Villa Là-Haut, politique et cléricale

d7af9-2042891490-1

Propriété J. De Becker, avenue Gevaert 145 à Genval, coll. Imelda De Thaey

Nommé par arrêté royal du 16 août 1907, Julien De Becker succéda à Jean-Baptiste Stouffs comme bourgmestre de Genval. Poursuivant la politique de construction entreprise par son prédécesseur, il fut, à Genval, le ‘bourgmestre-bâtisseur’. La plupart des bâtiments publics (1) réalisés dans la commune le furent sous son égide, durant l’immédiate avant-guerre 1914-1918. Négociant en vin, il s’intéressa à l’exploitation des Eaux minérales de Genval et fut présent dans la Compagnie fermière. Le 23 décembre 1926, il présida pour la dernière fois le Conseil communal (2).

La Villa Là-Haut fut ensuite occupée par les Frères Maristes.

Homme d’Eglise et pédagogue français (3), Marcellin Champagnat (1789-1840) fut le fondateur des Frères Maristes des Ecoles, dont la vocation était de promouvoir l’enseignement primaire dans les campagnes. Les Frères Maristes arrivèrent en Belgique en 1856 et furent surtout présents dans le Hainaut mais créèrent aussi différentes maisons dans le Brabant wallon, dont le collège Saint-Augustin à Genval. Celui-ci fut ouvert en 1949 avec l’aide de la fille du notaire Stévenart de La Hulpe, et épouse d’Auguste Lannoye, fondateur des Papeteries de Genval (4).

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1995/1999 © Hommes et Patrimoine ↔ mars 2013 © Monique D’haeyere

190815 Grotte Notre-Dame-de-Lourdes avenue Gevaert 11.2018 © Monique D'haeyere 0

2018 Grotte Notre-Dame-de-Lourdes, dans le parc du n° 145 © Monique D’haeyere


→ RÉTRO RIXENSART | Avenue Gevaert 172, siège d’une oeuvre missionnaire


(1) Presbytère de Genval, Maison communale de Genval
(2) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(3) Marcellin Champagnat fut proclamé Bienheureux par le Pape Pie XII le 29 mai 1955, jour de la Pentecôte.
(4) Revue d’Histoire religieuse du Brabant wallon, tome 12, fasc. 4, 1998

Chantecler, siège d’une oeuvre missionnaire

Avenue Gevaaert 172 2016 © Marc Pelsser

2016 | Villa Chantecler, avenue Gevaert 172 © Marc Pelsser

François-Auguste Gevaert (1828-1908), compositeur et musicologue belge, fit construire cette villa dans l’avenue, qui aujourd’hui porte son nom.

→ RÉTRO RIXENSART | François-Auguste Gevaert, compositeur

En 1981, la maison sise au 172 avenue Gevaert (1) abrita une oeuvre missionnaire où tout le profit, à l’exception des salaires et des lois sociales, était versé pour les missions : écoles gratuites pour pauvres, dispensaires, aides aux écoles ordinaires, formation des futurs éducateurs, etc. Quatre Frères Maristes et cinq employés y travaillèrent, couvrant trois secteurs (2) :

– la grande famille de 50.000 coopérateurs et coopératrices de Belgique, Grand-Duché, Suisse et Allemagne, qui sont contactés quatre fois l’an par le petite revue familiale : ‘Marie Médiatrice et Missions’.
– les éditions Marie Médiatrice où sont édités des livres à sujet chrétien.
– la librairie : livres religieux et profanes, papeterie, tous articles scolaires et articles religieux.

838f3-274_001-thumb

1942 | Couverture du livre ‘Les Frères Maristes en Chine’ (Louis Wilmet pinxit), édité à Genval, avec 52 illustrations-estampes hors texte par le Secrétariat des Oeuvres et Missions des Frères Maristes de Belgique avec 52 illustrations-estampes hors texte.

944f0-1384591867-1

13 octobre 1955 (à droite) | Prière dédiée à Marcellin Champagnat, ‘apôtre de Marie’ et éditée en néerlandais à l’occasion de sa béatification par le Pape Pie XII
(imprimée par Mediatrix Genval n°4). 

Rétro Rixensart recherche une photo de cette librairie spécialisée.


