Rue des Déportés

f6ee4-3403853409-2

1950
| Extrémité de la rue des Déportés
coll. Michel Nauwelaers

Côte à côte dans le rue des Déportés (1), deux garages : le premier distribue de l’essence Caltex, le second, le Garage R. Warzée, fournit de l’Esso.

20914-139300499

septembre 2016 © Monique D’Haeyere


(1) La déportation est l’action pour un pouvoir politique d’obliger une catégorie ou un groupe de personnes, à quitter son habitat (territoire ou pays), soit pour l’obliger à s’installer ailleurs (déplacement forcé, regroupement forcé ou ‘purification ethnique’, soit pour le retenir dans des camps (travail forcé) (source Wikipedia)

Continuer la lecture de Rue des Déportés

Chapelle Sainte-Marie, de la dévotion à la ruine

rixensart,bois de rixensart,drève du calvaire,chapelle sainte-marie

mai 1908 | Chapelle de la Vierge (chapelle Sainte-Marie)
(également connue sous le nom de chapelle Sainte-Anne)
coll. Jean-Claude Renier

A l’Est du château de Rixensart, sur une colline dite du Calvaire, à la lisière du bois, se trouvent deux chapelles placées en regard l’une de l’autre et communiquant par une avenue ; la plus remarquable est dédiée à sainte Anne, l’autre au Seigneur crucifié (1). La dédicace à sainte Anne et peut-être empruntée à la carte de Van der Maelen (1859) sur laquelle elle figure également. De plus, selon le témoignage de personnes âgées (…) les élèves de l’école Sainte-Agnès venaient en cet endroit, y réciter le chapelet au moi de mai et au mois d’octobre. Ce fait semble bien confirmer la présence, en ce lieu, d’une chapelle dédiée à la Vierge. L’examen de la carte dressée par Popp, en 1850, fait apparaître un sentier qui gravissait la colline et rejoignait le chemin de Wavre en traversant les bois (2).

__________

(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
(2) PINSON Colette, in Chroniques CHR n° 22 (Cercle d’Histoire de Rixensart ), 4ème trimestre 1995

Continuer la lecture de Chapelle Sainte-Marie, de la dévotion à la ruine

Le Trou Margot

Trou Margot Genval avril 1998 © Michel Nauwelaers.jpg

avril 1998 | Le Trou Margot à Genval

Une légende, c’est un récit où l’histoire est défigurée par des traditions. Les légendes se perdent dans la nuit des temps.

Robert Jaumotte a glané une légende d’un petit coin de Genval, le Trou Margot, qu’il reproduit dans ‘Genval en Roman Païs’. Ce vallon charmant et riant s’est transformé ‘en un endroit sombre et mystérieux’, et peu à peu, la légende se précisa : Le Trou Margot est un endroit malfamé et dangereux, que l’on doit soigneusement éviter une fois le soir tombé. Il est fréquenté par des esprits et surtout par les ‘esprits du feu’ que l’on voit souvent courir dans les prairies par les belles nuits d’été. La fontaine des Bossus est l’entrée de l’habitation souterraine des Nuttons et, ces Nuttons, il ne faut jamais les déranger dans leurs sorties nocturnes car ils vous précipiteraient dans les fondrières mouvantes voisines dont nul n’est sorti vivant. Et puis … c’est au Trou Margot que les sorcières célèbrent leur sabbat et déchirent tous ceux qui s’approchent d’elles à ce moment.

Ce qui est sûr, écrit Jacques Biebuyck dans ‘Le roman pays de Brabant’, ce sont les vestiges néolithiques et romains à Genval ; et non moins, que Genval abonda en féeries et superstitions. C’est ainsi, qu’à son tour, l’auteur perpétue la légende : Le Trou Margot, lieu favori des jeux d’enfants, n’est-il pas, – selon les archives, – un lieu périlleux, hanté par les esprits du feu qui font chatoyer les prés par les belles nuits d’été ; et les Nuttons, qui logeaient sous la Fontaine des Bossus, si vous dérangiez leurs sorties nocturnes, ne cherchaient-ils pas à vous mener aux fondrières mouvantes ? 

◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Le Trou Margot

875 | Ancienne Poste de Genval

genval,maubroux,avenue des combattants,la poste 1332

1991/1992 – A l’angle de la rue de la Station et de l’avenue Gevaert (anciennement rue Haute), ce bâtiment a, en d’autres temps, abrité le Café-Restaurant de la Flèche d’Or. L’avenue des Combattants se termine à hauteur de la Maison O. Degallaix (en A2), du nom d’un ancien architecte-entrepreneur genvalois.

genval,maubroux,avenue des combattants,la poste 1332,rue de la station,la poste 

8.2015 © Monique D’haeyere

571. Avenue Gevaert

Avenue Gevaert 1993 © Nauwelaers Michel.jpg

1993 – Avenue Gevaert à Genval

genval,gevaertFrançois-Auguste Gevaert (1828-1908), compositeur et musicologue belge, fut directeur de la musique à l’Opéra de Paris (1867-1870) puis directeur du Conservatoire de musique de Bruxelles (*). Il fit construire au début du 20ème siècle ‘la villa Chantecler dans la rue, qui aujourd’hui porte son nom’ (**).

Dans une lettre datée du 22 août 1905 (***) et adressée à Maurice Emmanuel, il écrit : ‘(…) Quant à moi, je suis resté tout seul, à la campagne à Genval. J’ai ici la solitude désirée pour achever mon traité d’harmonie et le loisir que me donnent mes courtes vacances’.

Courte biographie (****)

Compositions (*****)

—–
(*) Service Commun de la Documentation de l’Université de Strasbourg 
(**) Rétro Rixensart, Bibliographie XII, p. 33
(***) Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Nouvelle Biographie Nationale – Volume 1, 1988
(****) Wikipedia
(*****) IMSLP Bibliothèque Musicale Petrucci

76. Chemin du Belloy

76. Chemin du Belloy 1992 © Michel Nauwelaers

1992 – De Bourgeois, le Sentier du Bellois descend jusqu’à la Lasne. Après l’avoir franchie, il se transforme à Genval en Chemin du Belloy et vous mène jusqu’à la Chapelle Sainte-Thérèse, située en bordure du rond-point Jean-Milo. « C’est la seule chapelle dans la vallée de la Lasne, sur le territoire de la commune. A un jet de pierre de la vieille ferme Stouffs, elle évoque la campagne d’autrefois », précise Hommes et Patrimoine (III).

En C2, les premières maisons du Mahiermont présentent leur façade à la vallée.