Rue Haute, direction Merode

Rue Haute Bourgeois Phototypie 9 rue de Chambéry Bruxelles coll. Jean-Louis Lebrun

1913/1920 | Rue Haute à hauteur du Quai du Tram (à gauche), coll. Jean-Louis Lebrun

Initialement, chemin du Glain, ensuite rue Longue (1883), et ‘el Rèwe’ (la rue en wallon), l’artère devint la rue Haute (1).

56693-2454048960-1

1913 | Rue Haute à Bourgeois, coll. Monique D’haeyere

1913 ↔ 2014 © Monique D’haeyere

1919 Un groupe de villas Bourgeois rue Haute coll. Jean-Louis Lebrun

1919 | coll. Jean-Louis Lebrun

Au bout de la rue Haute, la Maison Van Luppen-Broymans marque le paysage.

1922 Rixensart0370

1922 | La rue Haute et ses pavés, coll. Jean-Claude Renier

a97e9-899895177-1

1925 | coll. Francis Broche

1925 ↔ 2014 © Christian Petit

58301-2439911697

1926 | coll. Serge Watté  

Venant du Quai du Tram au Bourgeois, la rue Haute se prolonge jusqu’à l’avenue de Merode. Au bout, on aperçoit le Café du Coin (anciennement Maison Van Luppen-Broymans)

A gauche sur la photo, la villa ‘La Taupinière’ (2), sise au n° 19. A l’époque, il y avait une petite chapelle (à gauche de la personne qui se trouve au milieu de la photo), explique Serge Watté.

1950 Rue Haute Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

avant 1950 | coll. Jean-Louis Lebrun

Dernière photo des pavés de la rue Haute.

Rue Haute Bourgeois B coll. Jean-Louis Lebrun

vers 1950 | La rue Haute … bétonnée, coll. Jean-Louis Lebrun

180723 Course cycliste le 23 juiillet 1950 à l'entrée du Bourgeois rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

23 juillet 1950 | Une course cycliste passe rue Haute (Bourgeois), coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le CLEP (3), le Guidon Rixensartois avait organisé le 5 juillet 1950 une course cycliste pour débutants. A gauche, le salon de coiffure pour hommes Herent, sis rue Haute 7 à Rixensart, signale un lecteur, habitant rue Haute.

1950 ↔ 2014 © Monique D’haeyere


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Haute, direction Quai du Tram


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, p.129, 1996
(2) actuellement, la villa ‘Les Abeilles’
(3) CLEP – Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire 1938-1988

La sablière de Rosières, réserve communale

Chemin de la Carrière 8.2008 © Eric de Séjournet-013 (1)

août 2008 | La sablière, chemin de la Carrière © Eric de Séjournet

A Rosières, au bord du chemin de la Carrière, existe une ancienne sablière désaffectée. Propriété de la commune de Rixensart, la sablière de Rosières est située à environ 250 mètres à l’ouest de l’autoroute E 411. La sablière a été creusée dans le flanc droit d’un vallon situé dans le versant nord de la vallée de la Lasne. On y a exploité des sables tertiaires du Bruxellien, essentiellement lors de la construction de l’autoroute (1958-1962). Après des années d’abandon, la sablière est devenue un site de grand intérêt biologique et est répertoriée comme ‘zone centrale ouverte’ au Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) de Rixensart. En effet, la sablière de Rosières abrite des espèces végétales et animales caractéristiques des milieux sableux à végétation rase et clairsemée, devenus rares en Brabant. Le site hébergeait une colonie d’hirondelles de rivage, qui nichaient dans la falaise jusqu’en 1993, date à laquelle la commune de Rixensart prit malencontreusement l’initiative de taluter cette dernière, ‘pour des raisons de sécurité’ (1).

Pratique des sports moteurs dans la Sablière de Rosières 2008 montage photos © Eric de Séjournet copie

octobre 2008 | Sablière de Rosières © Eric de Séjournet

Malgré le panneau communal interdisant la pratique des sports moteurs dans ce site naturel protégé, les dégradations y étaient légion.

