Villa Hermel, rue Neuve

d890a-1683874109-1

début XXe siècle | Villa Hermel, sise dans l’actuelle avenue des Combattants à Genval, coll. Monique D’haeyere

début XXe siècle | coll. Philippe Godin ↔ 2016 © Monique D’haeyere

Ce diaporama nécessite JavaScript.

rue Neuve, puis rue de la Station coll. Monique D’haeyere ↔ 2011 © Monique D’haeyere

Y avait-il un château d’eau à Rosières ?

a9757-3902692842-1

‘La Route vers l’Hippodrome un jour de Course’, coll. Philippe Godin

Dans les notices précédentes, les lecteurs de Rétro Rixensart ont pu découvrir La Baraque et la Maison Nationale de la Jeunesse, sises sur le territoire de Maleizen, à proximité du lac de Genval.

Incontournable dans le paysage, ce château d’eau mérite attention. Il est retrouvé sur les photos ci-dessous : à droite de La Baraque et près de la Maison Nationale de la Jeunesse, dissimulé derrière les arbres. D’où la question …

De quel château d’eau s’agit-il ?

S’agit-il de celui situé Terhulpensesteenweg (1) à Maleizen ? Non, car trop éloigné (1 km 750m à vol d’oiseau). Qui plus est, ce ‘Watertoren’ date de 1938 … alors que ‘La Baraque’ date d’entre les deux guerres mondiales.

Tenant compte de la position des preneurs de vue et de la hauteur du château d’eau, on peut estimer la distance à +/- 500m. En reprenant les données sur la carte ci-après, l’hypothèse de l’existence d’un château d’eau sur l’ancienne commune de Rosières voit le jour (à l’angle de la Boslaan et de la rue de Malaise). Elle est encore renforcée par le choix de l’emplacement, qui tient compte des courbes de niveau : 103m75 au-dessus du niveau de la mer.

Château d'eau de Rosières carte

Toute information et photos permettant de compléter cette notice sont les bienvenues : eric.de.sejournet@gmail.com.


→ RÉTRO RIXENSART | La Baraque et le Cercle Equestre de Genval
→ RÉTRO RIXENSART | De la Maison nationale de la Jeunesse à l’Europe


(1) Château d’eau de type D2 (selon l’inventaire de Van Craenenbroeck)(2) avec une capacité de 200m3. Il est toujours debout, mais n’est plus en fonction. Celui situé à l’Est de la Hoeilaartsesteenweg à Maleizen a repris la mission.
(2) VAN CRAENENBROECK W., Eenheid in verscheidenheid. Watertorens in België, Brussel, 1991

La Baraque et le Cercle Equestre de Genval

2A La Baraque II coll Philippe Godin.jpg0

La Baraque et son ‘champ de courses’, coll. Philippe Godin

Immédiatement après la Première Guerre mondiale, Genval-les-Eaux eut ses concours hippiques comme toute ville d’eaux qui se respecte. Enfin, lorsqu’on dit ‘Genval’, il faut comprendre ‘Genval-parc-extension-sur-Overijse’. Ils étaient dus à l’initiative d’Aimé Lagrange (1), le personnage qui avait acheté la ‘Chapelle Guillaume Tell’, rénové ‘La Pommeraie’ et construit quatre villas au bord même du plan d’eau. ‘La Baraque’ était le nom du site et il évoque bien sûr une bâtisse bricolée et provisoire (2).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le concours hippique, coll. Anne-Marie Delvaux
La Baraque, coll. Philippe Godin

Le bâtiment est progressivement aménagé. Le tennis, le tir aux pigeons, les chevaux de selle y sont pratiqués. Quant au café-restaurant, elle fut ‘artistiquement meublé à l’ancienne’.

89d34-3244396494-4-1

24 avril 1938 | Cercle Equestre de Genval, coll. Jean-Paul Warnauts

Affiche d’un concours hippique organisé le dimanche 24 avril 1938 par le Cercle Equestre de Genval. Selon Roger Ghyssens des courses hippiques étaient organisées jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale sur le lieu dit Genval-Parc-extension-sur-Overijse (2).

coll. Philippe Godin

Fin des années ’30, une grande villa fut construite sur ce lieu, comme en attestent les deux photos ci-avant. En effet, à gauche de chaque édifice se retrouve un même bâtiment.

