Bruyère et sentier des Tombes

186b7-2963848149

Sentier des Tombes dans le Bois de Rixensart
janvier 2014 © Jean-Claude Renier

Rixensart, Genval et Rosières se trouvent dans une des plus riches régions de Belgique en tombes préhistoriques nommées tombelles ou tumuli (1). Celle-ci s’étend en deux axes, le premier allant d’Ottembourg à Court-St-Etienne et le second de Corroy-le-Grand à La Hulpe. C’est grâce à ces vestiges conservés dans notre sol que nous savons que depuis au moins 4 à 5.000 ans, nos landes, nos forêts, nos vallées et nos collines furent parcourues par ces hommes qui sont nos ancêtres (2).

De nombreux vestiges de la période de la pierre polie ont été retrouvés principalement à Genval (3). Au cours de la période de la pierre polie, les Celtes envahirent la Belgique. Ils soumirent les peuplades indigènes et leur imposèrent leur civilisation, leurs coutumes et leurs croyances. On sait que parmi eux on trouvait de nombreux guerriers portant de lourdes épées et poignards en bronze ou en fer. Après les combats, les guerriers morts étaient placés sur d’énormes tas de bois avec leurs armes et parfois leurs chevaux. On mettait ensuite le feu au bûcher et après que l’ensemble était calciné, on recouvrait le tout de sable et de terre. Ces monticules sont les tumuli. Ce peuple a été appelé par les protohistoriens le ‘Peuple brûleur de cadavres’ (2).

Près d’une trentaine de ces tombes étaient encore bien visibles à la fin du siècle dernier. On peut encore en reconnaître une quinzaine aujourd’hui.

Lors des fouilles effectuées à la fin du XIXe siècle, on y a découvert des débris de charbon de bois, des cendres, des restes calcinées d’os humains et des morceaux de bronze et de fer fondu.

Ces tombelles se trouvent le plus souvent sur les hauteurs bordant les cours d’eau et la Lasne en particulier. Ces collines étaient à la fois d’excellents points d’observation et des endroits particulièrement bien protégés des inondations habituelles des vallées à cette époque.

a6467-548314202-2

janvier 2014 | Bruyère des Tombes et Sentier des Tombes © Jean-Claude Renier

A environ 1100 m au nord-est du château de Rixensart existent trois tumuli qui ont donné leur nom à la Bruyère des Tombes et au Sentier des Tombes. Ces tumuli sont situés dans le bois de Rixensart au dessus du Fond de Thivaux : ils ont 2 m de haut sur 15 à 20 m de diamètre (…). Photographiée en 1959, la mieux conservée de ces trois tombelles était encore très visible alors que les deux autres étaient, plus au moins nivelées à la suite de la construction d’un fortin de la ligne KW avant 1939 et prenant en enfilade le Sentier des Tombes. Aujourd’hui, les arbres ayant grossi, si ce tumulus est toujours bien là, la plupart des promeneurs doivent le côtoyer sans s’apercevoir de sa présence. Quant aux deux autres, il faut vraiment s’enfoncer dans les taillis pour se rendre compte des dénivellations artificielles qui permettent de les repérer (2).

→ CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART | Rixensart, Genval, Rosières … avant l’histoire, in Chroniques n° 15 de juillet 1993


(1) Ces tombes à incinération sous terre se trouvent le plus souvent dans le voisinage des routes romaines qui suivaient sans doute les sentiers des peuplades primitives (cfr SI Rixensart, Rixensart et la vallée de la Lasne, 1973 p. 12)
(2) GILSON Paul (ancien directeur de l’Ecole du Centre), Les Tumuli de Rixensart, in Confrérie du Tire-bouchon, 1993
(3) A l’arrière de la gare de Genval, un immense talus recèle des tombelles du néolithique moyen (4). En construisant une gigantesque bâtisse au début du siècle passé sur un éperon de terre, aujourd’hui disparu, on y a retrouvé des centaines d’outils de cette période.
(4) La station préhistorique de Maubroux se trouve à 80 m d’altitude, sur une terrasse de l’éperon s’élevant entre l’Argentine venant de l’ouest et la Lasne venant du sud-ouest ace au confluent de ces deux rivières, au lieu-dit ancien le ‘Pré aux Deux Eaux’, à l’altitude de 51 m (5)(6).
(5) GILSON Paul, Rixensart, Genval, Rosières … avant l’histoire, in Chroniques du Cercle d’Histoire de Rixensart n° 15 de juillet 1993
(6) Ibid.

