy tenait également un atelier de peinture, et exposait régulièrement ses aquarelles dans la salle culturelle de la maison communale, la maison rosièroise,… À plusieurs reprises, Josy Mesters a exposé à l’Espace culturel de la Pommerage, dont il assura l’exposition d’ouverture avec Rachel Diepart, autre peintre rixensartoise également choriste à la Guitarelle et le mari de cette dernière, Chema Lopez, céramiste nicaraguayen. Une dizaine d’œuvres de Josy Mesters décorent la Pommerage, à l’intérieur comme à l’extérieur.

décembre 2010 © Philippe Jacquet

97643-934771385-1

septembre 2011 © Philippe Jacquet

Cette photo est intéressante, car elle donne une vue d’ensemble du site. Philippe Jacquet détaille : A gauche, l’ancien corps de logis de la ferme (220 rue du Cerf) ? Au centre, les anciennes écuries au rez et fenil à l’étage (aujourd’hui ‘studio de la Pommerage’, 218 rue du Cerf). A droite, la grange avec 12 anciens boxes au rez et le loft à l’étage (220 A rue du Cerf). Le bâtiment à front de rue du Cerf (220 + 218) est repris sur la carte de Ferraris établie entre 1770 et 1777, la grange sur la carte de Vandermaelen de 1865.

80fab-1565029525-1

2012 | La Pommerage, vue depuis la Villa No Maujone © de Philippe Jacquet

A gauche (en A3), le Vieux chemin de l’Helpe, et en A1 les bâtiments des anciennes papeteries Intermills à La Hulpe», précise Philippe Jacquet. «Au fond, le bois dans lequel coule paisiblement l’Argentine et qui sépare la rue du Cerf de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Luxembourg.

0e174-571185370-1

août 2012 © Philippe Jacquet

b7d87-1033411845-1

août 2015 | Vue aérienne de la Pommerage, côté rue du Cerf, coll. Philippe Jacquet 

Au fond à droite, on distingue les anciens bâtiments SWIFT, rue François Dubois à La Hulpe (anciennes papeteries Intermills). Ces bâtiments et terrains adjacents font l’objet en 2015 d’un projet immobilier, comme pour le site des Papeteries de Genval (ce projet sera présenté le mercredi 8 septembre à la population, en la maison communale de La Hulpe). Au centre de la photo, à l’arrière-plan, on distingue l’école horticole de La Hulpe et ses serres. A gauche : le village de La Hulpe et son église, précise Philippe Jacquet.

c8355-2312923569-1

août 2015 | Vue aérienne de la Pommerage depuis La Hulpe, coll. Philippe Jacquet

A l’avant-plan : le Clos de la Pommerage, qui délimite les territoires de Genval et La Hulpe. Le ruisseau de la Mazerine coule sous la servitude, longeant la haie de la Pommerage. A l’arrière-plan à droite : la villa No Maujonne.



(1) Les inscriptions ‘La Hulpe’, ‘Pommerage’ ainsi que la signature, ont été apportée par G. Mélain, auteur de la photo. Elle a été prise avec un très grand angle, ce qui explique certaines déformations dans les bâtiments et poteaux électriques (autorisation publication sur Rétro Rixensart accordée le 19 juin 2014, via Philippe Jacquet)
(2) artiste rixensartoise, qui après des études à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, se dirige vers l’illustration.

Café du Progrès

4f871-4224839436-1

entre 1940 et 1950 | Café du Progrès, coll. Dupuis-Delbrassinne

Cette photo a été prise dans le Café du Progrès, lors d’une fête folklorique, raconte Jean-Claude Renier. Ce café se trouvait juste en face du pont du chemin de fer, c’est à dire au croisement de la rue de la Station et de l’avenue Aviateur Huens. Actuellement, je crois que c’est une immobilière. Les personnages se trouvant sur la photo sont (de gauche à droite) :

– Emile Mélotte (chapeau feutre gris à bande noire) : fermier, rue de Limal
– Mr. Francis (le long foulard et le petit bonnet rond) : marchand de charbon de la rue des Ecoles
– Achile Dupuis (buvant son verre, à droite derrière Mr. Francis)
– Herman Dupuis : nouvellement garde-champêtre
– Herman Gilbert : le vieux garde-champêtre