Route du Ry Beau Ry

ebb99-996118637-1

avril 1998 | Route du Ry Beau Ry à Ohain © Michel Nauwelaers

A Renipont, la Lasne reçoit un affluent, en rive gauche, sans grand débit peut-être, mais nettement plus connu. Il s’agit de la fontaine du Ry-Beau-Ry qui a donné son nom à la rue qui conduit à Genval. Et, ceux qui veulent paraître en ‘connaître un bout’ vous diront que cela signifie le ‘ruisseau-beau-ruisseau’. Ce n’est pas chercher bien loin, écrit le Cercle d’Histoire de Rixensart (1), et nous sommes, quant à nous, partisans d’une autre étymologie. Il faut savoir que le ruisseau, le ry, descend de la Brière, de la Brire. Au siècle dernier, et il n’y a pas encore si longtemps, il était courant de donner en complément du nom une précision issue du lieu d’origine. Le ‘Bourd’jweti’ qualifiait un personnage provenant du Bourgeois, un ‘Brouweri’, lorsqu’il venait de la Bruyère. Ce qui était valable pour un humain, l’était ici pour un ruisseau et il s’agit simplement du ‘ruisseau-venant-de-la-Brière », le ry-brièri, devenu le ry-beau-ry.

 


(1) GHYSSENS Roger (Cercle d’Histoire de Rixensart), Le Val de Lasne ou la Lasne en ses méandres, in Un peu d’histoire (édité par le Centre Culturel de Rixensart, pp 136 et 137, juin 2000

Le Trèfle à Quatre, copie du Rütli

Le Trèfle à quatre et le lac 1907 c Anne-Marie Delvaux_0013

1906 | Le Trèfle à Quatre, coll. Anne-Marie Delvaux

A l’image du Rütli, situé en Suisse au bord du lac des Quatre cantons (1), ce chalet est la première des ‘copies’ réalisées dans le parc de Genval-les-Eaux. Construit sur la colline, au-dessus du bâtiment d’embouteillage initial, il devint le restaurant ‘Le Trèfle à Quatre’ apprécié, paraît-il, par Léopold II (2).

Chalet du Rütli à Genval-les-Eaux

La maison à gauche du ‘Rütli’ a également traversé le XXe siècle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Trèfle à Quatre à Genval
1906 – 1920 | coll. Anne-Marie Delvaux, Francis Broche & Michel Nauwelaers

Construit dans la plus pure tradition des chalets suisses, ce restaurant doit sa curieuse enseigne à l’emblème de l’eau de Genval : le trèfle à quatre feuilles’ (3).

1906 et passim | coll. Francis Broche et Anne-Marie Delvaux

Ce chalet reçut comme fondation des grottes dans lesquelles jadis on conservait la glace (3).

coll. Jean-Claude Renier ↔ 2015 © Monique D’haeyere


(1) Le Rütli (ou Grütli) est le nom d’une pairie faisant partie des mythes fondateurs de la Suisse. Considérée comme monument national, elle se situe au bord du lac des Quatre cantons (Dictionnaire historique de la Suisse)
(2) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(3) RENOY Georges, Genval, La Hulpe et les environs en cartes postales anciennes, Bibliothèque Européenne – Zaltbommel, Pays-Bas, 1972
(4) DEMULLANDER Jean, Le Lac de Genval, Fédération Touristique du Brabant, 1970

Vers Rosières, chemin, route, rue

c6071-4096904659-2-1

Vers Rosières …, coll. Philippe Godin

A la fin de XIXe siècle le chemin de Rosières passait l’Argentine sur une mauvaise planche et se transformait en sentier boueux pour rejoindre la vieille voie de Wavre, qui, sous Rosières, est aujourd’hui la rue de La Hulpe et, sous Overijse, la Parklaan. Le 11 août 1893, le bourgmestre de Genval écrit au gouverneur de la province de Brabant : Pendant les périodes de fortes pluies, la rivière sort de son lit, et les prairies situées entre Genval et Rosières St André sont transformées en un lac qui rend impraticable le chemin direct reliant les deux communes (1). 

