Vers Rosières, chemin, route, rue

c6071-4096904659-2-1

Vers Rosières …, coll. Philippe Godin

A la fin de XIXe siècle le chemin de Rosières passait l’Argentine sur une mauvaise planche et se transformait en sentier boueux pour rejoindre la vieille voie de Wavre, qui, sous Rosières, est aujourd’hui la rue de La Hulpe et, sous Overijse, la Parklaan. Le 11 août 1893, le bourgmestre de Genval écrit au gouverneur de la province de Brabant : Pendant les périodes de fortes pluies, la rivière sort de son lit, et les prairies situées entre Genval et Rosières St André sont transformées en un lac qui rend impraticable le chemin direct reliant les deux communes (1). 

23abe-3421765747-1

Photo-légende, commentée suivant les indications du ‘Plan parcellaire de la commune de Rosières’ (Chemin de Maubroux : rue de Rosières / rue des Juifs = rue de Genval / Pré du Wick = le Confluent / Chemin de La Hulpe = rue de La Hulpe)

81d8a-61491287-1

Petite ferme dans le tournant de la rue de Rosières à Genval, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

b0d18-2925010645-1

1907 | Route de Rosières, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Vue prise du bas de la rue de Genval, à Rosières, et montrant la rue de Rosières à Genval. La photo est intéressante en ce qui concerne le bâti de l’époque, souligne le Cercle d’Histoire de Rixensart. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rue de Rosières à Genval, coll. Francis Broche
1929 | Rue de Rosières, coll. Jean-Claude Renier
mai 2015 © Christian Petit

Le Relais, coll. Francis Broche ↔ 2011 © Francis Broche

‘Le Relais’, petit hôtel construit en 1905, situé rue de Rosières 53 à Genval.

66014-3060623577-1
Aux Arts Décoratifs, rue de Rosières, près de la gare de Genval

Rue de Rosières (à gauche, le chalet Normand), coll. Francis Broche
janvier 2016 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7 septembre 1944 | Libération de Genval (2) © Fonds Lannoye

Dans l’après-midi du 4 septembre 1944, l’avant-garde de la ‘2nd Armored Division US’ arrive à Genval. Elle poursuit sa progression via la Manteline vers Bourgeois, pourchassant les Allemands, en retraite. Venant de la Place communale, l’arrivée du gros de la 2ème Division blindée des Etats-Unis est fixée sur pellicule à hauteur de l’avenue Gevaert, où une foule en liesse l’accueille le jeudi 7 septembre 1944. Une colonne blindée américaine traverse Genval de 9h30 à près de 13h. Le gros de la 2nd Armored Division US (1), également dénommée « Hell on Wheels », arrive par l’actuelle rue des Déportés, et descend l’avenue Gevaert vers la gare de Genval. Les GI’s sont encore photographiés rue de la Station, rue de Rosières, sur le pont au-dessus du chemin de fer. Ensuite, les colonnes militaires poursuivent leur progression vers le lac de Genval et la rue de La Hulpe.

Photo 1 | Aussi dénommé Apache, un M4 Sherman Dozer passe, à hauteur de la rue de Rosières, le pont du chemin de fer Luxembourg-Bruxelles. Ce char bulldozer sert à déblayer ruines, objets encombrants, épaves ou à forcer le passage d’une position retranchée. Qui plus est, la lame offre une protection supplémentaire. A droite sur la photo, deux résistants armés de l’Armée Secrète montent la garde au pont. Ils portent leur ‘uniforme’, une salopette en toile de jute et un brassard. Encadrés par des militaires de carrière, les membres de cette formation purement militaire sont protégés par la Convention de Genève et ne sont donc pas considérés comme francs-tireurs.

Photo 2 | Un char Sherman remonte la rue de Rosières. Avec une largeur de 2 m 62 et une hauteur de 2 m 68, le char Sherman occupe bien l’espace. Les Genvalois pavoisent leur maison. 

Photo 3 | Un char Sherman arrive à la hauteur de la maison sise rue de Rosières n°31 (à gauche). A l’arrière-plan le pignon de celle sise dans la même rue au n° 80.