« Le fond de l’excavation et les talus sont fort dégradés par le passage d’engins motorisés (motos, quads et même tracteurs); au moins cinq pistes ont été créées au niveau du talus sud. La majeure partie du site est ainsi ‘labourée’ par ces engins et est par conséquent dépourvue de végétation », dénonça Julien Taymans déjà en 2006 (1).

Chemin de la Carrière Rosières 5.2012 © Eric de Séjournet-007

2013 | Sablière de Rosières © Eric de Séjournet

En 2010, le Service Environnement de la Commune de Rixensart annonça que « cette zone centrale ouverte du réseau écologique de la commune de Rixensart a fait l’objet de travaux visant à restaurer les biotopes de grand intérêt biologique présents dans la sablière. Ces travaux ont consisté en : – la restauration de zones sableuses favorables à une série de plantes, d’insectes et d’oiseaux à protéger, – le creusement de deux mares favorables aux batraciens et à la vie aquatique, – la clôture d’une partie du site, en vue d’éviter, à l’avenir, les dégradations dues aux engins motorisés. Ce projet fut élaboré par les membres bénévoles du Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) en collaboration avec l’administration communale. Ce projet est financé par la Commune de Rixensart ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2015 | Diaporama de la sablière de Rosières © Christian Petit

Sablière de Rosières chemin de la Carrière 5.2015 © Christian Petit 0

2015 | Sablière de Rosières, chemin de la Carrière © Christian Petit


→ PCDN | La sablière de Rosières
→ OBJECTIF RIXENSART | Chemin de la Carrière


(1) TAYMANS Julien, Note concernant l’intérêt biologique de la sablière de Rosières, septembre 2006

La Perche couverte, de la construction au classement

64160-3458003453-1

1925/1928 | Construction de la Perche couverte, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

L’histoire du tir à l’arc à Genval remonte à 1922. Auguste Lannoye, patron des Papeteries de Genval, eut l’idée de créer un site où ses travailleurs pourraient s’adonner à ce sport plutôt qu’aller dépenser leur salaire dans les nombreux bistrots des alentours. En 1925 débutèrent les travaux de construction d’une tour de 36 mètres de haut destinée au tir sur perche.

L’entre-deux guerres paraît bien avoir été la dernière période de gloire des sociétés de tireurs à la perche et c’est à cette époque que se construisent, de ci de la, des perches couvertes. En gros, cela consiste à entourer une perche d’une enveloppe suffisamment importante à la base que pour permettre à plusieurs tireurs de s’y regrouper, suffisamment haute que pour surmonter une perche de près de 30 m, suffisamment étanche que pour la mettre à l’abri des intempéries et suffisamment solide que pour ne pas s’écrouler au premier coup de vent. La Wallonie en connut quelques-unes, en Hainaut, en Tournaisis et, plus proches de nous, la perche couverte des ‘Trois Colonnes’, qui disparaîtra en 1945, et la perche ‘semi-ouverte’ à proximité de la gare de La Hulpe.

Genvaloise, la dernière perche couverte du Brabant wallon surplombe depuis 1928 le site des anciennes Papeteries. On y dispute encore des concours de tir à l’arc vertical. Dans tous les villages du Brabant wallon, avant guerre, on trouvait 2 ou 3 perches de tir à l’arc en plein air, rappella René Vandiest, secrétaire du Cercle des Archers de Rixensart-Sainte-Croix. Il suffisait d’un arbre planté dans le sol sur lequel se balançaient les ‘oiseaux’ (…). Les gens des Papeteries avaient leur équipe d’archers, et j’en faisais partie. On pouvait gagner alors des caisses entières de papier peint. À l’époque cela valait une fortune (1).

1925/1928 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2015 © Monique D’haeyere

Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval partie 1 originale c Christian Lannoye

entre 1927 et 1935 | Splendide vue panoramique de Genval

De gauche à droite : l’avenue des Combattants, la rue des Lilas et la villa d’Auguste Lannoye et son épouse Marie Stévenart, la Perche, l’avenue Gevaert et la rue de Rixensart.