Chapelle du Calvaire, IHS

00d5e-3778565516-1

1902 | Le Calvaire, coll. Francis Broche

A l’est du château de Rixensart, sur une colline dite du Calvaire, à la lisière du bois, se trouvent deux chapelles placées en regard l’une de l’autre et communiquant par une avenue; la plus remarquable est dédiée à sainte Anne, l’autre au Seigneur crucifié (1) (→ RÉTRO RIXENSART | Chapelle Sainte-Marie, de la dévotion à la ruine).

Les archives du château (de Rixensart) font mention à la date du 2 janvier 1813 de ‘travaux de peinture et de ferronerie exécutés pour le chapelle du Bondieu du Calvaire et le chapelle de la Vierge du Calvaire’ (2).

befd9-1610806339-2-1
1904 | Le Calvaire, coll. Francis Broche

0dfaa-2248516604-1

1924 | Le Calvaire, coll. Serge Watté

Située drève du Calvaire dans le bois de Rixensart, cette chapelle à chambre de forme hexagonale a été construite en briques. Le toit, qui était recouvert d’ardoises, a disparu. A l’intérieur, il y avait deux niches, de part et d’autre de la croix centrale, dont un Christ en bois (…). Les deux niches contenaient les statues de la Vierge et de saint Jean. L’entrée est constituée par deux colonnes en pierre bleue, de part et d’autre d’une grande grille en fer forgé dans laquelle est inséré le monogramme IHS (Iesus Hominis Salvator) (3).

 

e524e-1560803037-1

1969 © Jacques Jans

Dès le XVe siècle, le Brabant était un centre de sculpture sur bois. Dans les ateliers de Bruxelles et de Louvain on ciselait et assemblait des retables, notamment, qui étaient expédiés dans divers pays d’Europe et même ceux de la Baltique. On retrouve encore des retables brabançons dans des églises de Suède. Le calvaire de Rixensart est probablement issu de cette tradition artisanale. A première vue sa date d’exécution correspondrait bien avec celle de l’achèvement du château actuel (4).

5a4c0-2706079108-1

1969 | Chapelle du Calvaire © Jacques Jans

Ces photos ont été réalisées pour un article du journal L’ancre n° 2 de septembre 1969. Peu de temps après la parution du semestriel de la MJC de Rixensart, la Vierge qui se trouvait dans le calvaire fut dérobée. Elle ne fut jamais retrouvée, raconte Jacques Jans.

7cd04-2381513858-1

La Vierge, le Christ et  Saint Jean © Jacques Jans

Le Christ en croix a trouvé refuge, depuis 1980, dans l’église Saint-Etienne de Froidmont où il est fixé sur le mur derrière l’autel (5) (→ RÉTRO RIXENSART | Eglise Saint-Etienne, de l’inauguration à aujourd’hui).