23abe-3421765747-1

Photo-légende, commentée suivant les indications du ‘Plan parcellaire de la commune de Rosières’ (Chemin de Maubroux : rue de Rosières / rue des Juifs = rue de Genval / Pré du Wick = le Confluent / Chemin de La Hulpe = rue de La Hulpe)

81d8a-61491287-1

Petite ferme dans le tournant de la rue de Rosières à Genval, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

b0d18-2925010645-1

1907 | Route de Rosières, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Vue prise du bas de la rue de Genval, à Rosières, et montrant la rue de Rosières à Genval. La photo est intéressante en ce qui concerne le bâti de l’époque, souligne le Cercle d’Histoire de Rixensart. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rue de Rosières à Genval, coll. Francis Broche
1929 | Rue de Rosières, coll. Jean-Claude Renier
mai 2015 © Christian Petit

Le Relais, coll. Francis Broche ↔ 2011 © Francis Broche

‘Le Relais’, petit hôtel construit en 1905, situé rue de Rosières 53 à Genval.

66014-3060623577-1
Aux Arts Décoratifs, rue de Rosières, près de la gare de Genval

Rue de Rosières (à gauche, le chalet Normand), coll. Francis Broche
janvier 2016 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7 septembre 1944 | Libération de Genval (2) © Fonds Lannoye

Dans l’après-midi du 4 septembre 1944, l’avant-garde de la ‘2nd Armored Division US’ arrive à Genval. Elle poursuit sa progression via la Manteline vers Bourgeois, pourchassant les Allemands, en retraite. Venant de la Place communale, l’arrivée du gros de la 2ème Division blindée des Etats-Unis est fixée sur pellicule à hauteur de l’avenue Gevaert, où une foule en liesse l’accueille le jeudi 7 septembre 1944. Une colonne blindée américaine traverse Genval de 9h30 à près de 13h. Le gros de la 2nd Armored Division US (1), également dénommée « Hell on Wheels », arrive par l’actuelle rue des Déportés, et descend l’avenue Gevaert vers la gare de Genval. Les GI’s sont encore photographiés rue de la Station, rue de Rosières, sur le pont au-dessus du chemin de fer. Ensuite, les colonnes militaires poursuivent leur progression vers le lac de Genval et la rue de La Hulpe.

Photo 1 | Aussi dénommé Apache, un M4 Sherman Dozer passe, à hauteur de la rue de Rosières, le pont du chemin de fer Luxembourg-Bruxelles. Ce char bulldozer sert à déblayer ruines, objets encombrants, épaves ou à forcer le passage d’une position retranchée. Qui plus est, la lame offre une protection supplémentaire. A droite sur la photo, deux résistants armés de l’Armée Secrète montent la garde au pont. Ils portent leur ‘uniforme’, une salopette en toile de jute et un brassard. Encadrés par des militaires de carrière, les membres de cette formation purement militaire sont protégés par la Convention de Genève et ne sont donc pas considérés comme francs-tireurs.

Photo 2 | Un char Sherman remonte la rue de Rosières. Avec une largeur de 2 m 62 et une hauteur de 2 m 68, le char Sherman occupe bien l’espace. Les Genvalois pavoisent leur maison. 

Photo 3 | Un char Sherman arrive à la hauteur de la maison sise rue de Rosières n°31 (à gauche). A l’arrière-plan le pignon de celle sise dans la même rue au n° 80.

Photo 4 | Un Genvalois enthousiaste salue les occupants de cette Jeep à hauteur de la Place Becquevort. A l’arrière-plan on distingue l’église Saint-Pierre de Maubroux (3).

e7c74-690771870-2-1

Carrefour de Maubroux à Genval, coll. Philippe Godin

Au coin de la rue de Rosières et de l’avenue Normande, coll. Francis Broche

11264-1523783743-1

1991 | La Hêtraie, rue de Rosières à Genval © Michel Nauwelaers

a9580-4252947403-2-1

juin 2000 | rue de Rosières n° 55 à Genval © Gilbert Nauwelaers 

Dès mai 1965, cette maison accueillante connut les joies et les peines de la famille Nauwelaers, une fratrie de 14 enfants. En juin 2000, j’ai participé au concours du plus beau jardin fleuri de la commune de Rixensart et obtenu le second prix, raconte fièrement Gilbert Nauwelaers. Regardez bien le noisetier à gauche, je l’avais taillé en forme de cœur … pour l’amour d’une fille qui habitait la commune et qui passait tous les jours devant chez moi, me faisant toujours un beau sourire et me félicitant à chaque fois pour la beauté de mon jardin. Hélas, son cœur a choisi un autre chemin.


(1) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(2) de SÉJOURNET Eric, Genval libérée ! septembre 1944, in Rétro Rixensart
(3) Ibid.