22293-262984476

coll. Philippe Godin

Photo prise à partir du clocher de l’église de Maubroux. A gauche la Perche. A droite, la tour à charbon, qui alimentait les locomotives à vapeur assurant le transport des marchandises des Papeteries de Genval.

1948/1950 coll. Philippe Godin ↔ 2011 © Bruno Marchal

Vues panoramiques des Papeteries de Genval, prises depuis le clocher de l’église Saint-Pierre de Maubroux. Au centre de la photo, la rue de Rixensart et ses maisons. A droite, la Perche couverte.

b8ddf-4120566410

mai 1951 © Dominique Delbrassinne

Cette vue panoramique des Papeteries de Genval a été probablement prise à partir de l’avenue Gevaert. Au centre, on reconnaît la Perche. On distingue à l’horizon la rue de l’Institut et le château d’eau de Rixensart. A l’avant-plan, encaissé dans la rue du Vallon, le Collège Notre-Dame des Trois Vallées ne dévoile que ses toits.

1990 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2015 © Monique D’haeyere

Vues depuis la Colline du Glain sur l’actuel rond-point Yvonne Londoz (Gailly), la rue de Rixensart et les avenues Albert Ier/Franklin Roosevelt.

1995  coll. CHR ↔ 2013 © Monique D’haeyere

Étrange bâtiment que cette grande tour grise qui surplombe encore aujourd’hui le site des anciennes Papeteries de Genval. Construite entre 1922 et 1928, elle leur appartenait jadis avant de devenir la propriété de la commune de Rixensart. Un peu tordue, pas vraiment d’équerre, elle fut élevée avec les moyens du bord : 6 colonnes de béton ceinturées de poutres en bois lui assurent pourtant une assise solide. Les plaques d’Eternit qui la recouvrent à l’extérieur lui donnent même des allures de bâtiment industriel (2).

Ayant subi les assauts du temps, la tour couverte – seule à subsister en activité encore en Wallonie, devait être remise en état.

avant 1998 coll. CHR ↔ 1999 coll. Hommes et Patrimoine

Devenue propriétaire du site, la Commune de Rixensart décida pour des raisons de sécurité et de préservation de patrimoine de la rénover avec l’aide de la Région wallonne. Coût des travaux : 124.000 euros.

Architecte, je me suis occupé en 1998, de la rénovation indispensable de la Perche couverte pour le compte du Service travaux de la commune. La vue à 34 m était à couper le souffle. Le club existe toujours et un petit musée est accessible sur place, écrivit Pierre Gheux en mai 2015.

1999 © Josette Verbois-Thonnard ↔ mai 2016 © Monique D’haeyere

Depuis le rond-point Yvonne Londoz, prises de vue de la ‘dernière double perche couverte en activité en Wallonie’. De 35 mètres de haut, elle sert aux entraînements du tir à l’arc sur perches verticales à 33 mètres (3).

2008 | vue depuis la rue Auguste Lannoye © Eric de Séjournet
février 2013 © Christian Petit

Cette tour abrite deux perches permettant la pratique du tir à l’arc ou tir à l’oiseau. Cette construction se situe à l’arrière d’une petite maison villageoise occupée par le local du ‘Cercle des Tireurs– Rixensart Sainte Croix’ et par le musée du Tir à l’Arc de Rixensart. La tour, de plan carré et haute de plus de 27 m, est entièrement bardée d’ardoise, écrit Bénédicte de Ghellinck en 2009 (4).