(1) Marc Pelsser y a habité quelques années. Il commente : Lorsque nous habitions à Chantecler, j’ai cherché et rassemblé tout ce que j’ai trouvé concernant FA Gevaert, malheureusement très peu d’éléments subsistaient suite au départ des frères Maristes. L’ensemble des documents rassemblés a été cédé au nouveau propriétaire. Pour info, il existe un buste de FA Gevaert dans la cour du Conservatoire Royal de Bruxelles (juste en haut du Sablon – rue de la Régence). Un CD avait été édité en 2008 à l’occasion du centenaire de son décès.
(2) Oeuvre missionaire des Frères Maristes à Genval, in Rixensart Info 39 de mars 1981, p. 5

François-Auguste Gevaert, compositeur

Francois-Auguste GevaertFrançois-Auguste Gevaert (1828-1908), compositeur et musicologue belge, fut directeur de la musique à l’Opéra de Paris (1867-1870) puis directeur du Conservatoire de musique de Bruxelles (1). Il fit construire au début du XXe siècle la villa Chantecler (2) dans l’avenue, qui aujourd’hui porte son nom (3).

Dans une lettre datée du 22 août 1905 (4) et adressée à Maurice Emmanuel, il écrit : (…) Quant à moi, je suis resté tout seul, à la campagne à Genval. J’ai ici la solitude désirée pour achever mon traité d’harmonie et le loisir que me donnent mes courtes vacances. 

Maître de Chapelle de S.M. le Roi Léopold II, il composa en 1905 ‘Vers l’Avenir. L’Expansion belge’, un chant national pour voix d’homme avec accompagnement d’un choeur d’hommes. ‘Vers l’Avenir’ fut aussi l’hymne national du Congo belge (5).

FA Gevaert gravure coll Marc Pelsser

F-A Gevaert, coll Marc Pelsser

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques oeuvres musicales de F-A Gevaert (8), coll Marc Pelsser

François-Auguste Gevaert et Vers l'Avenir

Rétro Rixensart recherche une ancienne photo de la villa Chantecler.


→ WIKIPEDIA | Courte biographie de François-Auguste Gevaert
→ IMSLP Bibliothèque Musicale Petrucci | Compositions de François-Auguste Gevaert
→ RÉTRO RIXENSART | Chantecler, siège d’une oeuvre missionnaire


(1) Service Commun de la Documentation de l’Université de Strasbourg
(2) Marc Pelsser y a habité quelques années. Il commente : Vous trouverez un buste de FA Gevaert dans la cour du Conservatoire Royal de Bruxelles (juste en haut du Sablon – rue de la Régence). Un CD avait été édité en 2008 à l’occasion du centenaire de son décès.
(3) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Eléments d’histoire de La Place communale de Genval du 18e au 20e siècle, in Chroniques n° 36, septembre 2008
(4) Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Nouvelle Biographie Nationale – Volume 1, 1988
(5) WIKIPEDIA, Vers l’Avenir
(6) WIKIMEDIA, photo 1 de François-Auguste Gevaert, coll. Notenquester
(7) WIKIMEDIA, photo 2 de François-Auguste Gevaert, coll. Matthieu
(8) FA GEVAERT, Missa solemnis pro defunctis (Requiem)

L’avenue Gevaert touchée par un V1

816d0-2257862934-1

26 janvier 1945 | Imprimerie Delbrassine, touchée par un V1 (avenue Gevaert)
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A 3 ½ h. du matin par un affreux temps de neige un V1 désemparé venant de la direction du Nord tombe avenue Gevaert à 200 mètres de l’église. Deux maisons sont entièrement détruites; beaucoup sont endommagées. A l’église le maître autel en marbre a été un peu ébranlé, les fenêtres des fonts baptismaux et des sacristies sont abîmées. Aucune personne n’a été tuée ni blessée (1).

Je me souviens, – j’étais un gamin de six ans, raconte Daniel Alost (2). A cet âge on apprend vite. Rien qu’au bruit des moteurs, on pouvait déjà identifier quels types d’avions ou bombardiers survolaient Genval. Ils faisaient l’aller-retour vers et de l’Allemagne. Dans la nuit du 25 au 26 janvier, nous n’avons pas fermé l’œil, car en plus des avions alliés, Genval était survolé par des V1, ces terribles bombes volantes qui terrifiaient la population. On écoutait attentivement le bruit caractéristique de ces engins, car tant qu’il ronronnait … Puis, cette nuit-là, j’ai entendu un V1 qui commençait à toussoter … puis le moteur s’est arrêté. Mon père nous a crié de sa chambre : « Tous sous les couvertures ! » En chutant, le V1 siffle … terrifiant … il est tombé avenue Gevaert à quelques dizaines de mètres de notre maison, avenue des Combattants. Puis il y eu le souffle … heureusement sans suite pour notre famille.