Rue Haute, direction Quai du Tram

c0dbc-4277295384-1

début XXe siècle | La rue Haute à Bourgeois est en travaux © Elisabeth Taburiaux 

A gauche, une fontaine publique. Au centre, l’habitation d’Edouard Taburiaux et Joséphine Desteinbachberick, tous deux enseignants à l’école publique de Bourgeois.

 

début XXe siècle ↔ 2014 © Monique D’haeyere

entree du bourgeois c Francis Broche

Entrée du Bourgeois, coll. Francis Broche

Rue Haute 1923 coll. Jean-Louis Lebrun

1923 | Rue Haute, direction Quai du Tram, coll. Jean-Louis Lebrun

86. Rue Haute à Rixensart - Le Bourgeois Collection Michel Nauwelaers

début années ’60 | Rue Haute … bétonnée, coll. Michel Nauwelaers

En remontant la rue Haute, à gauche au n° 112 … le club de tennis Parival, qui fut créé en 1951, en association entre RIT et les Papeteries de Genval. Cet acronyme, Parival, est facile à reconstituer : PApeteries, RIt et GenVAL (1).

Au n° 33, – la boulangerie Ernaelsteen actuelle, était installé le maréchal-ferrant ‘Gustave el Marchau’. Ce haut lieu du fer et du feu faisait l’admiration des enfants, écrit Paul Buffin. A côté de la boulangerie, au n° 35, résidait depuis la fin des années trente, le peintre Van Den Eeckhoudt (1875-1945). Influencé par le fauvisme, son style était très monumental. Il peignit de nombreux portraits dont certains sont conservés au Musée d’Art Moderne à Bruxelles (2).


→ RÉTRO RIXENSART | Rue Haute
→ RÉTRO RIXENSART |Rue Haute, direction Merode


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) Ibid.

Postes, La Poste, bpost, mues genvaloises

b5f76-12244177641

après 1925 | Rue Neuve à Genval avec vue sur l’église Saint-Pierre de Maubroux.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Le premier bâtiment à gauche abrita le bureau des postes de Genval. Sur l’enseigne on distingue POSTES-POSTERIJEN.

En plusieurs décennies, La Poste de Genval déménagea plusieurs fois : on la retrouve rue Neuve (l’actuelle avenue des Combattants), rue de la Station, … et actuellement rue de Rixensart.

Continuer la lecture de Postes, La Poste, bpost, mues genvaloises

Rue des Combattants, y règne la Paix

1952 | Intersection de la rue des Combattants et de l’avenue de Clermont Tonnerre
coll. Michel Nauwelaers

Ce lotissement a vu le jour en 1933. Depuis janvier 1995, la rue des Combattants est dénommée rue de la Paix.

Francis Broche raconte : Quand j’étais gamin nous allions chez Fine ou Phine diminutif de Joséphine probablement, qui tenait le Café des Sports et y vendait des bonbons à 1 franc. Jean-Claude Renier y ajoute : J’allais de temps en temps faire des courses avec ma mère dans l’épicerie se trouvant à côté du Café des Sports. La particularité était que l’on pouvait avoir accès du café vers l’épicerie et inversement en utilisant un escalier entre les deux bâtiments.

e0465-3966100509

juillet 2017 © Monique D’haeyere

Complexe sportif Joseph Verté

Centre sportif de Rixensart © JCR BOU

Ancien terrain de football et ancienne piste d’athlétisme de Rixensart, coll. Jean-Claude Renier

Complexe1

1976 | Piste d’athlétisme avant la construction du Complexe sportif de Rixensart © Michel Nauwelaers

Centre Sportif de Rixensart 9.2014 B © Monique D'haeyere - 14

2012 | Entrée du Complexe sportif © Monique D’haeyere

Le Complexe sportif Joseph Verté (1), dont le projet remonte à 1964, fut inauguré le 29 novembre 1981. Les fresques le décorant sont l’oeuvre de Josy Meesters et de Joseph Ulrix, tous deux Rixensartois (2).

272. Piscine de Rixensart 1995-1999 © SI Rixensart

1996 | Piscine de Rixensart, coll. Syndicat d’Initiative de Rixensart

La piscine couverte de Rixensart date de 1981 et est pourvue d’un bassin de 25 mètres sur 12,5 mètres, d’un bassin d’apprentissage et d’un tremplin. Elle enregistrait en 1993 180.000 entrées.