Photo 4 | Un Genvalois enthousiaste salue les occupants de cette Jeep à hauteur de la Place Becquevort. A l’arrière-plan on distingue l’église Saint-Pierre de Maubroux (3).

e7c74-690771870-2-1

Carrefour de Maubroux à Genval, coll. Philippe Godin

Au coin de la rue de Rosières et de l’avenue Normande, coll. Francis Broche

11264-1523783743-1

1991 | La Hêtraie, rue de Rosières à Genval © Michel Nauwelaers

a9580-4252947403-2-1

juin 2000 | rue de Rosières n° 55 à Genval © Gilbert Nauwelaers 

Dès mai 1965, cette maison accueillante connut les joies et les peines de la famille Nauwelaers, une fratrie de 14 enfants. En juin 2000, j’ai participé au concours du plus beau jardin fleuri de la commune de Rixensart et obtenu le second prix, raconte fièrement Gilbert Nauwelaers. Regardez bien le noisetier à gauche, je l’avais taillé en forme de cœur … pour l’amour d’une fille qui habitait la commune et qui passait tous les jours devant chez moi, me faisant toujours un beau sourire et me félicitant à chaque fois pour la beauté de mon jardin. Hélas, son cœur a choisi un autre chemin.


(1) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(2) de SÉJOURNET Eric, Genval libérée ! septembre 1944, in Rétro Rixensart
(3) Ibid.

Villa Beau-Site, naissance d’un vignoble

genval,avenue des combattants,villa-beau-site arrière,art nouveau

Préparation du terrain pour la viticulture
mars 2011 © Pierre Gheux

En février 2011, la Commune octroya, pour 20 ans, une concession domaniale d’une superficie de 12,5 ares dans le jardin de la Villa, à l’association Vins de Genval.

Des analyses de sol furent effectuées auprès du Centre provincial de l’agriculture et de la ruralité. Il en ressort que le terrain est limoneux (1).

__________
(1) Vins de Genval, Le terrain

Continuer la lecture de Villa Beau-Site, naissance d’un vignoble

Chemin du Tilleul, foudroyé … saccagé

7f477-9510675421

avant 1979
Photo © Cercle d’Histoire de Rixensart (1)

A quelque 185 m de la Verte Voie ce vieux tilleul bordait le chemin du Tilleul à Rosières … jusqu’en 1962, quand il fut touché par la foudre. Suivant les archives paroissiales cet Arbre Remarquable a été planté en 1693.

Le Cercle d’Histoire de Rixensart nous apprend que suivant la légende, ce tilleul aurait été planté à l’époque de Charles Quint, vers 1535. Les archives paroissiales, quant à elles, situent son origine en 1693 tandis que J. Tarlier et A. Wauters (2) mentionnent la date de 1787. Ces derniers ajoutent que, vers 1860, l’arbre mesurait 3,70 m de circonférence à un mètre du sol et qu’il était orné d’une petite image de la Vierge. L’année de sa plantation est donc sujette à trois hypothèses mais, compte tenu des dimensions renseignées en 1860, la date évoquée par les archives paroissiales – 1693 – paraît assez probable.

Cet arbre majestueux était surnommé l’Arbre Ballon ou le Gros Tilleul. Classé par la Commission des Monuments et Sites, il fut malheureusement étêté par la foudre en 1962. En 1979, il ne subsistait plus qu’un tronc creux à l’intérieur tout noirci par les feux qui y étaient fréquemment allumés. Malgré cela, il gardait toujours quelques branchettes qui reverdissaient avec entêtement à chaque printemps jusqu’au jour où il disparut pour de bon, presque tricentenaire si l’on en croit les archives paroissiales.

