Square de la Résistance, liberté et paix

d4653-869614333-2-1

décembre 2012 | Square de la Résistance à Rixensart © Christian Petit

Cette stèle porte l’inscription ‘1940-1945 12me ET 15me BATAILLON DE FUSILIERS RESISTANCE LIBERTE PAIX’.

La frondaison des arbres vous cache les ailes du vieux moulin, c’est le message lancé le 1er juin 1944 par la BBC (1), ‘le’ signal qu’attendait l’Armée Secrète (2) pour entrer en action en Belgique. Le gouvernement belge avait prévu de lever sur les territoires libérés des troupes qui, après une formation accélérée, seraient mises à la disposition des commandements britannique et américain. En effet, depuis plusieurs années, les esprits étaient préparés à répondre à une telle éventualité (…), les mouvements de résistance à l’occupant étant alimentés par l’afflux dans la clandestinité de travailleurs requis par les Allemands pour remplacer dans leur pays les ouvriers mobilisés (…). 53.700 volontaires de guerre furent recrutés en 1944 et 1945 (3).

Dès la Libération, des bataillons de Fusiliers (4) furent donc constitués qui, après une instruction accélérée, furent mis à la disposition des Alliés (…) pour sécuriser les vastes régions non explorées par les blindés américains. Nettoyage de bois et capture de prisonniers sont leur tâche quotidienne (5).

Parmi ces bataillons belges figuraient les 12e et 15e Bataillons de Fusiliers. Le premier fut créé le 11 décembre 1944 à Charleroi et affecté à la 1ère Armée américaine. Quant au second, il se forma le 12 janvier 1945 à Champion et fut affecté à la 9ème Armée américaine.

Notons un épisode que certains Rixensartois devraient se rappeler. Fin août 1945, la mission en Allemagne d’un autre bataillon de Fusiliers, le 20e, toucha à sa fin. Cette unité fut relevée le 9 septembre 1945 dans la région d’Oderberg, sur la rive droite du Rhin par la 2e Brigade ‘Yser’ et rentra en Belgique.

Ce 20e Bataillon de Fusiliers fut cantonné dans le Brabant Wallon : l’Etat Major et les 4e et 5e Compagnies à Genval, les autres compagnies à La Hulpe, Rixensart et Bourgeois pour instruction à la ‘Battle School’. On y forma les premiers sergents (…). Le 5 novembre 1945, le 20e Bataillon fit mouvement vers Bruxelles, à la caserne Saint-Jean, boulevard du Botanique, où il fut notamment chargé de la garde du Palais Royal (6). Ce bataillon fut dissout le 8 décembre 1945.

Quant aux 12e et 15e Bataillons de Fusiliers, ils furent dissouts le 10 octobre 1945 et le 28 février 1946.

Square de la Résistance 2.2018 © Monique D'haeyere

février 2018 © Monique D’haeyere


(1) BERNARD Henri, L’armée secrète 1940-1944, UFAS, Ed. Duculot, Gembloux, septembre 1986, p. 94 et 183
(2) de SÉJOURNET Eric, L’été ’44 des Coenraets, in Rétro Rixensart, 15 août 2017
(3) GENNART Paul, Les volontaires de guerre belges de la Libération
(4) Un bataillon de Fusiliers comprenait un état-major, une compagnie d’état-major et cinq compagnies de fusiliers. Les bataillons de Fusiliers étaient intégrés par trois dans une Brigade et étaient placés sous contrôle opérationnel des Alliés. Chaque bataillon était composé de 801 hommes (28 officiers, dont 1 aumônier, 104 sous-officiers et 669 caporaux et soldats).
(5) BACHY Pierre,Le 20e Bataillon de Fusiliers
(6) Ibid.

 

Forge de Rosières, extinction des feux

23. Forge de Rosières (rue de La Hulpe 17) © Hommes et Patrimoine
années ’80 | ancienne Forge de Rosières © Hommes et Patrimoine

Dans les villages d’autrefois, centrés sur l’exploitation agricole, le maréchal-ferrant occupait une fonction importante. Si, plusieurs fois par an, il ferrait les chevaux des fermes avoisinantes, il était aussi chargé de la fabrication et, surtout, de la réparation d’outils de toutes sortes, appartenant à tout un chacun. 

A Rosières, la famille Thomas exerça ce métier durant près de deux siècles et cinq générations de ‘marchaux’ se succédèrent dans la forge située rue de La Hulpe 17, ensuite rue de l’Eglise. Cette dernière disparut en 1976 pour faire place au parking (1).

87e61-2260928709-1

1995 | Ancienne forge, après rénovation du mur, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

La plus ancienne, située à proximité de l’Ecole maternelle, fut acquise par la commune en 1980. Elle conserva le ‘travail’ qui permettait au forgeron d’effectuer son ouvrage en toute sécurité. Les chevaux étaient, en effet, maintenus par des sangles et bloqués par des chaînes, dans un cadre spécialement conçu en madriers de forte section.

La forge de Rosières offrit la particularité, assez rare, de posséder un ‘travail’ ou ‘travail à ferrer’ installé mi-partie à l’intérieur, mi-partie à l’extérieur du bâtiment, la porte de la forge se situant sensiblement à la moitié du bâtiment, celui-ci était donc partiellement visible de la route (2).

2009 © Eric de Séjournet ↔ août 2015 © Christian Petit

En 2014, la ruine de la Forge de Rosières fit place nette pour permettre l’extension de l’Ecole Communale de Rosières.


(1) Cercle d’Histoire de Rixensart, Il était une fois …, in Randonnée d’Artistes Rixensart, 25/26 juin 1994, pp. 94 à 144
(2) Ibid.

Genval, les pieds dans l’eau

PAPETERIES DE GENVAL

57f4c-122805314-1

15 mai 2009 | La Lasne sort de son lit aux Papeteries de Genval © Eric de Séjournet

Dans la nuit du 14 au 15 mai 2009, de pluies violentes se sont abattues sur le Brabant wallon et la région de Rixensart. A Genval, le lac a débordé et le parking des papeteries de Genval s’est rempli comme une piscine (1).

15 mai 2009 | Les Papeteries de Genval, les pieds dans l’eau © Eric de Séjournet et Christian Petit

« L’orage du siècle ? » se demande Le Soir (2). « Aux anciennes Papeteries de Genval, on a dégusté (….). À Genval, les précipitations les plus abondantes sont apparues vers 0 h 30. ‘À 2 heures, c’était un lac’, témoigne Marcel Symens, le propriétaire du magasin ‘Symens Cyclos Services’. ‘Les gens qui étaient sur place n’ont rien pu faire’. Ou sauver si peu, 30 % pour les locataires du magasin Sport Factor », écrit Michael Chalklin. « Installé là depuis 1991, Marcel Symens est l’un des commerçants pionniers du site. Il vend des vélos (aussi électriques), des vélomoteurs et des scooters. Il y a eu jusqu’à 1,22 mètre d’eau et de boue dans le magasin ».

« Quelles sont les causes de ces inondations ? » se demande le journaliste. « L’entretien des cours d’eau relève de la commune, de la Province ou de la Région selon la taille et le débit. Aux Papeteries, il est du ressort de la Province. « Il y a une inspection annuelle, précise Marc Mauclet, directeur du service de la voirie et des cours d’eau non navigables. On procède à l’entretien selon les embâcles. »

La remise à ciel ouvert de la Lasne devrait mettre le site à l’abri de tels débordements. Le Bourgmestre ainsi que l’échevin des Travaux en sont persuadés (2).

DÉBORDEMENT DU LAC DE GENVAL

f78e3-298934386-2

15 mai 2009 © Eric de Séjournet

En raison de fortes pluies survenues le 14 mai 2009, le lac de Genval a débordé. Les rues avoisinantes ont été envahies par la boue, inondant caves et maisons ainsi que les papeteries et les grands magasins ! Une situation exceptionnelle, du jamais vu de mémoire d’homme, raconte Viviane Quittelier sur son blog.

ae712-41863110111

15 mai 2009 © Monique D’haeyere

C’est le genre de risques que l’on rencontre tous les cent ans, estime le bourgmestre Jean Vanderbecken. Et de citer le restaurant La Laguna au lac de Genval où l’on met des repères pour chaque inondation. Le bâtiment date de 1906. Le premier trait remonte à 1911. Celui de 1934 lui est supérieur, celui de 1956 dépasse le précédent. Et celui de 2009 est supérieur à celui de 1956 de 80 cm ! (3)

Inondations lac de Genval 15.5.2009 montage © Julien Vanderweerden

15 mai 2009 | Inondations au lac de Genval © Julien Vanderweerden

VALLÉE DE LA MAZERINE

Inondations à Genval 15.5.2009 © Julien Vanderweerden 4

15 mai 2009 | La Mazerine est également sortie de son lit © Julien Vanderweerden


→ TV5 MONDE | Inondations à Rixensart, RTBF ’13 heures’ du 15 mai 2009


(1) RTBF Radio du 15 mai 2009
(2) CHALKLIN Michael, Genval devrait un jour être à l’abri de la Lasne, in Le Soir, 19 mai 2009
(3) Ibid.