Le 30 janvier 2019, le Conseil communal de Rixensart décida d’émettre un avis favorable sur le classement, comme monument, de la perche couverte (tir à l’arc), sise rue Auguste Lannoye 32 à Genval, considérant hormis les critères de rareté, d’intégrité et d’authenticité :

– l’intérêt social du bien : la pratique du tir à la perche incarne une culture traditionnelle et populaire vieille de plusieurs siècles, et la perche couverte dont question constitue un témoignage de la pratique du tir à la perche, activité populaire apparue au Moyen Age et particulièrement florissante jusqu’au milieu du siècle dernier

– l’intérêt paysager de la perche couverte qui s’intègre particulièrement bien à l’environnement paysager urbain de Genval et qui constitue pour les habitants un point de repère haut de trente mètres


→ OBJECTIF RIXENSARTLa Perche
→ VISAGES DE RIXENSARTMusée du Tir à l’arc 


(1) WILLOT Isabelle, La perche couverte de Genval, in Le Soir, 18 août 1995
(2) Ibid.
(3) Chroniques CHR n° 26 – 2ème trimestre 1996, p17
(4) WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie, Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart
(5) Conseil communal de Rixensart, Projet de classement, comme monument, de la perche couverte (tir à l’arc) sise rue Auguste Lannoye 32 à 1332 Rixensart, 30 janvier 2019

Eglise Saint-Etienne, de l’inauguration à aujourd’hui

181225 Eglise Saint-Etienne Noël 1978-1979 inaugurée le 25 décembre 1976 © André DelbarNoël 1976 | Chemin du Meunier à Rixensart © André Delbar

A la Noël 1976, dans une église comble à souhait, la messe de Minuit fut chantée et célébrée par des paroissiens heureux de voir ‘consolidée’ leur paroisse dans sa nouvelle structure, d’allure neuve et moderne (1).

L’abbé Jacques Hemeleers développa une pastorale particulièrement vivante en faisant largement confiance aux laïcs, jusqu’en 1985. L’abbé José Lhoir lui succéda, poursuivant ce lien, mais de façon un peu moins soutenue. Lorsqu’il a pris sa retraite, en 1996, les frères Dominicains décidèrent de prendre eux-mêmes en charge la paroisse, avec l’accord du diocèse (2).

Noël 1978 © Jean-Claude Renier
novembre 2013 © Monique D’haeyere

Eglise Sainte-Etienne et Ferme de Froidmont Collection Monique D'haeyere

1979 | Photo diffusée dans un dépliant édité par la Fédération Touristique du Brabant et l’Administration communale de Rixensart, coll. Monique D’haeyere

dd9ee-2106819796

Eglise Saint-Etienne et Ferme de Froidmont, Rachel Diepart pinxit

Cette aquarelle est de l’artiste rixensartoise Rachel Diepart, née à Longlier-Neufchateau en 1958. Régente en Arts Plastiques, elle étudia la peinture à Paris et devint restauratrice de tableaux. Elle fréquente les ateliers de dessin de la Cambre, de peinture aux académies d’Etterbeek et d’Anderlecht, de gravure à l’académie de Boitsfort et de sculpture à l’Ecole des Arts d’Ixelles. Elle participa aussi à des stages d’aquarelle à Ostende. Parmi ses nombreuses expositions, elle fera plusieurs passages à La Pommerage (3) à Genval.

SONY DSC

mars 2016 © Monique D’haeyere

181225 Ferme de Froidmont dessin 1989 Narcisse Poplemont © SI Rixensart

1989 | Eglise Sainte-Etienne (Ferme de Froidmont), Narcisse Poplemont fecit
© Syndicat d’Initiative de Rixensart

2009 | Christ en bois, derrière l’autel de l’église Saint-Etienne © Monique D’haeyere
2012 | Cloche de l’église Saint-Etienne © Christian Petit

Ce Christ en croix provient de la Chapelle du Calvaire, située Drève du Calvaire dans le Bois de Rixensart (→ RÉTRO RIXENSART | Chapelle du Calvaire, IHS). En 1980, cette sculpture en bois trouva refuge dans l’église Saint-Etienne de Froidmont où elle est fixée sur le mur derrière l’autel (4). Dès le XVe siècle, le Brabant était un centre de sculpture sur bois. Dans les ateliers de Bruxelles et de Louvain on ciselait et assemblait des retables, notamment, qui étaient expédiés dans divers pays d’Europe et même ceux de la Baltique. On retrouve encore des retables brabançons dans des églises de Suède. Le calvaire de Rixensart est probablement issu de cette tradition artisanale. A première vue sa date d’exécution correspondrait bien avec celle de l’achèvement du château (5).

