642 | Villa Rossel

genval,rossel

début XXème siècle – Cette villa est « probablement contemporaine du lac ou construite immédiatement après la création du plan d’eau », écrit Roger Ghyssens (II). La Villa Rossel, du nom du fondateur du journal Le Soir, « s’accompagnait d’un véritable ‘parc dans le Parc’, avec ses allées, ses pelouses et parterres, ses sources et cascades, ses étangs, ses rochers ».

genval,rossel 

4.2015 © Monique D’haeyere

‘Chez Louis’ dans le bois

cc9e5-2661999442

vers 1907 | ‘Chez Louis’ dans le bois (à Overijse)

Au-dessus de l’entrée, un écriteau indique : ‘Au repos des voyageurs – estaminet’. On remarquera à gauche de l’arbre la présence du photographe.

Marie-Christine P., qui habitait à Genval avant 1994, a reconnu l’estaminet qui se trouvait ‘Parklaan’, une parallèle à la ‘Meerlaan’ qui longe le lac de Genval. Il y a quelques années, l’avenue a été entièrement refaite à l’ancienne, avec pavés, et se trouve sur la commune d’Overijse et non pas de Genval (…). L’estaminet était à la lisière de champs et d’un petit bois privé. J’ai toujours connu ce bâtiment, qui, dans les années 1970 et 1980, était encore debout, mais déjà abandonné. Je l’ai vu se désagréger au fil des années, pour ne plus être qu’un tas de briques il y a encore peu.

Serge Watté a retrouvé en mars 2013 la trace de cette maison dans un endroit quasi inaccessible entouré par des fils barbelés. Le bâtiment est actuellement complètement en ruine. En regardant bien sur la photo que j’ai faite, on peut distinguer : la petite trappe en bas à gauche, les appuis de fenêtres qui sont au niveau des briques, l’ouverture de la porte et la petite voûte de la fenêtre à droite de l’image. Toutes ces caractéristiques sont bien identiques à cette ancienne photo.

1c9be-1253224191-1

mars 2013 © Serge Watté

Rue Lambermont 17, chaumière du XVIIIe

d22a1-4167740269-2-1

1990/1995 | La chaumière de la rue Lambermont 17 © Hommes et Patrimoine

Ce fut la plus ancienne habitation de Bourgeois, datant du XVIIIe siècle (1). En mars 2011 ce bien situé sur un terrain de 10 ares 73 ca est mis en vente par Madrinvest. Selon cette agence immobilière il daterait ‘1870’. Ce bien, cadastré sous le n° 284, a appartenu à Pierre Joseph Sterckx … la parcelle voisine n° 282 était au nom d’Alexandre Bouffioux.

abe3f-1260353694-1

2012 © Cédric Muscat

Avec sa forme caractéristique, elle est un exemple, devenu rare, d’un habitat rural du XVIIIe siècle, début XIXe (2).

963b6-1846137510-1

2012 © Michel Wautot

4db45-1771200137-1

Photos 1 et 2 : février 2012 © Eric de Séjournet
Photos 3 et 4 : décembre 2012 © Michel Wautot


(1) HOMMES ET PATRIMOINE asbl (3)
(2) WAUTOT MICHEL, Démolition et construction d’un habitat groupé rue Lambermont 17 à Bourgeois-Rixensart, in Lettre ouverte d’HOMMES ET PATRIMOINE du 20 mai 2012
(3) Active depuis 1998, l’asbl HOMMES ET PATRIMOINE recherche et met en œuvre les voies et moyens propres à assurer la valorisation et la protection du Patrimoine wallon. Elle informe le public de ses projets et du résultat de ses activités.

604. Mare aux Loups

RR appel.jpg

‘Poursuivant vers le Pèlerin, à droite, le lotissement de la Mare au Loup (*) a repris l’ancien nom wallon du lieu, ‘el bowe del lé’. Une bowe est une source affleurant, peu aménagée, faisant mare, permettant au bétail de s’abreuver. Le projet de lotissement en 1988 provoqua une belle levée de boucliers de la part des premiers ‘lotis’ déjà en place. Destruction du site champêtre, intensification de la circulation et abaissement de la nappe phréatique, étaient les motifs évoqués par les opposants au projet’, écrit Paul Buffin (I, p 66).

—–

(*) Paul Buffin écrit la ‘Mare au Loup’ au singulier

Chapelle Saint-François d’Assise

c8d20-896249970-2

Petite rue Mahiermont n° 2 à Genval, coll. Philippe Godin

La chapelle actuelle date de 1941 et fut construite par un habitant du quartier, représentant local de la Croix Bleue. Elle fait suite à un autre édifice, détruit à la fin du 19ème siècle, situé à l’angle des rue et petite rue Mahiermont. Cette chapelle, consacrée à la Vierge, portait l’inscription : « cette chapelle a été donnée par Catherine Wautiez, veuve de Michel Stouffs, décédée le 28 février 1755. R.I.P. (1).

mars 2015 © Monique D’haeyere

Issue d’une chapelle antérieure, l’actuelle repose sur un massif qui, en pointe entre les ruelles, évoque quelque peu la proue d’une barque. La croix qui somme l’édifice évoque plutôt une garniture tombale (2).


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(2) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Les chapelles genvaloises, in Chroniques CHR, octobre 1992

La Gare

32b80-2296292759-2

vers 1935 | La gare de Genval, coll. Jean-Claude Renier

La construction est en brique orange combinée à des éléments en brique émaillée jaune sur un soubassement en plaquis de calcaire (…). Sur les deux façades, le volume principal se caractérise par un pignon frontal renvoyant aux pignons des maison de villégiature, d’origine pseudo-médiévale (1).