En Belgique, notamment, beaucoup de tilleuls font l’objet de cultes et de croyances diverses. Souvent isolés dans la campagne, leur masse touffue sert de borne et de point de repère. Le tilleul peut, en effet, atteindre 30 à 40 m de hauteur et une longévité de plusieurs centaines d’années n’est pas exceptionnelle.

afe19-9078857081  


(1) Rixensart Info 172, décembre 1997
(2) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873

Continuer la lecture de Chemin du Tilleul, foudroyé … saccagé

1374 | Château de Rixensart

78a73-1576988321-1

début 20ème siècle coll. Universiteitsbibliotheek Gent

En 1905, Albert Cosyn décrit le château comme « l’un des plus beaux en Brabant (…), l’ensemble émerveille l’oeil par son archaïsme et par ses colorations délicieuses » (1).

c1587-4085125686-1

juillet 2009 © Gilbert Nauwelaers

__________
(1) COSEYN Albert, in Bulletin officiel du Touring club de Belgique, 1905

1204 | Ecole communale des filles

Ecole communale des filles de Genval 1970 c Gilbert Nauwelaers.jpg

1970 – Photo prise à l’Ecole communale des filles à Genval, à l’emplacement de l’actuelle bibliothèque communale (voir RR 131).

« A cette époque, ce chameau passait dans les écoles du Brabant wallon et faisait, par la même occasion la publicité pour les pâtes Soubry (1) », raconte Gilbert Nauwelaers.

__________
(1) Fondée en 1921, Soubry est une entreprise familiale indépendante établie en Belgique et aux Pays-Bas. Elle a progressivement acquis une position clé sur le marché international des pâtes, farines, semoules, biscottes et autres produits dérivés.

828 | Château des Princes de Merode

4eff2-575127389-1

vers 1950 | Château des Princes de Merode, coll. Cedric Muscat

Cette carte postale a été envoyée à partir de Rixensart le 15/16 août 1950 vers Jette. Les Guides y remercient les époux Voglaire pour le transport (probablement vers leur lieu de camp). Voir ci-après les signatures au verso de cette carte postale …

9ea17-62026028-1

© Gilbert Nauwelaers

468e3-1791229349-1

312 | La Laguna

genval,lac de genval,horeca

1968 – Restaurant La Laguna. « Une vaste salle de restaurant avec larges fenêtres sur le lac et rasant l’eau de si près qu’on a l’impression très nette d’être en présence d’un restaurant flottant » (VIII).

genval,lac de genval,horeca 

1.2016 © Monique D’haeyere

131 | Ancienne école des filles de Genval

genval,écoles,école des filles de genval,avenue Gevaert

2005 – « Dans les années 70, l’Ecole communale de Genval comportait l’école des garçons (sur la Place communale, à côté de l’ancienne poste), tandis que l’école des filles se situait derrière la Maison communale de Genval, (avenue Gevaert) », raconte Gilbert Nauwelaers. « C’est vers 1972, que ces deux écoles sont devenues mixtes. Côté Place communale, il y avait alors l’école gardienne et les deux premières années de primaire, côté Gevaert les autres classes ».

genval,écoles,école des filles de genval,avenue Gevaert

2007 © Gilbert Nauwelaers

Avenue Franklin Roosevelt, hissez les couleurs

4444b-291942995-1

après 1951 | avenue Franklin Roosevelt, coll. Magguy Van Goethem

septembre 2006 | avenue Franklin Roosevelt © Francis Broche
1985 | Jardinerie Philippe (1), coll. Gilbert Nauwelaers
2010 | Jardinerie Philippe © Gilbert Nauwelaers


(1) LEGRIS Philippe, Jardinerie Philippe – Les secrets de sa conception, 1996 (2)
(2) Après avoir fait ses études d’horticulture à Vilvorde, puis à Gembloux (terminées en 1973), Philippe Legris (1) accomplit son service militaire en Allemagne aux Eclaireurs du 2e Régiment de Cyclistes (2 Cy) et écrit à ce propos : Ce service militaire intéressant m’a permis de repousser mes limites, d’apprendre ce que c’est que l’ordre, le respect et la discipline et de plus j’y étais totalement dans mon élément, côtoyant une nature sauvage autant qu’admirable comme celle de la région de Westphalie. Démobilisé, il est engagé dans un centre de jardinage à Rosières … jusqu’en 1985. Il a le coup de foudre (qui remonte d’ailleurs à son enfance) pour une villa sise avenue Franklin Roosevelt 7A, l’achète et obtient les autorisations afin de la transformer en commerce de jardinage. Sa devise : Les points faibles des autres seront les points forts de ma future entreprise. En juin 1995, lors du cinquantième anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, la Jardinerie Philippe fut pavoisée de tous les drapeaux des pays vainqueurs du nazisme.