(1) TONNET Adrien (curé de Genval), dans sa Monographie de Genval,  p 73
(2) Membre du Cercle d’Histoire de Rixensart

Chapelle Notre-Dame-de-Hal

90dbd-14347704481

1906 | Chapelle de l’Abbé, dite chapelle Stouffs,
aujourd’hui enclavée dans un mur de l’avenue Gevaert.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Inscription : Cette chapelle a étté édifiée par Jean Stouffs et Elisabeth Mascart à l’honneur de Notre Dame de Hal Ave Marie Lan 1776 Anne-Joseph Stouffs lan 1881 Cette chapelle y est reconstruite par Gilbert François J.H. 188 J.M.J. (1).

580B. Chapelle rue Haute

Chapelle, rue Haute à Genval, actuellement avenue Gevaert

80797-15999526151

1920 | Avenue Gevaert, à l’angle de l’avenue du Joli Mai, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A droite sur la photo, on reconnaît la chapelle Notre-Dame-de-Hal ou chapelle Stouffs, aujourd’hui enclavée dans un mur de l’avenue Gevaert, à quelques mètres du carrefour.

La chapelle ne fut pas toujours à cet endroit. Jusqu’en 1559, la paroisse de Genval dépendait du doyenné de Hal, ainsi que les communes avoisinantes au nord de la Lasne. Ceci peut justifier la présence d’une potale dédiée à cette Vierge et placée dans un tilleul repère, disparu depuis longtemps, mais dont une rue de Genval porte encore le nom. Peut-être est-ce lors de la disparition de cette potale qu’en 1776, à l’initiative du curé Jean-Bernard Renard, qui exerça son ministère de 1767 à 1785, fut construite une chapelle en l’honneur de Notre-Dame de Hal (2).

Chapelle Notre-Dame-de-Hal avenue Gevaert 12.2018 © Monique D'haeyere 1

décembre 2018 © Monique D’haeyere


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(2) Ibid.

Le Gros Chêne de l’avenue Gevaert

Le Gros Chêne de la rue Haute à Genval

vers 1910 | Le Gros Chêne de la rue Haute (avenue Gevaert) à Genval

Ce Chêne habilla pendant plusieurs décades la petite place, située juste avant le croisement des rues Haute (avenue Gevaert), de la Station et de Rixensart.

Continuer la lecture de Le Gros Chêne de l’avenue Gevaert

Genval libérée ! septembre 1944

5de0d-2768385335

L’avant-garde de la ‘2nd Armored Division US’ arrive à Genval le 4 septembre 1944 dans l’après-midi. Elle poursuit sa progression via la Manteline vers Bourgeois, pourchassant les Allemands, en retraite.

Venant de la Place communale, l’arrivée du gros de la 2ème Division blindée des Etats-Unis est fixée sur pellicule à hauteur de l’avenue Gevaert, où une foule en liesse l’accueille le jeudi 7 septembre 1944. Une colonne blindée américaine traverse Genval de 9h30 à près de 13h. Le gros de la 2nd Armored Division US (1), également dénommée « Hell on Wheels », arrive par l’actuelle rue des Déportés, et descend l’avenue Gevaert vers la gare de Genval.

On fait à nos libérateurs un accueil enthousiaste, on leur jette des fleurs, des fruits, des friandises, des douceurs, quand il y en un qui stationne quelques moments on lui offre tout ce qu’on peut, on leur serre la main, les jeunes filles, les enfants les embrassent, on ne se lasse pas de cette joie débordante (2).

« C’était un spectacle encore jamais vu, un décor inoubliable, des trottoirs regorgent de monde, hommes, femmes et enfants. Des véhicules alliés en tous genres descendaient à la queue leu leu l’avenue Gevaert pour prendre la rue de la Station et ensuite la rue de Rosières. Il y avait là des chars, des camions bourrés de soldats, des jeeps, des bulldozers, etc. etc. C’était un convoi continu et sans fin. La population applaudissait à tout rompre, à chaque arrêt des femmes et des jeunes filles grimpaient sur les chars et les jeeps pour embrasser les soldats », témoigne J. Mayné (3).

Les GI’s sont encore photographiés rue de la Station, rue de Rosières, sur le pont au-dessus du chemin de fer. Ensuite, les colonnes militaires poursuivent leur progression vers le lac de Genval et la rue de La Hulpe. J’édite et commente ce reportage inédit découvert dans le patrimoine iconographique de la famille Lannoye. Les Archives de l’Etat à Louvain-la-Neuve en sont dorénavant les dépositaires.