Pendant trente ans, Froidmont fut animé spirituellement par des Dominicains. Plusieurs religieux, des couples et le curé de la paroisse logeaient dans les locaux à proximité de l’église. Les Dominicains quittèrent Froidmont au tournant de l’année 2010, mais le lieu a gardé une grande ouverture sur la communauté locale. La ferme de Froidmont est devenue un lieu d’insertion pour une quinzaine d’adultes en situation précaire (6).


 UNITÉ PASTORALE SAINT-ETIENNE | Froidmont, naissance d’une paroisse
→ RÉTRO RIXENSART | La grange-église de Froidmont, dédiée à Saint-Etienne
OBJECTIF RIXENSART | Eglise Saint-Etienne


(1) Le premier Conseil de la Fabrique d’église de Froidmont-Rixensart, Venez à Froidmont, in Venez à Froidmont … Trente ans déjà, Louvain-la-Neuve, p.5
(2)
UNITÉ PASTORALE SAINT-ETIENNE, Froidmont, naissance d’une paroisse
(3) DIEPART Rachel, La Pommerage
(4) PINSON Colette, Chapelles du Calvaire et de la Vierge, in Chroniques CHR N° 22, p.15, 4e trimestre 1995
(5) DERAEDT Marcel, Exploration du monde de Rixensart, L’Ancre, p. 7 et 9, numéro 2 de septembre 1969
(6) de BEAUDRAP Anne-Françoise, in Journal du Dimanche n° 6, 2015

Pont Boisacq

2ac63-1179158266

1935 | Rixensart : ponts du chemin de fer et de la ligne vicinale,
surplombant la profonde tranchée ferroviaire de la ligne Bruxelles-Luxembourg.
coll. Jean-Claude Renier

A l’avant-plan, le pont métallique du vicinal reliant la rue de la Station (rue de la Gare à partir de 1995) et le parking de l’ancien Colruyt.

Continuer la lecture de Pont Boisacq

Le Lido, pêche et solarium

rixensart,le lido,horeca

1937 | Le Lido, rue de Limalsart à Rixensart (vallée de la Lasne) 
coll. Jean-Louis Lebrun

Le domaine du Lido s’étend à cheval sur Rixensart et Genval. Derrière le Lido, on distingue la rue de Limalsart, qui monte vers le Plagniau. 

rixensart,étangs du lido,vallée de la lasne,étangs,le lido 

4.2015 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Le Lido, pêche et solarium

Le Plagniau, « annexé par Rosières »

rosières,plagniau 

Rue de la Ferme du Plagniau
1992/1995 © Hommes et Patrimoine

Anciennement territoire de Limal, le hameau du Plagniau fut rattaché à Rosières en 1884 (1). La ferme du Plaigneau ou Planeau, en wallon ‘Plania’ est déjà citée en 1440 (la terre du Plainal) (2). Cette ferme a été morcelée au 19ème siècle, mais la grande porte charretière qui subsiste a fière allure au bord du chemin (3).

Le hameau du Plagniau (autrefois terre de Plainal, puis Cense de Pleniau et Ferme de Plaigneau) fait partie jusqu’à la fin du 19ème siècle de la commune de Limal. Situé sur la rive droite de la Lasne, il regarde vers Rosières et est fort distant de sa commune d’origine (= 3,8 km au NNO de l’église de Limal). En 1882 une requête, émanant des quelques habitants de ce territoire, demande le rattachement à Rosières. Comme le veut la loi, elle est adressée au président et aux membres de la Chambre de Représentants.

