La maladrerie de Genval

2020 | Rue des Déportés n° 12 à Genval © Annick Dedobbeleer

En 1873, Jules Tarlier et Alphonse Wauters écrivirent (1) : « Le nom du ‘Chemin Ladrée’ indique qu’il a existé à Genval une ladrerie ou maladrerie ». Selon le Syndicat d’Initiative de Rixensart, « Genval avait sa ‘maladrerie’, située rue des Déportés n° 12 » (voir photo ci-avant).

Le Cercle d’Histoire de Rixensart (2) nous apprend, qu’en 1866 une épidémie de choléra a sévi dans la région, et notamment à Genval. Les nombreuses chapelles dédiées à Saint-Roch dans les environs en témoignent : « celle de Bourgeois (…), à Rosières (3), à Ransbeck, à Gaillemarde, la Marache … etc., toutes de dimensions assez conséquentes et toutes évoquant l’épidémie de choléra de 1866 ».

A Genval, « en retrait de la rue, la chapelle à chambre et chevet polygonal est une bâtisse de la seconde moitié du 19e siècle (…). Au-dessus de la porte au vantail de bois partiellement vitré, cartouche gravé du millésime ‘1866’ et surmonté d’une pierre portant la dédicace ‘ST ROCH PATRON CONTRE LES MALADIES CONTAGIEUSES / PRIEZ POUR NOUS’ (4).

« Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette épidémie a marqué la mémoire collective », précise le Cercle d’Histoire, «  et on le comprend lorsqu’on sait que, si tous les malades ne mourraient pas, la proportion de décès était néanmoins importante. A Rixensart, 15 personnes furent atteintes (1 % de la population) et 13 moururent. A Rosières, on comptait 39 malades sur 611 habitants, mais la mort n’atteindra que 13 d’entre eux ! A Genval, il y eut 51 cas sur 1169 habitants et, parmi eux, 26 décès, soit la proportion la plus importante de l’arrondissement par rapport à la population (2,2 %) ». 

« Si les médecins et les curés des paroisses atteintes furent sur la brèche, un certain nombre d’habitants se dévouèrent également aux soins des malades et les sœurs Marie-Caroline et Marie-Rosalie Brabant furent du nombre. A l’issue de l’épidémie, elles firent construire cette chapelle en contrebas de leur maison » (5).

1902 | Chapelle Saint-Roch, Place communale à Genval (coll. Serge Watté)

(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
(2) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Aux environs de Saint-Roch, in Rixensart Info n°165 de janvier 1997, p. 22
(3) RÉTRO RIXENSART | Chapelle de la Vierge, Saint-Roch et Saint-Guidon (Rosières)
(4) de GHELLINCK Bénédicte (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart
(5) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Aux environs de Saint-Roch, in Rixensart Info n°165 de janvier 1997, p. 22

Avenue de Merode, ex Grand’Rue

Groupe de villas Grand'Rue 1905 c Imelda De Thaey

Groupe de villas, Grand’Rue (actuellement avenue de Merode)
coll. Imelda De Thaey

L’avenue de Merode présente trois visages assez différents. La partie commerçante va de la place de la Vieille Taille à l’avenue de Montalembert. La deuxième partie, administrative et commerciale, comprend le Fond du Bois et s’arrête au rond-point Roger Hanin. Quant à la troisième partie, plus résidentielle, elle part de l’avenue Kennedy et aboutit à l’entrée de Bourgeois, rue Haute.

1930 Rixensart0266

1922/1930 | Avenue de Merode, direction le centre de Rixensart
coll. Jean-Claude Renier

Deux cyclistes reviennent du centre de Rixensart et remontent vers Bourgeois. A droite des cyclistes, on distingue la ligne vicinale reliant Wavre à Braine-l’Alleud et Waterloo. A hauteur des personnages, une borne-fontaine.

1930 Rixensart0266

FERME SANS-SOUCI

1906/1913 | Ferme Sans-Souci située dans l’actuelle avenue de Merode (direction Bourgeois)
coll. Louis Lebrun

Ferme Sans-Souci côté jardin 1906 coll. Jean-Louis Lebrun

1906| Ferme Sans-Souci, côté jardin, coll. Louis Lebrun

9672d-1768309187-1

2010 © Francis Broche + novembre 2013 © Monique D’haeyere


VILLA MON CAPRICE

67e77-3304988596-1

1930 | Villa Mon Caprice, sise avenue de Merode 105 à Rixensart,
coll. Jean-Claude Renier

Vila Caprice avenue de Merode 105 © Serge Watté

2020 © Serge Watté

Suite à une tempête, la clôture a été endommagée par la chute d’un Hêtre. A droite, on distingue l’Etablissement Genné.


LES GODILLOTS

e7d1e-3875534830-1

Avenue de Merode à l’entrée de Bourgeois, coll. Francis Broche

En haut à gauche débute la rue Haute. A l’avant-plan, on reconnaît la villa occupée aujourd’hui par l’asbl Les Godillots (1).