Vers Rosières, chemin, route, rue

c6071-4096904659-2-1

Vers Rosières …, coll. Philippe Godin

A la fin de XIXe siècle le chemin de Rosières passait l’Argentine sur une mauvaise planche et se transformait en sentier boueux pour rejoindre la vieille voie de Wavre, qui, sous Rosières, est aujourd’hui la rue de La Hulpe et, sous Overijse, la Parklaan. Le 11 août 1893, le bourgmestre de Genval écrit au gouverneur de la province de Brabant : Pendant les périodes de fortes pluies, la rivière sort de son lit, et les prairies situées entre Genval et Rosières St André sont transformées en un lac qui rend impraticable le chemin direct reliant les deux communes (1). 

23abe-3421765747-1

Photo-légende, commentée suivant les indications du ‘Plan parcellaire de la commune de Rosières’ (Chemin de Maubroux : rue de Rosières / rue des Juifs = rue de Genval / Pré du Wick = le Confluent / Chemin de La Hulpe = rue de La Hulpe)

81d8a-61491287-1

Petite ferme dans le tournant de la rue de Rosières à Genval, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

b0d18-2925010645-1

1907 | Route de Rosières, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Vue prise du bas de la rue de Genval, à Rosières, et montrant la rue de Rosières à Genval. La photo est intéressante en ce qui concerne le bâti de l’époque, souligne le Cercle d’Histoire de Rixensart. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rue de Rosières à Genval, coll. Francis Broche
1929 | Rue de Rosières, coll. Jean-Claude Renier
mai 2015 © Christian Petit

Le Relais, coll. Francis Broche ↔ 2011 © Francis Broche

‘Le Relais’, petit hôtel construit en 1905, situé rue de Rosières 53 à Genval.

66014-3060623577-1
Aux Arts Décoratifs, rue de Rosières, près de la gare de Genval

Rue de Rosières (à gauche, le chalet Normand), coll. Francis Broche
janvier 2016 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7 septembre 1944 | Libération de Genval (2) © Fonds Lannoye

Dans l’après-midi du 4 septembre 1944, l’avant-garde de la ‘2nd Armored Division US’ arrive à Genval. Elle poursuit sa progression via la Manteline vers Bourgeois, pourchassant les Allemands, en retraite. Venant de la Place communale, l’arrivée du gros de la 2ème Division blindée des Etats-Unis est fixée sur pellicule à hauteur de l’avenue Gevaert, où une foule en liesse l’accueille le jeudi 7 septembre 1944. Une colonne blindée américaine traverse Genval de 9h30 à près de 13h. Le gros de la 2nd Armored Division US (1), également dénommée « Hell on Wheels », arrive par l’actuelle rue des Déportés, et descend l’avenue Gevaert vers la gare de Genval. Les GI’s sont encore photographiés rue de la Station, rue de Rosières, sur le pont au-dessus du chemin de fer. Ensuite, les colonnes militaires poursuivent leur progression vers le lac de Genval et la rue de La Hulpe.

Photo 1 | Aussi dénommé Apache, un M4 Sherman Dozer passe, à hauteur de la rue de Rosières, le pont du chemin de fer Luxembourg-Bruxelles. Ce char bulldozer sert à déblayer ruines, objets encombrants, épaves ou à forcer le passage d’une position retranchée. Qui plus est, la lame offre une protection supplémentaire. A droite sur la photo, deux résistants armés de l’Armée Secrète montent la garde au pont. Ils portent leur ‘uniforme’, une salopette en toile de jute et un brassard. Encadrés par des militaires de carrière, les membres de cette formation purement militaire sont protégés par la Convention de Genève et ne sont donc pas considérés comme francs-tireurs.

Photo 2 | Un char Sherman remonte la rue de Rosières. Avec une largeur de 2 m 62 et une hauteur de 2 m 68, le char Sherman occupe bien l’espace. Les Genvalois pavoisent leur maison. 

Photo 3 | Un char Sherman arrive à la hauteur de la maison sise rue de Rosières n°31 (à gauche). A l’arrière-plan le pignon de celle sise dans la même rue au n° 80.

Photo 4 | Un Genvalois enthousiaste salue les occupants de cette Jeep à hauteur de la Place Becquevort. A l’arrière-plan on distingue l’église Saint-Pierre de Maubroux (3).

e7c74-690771870-2-1

Carrefour de Maubroux à Genval, coll. Philippe Godin

Au coin de la rue de Rosières et de l’avenue Normande, coll. Francis Broche

11264-1523783743-1

1991 | La Hêtraie, rue de Rosières à Genval © Michel Nauwelaers

a9580-4252947403-2-1

juin 2000 | rue de Rosières n° 55 à Genval © Gilbert Nauwelaers 

Dès mai 1965, cette maison accueillante connut les joies et les peines de la famille Nauwelaers, une fratrie de 14 enfants. En juin 2000, j’ai participé au concours du plus beau jardin fleuri de la commune de Rixensart et obtenu le second prix, raconte fièrement Gilbert Nauwelaers. Regardez bien le noisetier à gauche, je l’avais taillé en forme de cœur … pour l’amour d’une fille qui habitait la commune et qui passait tous les jours devant chez moi, me faisant toujours un beau sourire et me félicitant à chaque fois pour la beauté de mon jardin. Hélas, son cœur a choisi un autre chemin.


(1) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(2) de SÉJOURNET Eric, Genval libérée ! septembre 1944, in Rétro Rixensart
(3) Ibid.

Sur les traces de l’enseignement au Bourgeois

Rixensart0381

1906 | La Place et, à droite, l’école de Bourgeois, coll. Jean-Claude Renier

Sur la place de Bourgeois, l’école dite des filles pendant très longtemps, fut fondée en 1879, à l’initiative du comte Xavier de Merode (1).

En 1879, la loi Van Humbeek, d’inspiration libérale, institue l’école primaire publique, neutre et laïque, placée sous son contrôle. La très catholique commune de Rixensart se prépare à résister de toute son énergie (2).

En 1881, le Ministère de l’Instruction Publique propose la création d’une école communale mixte au Bourgeois. La polémique est engagée. Tergiversations, atermoiements et autres manoeuvres (…) se succèdent pour rejeter continuellement les mesures décrétées par l’autorité supérieure. Cela durera trois ans et n’attestera ni la bonne foi ni le respect de la chose publique des dirigeants communaux (3).

La commune argue de la cherté du projet et de la pauvreté de sa trésorerie (…) et craint que les hameaux du Glain et de Froidmont exigent aussi une école, à l’exemple du Bourgeois, ce qui s’avérerait encore plus coûteux et exorbitant. L’ultime argument, qui est opposé à l’autorité supérieure, est la possibilité de créer une voie de communication entre le Bourgeois et Rixensart. On refuse l’école et on la remplace par une rue, telle est la proposition. Ce chemin permettrait aux enfants du Bourgeois de se rendre sans difficulté à l’école du ‘Centre’ c’est-à-dire, Place communale ou de la Vielle Taille actuelle. Enfin, la commune baisse sa garde en 1883, mais l’idée de ce qui deviendra l’avenue de Merode a germé de la résistance des conseillers communaux aux exigences légitimes de l’Etat (4).

Le 17 septembre 1890, le Conseil communal retire l’adoption de l’école mixte de Bourgeois et la déclare école communale … vu l’importance de la population du hameau de Bourgeois s’élevant à environ 800 habitants, ainsi que la distance d’environ 30 minutes en moyenne que ceux-ci ont à parcourir pour se rendre à l’école communale (5).

1743e-16018811701

vers 1890 | Famille Taburiaux de Bourgeois, coll. Elisabeth Taburiaux

Edouard Taburiaux était instituteur, Joséphine Desteinbachberick, institutrice, tous deux à l’école publique de Bourgeois vers les années 1890, raconte leur petite-fille Elisabeth Taburiaux (et fille de Joseph). Sur la photo de famille, on retrouve leurs quatre enfants, (de gauche à droite) : Adélie (la plus jeune), Gaston, Marie (la plus âgée) et René. Né neuf ans après Adélie, Joseph ne figure pas sur la photo. 

Le 24 décembre 1896, l’Ecole communale mixte du hameau de Bourgeois est convertie en une école de garçons avec instituteur et en une école de filles avec institutrice (6).

Ecole de Bourgeois Mr Vandercamme instituteur en chef à Bourgeois

M. Vandercamme, instituteur en chef à l’Ecole de Bourgeois, coll. Paul Gilson

Ecole de Bourgeois

1912 | Classe de M. Boulet de l’Ecole communale de Bourgeois, coll. Elisabeth Taburiaux

Sur cette photo, Joseph Taburiaux se trouve au 2e rang à droite.

6e880-1227842334-1

1914/1921 | Un coin de Bourgeois et la ligne vicinale reliant Waterloo à Wavre
(ligne qui sera électrifié après 1932), coll. Jean-Claude Renier

L’école de la place Cardinal Mercier devenait trop exiguë pour la population écolière. Une école communale fut construite rue Lambermont. Elle ne comprenait que deux classes, un préau et, bien sûr, comme le voulait l’époque, une maison pour le maître, chef d’école (7).

2 Les Ecoles Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

Vue sur l’arrière de l’Ecole communale des garçons de Bourgeois, coll. Jean-Louis Lebrun

L’école destinée aux garçons et fut achevée en 1914. Ses premiers occupants ne furent pas les gamins du village mais les Allemands qui s’y arrêtèrent dans leur marche vers l’Yser. L’école fut agrandie en trois phases 1975, 1979, 1983 (8).