__________
(1) E.C.H.A.R.P., Entente des Cercles d’Histoire et d’Archéologie du Roman Païs, Le patrimoine rural du Brabant wallon, Centre Culturel du Brabant wallon, Court-Saint-Etienne, 1996
(2) du mot latin plania (plaine). Le subst. masc. plain fut très usité en ancien français et une forme plus rare fut plaigne (ca 1100 Roland, éd. J. Bédier, 1085) (cfr. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)
(3) DUBUISSON Paul et Madeleine, Le nouveau canton de Wavre, Au fil de l’histoire, Ed. du Brabant wallon, Chaumont-Gistoux 1972

Continuer la lecture de Le Plagniau, « annexé par Rosières »

Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

genval,villa beau-site,art nouveau,avenue des combattants

1920 | Villa Beau-Site, avenue des Combattants 14 à Genval
érigée en 1908 par l’architecte Paul Hamesse pour l’entrepreneur De Waele
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

En retrait de la voirie, enserrée entre deux Hêtres pleureurs remarquables (1), la villa, de forme cubique, présente quatre façades enduites d’un cimentage, simulant un grand appareil régulier de moellons. Une toiture débordante à pavillon brisé en ardoise en écailles et à l’arrière une bâtière transversale, à brisis recouvrent l’édifice. Les corniches en bois sont soutenues par des corbeaux en bois travaillés. Le bâtiment de deux niveaux, est construit sur hautes caves (2).

Né en 1877, Paul Hamesse, fils du peintre paysagiste Adolphe Hamesse, fut élève de l’architecte Ernest Acker, à l’académie de Beaux-Arts de Bruxelles. Diplômé en 1898, il entre ensuite dans l’atelier de Paul Hankar, et fera parti de la deuxième génération d’architectes ‘Art nouveau géométrique’, par opposition à la tendance ‘Art nouveau floral’, initiée par Victor Horta. A la mort de Paul Hankar, Paul Hamesse rejoint Alban Chambon, architecte-décorateur spécialiste incontesté des théâtres et lieux d’amusement dans l’Europe de la fin du 19ème siècle. Associant le plus souvent à ses créations ses deux frères, Georges et Léon, tous deux peintres-décorateurs, Paul Hamesse poursuivra une abondante production jusqu’à sa mort survenue en 1956.

__________
(1) ARBORESCENCE (association citoyenne rixensartoise), Hêtres pleureurs (Villa Beau-Site, Genval)
(2) STREEL Bernadette (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart, 2010

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

Des thermes genvalois au Musée de l’Eau et de la Fontaine

genval,parc de genval,arutan

Bureaux de la Sté Coopérative ‘Arutan’ à Genval (Parc)

Datant d’environ 1900, le lieu servit à accueillir des thermes (sans succès puisque le projet fit faillite), puis une partie de l’usine Schweppes. Une partie de ce bâtiment fut occupée à partir de 1988 par le Musée de l’Eau et de la Fontaine.

Au début des années 80, réalisant que les fontaines constituaient un patrimoine autrefois d’utilité publique mais laissé à l’abandon, Jean-Pierre Courtois se mit à rêver d’un musée. « Des pompes, canalisations, etc liées à la distribution de l’eau et aux fontaines furent chinées chez les brocanteurs ou proposées par des particuliers » (1).

Lorsqu’en mars 1989 fut lancée par le Ministère de la Région Wallonne une ‘Année des Fontaines’, pour la mise en valeur de celles-ci, la Fondation Roi Baudouin y apporta sa collaboration. Le terme ‘fontaine’ fut pris au sens large d’amenée d’eau et recouvre par conséquent à la fois les sources, les pompes, les bornes, les puits, les lavoirs, les bassins et autres abreuvoirs. Un appel aux projets de restauration fut diffusé en vue d’accorder une aide financière à ceux qui seraient sélectionnés. Les projets devaient envisager le nettoyage, la réparation ou le remplacement d’éléments abîmés, la réalimentation en eau, l’aménagement des abords et la mise en valeur.  L’initiative prise par le ‘Musée de l’Eau et de la Fontaine’ s’inscrivit on ne peut mieux dans la mise en valeur du patrimoine que constituent les points d’eau et leurs superstructures. C’est pourquoi la Fondation Roi Baudoin fut heureuse d’encourager le musée, de contribuer à la fois à son accessibilité et à sa notoriété.

