Ferme de Rosierbois, altitude 105

d19ee-1372818081

1919 | La cour de l’antique ferme Englebert à Rosières
coll. Philippe Godin

Cette ferme portera différents noms : ferme de Rosierbois (du nom de l’ancienne cense), ferme du Haut (elle se situe au point culminant de Rosières, à l’altitude 105), ferme d’Englebert. Aujourd’hui, elle est dénommée ferme de Woo, du nom des champs qui l’entourent.

Le village et paroisse du duché de Brabant, la commune de Rozières, était sous l’Ancien Régime, une seigneurie ressortissante de la mairie de Vilvorde. Sa population était en l’an VII forte de trois à quatre cents âmes, avec les fermes de la cense-du-Haut et de terfosse qui en dépendent, écrivit Charles Oudiette en 1802/1803 (1).

Ces deux fermes étaient comprises (au 19e siècle) parmi les écarts de la commune ; le Haut de Rosières que l’on appelle le Woo est situé à quatorze cents mètres de l’église ; c’est dans ce hameau qu’est bâtie la ferme de Rosierbois nommée aussi ferme de Haut.  Une partie de cette cense est ce qui reste du château des seigneurs de Rosières. Une très belle tour carrée, au-dedans des murs, atteste encore la puissance du lieu (2).

614f9-2524614975
2011 © Francis Broche

Continuer la lecture de Ferme de Rosierbois, altitude 105

Résidence des Vétérans coloniaux

3b361-3727524455

1949 | Le Normandy Hotel devint la Résidence des Vétérans Coloniaux
coll. Francis Broche

Situé dans le quartier du ‘Parc de Genval-lez-Eaux’, cet ancien hôtel de voyageurs (Hôtel Normandy) fut transformé en hospice pour vétérans coloniaux.

Continuer la lecture de Résidence des Vétérans coloniaux

Maison communale de Genval, de 1913 à 1977

9c079-3627093005

1924/1927 | Deuxième Maison communale de Genval,
située à l’angle de la Place communale et de l’avenue Gevaert
coll. Imelda De Thaey

Construite par l’architecte Campenhout et inaugurée en 1913 (1), l’ancienne Maison communale de Genval est le premier bâtiment de la Place Communale. Selon Bénédicte de Ghellinck et Bruno Merckx, elle fut construite en 1913 par l’architecte E. Herent dans un style éclectique (2).

Sur la photo, la rue du Vallon n’est pas encore percée, observe Imelda De Thaey.

Continuer la lecture de Maison communale de Genval, de 1913 à 1977

La Maison Rosiéroise, école et maison communale

d86a5-4091978732-2

début XXe siècle | L’Ecole des garçons et l’Eglise Saint-André
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

Dans ‘Géographie et histoire des communes belges’ (édité en 1873), on apprend que l’école communale fut construite (ndlr. vers 1858) sur les plans de l’architecte Moreau. Elle renferma une salle pour les séances du conseil communal. Le nombre des enfants pauvres, qui fut admis par la commune, en 1858-1859, à recevoir l’instruction gratuite, s’éleva à 80 : 50 garçons et 30 filles (1).

Continuer la lecture de La Maison Rosiéroise, école et maison communale

Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

genval,villa beau-site,art nouveau,avenue des combattants

1920 | Villa Beau-Site, avenue des Combattants 14 à Genval
érigée en 1908 par l’architecte Paul Hamesse pour l’entrepreneur De Waele
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

En retrait de la voirie, enserrée entre deux Hêtres pleureurs remarquables (1), la villa, de forme cubique, présente quatre façades enduites d’un cimentage, simulant un grand appareil régulier de moellons. Une toiture débordante à pavillon brisé en ardoise en écailles et à l’arrière une bâtière transversale, à brisis recouvrent l’édifice. Les corniches en bois sont soutenues par des corbeaux en bois travaillés. Le bâtiment de deux niveaux, est construit sur hautes caves (2).

Né en 1877, Paul Hamesse, fils du peintre paysagiste Adolphe Hamesse, fut élève de l’architecte Ernest Acker, à l’académie de Beaux-Arts de Bruxelles. Diplômé en 1898, il entre ensuite dans l’atelier de Paul Hankar, et fera parti de la deuxième génération d’architectes ‘Art nouveau géométrique’, par opposition à la tendance ‘Art nouveau floral’, initiée par Victor Horta. A la mort de Paul Hankar, Paul Hamesse rejoint Alban Chambon, architecte-décorateur spécialiste incontesté des théâtres et lieux d’amusement dans l’Europe de la fin du 19ème siècle. Associant le plus souvent à ses créations ses deux frères, Georges et Léon, tous deux peintres-décorateurs, Paul Hamesse poursuivra une abondante production jusqu’à sa mort survenue en 1956.