66c82-3899358964-2-1

1922 | coll. Francis Broche

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1923 | coll. Francis Broche & Jean-Louis Lebrun ↔ 2011 © Francis Broche

Sur la photo datant de 1923, on aperçoit de part et d’autre de l’école, deux maisons en construction. Sur l’avant-plan la ligne vicinale qui reliait Waterloo à Wavre (WaWa), au centre l’Ecole communale de Bourgeois (rue Lambermont n° 12) et au loin le clocher de l’église Saint François-Xavier.

Ecole communale des garçons, coté rue Lambermont
Dessin coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2016 © Monique D’haeyere

f74d8-4269698972-1

1940/1950 | Ecole Communale des filles de Bourgeois, Place Cardinal Mercier
coll. Jean-Claude Mercier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1959 | Dessin coll. Jean-Claude Renier
vers 1997 © Josette Verbois-Thonnard
2013 © Cedric Muscat


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) Ibid.
(3) CLEP, Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire de Rixensart 1938-1988, 1988, p. 33.
(4) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(5) située sur l’actuelle place de la Vieille Taille
(6) STORMACQ Hubert, Regards sur le passé de Rixensart-Bourgeois, juin 1960
(7) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(8) Ibid.

Leur Abri, en famille au grand air

2 Leur Abri entrée principale coll. Jean-Louis Lebrun

Entrée principale, coll. Jean-Louis Lebrun

Lorsque la société coopérative ‘La Maison du Peuple’ l’acheta, en 1928, il y avait encore deux dortoirs à l’étage. Ils furent sans doute remis en état et inaugurés sans tarder car, dans un ouvrage de 1929, V. Serwy nous parle de cette propriété située à Rixensart en vue de permettre à ses membres de prendre en famille quelques jours de vacances dans un milieu charmant, mais c’est avant tout aux enfants que ce home est destiné (1).

fc83b-4041041361-1

vers 1930 | coll. Anne-Marie Delvaux

De 1928 à 1940 : Leur Abri fonctionne à plein rendement comme maison de vacances pour les coopérateurs de Bruxelles, sous la gérance attentive de Henri Van Beekhoven. Il fallait ajouter une aile au bâtiment central, et même deux bâtiments préfabriqués sur le terrain avoisinant. Le dimanche matin, le jeu de boules, dans la cour, connut un grand succès auprès des vacanciers, et des habitants du quartier (2).

6d5df-1447496505-1

vers 1930 | En plein soleil, coll. Jean-Claude Renier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1929/1938 | Leur Abri … intra muros (salle de repos, cantine, salle à manger, salle de douche, un dortoir) coll. Jean-Louis Lebrun

6a930-565094946-1

1925/1935 | La plaine de jeux de Leur Abri, coll. Jean-Claude Renier

Au centre de la photo, on distingue la toiture de la plus ancienne habitation du Bourgeois, datant du XVIIIe siècle … aujourd’hui disparue → RÉTRO RIXENSART | Rue Lambermont 17, chaumière du XVIIIe.

bc31d-1211952080-1

1931 | Le Home de Leur Abri, coll. Jean-Louis Lebrun

1083. Leur Abri à Bourgeois c JCR CC

‘Place de repos’ en plein air, coll. Jean-Claude Renier

C’était apparemment un home bien géré, voire même un hôtel pour les membres du parti qui pouvaient y séjourner pour un prix démocratique. Selon ceux qui l’ont fréquenté, c’était un endroit idéal pour passer d’agréables vacances. La cuisine y était abondante, variée et excellente. L’hôtel et ses dépendances pouvaient accueillir un très grand nombre de pensionnaires dans 60 à 70 chambres (3).

1acce-774105447-1

Le Home coll. Francis Broche

Hélas, la guerre de 1940-1945 brisa la quiétude des lieux et les activités s’en trouvèrent fortement gênées (4). Pendant la guerre 1940-1945, Leur Abri fut occupé par les Allemands et, simultanément, abrita des résistants et réfractaires (5).

Toute cette quiétude va hélas changer avec la tourmente qui va secouer nos contrées et plonger ‘Leur Abri’ dans la seconde guerre mondiale. La déclaration de guerre amena la fermeture de l’établissement aux vacanciers et mai 40 y vit la présence de troupes anglaises. Elles y abandonnèrent une quantité importante d’obus qui furent enterrés, jusqu’en 1944, le long du mur mitoyen (6).

Après les Anglais en retraite, vinrent les Allemands en séjour et le drapeau à croix gammée flottait à côté du vieux noyer. Cela dura jusqu’au dimanche 3 septembre et l’arrivée de nouvelles troupes anglaises  (7).

Leur Abri 1953 coll. Jean-Louis Lebrun

coll. Jean-Louis Lebrun

A une certaine époque, la commune stockait sous les arcades le chlorure de calcium destiné au déneigement des routes (8).


(1) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Il était une fois …, in Randonnée d’Artistes Rixensart, 25/26 juin 1994, pp. 94 à 144
(2) DE TROYER François, D’un siècle à l’autre, in Les Feuillets Historiques n° 11
(3) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Il était une fois …, in Randonnée d’Artistes Rixensart, 25/26 juin 1994, pp. 94 à 144
(4) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Si Bourgeois m’était conté … .
(5) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996)
(6) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Il était une fois …, in Randonnée d’Artistes Rixensart, 25/26 juin 1994, pp. 94 à 144
(7) Ibid.
(8) dixit Michel Coenraets, ancien bourgmestre de Rixensart

Leur Abri, lieu de rencontres et d’activités

b1514-1480896603-1

vers 1955 | coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Remontons le temps … à Leur Abri ! Rétro Rixensart présente une rétrospective en trois temps de la villa Leur Abri, sise rue du Baillois à Bourgeois.

  • première partie (éditée le 15 avril 2019) : Leur Abri, lieu de rencontres et d’activités
  • deuxième partie (éditée le 16 avril 2019) : Leur Abri, en famille au grand air
  • troisième partie (éditée le 17 avril 2019) : Leur Abri, refuge pour enfants de soldats

974e0-257435505-1

vers 1955 | Home ‘Leur Abri’, coll. Jean-Claude Renier

Après la Seconde Guerre mondiale, Leur Abri retrouva sa vocation première mais avec moins de succès, les vacanciers cherchant plus loin le dépaysement (1).

De 1945 à 1962 : de mars à septembre, le lieu fut un centre de vacances pour les coopérateurs et, en automne et en hiver, le point de départ pour de nombreuses activités initiées par le Cercle local d’éducation populaire (2).

ebe7a-3921806699-1

Entrée cochère de Leur Abri, coll. Jean-Claude Renier

En 1964, la commune de Rixensart acquit ‘Leur Abri’ et, après différents projets, en fit une maison de quartier (3). Ce n’est qu’en 1982, après quelques années de tergiversations que la maison de quartier fut inaugurée (4). ‘Leur Abri’ devint le lieu de rencontres et d’activités culturelles, de manifestations sportives, de plaine de jeux (5). Des salles de cours, de réunion et d’exposition, et des courts de tennis y sont proposés aux Rixensartois.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

mai 2008 | Leur Abri à 360° © Eric de Séjournet

Mis en place au début de l’année 1986 par Michel Coenraets, échevin de la Culture, le Cercle d’Histoire locale y occupa le local n° 6 au 2e étage. Quatre volontaires assurèrent le bon fonctionnement de ce Centre de travail et de documentation : Mmes Bouton et Claes, Mrs Poplemont et Foret (6). En novembre 1994, le Cercle quitta son local d’origine à Bourgeois pour déménager à Genval, au deuxième étage de la villa ‘Beau Site’ (14 avenue des Combattants) et y occuper des locaux plus importants (7).

3 Leur Abri 2.2012 © Eric de Séjournet-006

février 2012 | Locaux occupés par la Croix-Rouge de Rixensart, l’ONE, Le Petit Nid et Bébé Rencontre © Eric de Séjournet

Ce lieu est également marqué par la présence de la Croix-Rouge. En effet, la commune de Rixensart prêta en 1999 à la Croix-Rouge de Rixensart un vaste local afin de pouvoir y organiser le prêt de matériel sanitaire. En moyenne 28 personnes par mois firent appel à ce service, assuré bénévolement jusqu’en 2015 par Yvonne Weber, une habitante de la rue du Moulin (8).

 

mai 2013 | Le parc centenaire © Bernard Hirsoux + mai 2014 © Christian Petit

En 2009, une nouvelle plaine de jeux fut inaugurée dans « ce véritable havre de paix et de quiétude », souligna en juin 2009 Jean Vanderbecken, bourgmestre de Rixensart.

 

juillet 2014 et février 2016 © Monique D’haeyere

En juin 2011, la Commune de Rixensart annonça son projet de création à Leur Abri d’une crèche pouvant accueillir dix-huit bambins (9). La Croix-Rouge de Rixensart, l’ONE, la halte d’accueil ‘Le Petit Nid’ et ‘Bébé Rencontre’ devrons déménager. En mai 2015, le Collège confirma le projet : 28 lits supplémentaires devraient être créés dans un an et demi au plus tôt, puisque là, des bâtiments devraient être démolis et reconstruits. In fine, c’est en janvier 2018, que le projet vit le jour, Patricia Lebon, bourgmestre de Rixensart, y inaugurant ‘Le Berceau de Zaza’.