→ RÉTRO RIXENSART | De la Maison Nationale de la Jeunesse à l’Europe


(1) né vers 1870, †1943
(2) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003

De la Maison Nationale de la Jeunesse à l’Europe

1 Auberge de Jeunesse coll. Philippe Godin

Auberge de Jeunesse, coll. Philippe Godin

Située à la limite des anciennes communes de Maleizen et de Rosières et construite sur l’emplacement de ‘La Baraque’ (Cercle Équestre de Genval), la ‘Maison Nationale de la Jeunesse à Genval’ dépendait du ‘Ministère de l’Instruction Publique – Ministerie van Openbaar Onderwijs’.

coll. Francis Broche & Imelda De Thaey

Témoignage | Dans ‘Apothéose’, un recueil de poème de Jean-Louis Vanham (1937) publié en 1959, le poète décrit la maladie qui le ronge depuis sa naissance. Il se fait en quelque sorte l’aède de ses frères handicapés et propose un chant de résistance physique et morale. Après quelques moments de désespoir, le jeune Vanham a trouvé, près des infirmes de la Maison Nationale de la Jeunesse de Genval, la force et la joie de vivre, malgré son handicap. Dans ce monde clos, isolé de l’indifférence ou de la cruauté des valides, le poète peut oublier son propre mal et remercier Dieu de lui avoir permis de vivre. La force des infirmes, c’est la foi chrétienne, mais aussi l’espoir en soi et en leurs semblables, la fraternité. Jean-Louis Vanham fait preuve dans ce recueil d’une très grande sérénité et d’une étonnante élévation de sentiment (1).

b5ccf-2111726571-1

vers 1946 | Maison Nationale de la Jeunesse, coll. Magguy Van Goethem

Au verso de cette carte postale, on apprend que le Ministère de l’Education Nationale et de la Culture – Service National de la Jeunesse (Ministerie van Nationale Opvoeding en Cultuur – Nationale Dienst voor de Jeugd) gérait la ‘Maison Nationale de la Jeunesse’ à Genval) (‘Nationaal Jeugdtehuis’ te Genval).

5 Maison Nationale de la Jeunesse coll Philippe Godin

Maison Nationale de la Jeunesse, coll. Philippe Godin

Ce lieu abrite aujourd’hui l’European Interinstitutional Centre (CIE), Dennenboslaan 54 à Overijse (Maleizen). La villa existe toujours et est le Club House de ce complexe sportif réservé aux eurocrates. Le terrain en face est occupé par un terrain de football.

7 European Interinstitutional Centre Maleizen 2019 c Google Streetview 1


→ RÉTRO RIXENSART | La Baraque et le Cercle Equestre de Genval


(1) FRICKX Robert & TROUSSON Raymond, Lettres françaises de Belgique : La poésie, Ed. Duculot, 1988, p. 38.

Villa Josette, résidence de Folon

Villa Josette à Genval 1911

1911 | Villa Josette, drève des Aubépines à Genval
(à droite, en retrait, la Villa Béatrix, connue sous le nom de la Fée du lac)

Jules Gausset (1), agent de change, fit construire une villa drève des Aubépines (actuellement drève des Magnolias). Il la baptisa ‘Villa Josette’ à la naissance de sa fille en février 1909 (2).

Villa Josette à Genval c Philippe Godin

coll. Philippe Godin

La villa de Genval fut acquise en 1943 par la famille Folon dont le fils, Jean-Michel (3), aimait rappeler avec nostalgie ses années genvaloises, écrit Michel Coryn dans le Rixensart Info de février 2006.

mars 2017 © Monique D’haeyere
février 2019 © Annick Dedobbeleer


(1) → RÉTRO RIXENSART | Madeleine Gausset, première aérostière belge
(2) CORYN Michel (Cercle d’histoire de Rixensart), La Première Aérostière belge était genvaloise, Rixensart Info 215 de février 2006
(3) Peintre et sculpteur belge, né à Uccle le 1er mars 1934, décédé à Monaco le 20 octobre 2005

La Perche couverte, de la construction au classement

64160-3458003453-1

1925/1928 | Construction de la Perche couverte, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

L’histoire du tir à l’arc à Genval remonte à 1922. Auguste Lannoye, patron des Papeteries de Genval, eut l’idée de créer un site où ses travailleurs pourraient s’adonner à ce sport plutôt qu’aller dépenser leur salaire dans les nombreux bistrots des alentours. En 1925 débutèrent les travaux de construction d’une tour de 36 mètres de haut destinée au tir sur perche.