__________
(1) ARBORESCENCE (association citoyenne rixensartoise), Hêtres pleureurs (Villa Beau-Site, Genval)
(2) STREEL Bernadette (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart, 2010

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

Les Charmettes

1414. Les Charmettes rue du Tilleul à Genval c CHR.jpg

Façade Est de la villa Les Charmettes, rue du Tilleul à Genval
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Construite au début du XXème siècle, cette belle villa et ses dépendances furent rachetées par la commune de Genval (avant 1977) pour servir de maison de quartier. En 2002, elle accueillait « la Croix-Rouge, la consultation ONE, école des devoirs La Chouette, une plaine de jeux, des réceptions familiales … « , énumère l’Echevine de l’Urbanisme à La Dernière Heure. « Les lieux servent de promenade dans un cadre de verdure ou l’on recense des arbres remarquables, dont une allée de marronniers classés » (1).

__________
(1) de VOGELAERE Jean-Philippe, Un million d’euros pour redonner un nouveau visage à la maison de quartier de Genval, La Dernière Heure, 2 mai 2002.

genval,rue du tilleul,les charmettes,1940-1945

4.2016 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Les Charmettes

Des thermes genvalois au Musée de l’Eau et de la Fontaine

genval,parc de genval,arutan

Bureaux de la Sté Coopérative ‘Arutan’ à Genval (Parc)

Datant d’environ 1900, le lieu servit à accueillir des thermes (sans succès puisque le projet fit faillite), puis une partie de l’usine Schweppes. Une partie de ce bâtiment fut occupée à partir de 1988 par le Musée de l’Eau et de la Fontaine.

Au début des années 80, réalisant que les fontaines constituaient un patrimoine autrefois d’utilité publique mais laissé à l’abandon, Jean-Pierre Courtois se mit à rêver d’un musée. « Des pompes, canalisations, etc liées à la distribution de l’eau et aux fontaines furent chinées chez les brocanteurs ou proposées par des particuliers » (1).

Lorsqu’en mars 1989 fut lancée par le Ministère de la Région Wallonne une ‘Année des Fontaines’, pour la mise en valeur de celles-ci, la Fondation Roi Baudouin y apporta sa collaboration. Le terme ‘fontaine’ fut pris au sens large d’amenée d’eau et recouvre par conséquent à la fois les sources, les pompes, les bornes, les puits, les lavoirs, les bassins et autres abreuvoirs. Un appel aux projets de restauration fut diffusé en vue d’accorder une aide financière à ceux qui seraient sélectionnés. Les projets devaient envisager le nettoyage, la réparation ou le remplacement d’éléments abîmés, la réalimentation en eau, l’aménagement des abords et la mise en valeur.  L’initiative prise par le ‘Musée de l’Eau et de la Fontaine’ s’inscrivit on ne peut mieux dans la mise en valeur du patrimoine que constituent les points d’eau et leurs superstructures. C’est pourquoi la Fondation Roi Baudoin fut heureuse d’encourager le musée, de contribuer à la fois à son accessibilité et à sa notoriété.

L’homme d’affaires John C. Martin (Château du Lac), proposa ses propres locaux, à Genval. Ceux-ci se trouvèrent non loin du lac de Genval, dans une annexe du château, à 500 mètres de celui-ci. « Il s’agit donc d’un lieu symbolique en ce qui concerne l’eau », souligna Jean-Pierre Courtois, « à proximité du lac – artificiel – mais aussi d’une nappe aquifère qui va jusque Louvain » (1).

__________
(1) de SÉJOURNET Eric, Rencontre avec Jean-Pierre-Courtois, in Visages de Rixensart, 2008

genval,musée de l'eau et de la fontaine,société coopérative arutan 

2017 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Des thermes genvalois au Musée de l’Eau et de la Fontaine

439 | Tour de Marlborough

genval,lac de genval,tour marlborough

vers 1995 – ‘La Laiterie et la tour de Marlborough (1) forment un ensemble agrandi par des terrasses couvertes’, écrit Bernard Bourgois en 1997 (2).

_____

(1) A Versailles, la Reine ‘Marie-Antoinette avait souhaité avoir son belvédère ; elle fut appelée Marlborough du nom de la chanson « Marlbrouck s’en va en guerre » que la nourrice du Dauphin, Mme Poitrine, venait de mettre à la mode’
(2) BOURGOIS Bernard, Lorsque Marie-Antoinette et Guillaume Tell devinrent voisins …, in Chroniques du Cercle d’Histoire de Rixensart, n° 32, p7, 4ème trimestre 1997.

426. Colombier

Lac de Genval © Josette Verbois-Thonnard (19).jpg 

ca 1997 – Sur certaines photos * de la Maison du Seigneur ** on distingue à la droite de celle-ci un colombier. ‘Un incendie détruisit presque totalement la Maison du Seigneur (…). Seule une petite construction ronde avec un toit pointu a survécu. On l’appelle « le pigeonnier », écrit Bernard Bourgois en 1997 ***.

_____

(*) voir notices et photos 125, 246, 367 et 403

(**) copie de la Maison de la Reine à Versailles

(***) BOURGOIS Bernard, Lorsque Marie-Antoinette et Guillaume Tell devinrent voisins …, in Chroniques du Cercle d’Histoire de Rixensart, n° 32, p7, 4ème trimestre 1997.