Quant au parc centenaire de Leur Abri, il regorge de trésors arborés. Quinze Arbres Remarquables y sont recensés : 11 Platanes, 3 Châtaigniers et 1 Chêne (10).


→ ARBORESCENCE | Leur Abri

→ OBJECTIF RIXENSART | Leur Abri


(1) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Il était une fois …, in Randonnée d’Artistes Rixensart, 25/26 juin 1994, pp. 94 à 144
(2) DE TROYER François, D’un siècle à l’autre, in Les Feuillets Historiques n° 11
(3) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Il était une fois …, in Randonnée d’Artistes Rixensart, 25/26 juin 1994, pp. 94 à 144
(4) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(5) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Si Bourgeois m’était conté ….
(6) FORET Jean-Mary, Cercle d’Histoire locale – Ouverture d’une permanence, in Rixensart Info 84 de décembre 1986, p. 19
(7) 
Rixensart – lnfo 158 de février 1996, p. 26
(8) de SÉJOURNET Eric, Remerciements à Yvonne Weber, in Croix-Rouge de Rixensart, 9 juin 2015
(9) ATTOUT Xavier, La commune va augmenter sa capacité d’accueil de 40 % : 51 places en plus en crèche, Le Soir du 24 juin 2011
(10) ARBORESCENCE, association citoyenne (www.arborescencerixensart.com)

 

Chemin de la Source, trait d’union

0e930-4036969234

mars 2009 | Chemin de la Source © Eric de Séjournet

Longeant la voie ferrée, le Chemin de la Source fait la liaison entre la Place Raymond Becquevort (Genval) et l’avenue de Ripont (Rixensart) et traverse la vallée de la Lasne.

2009 ↔ 2015 © Christian Petit

095d1-1605764205

mars 2009 | Ligne 161 et chemin de la Source à hauteur du pont de la rue de Rosières à Genval © Eric de Séjournet

2009 ↔ 2013 © Christian Petit

Rue Haute, direction Merode

Rue Haute Bourgeois Phototypie 9 rue de Chambéry Bruxelles coll. Jean-Louis Lebrun

1913/1920 | Rue Haute à hauteur du Quai du Tram (à gauche), coll. Jean-Louis Lebrun

Initialement, chemin du Glain, ensuite rue Longue (1883), et ‘el Rèwe’ (la rue en wallon), l’artère devint la rue Haute (1).

56693-2454048960-1

1913 | Rue Haute à Bourgeois, coll. Monique D’haeyere

1913 ↔ 2014 © Monique D’haeyere

1919 Un groupe de villas Bourgeois rue Haute coll. Jean-Louis Lebrun

1919 | coll. Jean-Louis Lebrun

Au bout de la rue Haute, la Maison Van Luppen-Broymans marque le paysage.

1922 Rixensart0370

1922 | La rue Haute et ses pavés, coll. Jean-Claude Renier

a97e9-899895177-1

1925 | coll. Francis Broche

1925 ↔ 2014 © Christian Petit

58301-2439911697

1926 | coll. Serge Watté  

Venant du Quai du Tram au Bourgeois, la rue Haute se prolonge jusqu’à l’avenue de Merode. Au bout, on aperçoit le Café du Coin (anciennement Maison Van Luppen-Broymans)

A gauche sur la photo, la villa ‘La Taupinière’ (2), sise au n° 19. A l’époque, il y avait une petite chapelle (à gauche de la personne qui se trouve au milieu de la photo), explique Serge Watté.

1950 Rue Haute Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

avant 1950 | coll. Jean-Louis Lebrun

Dernière photo des pavés de la rue Haute.

Rue Haute Bourgeois B coll. Jean-Louis Lebrun

vers 1950 | La rue Haute … bétonnée, coll. Jean-Louis Lebrun

180723 Course cycliste le 23 juiillet 1950 à l'entrée du Bourgeois rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

23 juillet 1950 | Une course cycliste passe rue Haute (Bourgeois), coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le CLEP (3), le Guidon Rixensartois avait organisé le 5 juillet 1950 une course cycliste pour débutants. A gauche, le salon de coiffure pour hommes Herent, sis rue Haute 7 à Rixensart, signale un lecteur, habitant rue Haute.

1950 ↔ 2014 © Monique D’haeyere


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Haute
→ RÉTRO RIXENSART
| Rue Haute, direction Quai du Tram


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, p.129, 1996
(2) actuellement, la villa ‘Les Abeilles’
(3) CLEP – Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire 1938-1988

La sablière de Rosières, réserve communale

Chemin de la Carrière 8.2008 © Eric de Séjournet-013 (1)

août 2008 | La sablière, chemin de la Carrière © Eric de Séjournet

A Rosières, au bord du chemin de la Carrière, existe une ancienne sablière désaffectée. Propriété de la commune de Rixensart, la sablière de Rosières est située à environ 250 mètres à l’ouest de l’autoroute E 411. La sablière a été creusée dans le flanc droit d’un vallon situé dans le versant nord de la vallée de la Lasne. On y a exploité des sables tertiaires du Bruxellien, essentiellement lors de la construction de l’autoroute (1958-1962). Après des années d’abandon, la sablière est devenue un site de grand intérêt biologique et est répertoriée comme ‘zone centrale ouverte’ au Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) de Rixensart. En effet, la sablière de Rosières abrite des espèces végétales et animales caractéristiques des milieux sableux à végétation rase et clairsemée, devenus rares en Brabant. Le site hébergeait une colonie d’hirondelles de rivage, qui nichaient dans la falaise jusqu’en 1993, date à laquelle la commune de Rixensart prit malencontreusement l’initiative de taluter cette dernière, ‘pour des raisons de sécurité’ (1).

Pratique des sports moteurs dans la Sablière de Rosières 2008 montage photos © Eric de Séjournet copie

octobre 2008 | Sablière de Rosières © Eric de Séjournet

Malgré le panneau communal interdisant la pratique des sports moteurs dans ce site naturel protégé, les dégradations y étaient légion.

« Le fond de l’excavation et les talus sont fort dégradés par le passage d’engins motorisés (motos, quads et même tracteurs); au moins cinq pistes ont été créées au niveau du talus sud. La majeure partie du site est ainsi ‘labourée’ par ces engins et est par conséquent dépourvue de végétation », dénonça Julien Taymans déjà en 2006 (1).

Chemin de la Carrière Rosières 5.2012 © Eric de Séjournet-007

2013 | Sablière de Rosières © Eric de Séjournet

En 2010, le Service Environnement de la Commune de Rixensart annonça que « cette zone centrale ouverte du réseau écologique de la commune de Rixensart a fait l’objet de travaux visant à restaurer les biotopes de grand intérêt biologique présents dans la sablière. Ces travaux ont consisté en : – la restauration de zones sableuses favorables à une série de plantes, d’insectes et d’oiseaux à protéger, – le creusement de deux mares favorables aux batraciens et à la vie aquatique, – la clôture d’une partie du site, en vue d’éviter, à l’avenir, les dégradations dues aux engins motorisés. Ce projet fut élaboré par les membres bénévoles du Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) en collaboration avec l’administration communale. Ce projet est financé par la Commune de Rixensart ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2015 | Diaporama de la sablière de Rosières © Christian Petit

Sablière de Rosières chemin de la Carrière 5.2015 © Christian Petit 0

2015 | Sablière de Rosières, chemin de la Carrière © Christian Petit


→ PCDN | La sablière de Rosières
→ OBJECTIF RIXENSART | Chemin de la Carrière


(1) TAYMANS Julien, Note concernant l’intérêt biologique de la sablière de Rosières, septembre 2006

La Perche couverte, de la construction au classement

64160-3458003453-1

1925/1928 | Construction de la Perche couverte, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

L’histoire du tir à l’arc à Genval remonte à 1922. Auguste Lannoye, patron des Papeteries de Genval, eut l’idée de créer un site où ses travailleurs pourraient s’adonner à ce sport plutôt qu’aller dépenser leur salaire dans les nombreux bistrots des alentours. En 1925 débutèrent les travaux de construction d’une tour de 36 mètres de haut destinée au tir sur perche.

L’entre-deux guerres paraît bien avoir été la dernière période de gloire des sociétés de tireurs à la perche et c’est à cette époque que se construisent, de ci de la, des perches couvertes. En gros, cela consiste à entourer une perche d’une enveloppe suffisamment importante à la base que pour permettre à plusieurs tireurs de s’y regrouper, suffisamment haute que pour surmonter une perche de près de 30 m, suffisamment étanche que pour la mettre à l’abri des intempéries et suffisamment solide que pour ne pas s’écrouler au premier coup de vent. La Wallonie en connut quelques-unes, en Hainaut, en Tournaisis et, plus proches de nous, la perche couverte des ‘Trois Colonnes’, qui disparaîtra en 1945, et la perche ‘semi-ouverte’ à proximité de la gare de La Hulpe.