7d183-3192795962-1

2010 © Monique D’haeyere

(1) Cette asbl assure un service d’accueil de jour pour enfants et adolescents présentant un trouble du comportement (dysharmonie évolutive, état psychotique, pré-psychotique, autistique ou névrotique) et qui, de ce fait, ne peuvent fréquenter l’enseignement. L’institution assure en journée une prise en charge thérapeutique mais également éducative et pédagogique.


VILLA LES IRIS

1905 | Villa Les Iris, avenue de Merode 98 à Rixensart (coll. Jean-Claude Renier) <> 2020 © Serge Watté

Rue Haute, direction Merode

Rue Haute Bourgeois Phototypie 9 rue de Chambéry Bruxelles coll. Jean-Louis Lebrun

1913/1920 | Rue Haute à hauteur du Quai du Tram (à gauche), coll. Jean-Louis Lebrun

Initialement, chemin du Glain, ensuite rue Longue (1883), et ‘el Rèwe’ (la rue en wallon), l’artère devint la rue Haute (1).

56693-2454048960-1

1913 | Rue Haute à Bourgeois, coll. Monique D’haeyere

1913 ↔ 2014 © Monique D’haeyere

1919 Un groupe de villas Bourgeois rue Haute coll. Jean-Louis Lebrun

1919 | coll. Jean-Louis Lebrun

Au bout de la rue Haute, la Maison Van Luppen-Broymans marque le paysage.

1922 Rixensart0370

1922 | La rue Haute et ses pavés, coll. Jean-Claude Renier

a97e9-899895177-1

1925 | coll. Francis Broche

1925 ↔ 2014 © Christian Petit

58301-2439911697

1926 | coll. Serge Watté  

Venant du Quai du Tram au Bourgeois, la rue Haute se prolonge jusqu’à l’avenue de Merode. Au bout, on aperçoit le Café du Coin (anciennement Maison Van Luppen-Broymans)

A gauche sur la photo, la villa ‘La Taupinière’ (2), sise au n° 19. A l’époque, il y avait une petite chapelle (à gauche de la personne qui se trouve au milieu de la photo), explique Serge Watté.

1950 Rue Haute Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

avant 1950 | coll. Jean-Louis Lebrun

Dernière photo des pavés de la rue Haute.

Rue Haute Bourgeois B coll. Jean-Louis Lebrun

vers 1950 | La rue Haute … bétonnée, coll. Jean-Louis Lebrun

180723 Course cycliste le 23 juiillet 1950 à l'entrée du Bourgeois rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

23 juillet 1950 | Une course cycliste passe rue Haute (Bourgeois), coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le CLEP (3), le Guidon Rixensartois avait organisé le 5 juillet 1950 une course cycliste pour débutants. A gauche, le salon de coiffure pour hommes Herent, sis rue Haute 7 à Rixensart, signale un lecteur, habitant rue Haute.

1950 ↔ 2014 © Monique D’haeyere


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Haute
→ RÉTRO RIXENSART
| Rue Haute, direction Quai du Tram


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, p.129, 1996
(2) actuellement, la villa ‘Les Abeilles’
(3) CLEP – Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire 1938-1988

Terminus Hôtel, arrêt sur le lac

56ace-41174606901

Le Terminus Hôtel, situé près du lac de Genval,
à la limite des communes de Genval, Rosières et Overijse.
coll. Jean-Claude Renier

Cette superbe vue panoramique sur le Parc de Genval-les-Eaux fut prise à partir du bas de la Route de Rosières (l’actuelle rue de Genval).

Continuer la lecture de Terminus Hôtel, arrêt sur le lac

Chapelle du Calvaire, IHS

00d5e-3778565516-1

1902 | Le Calvaire, coll. Francis Broche

A l’est du château de Rixensart, sur une colline dite du Calvaire, à la lisière du bois, se trouvent deux chapelles placées en regard l’une de l’autre et communiquant par une avenue; la plus remarquable est dédiée à sainte Anne, l’autre au Seigneur crucifié (1) (→ RÉTRO RIXENSART | Chapelle Sainte-Marie, de la dévotion à la ruine).

Les archives du château (de Rixensart) font mention à la date du 2 janvier 1813 de ‘travaux de peinture et de ferronerie exécutés pour le chapelle du Bondieu du Calvaire et le chapelle de la Vierge du Calvaire’ (2).

befd9-1610806339-2-1
1904 | Le Calvaire, coll. Francis Broche

0dfaa-2248516604-1

1924 | Le Calvaire, coll. Serge Watté

Située drève du Calvaire dans le bois de Rixensart, cette chapelle à chambre de forme hexagonale a été construite en briques. Le toit, qui était recouvert d’ardoises, a disparu. A l’intérieur, il y avait deux niches, de part et d’autre de la croix centrale, dont un Christ en bois (…). Les deux niches contenaient les statues de la Vierge et de saint Jean. L’entrée est constituée par deux colonnes en pierre bleue, de part et d’autre d’une grande grille en fer forgé dans laquelle est inséré le monogramme IHS (Iesus Hominis Salvator) (3).