5cebc-3296081235

2009 | Christ en croix (Eglise Saint-Etienne) © Monique D’haeyere

85430-775276449-2-1

juillet 2014 © Monique D’haeyere

180330 Chapelle du Calvaire 12.2018 © Annick Dedobbeleer

décembre 2018 © Annick Dedobbeleer


(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
(2) PINSON Colette, Chroniques CHR n° 22 (Cercle d’Histoire de Rixensart), 4ème trimestre 1995
(3) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(4) DERAEDT Marcel, Exploration du monde de Rixensart, L’Ancre, p. 7 et 9, numéro 2 de septembre 1969
(5) PINSON Colette, Chapelles du Calvaire et de la Vierge, in Chroniques CHR N° 22, p.15, 4e trimestre 1995

 

Chapelle Sainte-Marie, de la dévotion à la ruine

73e28-3295123901-1

mai 1908 | Chapelle de la Vierge (chapelle Sainte-Marie)
(également connue sous le nom de chapelle Sainte-Anne)
coll. Jean-Claude Renier

A l’Est du château de Rixensart, sur une colline dite du Calvaire, à la lisière du bois, se trouvent deux chapelles placées en regard l’une de l’autre et communiquant par une avenue ; la plus remarquable est dédiée à sainte Anne, l’autre au Seigneur crucifié (1) (→ RÉTRO RIXENSART | Chapelle du Calvaire, IHS). La dédicace à sainte Anne et peut-être empruntée à la carte de Van der Maelen (1859) sur laquelle elle figure également. De plus, selon le témoignage de personnes âgées (…) les élèves de l’école Sainte-Agnès venaient en cet endroit, y réciter le chapelet au moi de mai et au mois d’octobre. Ce fait semble bien confirmer la présence, en ce lieu, d’une chapelle dédiée à la Vierge. L’examen de la carte dressée par Popp, en 1850, fait apparaître un sentier qui gravissait la colline et rejoignait le chemin de Wavre en traversant les bois (2).

cc0ea-34439327-1

mai 1908 | Chapelle Sainte-Marie, sise Drève du Calvaire dans le Bois de Rixensart
coll. Jean-Claude Renier

De la dévotion, à l’abandon, à la ruine … Située Drève du Calvaire dans le Bois de Rixensart, près de la 1ère avenue du Beau-Site, cette chapelle à chambre aveugle, de plan octogonal remonte probablement à la fin du XVIIIe siècle (3).

34392-1638991981-1

1973 | Chapelle Sainte-Marie
Que Noël revienne, que Noël revienne, que s’arrêtent enfin ce déclin,
cette mort, cette ruine !
En route, bergers ! (Guido Gezelle)
© Michel Nauwelaers

cf44d-2677917442-1

novembre 2008 | Chapelle Sainte-Marie
© Eric de Séjournet

rixensart,bois de rixensart,drève du calvaire,chapelle sainte-marie

2011 | Chapelle Sainte-Marie
© Christine Blavier

Chapelle Sainte-Anne Drève du Calvaire 12.2018 © Annick Dedobbeleer

décembre 2018 © Annick Dedobbeleer

Cette chapelle est malheureusement en ruine. Seuls subsistent, encore en bon état, l’encadrement de la porte et le linteau courbe, faits de moellons réguliers en grès (4).


(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
(2) PINSON Colette, in Chroniques CHR n° 22 (Cercle d’Histoire de Rixensart ), 4ème trimestre 1995
(3) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(4) Ibid.

Les Six Hêtres

9334e-29559898481

novembre 2012 | Les Six Hêtres (Bois de Rixensart)
© Christine Blavier

Quelque part dans les bois … six magnifiques hêtres dont le sommet chatouille le plafond étoilé, plantés comme par magie à intervalles strictement réguliers (1). Pendant plusieurs décennies, le paysage du Bois de Rixensart fut marqué par cet alignement … qui inspira photographes (OBJECTIF RIXENSART). Quelque part dans les bois … des fées aux gnomes en passant par les lutins et les humains … qui enchanta amateurs de musique française (1).

Vers le 11 février 2014, le vent, une tornade s’engouffra dans le ‘bouquet d’arbres’ et mit les Six Hêtres au tapis. 

ff6ca-20096591031

14 février 2014 © Christian Rouzeeuw

7bbe0-1800618064-21

14 février 2014 © Christine Blavier

d1d15-16537705771

juillet 2014 © Monique D’haeyere


(1) Festival des Hêtres