Genvaloise, la dernière perche couverte du Brabant wallon surplombe depuis 1928 le site des anciennes Papeteries. On y dispute encore des concours de tir à l’arc vertical. Dans tous les villages du Brabant wallon, avant guerre, on trouvait 2 ou 3 perches de tir à l’arc en plein air, rappella René Vandiest, secrétaire du Cercle des Archers de Rixensart-Sainte-Croix. Il suffisait d’un arbre planté dans le sol sur lequel se balançaient les ‘oiseaux’ (…). Les gens des Papeteries avaient leur équipe d’archers, et j’en faisais partie. On pouvait gagner alors des caisses entières de papier peint. À l’époque cela valait une fortune (1).

1925/1928 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2015 © Monique D’haeyere

Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval partie 1 originale c Christian Lannoye

entre 1927 et 1935 | Splendide vue panoramique de Genval

De gauche à droite : l’avenue des Combattants, la rue des Lilas et la villa d’Auguste Lannoye et son épouse Marie Stévenart, la Perche, l’avenue Gevaert et la rue de Rixensart.

22293-262984476

coll. Philippe Godin

Photo prise à partir du clocher de l’église de Maubroux. A gauche la Perche. A droite, la tour à charbon, qui alimentait les locomotives à vapeur assurant le transport des marchandises des Papeteries de Genval.

1948/1950 coll. Philippe Godin ↔ 2011 © Bruno Marchal

Vues panoramiques des Papeteries de Genval, prises depuis le clocher de l’église Saint-Pierre de Maubroux. Au centre de la photo, la rue de Rixensart et ses maisons. A droite, la Perche couverte.

b8ddf-4120566410

mai 1951 © Dominique Delbrassinne

Cette vue panoramique des Papeteries de Genval a été probablement prise à partir de l’avenue Gevaert. Au centre, on reconnaît la Perche. On distingue à l’horizon la rue de l’Institut et le château d’eau de Rixensart. A l’avant-plan, encaissé dans la rue du Vallon, le Collège Notre-Dame des Trois Vallées ne dévoile que ses toits.

1990 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2015 © Monique D’haeyere

Vues depuis la Colline du Glain sur l’actuel rond-point Yvonne Londoz (Gailly), la rue de Rixensart et les avenues Albert Ier/Franklin Roosevelt.

1995  coll. CHR ↔ 2013 © Monique D’haeyere

Étrange bâtiment que cette grande tour grise qui surplombe encore aujourd’hui le site des anciennes Papeteries de Genval. Construite entre 1922 et 1928, elle leur appartenait jadis avant de devenir la propriété de la commune de Rixensart. Un peu tordue, pas vraiment d’équerre, elle fut élevée avec les moyens du bord : 6 colonnes de béton ceinturées de poutres en bois lui assurent pourtant une assise solide. Les plaques d’Eternit qui la recouvrent à l’extérieur lui donnent même des allures de bâtiment industriel (2).

Ayant subi les assauts du temps, la tour couverte – seule à subsister en activité encore en Wallonie, devait être remise en état.

avant 1998 coll. CHR ↔ 1999 coll. Hommes et Patrimoine

Devenue propriétaire du site, la Commune de Rixensart décida pour des raisons de sécurité et de préservation de patrimoine de la rénover avec l’aide de la Région wallonne. Coût des travaux : 124.000 euros.

Architecte, je me suis occupé en 1998, de la rénovation indispensable de la Perche couverte pour le compte du Service travaux de la commune. La vue à 34 m était à couper le souffle. Le club existe toujours et un petit musée est accessible sur place, écrivit Pierre Gheux en mai 2015.

1999 © Josette Verbois-Thonnard ↔ mai 2016 © Monique D’haeyere

Depuis le rond-point Yvonne Londoz, prises de vue de la ‘dernière double perche couverte en activité en Wallonie’. De 35 mètres de haut, elle sert aux entraînements du tir à l’arc sur perches verticales à 33 mètres (3).

2008 | vue depuis la rue Auguste Lannoye © Eric de Séjournet
février 2013 © Christian Petit

Cette tour abrite deux perches permettant la pratique du tir à l’arc ou tir à l’oiseau. Cette construction se situe à l’arrière d’une petite maison villageoise occupée par le local du ‘Cercle des Tireurs– Rixensart Sainte Croix’ et par le musée du Tir à l’Arc de Rixensart. La tour, de plan carré et haute de plus de 27 m, est entièrement bardée d’ardoise, écrit Bénédicte de Ghellinck en 2009 (4).

Le 30 janvier 2019, le Conseil communal de Rixensart décida d’émettre un avis favorable sur le classement, comme monument, de la perche couverte (tir à l’arc), sise rue Auguste Lannoye 32 à Genval, considérant hormis les critères de rareté, d’intégrité et d’authenticité :

– l’intérêt social du bien : la pratique du tir à la perche incarne une culture traditionnelle et populaire vieille de plusieurs siècles, et la perche couverte dont question constitue un témoignage de la pratique du tir à la perche, activité populaire apparue au Moyen Age et particulièrement florissante jusqu’au milieu du siècle dernier

– l’intérêt paysager de la perche couverte qui s’intègre particulièrement bien à l’environnement paysager urbain de Genval et qui constitue pour les habitants un point de repère haut de trente mètres


→ OBJECTIF RIXENSARTLa Perche
→ VISAGES DE RIXENSARTMusée du Tir à l’arc 


(1) WILLOT Isabelle, La perche couverte de Genval, in Le Soir, 18 août 1995
(2) Ibid.
(3) Chroniques CHR n° 26 – 2ème trimestre 1996, p17
(4) WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie, Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart
(5) Conseil communal de Rixensart, Projet de classement, comme monument, de la perche couverte (tir à l’arc) sise rue Auguste Lannoye 32 à 1332 Rixensart, 30 janvier 2019

Eglise Saint-Etienne, de l’inauguration à aujourd’hui

181225 Eglise Saint-Etienne Noël 1978-1979 inaugurée le 25 décembre 1976 © André DelbarNoël 1976 | Chemin du Meunier à Rixensart © André Delbar

A la Noël 1976, dans une église comble à souhait, la messe de Minuit fut chantée et célébrée par des paroissiens heureux de voir ‘consolidée’ leur paroisse dans sa nouvelle structure, d’allure neuve et moderne (1).

L’abbé Jacques Hemeleers développa une pastorale particulièrement vivante en faisant largement confiance aux laïcs, jusqu’en 1985. L’abbé José Lhoir lui succéda, poursuivant ce lien, mais de façon un peu moins soutenue. Lorsqu’il a pris sa retraite, en 1996, les frères Dominicains décidèrent de prendre eux-mêmes en charge la paroisse, avec l’accord du diocèse (2).

Noël 1978 © Jean-Claude Renier
novembre 2013 © Monique D’haeyere

Eglise Sainte-Etienne et Ferme de Froidmont Collection Monique D'haeyere

1979 | Photo diffusée dans un dépliant édité par la Fédération Touristique du Brabant et l’Administration communale de Rixensart, coll. Monique D’haeyere

dd9ee-2106819796

Eglise Saint-Etienne et Ferme de Froidmont, Rachel Diepart pinxit

Cette aquarelle est de l’artiste rixensartoise Rachel Diepart, née à Longlier-Neufchateau en 1958. Régente en Arts Plastiques, elle étudia la peinture à Paris et devint restauratrice de tableaux. Elle fréquente les ateliers de dessin de la Cambre, de peinture aux académies d’Etterbeek et d’Anderlecht, de gravure à l’académie de Boitsfort et de sculpture à l’Ecole des Arts d’Ixelles. Elle participa aussi à des stages d’aquarelle à Ostende. Parmi ses nombreuses expositions, elle fera plusieurs passages à La Pommerage (3) à Genval.

SONY DSC

mars 2016 © Monique D’haeyere

181225 Ferme de Froidmont dessin 1989 Narcisse Poplemont © SI Rixensart

1989 | Eglise Sainte-Etienne (Ferme de Froidmont), Narcisse Poplemont fecit
© Syndicat d’Initiative de Rixensart

2009 | Christ en bois, derrière l’autel de l’église Saint-Etienne © Monique D’haeyere
2012 | Cloche de l’église Saint-Etienne © Christian Petit

Ce Christ en croix provient de la Chapelle du Calvaire, située Drève du Calvaire dans le Bois de Rixensart (→ RÉTRO RIXENSART | Chapelle du Calvaire, IHS). En 1980, cette sculpture en bois trouva refuge dans l’église Saint-Etienne de Froidmont où elle est fixée sur le mur derrière l’autel (4). Dès le XVe siècle, le Brabant était un centre de sculpture sur bois. Dans les ateliers de Bruxelles et de Louvain on ciselait et assemblait des retables, notamment, qui étaient expédiés dans divers pays d’Europe et même ceux de la Baltique. On retrouve encore des retables brabançons dans des églises de Suède. Le calvaire de Rixensart est probablement issu de cette tradition artisanale. A première vue sa date d’exécution correspondrait bien avec celle de l’achèvement du château (5).

Pendant trente ans, Froidmont fut animé spirituellement par des Dominicains. Plusieurs religieux, des couples et le curé de la paroisse logeaient dans les locaux à proximité de l’église. Les Dominicains quittèrent Froidmont au tournant de l’année 2010, mais le lieu a gardé une grande ouverture sur la communauté locale. La ferme de Froidmont est devenue un lieu d’insertion pour une quinzaine d’adultes en situation précaire (6).