L’homme d’affaires John C. Martin (Château du Lac), proposa ses propres locaux, à Genval. Ceux-ci se trouvèrent non loin du lac de Genval, dans une annexe du château, à 500 mètres de celui-ci. « Il s’agit donc d’un lieu symbolique en ce qui concerne l’eau », souligna Jean-Pierre Courtois, « à proximité du lac – artificiel – mais aussi d’une nappe aquifère qui va jusque Louvain » (1).

__________
(1) de SÉJOURNET Eric, Rencontre avec Jean-Pierre-Courtois, in Visages de Rixensart, 2008

genval,musée de l'eau et de la fontaine,société coopérative arutan 

2017 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Des thermes genvalois au Musée de l’Eau et de la Fontaine

Le Marronnier d’Inde, l’âme de la Place communale

A 1945 Le Marronnier Place communale à Genval après guerre 40:45 c Monique D'haeyere.jpg

1945 | Le Marronnier d’Inde de la Place communale à Genval, coll. Monique D’haeyere

genval,place communale,arbres remarquables

avril 2010 | Place communale © Monique D’haeyere

B 2011 Place communale 6.2011 © Monique D'haeyere.jpg

juin 2011 | Place communale à Genval © Monique D’haeyere

C 2014 Place communale Monuments aux Morts 4.2014 © Christian Petit.jpg

avril 2014 | Place communale à Genval © Christian Petit

E 2015 Le Marronnier de Place communale à Genval © Guy Van Roy - copie.jpg

août 2015 | Le Marronnier d’Inde de la Place communale à Genval © Guy Van Roy

« Tu as toujours été là. Pour tous les Genvalois tu représentes l’âme de « la place », dont tu es sans doute le plus vieux des habitants.

Que de choses ne pourrais-tu nous raconter : le démantèlement du kiosque dont une pâle copie a pris la succession dans le parc de la Maison Communale, la destruction de l’ancienne église et son remplacement par un édifice « contemporain », les parties féroces de balle-pelote dont les règles parfois ésotériques débouchaient sur des empoignades vite noyées au café du coin, les survols de pigeons revenant au village après le concours dominical …

Mariages, enterrements, baptêmes et communions : ce sont des générations que tu as vu défiler sous le porche de l’église. Sous ta ramure, tu as abrité les amourettes naissantes des élèves de l’école toute proche et assisté stoïque aux cérémonies annuelles au monument aux morts que tu surplombes.

Le mois de mai te voyait orné de centaines de fleurs blanches, la rentrée des classes était synonyme de récolte de marrons qui remplissaient les poches des enfants du coin. Mais cette année, tu n’as plus fleuri, et c’est à peine si quelques petites feuilles ont encore tenté de verdir tes extrémités. Es-tu devenu trop vieux, est-ce le réchauffement climatique, la pollution, les effluves de la friterie toute proche ou les ravages causés par la mineuse du marronnier, petit papillon à la chenille dévastatrice … en ce bel été, tu ne ressembles déjà plus qu’à un arbre en plein hiver!

Tes jours sont sans doute comptés, et certains supputent déjà sur « ce qu’on va mettre pour le remplacer ».

Reste encore un peu, on t’aimait bien, tu sais ! »

Guy VAN ROY

C 2015 Place communale Marronnier Lune 9.2015 © Bruno Marchal.jpg

septembre 2015 | Nocturne © Bruno Marchal

1327B. Le Marronnier Place communale 18.11.2015 touché par une tempête © Guy Van Roy.jpg

18 novembre 2015 | après la tempête d’automne © Guy Van Roy

Le sort s’acharna sur le destin du Marronnier de la Place communale de Genval, touché par la tempête dans la nuit du 17 au 18 novembre 2015. Il fut abattu pour cause de chancre bactérien et remplacé le 9 décembre 2015 par un Érable (voir photo ci-dessous).