L’entre-deux guerres paraît bien avoir été la dernière période de gloire des sociétés de tireurs à la perche et c’est à cette époque que se construisent, de ci de la, des perches couvertes. En gros, cela consiste à entourer une perche d’une enveloppe suffisamment importante à la base que pour permettre à plusieurs tireurs de s’y regrouper, suffisamment haute que pour surmonter une perche de près de 30 m, suffisamment étanche que pour la mettre à l’abri des intempéries et suffisamment solide que pour ne pas s’écrouler au premier coup de vent. La Wallonie en connut quelques-unes, en Hainaut, en Tournaisis et, plus proches de nous, la perche couverte des ‘Trois Colonnes’, qui disparaîtra en 1945, et la perche ‘semi-ouverte’ à proximité de la gare de La Hulpe.

Genvaloise, la dernière perche couverte du Brabant wallon surplombe depuis 1928 le site des anciennes Papeteries. On y dispute encore des concours de tir à l’arc vertical. Dans tous les villages du Brabant wallon, avant guerre, on trouvait 2 ou 3 perches de tir à l’arc en plein air, rappella René Vandiest, secrétaire du Cercle des Archers de Rixensart-Sainte-Croix. Il suffisait d’un arbre planté dans le sol sur lequel se balançaient les ‘oiseaux’ (…). Les gens des Papeteries avaient leur équipe d’archers, et j’en faisais partie. On pouvait gagner alors des caisses entières de papier peint. À l’époque cela valait une fortune (1).

1925/1928 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2015 © Monique D’haeyere

Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval partie 1 originale c Christian Lannoye

entre 1927 et 1935 | Splendide vue panoramique de Genval

De gauche à droite : l’avenue des Combattants, la rue des Lilas et la villa d’Auguste Lannoye et son épouse Marie Stévenart, la Perche, l’avenue Gevaert et la rue de Rixensart.

22293-262984476

coll. Philippe Godin

Photo prise à partir du clocher de l’église de Maubroux. A gauche la Perche. A droite, la tour à charbon, qui alimentait les locomotives à vapeur assurant le transport des marchandises des Papeteries de Genval.

1948/1950 coll. Philippe Godin ↔ 2011 © Bruno Marchal

Vues panoramiques des Papeteries de Genval, prises depuis le clocher de l’église Saint-Pierre de Maubroux. Au centre de la photo, la rue de Rixensart et ses maisons. A droite, la Perche couverte.

b8ddf-4120566410

mai 1951 © Dominique Delbrassinne

Cette vue panoramique des Papeteries de Genval a été probablement prise à partir de l’avenue Gevaert. Au centre, on reconnaît la Perche. On distingue à l’horizon la rue de l’Institut et le château d’eau de Rixensart. A l’avant-plan, encaissé dans la rue du Vallon, le Collège Notre-Dame des Trois Vallées ne dévoile que ses toits.

1990 coll. Cercle d’Histoire de Rixensart ↔ 2015 © Monique D’haeyere

Vues depuis la Colline du Glain sur l’actuel rond-point Yvonne Londoz (Gailly), la rue de Rixensart et les avenues Albert Ier/Franklin Roosevelt.

1995  coll. CHR ↔ 2013 © Monique D’haeyere

Étrange bâtiment que cette grande tour grise qui surplombe encore aujourd’hui le site des anciennes Papeteries de Genval. Construite entre 1922 et 1928, elle leur appartenait jadis avant de devenir la propriété de la commune de Rixensart. Un peu tordue, pas vraiment d’équerre, elle fut élevée avec les moyens du bord : 6 colonnes de béton ceinturées de poutres en bois lui assurent pourtant une assise solide. Les plaques d’Eternit qui la recouvrent à l’extérieur lui donnent même des allures de bâtiment industriel (2).

Ayant subi les assauts du temps, la tour couverte – seule à subsister en activité encore en Wallonie, devait être remise en état.

avant 1998 coll. CHR ↔ 1999 coll. Hommes et Patrimoine

Devenue propriétaire du site, la Commune de Rixensart décida pour des raisons de sécurité et de préservation de patrimoine de la rénover avec l’aide de la Région wallonne. Coût des travaux : 124.000 euros.

Architecte, je me suis occupé en 1998, de la rénovation indispensable de la Perche couverte pour le compte du Service travaux de la commune. La vue à 34 m était à couper le souffle. Le club existe toujours et un petit musée est accessible sur place, écrivit Pierre Gheux en mai 2015.

1999 © Josette Verbois-Thonnard ↔ mai 2016 © Monique D’haeyere

Depuis le rond-point Yvonne Londoz, prises de vue de la ‘dernière double perche couverte en activité en Wallonie’. De 35 mètres de haut, elle sert aux entraînements du tir à l’arc sur perches verticales à 33 mètres (3).