 UNITÉ PASTORALE SAINT-ETIENNE | Froidmont, naissance d’une paroisse
→ RÉTRO RIXENSART | La grange-église de Froidmont, dédiée à Saint-Etienne
OBJECTIF RIXENSART | Eglise Saint-Etienne


(1) Le premier Conseil de la Fabrique d’église de Froidmont-Rixensart, Venez à Froidmont, in Venez à Froidmont … Trente ans déjà, Louvain-la-Neuve, p.5
(2)
UNITÉ PASTORALE SAINT-ETIENNE, Froidmont, naissance d’une paroisse
(3) DIEPART Rachel, La Pommerage
(4) PINSON Colette, Chapelles du Calvaire et de la Vierge, in Chroniques CHR N° 22, p.15, 4e trimestre 1995
(5) DERAEDT Marcel, Exploration du monde de Rixensart, L’Ancre, p. 7 et 9, numéro 2 de septembre 1969
(6) de BEAUDRAP Anne-Françoise, in Journal du Dimanche n° 6, 2015

Pont Boisacq

2ac63-1179158266

1935 | Rixensart : ponts du chemin de fer et de la ligne vicinale,
surplombant la profonde tranchée ferroviaire de la ligne Bruxelles-Luxembourg.
coll. Jean-Claude Renier

A l’avant-plan, le pont métallique du vicinal reliant la rue de la Station (rue de la Gare à partir de 1995) et le parking de l’ancien Colruyt.

Continuer la lecture de Pont Boisacq

Le Lido, pêche et solarium

rixensart,le lido,horeca

1937 | Le Lido, rue de Limalsart à Rixensart (vallée de la Lasne) 
coll. Jean-Louis Lebrun

Le domaine du Lido s’étend à cheval sur Rixensart et Genval. Derrière le Lido, on distingue la rue de Limalsart, qui monte vers le Plagniau. 

rixensart,étangs du lido,vallée de la lasne,étangs,le lido 

4.2015 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Le Lido, pêche et solarium

Le Plagniau, « annexé par Rosières »

rosières,plagniau

1992/1995 | Rue de la Ferme du Plagniau © Hommes et Patrimoine

Anciennement territoire de Limal, le hameau du Plagniau fut rattaché à Rosières en 1884 (1). La ferme du Plaigneau ou Planeau, en wallon ‘Plania’ est déjà citée en 1440 (la terre du Plainal) (2). Cette ferme a été morcelée au 19ème siècle, mais la grande porte charretière qui subsiste a fière allure au bord du chemin (3).

Le hameau du Plagniau (autrefois terre de Plainal, puis Cense de Pleniau et Ferme de Plaigneau) fait partie jusqu’à la fin du 19ème siècle de la commune de Limal. Situé sur la rive droite de la Lasne, il regarde vers Rosières et est fort distant de sa commune d’origine (= 3,8 km au NNO de l’église de Limal). En 1882 une requête, émanant des quelques habitants de ce territoire, demande le rattachement à Rosières. Comme le veut la loi, elle est adressée au président et aux membres de la Chambre de Représentants.

Les signataires, membres d’une même famille (H. Spreutels, C. Vandervorst, Gme Leblicq, Jh Spreutels, Jh Vandervorst, J.J. Spreutels, Jh Lambert) exposent leurs motifs en cinq points, que nous reproduisons ci-dessous :

Les soussignés, habitants du hameau de Plan sous Limal (Brabant), prennent la respectueuse liberté de bien vouloir décréter leur séparation de la dite commune et leur réunion à celle de Rosières St André.

Ils osent exposer à vos honorables personnes ce qui suit :

1. Leur hameau, composé de sept ménages de la même famille, est éloigné du centre et de toute autre habitation de la commune à plus de quatre kilomètres; tandis qu’il n’est distant de Rosières que de quelques centaines de mètres.

2. Vu cet éloignement, leur enfants ne peuvent profiter de l’instruction gratuite qui leur est offerte dans les écoles communales ou autre et doivent payer dans d’autres écoles plus rapprochées.

3. Les biens composant ledit hameau, étant la propriété de la même famille, sont exploités par eux et aucun autre habitant de la commune n’est appelé dans ce parage, ce qui fait que nulle relation n’existe entre eux.

4. Ne pouvant profiter d’aucun des bienfaits de l’administration locale, ils n’ont nul intérêt à voter, et la plus belle des prérogatives du peuple belge est pour eux sans valeur.

5. Enfin, une barrière naturelle, une montagne couverte de bois, entoure le dit hameau de trois côtés, et semble ainsi Indiquer a priori sa réunion à la commune de Rosières Saint André.

Cette demande déclenche une procédure dont le déroulement n’est pas exceptionnel. Des annexions et détachements de territoire se rencontrent en effet dès le XIXème siècle.

Le 25 mai 1884, Gustave Berges, membre de la Députation permanente du Conseil provincial, vient effectuer une enquête pour s’assurer de l’opinion des membres des Conseils communaux de Limal et de Rosières. A la suite de cette enquête, les Chambres adoptent le changement demandé. La loi modifiant les limites entre les communes de Limal et de Rosières est promulguée le 9 juin 1884, signée par Léopold II et le Ministre de l’Intérieur G. Rolin-Jacquemyns. A côté des documents existant à la commune de Rixensart, se trouve une lettre dans les archives paroissiales de Rosières. Emanant de l’Archevêché de Malines, datée du 3 novembre 1894, signée par F. van Olmen, secrétaire, pour le Cardinal Goossens, elle autorise, en accord avec la paroisse de Limal, les habitants du Planiau à appartenir à la paroisse de Rosières.

Aujourd’hui le quartier du Planiau s’est développé, de nouvelles constructions ont été édifiées, mais l’endroit a gardé son caractère de hameau champêtre. Entouré de prés et de bois, situé près de la Lasne et de ses étangs sauvages, son cadre est resté pittoresque et naturel (4).

b87a0-1760715615-1

1992/1995 | Rue de la Ferme du Plagniau © Hommes et Patrimoine

1992/1995 © Hommes et Patrimoine ↔ mars 2010 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1992/1995 | Vue depuis le chemin du Plagniau © Hommes et Patrimoine
septembre 2014 | Vue depuis le chemin du Plagniau © Christian Petit
octobre 2014 | Vue depuis la rue de la Ferme du Plagniau © Eric de Séjournet


(1) E.C.H.A.R.P., Entente des Cercles d’Histoire et d’Archéologie du Roman Païs, Le patrimoine rural du Brabant wallon, Centre Culturel du Brabant wallon, Court-Saint-Etienne, 1996
(2) du mot latin plania (plaine). Le subst. masc. plain fut très usité en ancien français et une forme plus rare fut plaigne (ca 1100 Roland, éd. J. Bédier, 1085) (cfr. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)
(3) DUBUISSON Paul et Madeleine, Le nouveau canton de Wavre, Au fil de l’histoire, Ed. du Brabant wallon, Chaumont-Gistoux 1972
(4) MOUVET-de ROUBAIX G.
 (Cercle d’Histoire de Rixensart), L’annexion du Plagniau par Rosières, in Rixensart Info 115 d’octobre 1990, p. 24 et 116 de décembre 1990, p. 24

Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

genval,villa beau-site,art nouveau,avenue des combattants

1920 | Villa Beau-Site, avenue des Combattants 14 à Genval
érigée en 1908 par l’architecte Paul Hamesse pour l’entrepreneur De Waele
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

En retrait de la voirie, enserrée entre deux Hêtres pleureurs remarquables (1), la villa, de forme cubique, présente quatre façades enduites d’un cimentage, simulant un grand appareil régulier de moellons. Une toiture débordante à pavillon brisé en ardoise en écailles et à l’arrière une bâtière transversale, à brisis recouvrent l’édifice. Les corniches en bois sont soutenues par des corbeaux en bois travaillés. Le bâtiment de deux niveaux, est construit sur hautes caves (2).

Né en 1877, Paul Hamesse, fils du peintre paysagiste Adolphe Hamesse, fut élève de l’architecte Ernest Acker, à l’académie de Beaux-Arts de Bruxelles. Diplômé en 1898, il entre ensuite dans l’atelier de Paul Hankar, et fera parti de la deuxième génération d’architectes ‘Art nouveau géométrique’, par opposition à la tendance ‘Art nouveau floral’, initiée par Victor Horta. A la mort de Paul Hankar, Paul Hamesse rejoint Alban Chambon, architecte-décorateur spécialiste incontesté des théâtres et lieux d’amusement dans l’Europe de la fin du 19ème siècle. Associant le plus souvent à ses créations ses deux frères, Georges et Léon, tous deux peintres-décorateurs, Paul Hamesse poursuivra une abondante production jusqu’à sa mort survenue en 1956.

__________
(1) ARBORESCENCE (association citoyenne rixensartoise), Hêtres pleureurs (Villa Beau-Site, Genval)
(2) STREEL Bernadette (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart, 2010

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, Art nouveau géométrique

Des thermes genvalois au Musée de l’Eau et de la Fontaine

19a6a-1350858335-2-1

Bureaux de la Sté Coopérative ‘Arutan’ à Genval (Parc)

Datant d’environ 1900, le lieu servit à accueillir des thermes (sans succès puisque le projet fit faillite), puis une partie de l’usine Schweppes. Une partie de ce bâtiment fut occupée à partir de 1988 par le Musée de l’Eau et de la Fontaine.