 

e524e-1560803037-1

1969 © Jacques Jans

Dès le XVe siècle, le Brabant était un centre de sculpture sur bois. Dans les ateliers de Bruxelles et de Louvain on ciselait et assemblait des retables, notamment, qui étaient expédiés dans divers pays d’Europe et même ceux de la Baltique. On retrouve encore des retables brabançons dans des églises de Suède. Le calvaire de Rixensart est probablement issu de cette tradition artisanale. A première vue sa date d’exécution correspondrait bien avec celle de l’achèvement du château actuel (4).

5a4c0-2706079108-1

1969 | Chapelle du Calvaire © Jacques Jans

Ces photos ont été réalisées pour un article du journal L’ancre n° 2 de septembre 1969. Peu de temps après la parution du semestriel de la MJC de Rixensart, la Vierge qui se trouvait dans le calvaire fut dérobée. Elle ne fut jamais retrouvée, raconte Jacques Jans.

7cd04-2381513858-1

La Vierge, le Christ et  Saint Jean © Jacques Jans

Le Christ en croix a trouvé refuge, depuis 1980, dans l’église Saint-Etienne de Froidmont où il est fixé sur le mur derrière l’autel (5) (→ RÉTRO RIXENSART | Eglise Saint-Etienne, de l’inauguration à aujourd’hui).

5cebc-3296081235

2009 | Christ en croix (Eglise Saint-Etienne) © Monique D’haeyere

85430-775276449-2-1

juillet 2014 © Monique D’haeyere

180330 Chapelle du Calvaire 12.2018 © Annick Dedobbeleer

décembre 2018 © Annick Dedobbeleer


(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
(2) PINSON Colette, Chroniques CHR n° 22 (Cercle d’Histoire de Rixensart), 4ème trimestre 1995
(3) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(4) DERAEDT Marcel, Exploration du monde de Rixensart, L’Ancre, p. 7 et 9, numéro 2 de septembre 1969
(5) PINSON Colette, Chapelles du Calvaire et de la Vierge, in Chroniques CHR N° 22, p.15, 4e trimestre 1995

 

La Taupinière devint Les Abeilles

60e09-4269591495-1

1905/1910 | Villa ‘La Taupinière’ à Rixensart, coll. Jean-Claude Renier

Cette maison possède plusieurs loggias, une en façade et une à la droite de la maison. Il y a deux cheminées et une girouette sur le toit. Les vitres sont avec des petits carreaux. Au devant de la maison, un muret rehaussé de piliers et barrières en bois. Un portique rehaussé d’un petit toit de tuiles et d’une cloche, avec sur le pilier une plaque : La Taupinière. Il y a des arbres en façade qui cachent une partie de la maison, commente une correspondante de Rétro Rixensart.

Cette villa fut construite en 1905 et se situe rue Haute 19 au Bourgeois. Elle est aujourd’hui connue sous le nom ‘Les Abeilles’, écrit Serge Watté. La villa a connu plusieurs changements de propriétaires. Il y a longtemps, elle fut même utilisée comme extension d’école. Les arbres en façade sur l’ancienne photo ont été remplacé par des Paulownias qui malheureusement ont tous été rasés (sauf un en piteuse état).

558b5-2132611333-1

Les Abeilles 2012 © Serge Watté

‘Chez Louis’ dans le bois

cc9e5-2661999442

vers 1907 | ‘Chez Louis’ dans le bois (à Overijse)

Au-dessus de l’entrée, un écriteau indique : ‘Au repos des voyageurs – estaminet’. On remarquera à gauche de l’arbre la présence du photographe.

Marie-Christine P., qui habitait à Genval avant 1994, a reconnu l’estaminet qui se trouvait ‘Parklaan’, une parallèle à la ‘Meerlaan’ qui longe le lac de Genval. Il y a quelques années, l’avenue a été entièrement refaite à l’ancienne, avec pavés, et se trouve sur la commune d’Overijse et non pas de Genval (…). L’estaminet était à la lisière de champs et d’un petit bois privé. J’ai toujours connu ce bâtiment, qui, dans les années 1970 et 1980, était encore debout, mais déjà abandonné. Je l’ai vu se désagréger au fil des années, pour ne plus être qu’un tas de briques il y a encore peu.

Serge Watté a retrouvé en mars 2013 la trace de cette maison dans un endroit quasi inaccessible entouré par des fils barbelés. Le bâtiment est actuellement complètement en ruine. En regardant bien sur la photo que j’ai faite, on peut distinguer : la petite trappe en bas à gauche, les appuis de fenêtres qui sont au niveau des briques, l’ouverture de la porte et la petite voûte de la fenêtre à droite de l’image. Toutes ces caractéristiques sont bien identiques à cette ancienne photo.

1c9be-1253224191-1

mars 2013 © Serge Watté