Eric de SÉJOURNET


(1) Présentation du 2nd AD, YouTube
(2) GHYSSENS Roger, 50ème Anniversaire de la Libération, Cercle d’Histoire de Rixensart, 1994
(
3) MAYNÉ J., 1944-1994 50ème anniversaire. Souvenirs de 1939-1944, Rixensart, 1994

Continuer la lecture de Genval libérée ! septembre 1944

Vue panoramique sur Genval

Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval partie 1 originale c Christian Lannoye

entre 1927 et 1935 | Splendide vue panoramique de Genval, coll. Christian Lannoye

De gauche à droite : l’avenue des Combattants, la rue des Lilas et la villa d’Auguste Lannoye et son épouse Marie Stévenart, la Perche couverte, l’avenue Gevaert et la rue de Rixensart.

Ferme Leblicq, en voiture

c0507-3430474082-1

1911 | Intérieur de ferme, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Cette ancienne ferme Leblicq, sise à l’actuel n° 45 de l’avenue Gevaert à Genval, était tenue par Adolphe, dit ‘El Machuré’. A gauche de cette ferme, se trouvait la ferme J.B. Hulet. Cette ferme a été entièrement démantelée et reconstruite début des années 60. Les caves sont par contre toujours d’époque, raconte Claude Romal, descendant des Leblicq.

Rue Haute à Genval

f18fa-4204438361-1

1910 | Rue Haute à Genval (actuellement avenue Gevaert), coll. Imelda De Thaey

L’éditeur de cartes postales ‘Nels’ (1) arbore ici fièrement le commerce tenu par ‘J. Degraux Tabacs et Cigares Papeterie’. Comme indiqué sur la façade, ce magasin est le ‘Dépôt général des cartes Nels’. Deux vitrines extérieures présentent la dernière collection de cartes postales.


(1) célèbre maison d’édition belge, créée en 1898 à Bruxelles et qui édita quelques 30.000 cartes postales (Wikipedia)

Try du Chesnoy et l’avenue Gevaert

391a3-546943484-1

1927/1929 | Try du Chesnoy(s) et l’avenue Gevaert,
à hauteur de la Place communale de Genval

Sur cette photo, l’avenue Gevaert rejoint la Place communale de Genval (à gauche) et l’actuelle rue des Déportés (à droite). Observez qu’au premier étage de la maison au centre de la photo, deux fenêtres sont murées. De même, pour la maison se trouvant à droite (Try du Chesnoy). Etonnamment, ces deux maisons présentent au XXIe siècle les mêmes fenêtres murées (voir photo-légende et photos ci-dessous).

A propos de l’arrêt du bus | En octobre 1926, le conseil communal de Genval avait initié un projet de service de bus entre Genval et Ixelles. Le nouveau conseil, présidé par Auguste Lannoye, poursuivra l’étude et accordera l’autorisation d’exploiter en mars 1927. Les bus circuleront au début de 1929. Cependant, dès mai 1930, la SNCFV souhaitera modifier le trajet et sera soutenue par les habitants de l’avenue des Combattants qui aimeraient voir passer les bus dans leur rue, tant à l’aller qu’au retour. Les habitants de l’av. Gevaert réagiront en sens inverse et une solution boiteuse mécontentera tout le monde jusqu’au jour où la rue du vallon permettra de garder le bus au milieu du village (1).

5e48f-546943484-2-1

06a45-3704682270-1

1992/1995 | Try du Chesnoy, à l’angle de la rue des Déportés et de l’avenue Gevaert
© Hommes et Patrimoine

Plantée à l’intersection de voiries primitives de Genval, la Chapelle Saint-Roch attire l’attention par sa position, mais aussi par sa structure solide et l’élégance de sa niche (2). Elle est adossée au talus appelé Try du Chesnoy(s).

7a989-2389148599-1

 

2012 | Try du Chesnoy © Christian Petit


(1) GHYSSENS Roger, La Place communale de Genval du 18e au 20e siècle, in Chroniques du CHR n° 36 de septembre 2008
(2) 
HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000

Ville construite par Antoine Pompe, avenue Gevaert 202

5175c-2934346315-1

1992/1995 | avenue Gevaert 202 à Genval © Hommes et Patrimoine

Villa construite par Antoine Pompe (1873-1980). Cet architecte est connu pour avoir dessiné entre 1922 et 1926 les maisons de la Cité-Jardin du Kapelleveld à Woluwé-Saint-Lambert (à l’extrême nord-est de la commune de Woluwe-Saint-Pierre). Il annonça le ‘Modernisme’ en architecture dès 1910, en pleine époque Art nouveau (Wikipedia).

75d8d-1674531246-1

avril 2010 | avenue Gevaert 202 © Berna de Wilde