 

genval,place communale,arbres remarquables

décembre 2015 | Un nouvel Érable remplace désormais le Marronnier d’Inde © Guy Van Roy

 OBJECTIF RIXENSART   > Le Marronnier de la Place communale

774 | Square de la Résistance

rixensart,square de la résistance,bataillon de fusiliers,genval,la hulpe,bourgeois

Cette stèle se trouve square de la Résistance à Rixensart. Elle porte l’inscription « 1940-1945 12me ET 15me BATAILLON DE FUSILIERS RESISTANCE LIBERTE PAIX ». 

« La frondaison des arbres vous cache les ailes du vieux moulin », c’est le message lancé le 1er juin 1944 par la BBC (1), ‘le’ signal qu’attendait l’Armée Secrète pour entrer en action en Belgique. Le gouvernement belge «avait prévu de lever sur les territoires libérés des troupes qui, après une formation accélérée, seraient mises à la disposition des commandements britannique et américain», écrit Paul Gennart (2). En effet, «depuis plusieurs années, les esprits étaient préparés à répondre à une telle éventualité (…), les mouvements de résistance à l’occupant étant alimentés par l’afflux dans la clandestinité de travailleurs requis par les Allemands pour remplacer dans leur pays les ouvriers mobilisés (…). 53.700 volontaires de guerre furent recrutés en 1944 et 1945».

Dès la Libération, des bataillons de Fusiliers (3) furent donc constitués qui, « après une instruction accélérée, furent mis à la disposition des Alliés (…) pour sécuriser les vastes régions non explorées par les blindés américains. Nettoyage de bois et capture de prisonniers sont leur tâche quotidienne », écrit Pierre Bachy (4).

Parmi ces bataillons belges figuraient les 12e et 15e Bataillons de Fusiliers. Le premier fut créé le 11 décembre 1944 à Charleroi et affecté à la 1ère Armée américaine. Quant au second, il se forma le 12 janvier 1945 à Champion et fut affecté à la 9ème Armée américaine.

Notons un épisode que certains Rixensartois devraient se rappeler. Fin août 1945, la mission en Allemagne d’un autre bataillon de Fusiliers, le 20e, toucha à sa fin. Cette unité fut relevée le 9 septembre 1945 dans la région d’Oderberg, sur la rive droite du Rhin par la 2e Brigade «Yser» et rentra en Belgique. « Ce 20e Bataillon de Fusiliers fut cantonné dans le Brabant Wallon : l’Etat Major et les 4e et 5e Compagnies à Genval, les autres compagnies à La Hulpe, Rixensart et Bourgeois pour instruction à la «Battle School». On y forma les premiers sergents. (…). Le 5 novembre 1945, le 20e Bataillon fit mouvement vers Bruxelles, à la caserne Saint-Jean, boulevard du Botanique, où il fut notamment chargé de la garde du Palais Royal » (4). Ce bataillon fut dissout le 8 décembre 1945.

Quant aux 12e et 15e Bataillons de Fusiliers, ils furent dissouts le 10 octobre 1945 et le 28 février 1946.

—–

(1) BERNARD Henri, L’armée secrète 1940-1944, UFAS, Ed. Duculot, Gembloux, septembre 1986, p. 94 et 183
(2) GENNART Paul, Les volontaires de guerre belges de la Libération 
(3) Un bataillon de Fusiliers comprenait un état-major, une compagnie d’état-major et cinq compagnies de fusiliers. Les bataillons de Fusiliers étaient intégrés par trois dans une Brigade et étaient placés sous contrôle opérationnel des Alliés. Chaque bataillon était composé de 801 hommes (28 officiers, dont 1 aumônier, 104 sous-officiers et 669 caporaux et soldats).
(4) BACHY Pierre, Le 20e Bataillon de Fusiliers

 rixensart,beau site,square de la résistance, bataillon de fusiliers 

2012 © Christian Petit