Au début des années 80, réalisant que les fontaines constituaient un patrimoine autrefois d’utilité publique mais laissé à l’abandon, Jean-Pierre Courtois se mit à rêver d’un musée. « Des pompes, canalisations, etc liées à la distribution de l’eau et aux fontaines furent chinées chez les brocanteurs ou proposées par des particuliers » (1).

Lorsqu’en mars 1989 fut lancée par le Ministère de la Région Wallonne une ‘Année des Fontaines’, pour la mise en valeur de celles-ci, la Fondation Roi Baudouin y apporta sa collaboration. Le terme ‘fontaine’ fut pris au sens large d’amenée d’eau et recouvre par conséquent à la fois les sources, les pompes, les bornes, les puits, les lavoirs, les bassins et autres abreuvoirs. Un appel aux projets de restauration fut diffusé en vue d’accorder une aide financière à ceux qui seraient sélectionnés. Les projets devaient envisager le nettoyage, la réparation ou le remplacement d’éléments abîmés, la réalimentation en eau, l’aménagement des abords et la mise en valeur.  L’initiative prise par le ‘Musée de l’Eau et de la Fontaine’ s’inscrivit on ne peut mieux dans la mise en valeur du patrimoine que constituent les points d’eau et leurs superstructures. C’est pourquoi la Fondation Roi Baudoin fut heureuse d’encourager le musée, de contribuer à la fois à son accessibilité et à sa notoriété.

L’homme d’affaires John C. Martin (Château du Lac), proposa ses propres locaux, à Genval. Ceux-ci se trouvèrent non loin du lac de Genval, dans une annexe du château, à 500 mètres de celui-ci. « Il s’agit donc d’un lieu symbolique en ce qui concerne l’eau », souligna Jean-Pierre Courtois, « à proximité du lac – artificiel – mais aussi d’une nappe aquifère qui va jusque Louvain » (1).

4ea8a-967408167-1

2017 © Monique D’haeyere

99d5c-2125314367-1

1988-1989 | coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine à Genval

1e4e4-757668288-1

1988-1989 | coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine à Genval

« Grâce à la générosité de John C. Martin et grâce à l’aide de nombreuses personnes qui nous aidés dans l’aménagement des locaux et de l’extérieur du bâtiment », le musée ouvrit ses portes en 1989, sous le nom de Musée de l’Eau et de la Fontaine.

9e2d4-803692870-1

1992/1995 | Photo emblématique du Musée de l’Eau et de la Fontaine (2) © Josette Thonnard-Verbois (3)

Situé avenue Hoover 63 à Genval, le Musée de l’Eau et de la Fontaine fut ouvert au public à Genval le 1er juillet 1989. « Nous avions décidé que celui-ci ne serait pas un musée présentant des collections qui deviendraient vite poussiéreuses et ennuyantes. Nous voulions un musée vivant et le succès qu’il remporte aussi bien auprès des adultes que des enfants prouve que nous y sommes arrivés », explique Jean-Pierre Courtois (4), conservateur.

A l’occasion de l’ouverture du musée, La Libre Belgique titre le 27 juillet 1989 : Les fontaines ne pleurent plus leur musée. « Cela y sent bon l’eau qui s’ébroue. Et cela y résonne des doux murmures des sources maîtrisées (…). Le 63, avenue Hoover coule de source ..».

6c7d6-4050104033-1

1995 | coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine

d3528-1065143841-3-1
1995 | Timbre dessiné par Jacques Doppée
et édité en 1995 dans le cadre de l’action de promotion ‘Vive la philatélie !’

« C’est le cri (du coeur) lancé par la Poste à l’occasion de l’émission du timbre consacré au Musée de l’Eau et de la Fontaine. D’une valeur de 16 francs, il sera mis en vente à 19 francs, écrivit Didier Hermans (5). « Le résultat plaît particulièrement aux responsables du musée. La fontaine illustrée n’est autre qu’une des premières fontaines publiques qui ont existé à Genval. Pour pouvoir prendre de l’eau à cette fontaine, les gens devaient avoir une clé spéciale, précise le dessinateur. Cette clé, ils devaient aller la chercher (en la payant) à l’administration de la commune. Une sorte de taxe, si l’on veut ».

abca7-2540285965-1

1992/1995 | Vestiges de l’ancien Parc ornithologique photographiés à partir
des jardins du Musée de l’Eau et de la Fontaine
coll. Syndicat d’Initiative de Rixensart

b41bc-1736627825-2

avril 1999 | Vestiges de l’ancien Parc ornithologique photographiés à partir
des jardins du Musée de l’Eau et de la Fontaine
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

72874-4034630086-1

2008 | Logo du Musée de l’Eau et de la Fontaine

129db-665480396-1

2008 | coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine

02a15-3134017655-1
2008 | Jean-Pierre Courtois, conservateur

Rencontre avec Jean-Pierre Courtois (interview réalisée en 2008) (6)

Le Musée de l’Eau et de la Fontaine de Genval fêtera ses vingt ans tout au long de l’année 2009. Il a été créé par Jean-Pierre Courtois, un passionné des fontaines, toujours bénévole au musée.

Six mille enfants fréquentent les lieux chaque année, c’est le résultat de l’obsession de ce passionné. Mais l’aventure a commencé réellement au début des années 80, lorsque Jean-Pierre Courtois, un habitant de Virginal, commence à faire des recherches sur un patrimoine autrefois d’utilité publique mais en voie de disparition.

« J’avais une passion personnelle pour les fontaines, leur histoire, leurs légendes, leur architecture; le pourquoi de leur installation à tel endroit », explique-t-il. « Je menais des recherches auprès des syndicats d’initiative, des cercles d’histoire et j’ai réalisé des dossiers sur les fontaines que j’avais découvertes en Belgique. J’ai aussi pris des photographies et j’ai exposé ces photos. Cela a eu un beau succès ».

Jean-Pierre Courtois a également publié un ouvrage à ce sujet et mis sur pied d’autres expositions. Réalisant que ces fontaines constituaient un patrimoine laissé à l’abandon, car plus utilisé, et commençant à assembler quelques pièces, il se met à rêver d’un musée. Des pompes, canalisations, etc liées à la distribution de l’eau et aux fontaines sont chinées chez les brocanteurs ou proposées par des particuliers. Restait toutefois à trouver un lieu. L’homme d’affaires John Martin (Château du Lac), propose ses propres locaux, à Genval. Ceux-ci se trouvent non loin du lac de Genval, dans une annexe du château, à 500 mètres de celui-ci. Datant d’environ 1900, le lieu est inspiré d’un ancien monastère rhénan, et servit à accueillir des thermes (sans succès puisque le projet fit faillite), puis une partie de l’usine Schweppes. « Il s’agit donc d’un lieu symbolique en ce qui concerne l’eau », souligne Jean-Pierre Courtois, « à proximité du lac – artificiel – mais aussi d’une nappe aquifère qui va jusque Louvain ».

Le musée ouvre ses portes en 1989, sous le nom de Musée de l’Eau et de la Fontaine. « Dès l’ouverture, nous avons décidé d’étendre les thèmes à la sensibilisation à l’eau. Faire prendre conscience que l’eau est une richesse très importante, qu’il fallait faire attention à sa consommation, ne pas la polluer…. Au fil des années, ces thèmes sont devenus des sujets au cœur de l’actualité. Et beaucoup de choses se sont créées dans ce domaine depuis que nous existons », continue Jean-Pierre Courtois, bénévole au musée. « Au début, il s’agissait d’ailleurs du seul musée en Europe consacrée à la fois à l’eau et à la fontaine ».

Au fil des années, la fréquentation est devenue de plus en plus importante. Actuellement, le musée accueille 6000 enfants par an. Ils étaient environ un millier il y a 5 ans. Le public, qui vient principalement de la Communauté française, est constitué de 75 % d’enfants. Mais la grande étape depuis la création du musée est l’apparition d’animations. « Trois animatrices à temps plein accueillent à présent des écoles pratiquement tous les jours », indique fièrement Jean-Pierre Courtois. Et il y aura bientôt des animations pour tous les âges. « Nous avons des animations pour les petits de maternelle. Très peu de musées le font. Ils peuvent manipuler l’eau et la découvrir par tous les sens… Pour les plus âgés, il y a aussi l’animation dédiée au chemin parcouru par l’eau du robinet ».

La visite du matin au musée se complète d’une visite sur le terrain l’après midi. « Nous avons un partenariat avec les intercommunales. Nous allons visiter une station de captage de l’IECBW à Genval et une station d’épuration de l’IBW ». Cette visite peut se compléter – et c’est très apprécié des seniors, semble-t-il – d’une visite de Genval afin de découvrir comment la localité a tiré parti de ses ressources en eau, à la fois touristiquement et économiquement. « Nous avons aussi le projet de visites pour les adolescents, sous forme de jeu de rôle. Les adolescents sont aussi les parents pauvres des musées. Et ainsi, il y en aurait pour tous les âges! Les premières visites seront lancées au mois de mars ».