SONY DSC

juillet 2012 | Piscine de Rixensart © Monique D’haeyere

juillet 2012 | Piste d’athlétisme avant rénovation © Eric de Séjournet

d2517-375914074-21

août et septembre 2014 © Monique D’haeyere

Décidés en 2011/2012, les travaux de rénovation de la piste d’athlétisme débutèrent en mai 2013. La nouvelle piste fut inaugurée le 7 septembre 2014.


→ OBJECTIF RIXENSART | Complexe sportif


(1) Joseph Verté (1924-2000), ancien conseiller communal et échevin de Rixensart (3)
(2) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(3) Joseph Verté était connu pour n’avoir jamais refusé son aide à un habitant. Grand sportif, tant dans l’âme que sur les terrains, le football n’avait pas de secret pour lui. Les anciens aussi se souviennent de cet homme plein d’humour. Ancien Résistant des Cheminots à Ottignies, il avait toujours des histoires à raconter : les briquettes de bois qu’il jetait par-dessus les ponts pour alimenter les familles rixensartoises, les vaches détournées en gare au profit des résistants… Ses passions étaient sa famille, sa ville natale de Binche et sa commune de Rixensart – où il était un membre actif du comité de jumelage (Le Soir, 10 juillet 2000).

Rue des Déportés

f6ee4-3403853409-2

1950
| Extrémité de la rue des Déportés
coll. Michel Nauwelaers

Côte à côte dans le rue des Déportés (1), deux garages : le premier distribue de l’essence Caltex, le second, le Garage R. Warzée, fournit de l’Esso.

20914-139300499

septembre 2016 © Monique D’Haeyere


(1) La déportation est l’action pour un pouvoir politique d’obliger une catégorie ou un groupe de personnes, à quitter son habitat (territoire ou pays), soit pour l’obliger à s’installer ailleurs (déplacement forcé, regroupement forcé ou ‘purification ethnique’, soit pour le retenir dans des camps (travail forcé) (source Wikipedia)

Continuer la lecture de Rue des Déportés

Chapelle Sainte-Marie, de la dévotion à la ruine

73e28-3295123901-1

mai 1908 | Chapelle de la Vierge (chapelle Sainte-Marie)
(également connue sous le nom de chapelle Sainte-Anne)
coll. Jean-Claude Renier

A l’Est du château de Rixensart, sur une colline dite du Calvaire, à la lisière du bois, se trouvent deux chapelles placées en regard l’une de l’autre et communiquant par une avenue ; la plus remarquable est dédiée à sainte Anne, l’autre au Seigneur crucifié (1) (→ RÉTRO RIXENSART | Chapelle du Calvaire, IHS). La dédicace à sainte Anne et peut-être empruntée à la carte de Van der Maelen (1859) sur laquelle elle figure également. De plus, selon le témoignage de personnes âgées (…) les élèves de l’école Sainte-Agnès venaient en cet endroit, y réciter le chapelet au moi de mai et au mois d’octobre. Ce fait semble bien confirmer la présence, en ce lieu, d’une chapelle dédiée à la Vierge. L’examen de la carte dressée par Popp, en 1850, fait apparaître un sentier qui gravissait la colline et rejoignait le chemin de Wavre en traversant les bois (2).

cc0ea-34439327-1

mai 1908 | Chapelle Sainte-Marie, sise Drève du Calvaire dans le Bois de Rixensart
coll. Jean-Claude Renier

De la dévotion, à l’abandon, à la ruine … Située Drève du Calvaire dans le Bois de Rixensart, près de la 1ère avenue du Beau-Site, cette chapelle à chambre aveugle, de plan octogonal remonte probablement à la fin du XVIIIe siècle (3).

34392-1638991981-1

1973 | Chapelle Sainte-Marie
Que Noël revienne, que Noël revienne, que s’arrêtent enfin ce déclin,
cette mort, cette ruine !
En route, bergers ! (Guido Gezelle)
© Michel Nauwelaers

cf44d-2677917442-1

novembre 2008 | Chapelle Sainte-Marie
© Eric de Séjournet

rixensart,bois de rixensart,drève du calvaire,chapelle sainte-marie

2011 | Chapelle Sainte-Marie
© Christine Blavier

Chapelle Sainte-Anne Drève du Calvaire 12.2018 © Annick Dedobbeleer

décembre 2018 © Annick Dedobbeleer

Cette chapelle est malheureusement en ruine. Seuls subsistent, encore en bon état, l’encadrement de la porte et le linteau courbe, faits de moellons réguliers en grès (4).


