Vallée de la Mazerine

180825 Marie Poulie La Mazerine Genval 1961 © Benoît Lacroix0

1961 | Vue sur l’église Saint-Nicolas de La Hulpe
Photo 1 © Benoît Lacroix

Cet endroit est situé le long de la Mazerine, explique Benoît Lacroix. Aujourd’hui, ce terrain est occupé par le Centre commercial de la Mazerine.

Mon grand-père, qui habitait alors Boitsfort, avait acheté ce terrain derrière la brasserie ‘Chez Clément’, rue de la Bruyère. Le terrain était accessible par une route en cul de sac, le futur ‘Clos de la Mazerine’. Il englobait la parcelle sur laquelle le garage Renault fut construit, et parvenait jusqu’à la Route provinciale, un peu surélevée (que l’on devine sur la photo). C’était un terrain herbeux, marécageux, où il avait construit un petit bungalow en bois de quelques mètres carrés (voir photo n° 2). J’y ai passé mes vacances. Il y avait des trous d’eau, dans lesquelles je débusquais les grenouilles.

Mon grand-père a fini par construire sa maison à front du Clos de la Mazerine, et le bungalow a donc été détruit.

La rivière Mazerine serpentait autrefois le long de la route, du côté de La Hulpe (que l’on devine en arrière-plan). Paradoxe courant : Quand on a voûté la Mazerine, pour construire l’avenue René Soyer, que l’on a dénommé cet endroit ‘La Mazerine’. C’est Paul Becker, architecte de Bourgeois, qui a dessiné le complexe commercial de l’époque. Le Delhaize a été agrandi vers cette période.

Continuer la lecture de Vallée de la Mazerine

Marins d’eau douce

1097. Marins d'eau douce © Benoi Lacroix

1984 | ‘Marins d’eau douce’ est la première histoire courte que Benoît Lacroix fit publier dans Spirou (n° 2405 du 15 mai 1984). Dans son introduction, ce périodique de bande dessinée belge écrit que « le rêve s’y mêle à la réalité, et peut-être est-ce parce que Benoi lui-même habite près d’un grand lac que les eaux de celui-ci peuplent ses rêves de pirate? »

Le grand lac en question n’était en fait que le lac de Genval, près duquel j’habitais, raconte Benoi Lacroix. Un lac environné de superbes bâtisses de style ‘normand’ typique des anciennes villes thermales, et surtout de petits pavillons ou gloriettes de style ‘1900’ dont j’avais fait un élément central de mon histoire. Qui plus est, ce lac avait vibré au son des poèmes de Robert Goffin, qui lui-même y avait (comme mentor) accueilli Cocteau, Vian, Gainsbourg dans la petite ‘Chapelle de Guillaume Tell’ sur la berge nord ».

+ INFOS | « Benoi, un jeune dessinateur genvalois qui monte » (interview par Jean-Philippe De Vogelaere dans La Dernière Heure, 6 janvier 1986)

712 | Paysage vers le Château

rixensart,bourgeois

1934/1939 – Benoît Lacroix, un ancien habitant du Coin Perdu (Bourgeois), a une petite idée du lieu : « Si la photo est prise depuis Bourgeois (depuis la rue du Baillois, par exemple) c’est peut-être le château de Renipont, situé à hauteur de la fontaine de la rue du Ry-Beau-Ry)« .

Ci-après la reproduction du château de Renipont, propriété de Ferdinand Van Hoegaerden (1854-1928), issu d’une célèbre famille de la grande bourgeoisie bruxelloise, industrielle et libérale du XIXème siècle. Son père, Victor (1828-1905) fut le sixième gouverneur de la Banque Nationale (1891-1905). Il avait fondé à Ohain des usines de tissage de coton et devint par la suite un grand industriel cotonnier (les Usines cotonnières de Gand Zele Tubize). Le fils de Ferdinand, Pierre (1880-1914) fut bourgmestre d’Ohain de 1913 à 1914″ (1).

rixensart,bourgeois rixensart,bourgeois,château de renipont,renipont,rue ry beau ry

__________
(1) IECBW 1912-2012