(1) MONTENS d’OOSTERWIJCK Violaine – L’architecture des gares situées sur le tronçon entre La Hulpe et Rhisnes (1854-1926), Vol. I, in Université Catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 1995-1996

Variante

593B. Gare de Genval II 1935 c Jean-Claude Renier.jpg

593C. Gare de Genval 20020815 © Jean-Claude Renier-1.jpg

août 1992 © Jean-Claude Renier

593D. Gare de Genval 20020815 © Jean-Claude Renier-2.jpg

Avenue Maréchal Foch

889bc-3916702848-1

Avenue Maréchal Foch (Edit. Libraire Derycke), coll. Anne-Marie Delvaux

La courte avenue Maréchal Foch unit les avenues Reine Astrid et Curé Glibert et se termine en cul-de-sac. Le maréchal Foch (1851-1929) se rendit célèbre, en 1914, lors de la bataille de la Marne, qui arrêta l’avancée allemande vers Paris. Il fut nommé généralissime des armées alliées en mars 1918 et la même année, remporta la deuxième bataille de la Marne en contre-attaquant une poussée violente des Allemands. Il fut promu maréchal en août, signa l’armistice en novembre et entra à l’Académie Française fin 1918 (1).

9f1ec-2444421209-1

coll. Dominique Wathelet

A l’arrière de la villa ‘Les Genêts’ (rue du Monastère), on aperçoit une villa construite entre 1911 et 1920, dans le style ‘Art Nouveau’. Cette villa, voisine directe de la villa ‘Les Genêts’, a son entrée avenue Maréchal Foch. Jusqu’il y a quelques années, elle possédait aussi un accès par la rue de l’Augette. Elle fut la propriété, sous plus grande contenance, de la famille de Roest d’Alkemade, entre 1923 et 1954. Entre 1964 et 2003, la villa était la maison de campagne d’une famille bruxelloise. Elle fut ensuite vendue, et renovée par les nouveaux propriétaires.

dacbf-1729657014-1

coll. Dominique Wathelet


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996

Athénée Royal de Rixensart

0db1a-1789752421-1

Entrée principale de l’Athénée Royal de Rixensart, côté primaire … là où se trouvent également les bureaux de la direction.

Cette école a été créée en 1955 sur 3 hectares, une partie du Champ du Glain. La prairie, la plus vaste qui fut acquise par l’Etat, par expropriation, appartenait à une descendante de Louis Mayné qui avait vendu, en 1921, sa ferme et les terres y attenantes à la commune de Rixensart pour y construire l’école communale du Centre, rue des Ecoles. La famille Mayné a donc bien mérité de l’Enseignement à Rixensart. Les autres parcelles qu’occupe aujourd’hui l’Athénée étaient la propriété du marchand de bestiaux, De Becker et du fermier Thomas. L’agriculture a laissé le pas à la culture avec un grand C (1).

55db5-1403731646-1

2011 © Monique D’haeyere


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996

Ediles communaux en ripaille

ba1dd-1804897420-1

décembre 1972 | coll. Dupuis-Delbrassinne

Sur cette photo des édiles communaux en ripaille de décembre 1972, on reconnaîtra de gauche à droite: Joseph Verté, Armand Bonaventure, Armand Parent, Léopold Gilson, Marcel Gignon (avec un chapeau), Mr Conil (debout avec un chapeau) et Herman Dupuis (en bout de table). Herman Dupuis est le grand-père de Dominique Delbrassinne.

Je n’ai aucune idée de l’endroit où la fête s’est passée, sans doute dans une salle à Rixensart. Les Rixensart Information de l’époque ne relatent pas cet évènement, explique Jean-Claude Renier.

554 | Intérieur de l’église Saint-Pierre

genval,saint-pierre,maubroux,églises

L’église Saint-Pierre à Maubroux fut construite en 1921, dans un style moderne pour l’époque. ‘Ce temple en brique, sur ossature en béton armé, présente une architecture originale, unique en Belgique, inspirée de la Suisse italienne, écrit Louis Evrard en 1994. ‘Sa restauration récente n’a pu assurer la sauvegarde, financièrement inaccessible, des fresques peintes dans le chœur par l’artiste local, Louis Wilmet. Une reproduction photographique les immortalise à droite du choeur’ (XIV).

Louis Wilmet ‘habita la commune jusqu’à sa mort en 1965. Il est également connu comme écrivain et a signé de nombreux ouvrages historiques’ (XVIII)

genval,saint-pierre,maubroux,églises

11.2014 © Monique D’haeyere

538. Sentier de la Procession

rixensart,procession,sentier

Rétro Rixensart recherche une ancienne photographie du Sentier de la Procession, celui qui relie la rue des Ecoles à la rue Robert Huens.

D’après Ferraris et Popp, l’espace entre le vieux Rixensart et Froidmont n’était que champs et prairies. Un sentier, préfigurant la rue des Ecoles, et le sentier de la Procession le traversaient tous deux.

La rue des Ecoles est tracée, aux environs de 1900, sur la Trawée Timans ou Timaus, dont il ne subsiste que le sentier, en forte pente, descendant vers la rue de l’Eglise.

Le sentier de la Procession n’est plus qu’un tronçon de ce qu’il était jusqu’en 1855. Il permettait à la procession de joindre la rue Huens (chemin Pupiche) au hameau de Froidmont, au bas de la rue de l’Augette.