(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
(2) PINSON Colette, in Chroniques CHR n° 22 (Cercle d’Histoire de Rixensart ), 4ème trimestre 1995
(3) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(4) Ibid.

Le Trou Margot

Trou Margot Genval avril 1998 © Michel Nauwelaers.jpg

avril 1998 | Le Trou Margot à Genval

Une légende, c’est un récit où l’histoire est défigurée par des traditions. Les légendes se perdent dans la nuit des temps.

Robert Jaumotte a glané une légende d’un petit coin de Genval, le Trou Margot, qu’il reproduit dans ‘Genval en Roman Païs’. Ce vallon charmant et riant s’est transformé ‘en un endroit sombre et mystérieux’, et peu à peu, la légende se précisa : Le Trou Margot est un endroit malfamé et dangereux, que l’on doit soigneusement éviter une fois le soir tombé. Il est fréquenté par des esprits et surtout par les ‘esprits du feu’ que l’on voit souvent courir dans les prairies par les belles nuits d’été. La fontaine des Bossus est l’entrée de l’habitation souterraine des Nuttons et, ces Nuttons, il ne faut jamais les déranger dans leurs sorties nocturnes car ils vous précipiteraient dans les fondrières mouvantes voisines dont nul n’est sorti vivant. Et puis … c’est au Trou Margot que les sorcières célèbrent leur sabbat et déchirent tous ceux qui s’approchent d’elles à ce moment.

Ce qui est sûr, écrit Jacques Biebuyck dans ‘Le roman pays de Brabant’, ce sont les vestiges néolithiques et romains à Genval ; et non moins, que Genval abonda en féeries et superstitions. C’est ainsi, qu’à son tour, l’auteur perpétue la légende : Le Trou Margot, lieu favori des jeux d’enfants, n’est-il pas, – selon les archives, – un lieu périlleux, hanté par les esprits du feu qui font chatoyer les prés par les belles nuits d’été ; et les Nuttons, qui logeaient sous la Fontaine des Bossus, si vous dérangiez leurs sorties nocturnes, ne cherchaient-ils pas à vous mener aux fondrières mouvantes ? 

◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Le Trou Margot

Chapelle Sainte-Anne, la plus ancienne

11fce-2926710362-1
1978/1980 | Chapelle Sainte-Anne © André Delbar

Cette chapelle se situe à l’angle des rues de l’Augette et Collin, à Rixensart, face à l’ancienne ferme de Froidmont. Elle remonterait au XVIIIe siècle. C’est probablement la plus ancienne chapelle de Rixensart (1).

En 1980, lors des travaux d’égouttage de la rue Alphonse Collin, la chapelle a été sérieusement endommagée par la manœuvre d’engins lourds, mais fut restaurée après la fin des travaux en 1988.

38791-864275254-1

1991 © Francis Broche

Cette photo argentique date de juillet 1991, soit un an ou deux avant la vente de ce terrain et la construction de la maison actuelle, explique Francis Broche. Sur ce terrain on installait un ponton, terme utilisé par Madeleine, mon ancienne voisine de rue de Limal. Ce ponton ou guinguette permettait aux habitants du vieux quartier de Froidmont de faire la fête et de danser, probablement dans les années 1920/1930.

b17cc-1697999159-1

coll. Francis Broche

Aquarelle de la chapelle Sainte-Anne réalisée par l’artiste rixensartoise Colette Carpentiez (2).

1996 © Michel Nauwelaers
1998 | Rénovation de la chapelle Sainte-Anne © Syndicat d’Initiative de Rixensart

novembre 2013 + octobre 2014 © Monique D’haeyere

Le 19 décembre 2010, la chapelle fut vandalisée et la statue dérobée, précise Monique D’haeyere.


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(2) CARPENTIEZ Colette, Balade Aquarellée dans Rixensart (1ère édition)

76. Chemin du Belloy

76. Chemin du Belloy 1992 © Michel Nauwelaers

1992 – De Bourgeois, le Sentier du Bellois descend jusqu’à la Lasne. Après l’avoir franchie, il se transforme à Genval en Chemin du Belloy et vous mène jusqu’à la Chapelle Sainte-Thérèse, située en bordure du rond-point Jean-Milo. « C’est la seule chapelle dans la vallée de la Lasne, sur le territoire de la commune. A un jet de pierre de la vieille ferme Stouffs, elle évoque la campagne d’autrefois », précise Hommes et Patrimoine (III).

En C2, les premières maisons du Mahiermont présentent leur façade à la vallée.