Quand Roosevelt et Kennedy se rencontrent …

9afce-2094018235-1

1950/1960 | Carrefour des avenues J.F. Kennedy et F. Roosevelt, coll. Monique D’haeyere

Venant du centre de Rixensart par l’avenue de Merode, une VW Coccinelle s’engage dans le carrefour des avenues John Fitzgerald Kennedy et Franklin Roosevelt. En haut à droite, deux maisons marquent l’entrée de la rue de Messe.

1950/1960 ↔ 2016 © Monique D’haeyere

c1e13-4032614315-1

Croisement des avenues de Merode et Franklin Roosevelt, coll. Cedric Muscat

Aujourd’hui, ce carrefour est connu sous le nom rond-point Paul Hanin. Au niveau communal, Paul Hanin occupa des mandats pendant 33 ans, d’abord à Genval où il fut élu sur la liste du PSC en 1958 avant de devenir échevin de 1963 à 1970 et puis bourgmestre de Rixensart entre 1976 et 1992 (1).

4d410-3366602886-1

avril 1996 | Carrefour du Centre avant la création du Rond-point Paul Hanin
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

1996 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2011 © Monique D’haeyere

32703-2144565001-1

septembre 2006 © Francis Broche


(1) Le Soir, 25 mai 1999

Avenue Franklin Roosevelt, hissez les couleurs

4444b-291942995-1

après 1951 | avenue Franklin Roosevelt, coll. Magguy Van Goethem

septembre 2006 | avenue Franklin Roosevelt © Francis Broche
1985 | Jardinerie Philippe (1), coll. Gilbert Nauwelaers
2010 | Jardinerie Philippe © Gilbert Nauwelaers


(1) LEGRIS Philippe, Jardinerie Philippe – Les secrets de sa conception, 1996 (2)
(2) Après avoir fait ses études d’horticulture à Vilvorde, puis à Gembloux (terminées en 1973), Philippe Legris (1) accomplit son service militaire en Allemagne aux Eclaireurs du 2e Régiment de Cyclistes (2 Cy) et écrit à ce propos : Ce service militaire intéressant m’a permis de repousser mes limites, d’apprendre ce que c’est que l’ordre, le respect et la discipline et de plus j’y étais totalement dans mon élément, côtoyant une nature sauvage autant qu’admirable comme celle de la région de Westphalie. Démobilisé, il est engagé dans un centre de jardinage à Rosières … jusqu’en 1985. Il a le coup de foudre (qui remonte d’ailleurs à son enfance) pour une villa sise avenue Franklin Roosevelt 7A, l’achète et obtient les autorisations afin de la transformer en commerce de jardinage. Sa devise : Les points faibles des autres seront les points forts de ma future entreprise. En juin 1995, lors du cinquantième anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, la Jardinerie Philippe fut pavoisée de tous les drapeaux des pays vainqueurs du nazisme.