Ce ne sera pas le seul projet pour 2009. Des concours et diverses expositions sont prévus. Les responsables du musée aimeraient aussi agrandir les lieux, et des discussions sont en cours avec le propriétaire à ce sujet. Une salle réservée aux animations pourrait être aménagée à l’étage du musée.

d33ca-826241137-1

12 mars 2008 | Les musées se mettent au vert © Eric de Séjournet
Conférence de presse conjointe avec l’Abbaye de Villers-la-Ville et la Fondation Folon

Les parcs, jardins et arbres en Wallonie, ce fut le thème proposé et adoptée par 29 musées, lors de la Nuit de l’équinoxe du printemps le 22 mars 2008. Quant au Musée de l’Eau et de la Fontaine, de Genval, il proposa « Du bleu dans le vert« . Les céramiques de Joëlle Swanet s’exposèrent au côté de l’art floral japonais, le tout au milieu des jets d’eau des fontaines (…). « Notre défi consistait à confier le musée à deux artistes, la céramiste ottintoise Joëlle Swanet et de Keishu Horikoshi, maître d’ikebana, l’art floral japonais, indissociables de la céramique, au Japon. L’occasion de faire découvrir le musée de façon inédite, grâce à la rencontre entre trois univers« .

e5079-1624855387-1

2008 | Stages pour jeunes, coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine

12f73-3221555453-1

2009 | Musée de l’Eau et de la Fontaine © Monique D’haeyere

205df-330669322-1

2009 | Le Musée de l’Eau et de la Fontaine fête ses vingt ans

Jour après jour, le musée s’est imposé comme centre d’éducation et de sensibilisation à l’importance de l’eau dans notre vie. Il est aussi un lieu de connaissances et de découverte de ce patrimoine jadis d’utilité publique, et aujourd’hui souvent délaissé, que sont les fontaines.

Le Musée de l’Eau et de la Fontaine est devenu une adresse incontournable pour les écoles, un rendez-vous des touristes de passage au Lac de Genval, … un lieu ouvert à tous !

5b7c5-2215562301-1

2010 | coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine

8bdd4-1449281218-1

2010 | coll. Musée de l’Eau et de la Fontaine

Le musée ouvrit ses portes à tous : aux familles en visite libre ou lors d’évènements tout au long de l’année; aux enfants pour une animation avec l’école ou les mouvements de jeunesses ou pour fêter son anniversaire; aux adultes pour des visites guidées ou des journées découvertes ‘Au fil de l’Eau’. Le musée travaillé aussi à l’accueil des publics fragilisés, aux étudiants souhaitant consulter le centre de documentation pour un travail scolaire et aux enseignants en formation.

28 ans durant, six mille enfants fréquentèrent les lieux chaque année. Ils furent invités à découvrir l’eau dans tous ses états, à revivre l’histoire de la distribution de l’eau à travers les siècles, à tendre l’oreille au murmure des fontaines qui nous transportent au temps jadis, à se Laisser emporter sur les chemins d’un puits africain, et à parcourir les mythes et légendes liés à l’eau, et … à prendre conscience des défis actuels. En effet, ce début de 21ème siècle, la protection de l’eau est devenue une préoccupation essentielle. « Comment la préserver ? Quelles sont les techniques pour la traiter ? Comment bénéficier de son potentiel tout en la respectant ? », martelèrent les responsables du musée.

musees,musée de l'eau et de la fontaine,culture

Logo du Musée de l’Eau et de la Fontaine

caaef-3554714532-thumb-1

janvier-février 2012 | Exposition ‘Photo’Eau de Genval’

Bruno MARCHAL (PLUMALIA, PCDN et OBJECTIF RIXENSART) et Gilbert NAUWELAERS (PCDN et OBJECTIF RIXENSART) sont deux photographes rixensartois passionnés de nature. Ils exposèrent en janvier et février 2012 leurs instantanés sur le thème de l’eau au musée. Bruno Marchal : « Le choix des photos a été très difficile tant le ‘modèle’ a des visages différents. L’eau est non seulement source de vie mais aussi, source inépuisable d’inspiration photographique. Elle se conjugue en blanc, en noir en passant par toute la palette de couleurs. Ne crée-t-elle pas d’ailleurs les arcs-en-ciel ? Qui plus est, quand l’eau est pluie, brouillard, brume, givre, neige ou grêlons, elle reste belle (…). Quant aux oiseaux, les photographier est un bonheur sans cesse renouvellé. Ils recherchent les plans d’eau pour leur quiétude mais surtout pour l’alarme que donne l’eau par ses vibrations en cas d’intrusion nocturne. Une technologie moderne bien avant l’heure ».

e9d32-2109973701-1

2013 | Musée de l’Eau et de la Fontaine © Monique D’haeyere

musees,musée de l'eau et de la fontaine,culture

2013 | Musée de l’Eau et de la Fontaine © Christian Petit

Le 1er septembre 2017, le Musée de l’Eau et de la Fontaine ferma définitivement ses portes à Genval et le service pédagogique déménagea au Domaine provincial du Bois des Rêves à Ottignies-Louvain-la-Neuve (plus d’informations sur Visages de Rixensart).


→ OBJECTIF RIXENSART |  Musées à Rixensart

→ VISAGES DE RIXENSART |  Musée de l’Eau et de la Fontaine


(1) de SÉJOURNET Eric, Rencontre avec Jean-Pierre-Courtois, in Visages de Rixensart, 2008
(2) Vestiges de l’ancien Parc ornithologique photographiés à partir des jardins du Musée de l’Eau et de la Fontaine.
(3) Josette Thonnard Verbois | une des premières photographes inscrite sur la plate-forme participative OBJECTIF RIXENSART
(4) Musée de l’Eau et de la Fontaine, Histoire d’eau
(5) HERMANS Didier, in Le Soir, 27 janvier 1995
(6) de SÉJOURNET Eric, Rencontre avec Jean-Pierre-Courtois, in Visages de Rixensart, 2008

Le Marronnier d’Inde, l’âme de la Place communale

A 1945 Le Marronnier Place communale à Genval après guerre 40:45 c Monique D'haeyere.jpg

1945 | Le Marronnier d’Inde de la Place communale à Genval, coll. Monique D’haeyere

genval,place communale,arbres remarquables

avril 2010 | Place communale © Monique D’haeyere

B 2011 Place communale 6.2011 © Monique D'haeyere.jpg

juin 2011 | Place communale à Genval © Monique D’haeyere

C 2014 Place communale Monuments aux Morts 4.2014 © Christian Petit.jpg

avril 2014 | Place communale à Genval © Christian Petit

E 2015 Le Marronnier de Place communale à Genval © Guy Van Roy - copie.jpg

août 2015 | Le Marronnier d’Inde de la Place communale à Genval © Guy Van Roy

« Tu as toujours été là. Pour tous les Genvalois tu représentes l’âme de « la place », dont tu es sans doute le plus vieux des habitants.

Que de choses ne pourrais-tu nous raconter : le démantèlement du kiosque dont une pâle copie a pris la succession dans le parc de la Maison Communale, la destruction de l’ancienne église et son remplacement par un édifice « contemporain », les parties féroces de balle-pelote dont les règles parfois ésotériques débouchaient sur des empoignades vite noyées au café du coin, les survols de pigeons revenant au village après le concours dominical …

Mariages, enterrements, baptêmes et communions : ce sont des générations que tu as vu défiler sous le porche de l’église. Sous ta ramure, tu as abrité les amourettes naissantes des élèves de l’école toute proche et assisté stoïque aux cérémonies annuelles au monument aux morts que tu surplombes.

Le mois de mai te voyait orné de centaines de fleurs blanches, la rentrée des classes était synonyme de récolte de marrons qui remplissaient les poches des enfants du coin. Mais cette année, tu n’as plus fleuri, et c’est à peine si quelques petites feuilles ont encore tenté de verdir tes extrémités. Es-tu devenu trop vieux, est-ce le réchauffement climatique, la pollution, les effluves de la friterie toute proche ou les ravages causés par la mineuse du marronnier, petit papillon à la chenille dévastatrice … en ce bel été, tu ne ressembles déjà plus qu’à un arbre en plein hiver!

Tes jours sont sans doute comptés, et certains supputent déjà sur « ce qu’on va mettre pour le remplacer ».

Reste encore un peu, on t’aimait bien, tu sais ! »

Guy VAN ROY

C 2015 Place communale Marronnier Lune 9.2015 © Bruno Marchal.jpg

septembre 2015 | Nocturne © Bruno Marchal

1327B. Le Marronnier Place communale 18.11.2015 touché par une tempête © Guy Van Roy.jpg

18 novembre 2015 | après la tempête d’automne © Guy Van Roy

Le sort s’acharna sur le destin du Marronnier de la Place communale de Genval, touché par la tempête dans la nuit du 17 au 18 novembre 2015. Il fut abattu pour cause de chancre bactérien et remplacé le 9 décembre 2015 par un Érable (voir photo ci-dessous).

 

genval,place communale,arbres remarquables

décembre 2015 | Un nouvel Érable remplace désormais le Marronnier d’Inde © Guy Van Roy

 OBJECTIF RIXENSART   > Le Marronnier de la Place communale