2008 | vue depuis la rue Auguste Lannoye © Eric de Séjournet
février 2013 © Christian Petit

Cette tour abrite deux perches permettant la pratique du tir à l’arc ou tir à l’oiseau. Cette construction se situe à l’arrière d’une petite maison villageoise occupée par le local du ‘Cercle des Tireurs– Rixensart Sainte Croix’ et par le musée du Tir à l’Arc de Rixensart. La tour, de plan carré et haute de plus de 27 m, est entièrement bardée d’ardoise, écrit Bénédicte de Ghellinck en 2009 (4).

Le 30 janvier 2019, le Conseil communal de Rixensart décida d’émettre un avis favorable sur le classement, comme monument, de la perche couverte (tir à l’arc), sise rue Auguste Lannoye 32 à Genval, considérant hormis les critères de rareté, d’intégrité et d’authenticité :

– l’intérêt social du bien : la pratique du tir à la perche incarne une culture traditionnelle et populaire vieille de plusieurs siècles, et la perche couverte dont question constitue un témoignage de la pratique du tir à la perche, activité populaire apparue au Moyen Age et particulièrement florissante jusqu’au milieu du siècle dernier

– l’intérêt paysager de la perche couverte qui s’intègre particulièrement bien à l’environnement paysager urbain de Genval et qui constitue pour les habitants un point de repère haut de trente mètres


→ OBJECTIF RIXENSARTLa Perche
→ VISAGES DE RIXENSARTMusée du Tir à l’arc 


(1) WILLOT Isabelle, La perche couverte de Genval, in Le Soir, 18 août 1995
(2) Ibid.
(3) Chroniques CHR n° 26 – 2ème trimestre 1996, p17
(4) WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie, Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart
(5) Conseil communal de Rixensart, Projet de classement, comme monument, de la perche couverte (tir à l’arc) sise rue Auguste Lannoye 32 à 1332 Rixensart, 30 janvier 2019

L’île du lac, unique et rustique

3be20-1629878278

début XXe siècle | Une vue du lac de Genval et de son île

Genval circ 1907 0015

1907 | coll. Jean-Claude Renier

Vue sur le quartier du Panorama à Rosières, coll. Francis Broche
Rive est du lac de Genval, coll. Anne-Marie Delvaux

Un coin du lac, coll. Francis Broche
1919 | Vue générale du lac de Genval avec l’île, coll. Anne-Marie Delvaux
Bord du lac

Les villas de la Drève des Aubépines se profilent à gauche de l’île. Plus tard, un pont relia l’île à la rive sud-est du lac.

826d1-1816674926

L’île du lac et son pont rustique, coll. Anne-Marie Delvaux

50a7e-2363231770

1924 | La Maison du Garde (à gauche de l’île) et le Pavillon japonais (derrière le pont), coll. Jean-Claude Renier

L’Île des Pêcheurs sur la rive sud du lac, coll. Philippe Godin
L’île rustique, coll. Anne-Marie Delvaux

Outre les promenades champêtres, le lac de Genval offre également des distractions de choix comme la pêche, la voile et le canotage (1). Régulièrement, les membres du club de pêche local nettoyent les berges du lac de Genval. Comme en mars 2012, ils ont ressorti de tout : branches, canettes, bouteilles en verre, barrières Nadar ou encore un panneau de signalisation (2).

En 2015, une convention a été mise sur pied entre John Martin, le propriétaire et ‘Les Pêcheurs du Lac de Genval’. Pour pêcher au lac de Genval, il faut en effet être membre de l’association et payer une cotisation de 100 euros pas an. Ce qui permet de financer principalement le rempoissonnent du lac. Nous promouvons le no kill, explique Albert Collard, c’est-à-dire que les poissons pêchés doivent être remis à l’eau, mais les pêcheurs peuvent tout de même emporter un brochet et un sandre par jour de pêche. Si les concours ont lieu entre avril et octobre, les 110 membres de l’association peuvent pêcher toute l’année sur le lac.

A partir de la rive sud du lac de Genval, l’Île rustique offre une belle vue à droite sur L’Aquarium (qui deviendra l’hôtel Argentine) et son embarcadère, construit en bois en entourée d’un garde-corps (aujourd’hui dénommée La Sarabande).

Début 2019, la villa et ‘son’ île sont mis en vente par l’intermédiaire d’Immo Ferco.


(1) Magazine BW, octobre 2013
(2) L’Avenir, 5 mars 2012

Terminus Hôtel, arrêt sur le lac

56ace-41174606901

Le Terminus Hôtel, situé près du lac de Genval,
à la limite des communes de Genval, Rosières et Overijse.
coll. Jean-Claude Renier

Cette superbe vue panoramique sur le Parc de Genval-les-Eaux fut prise à partir du bas de la Route de Rosières (l’actuelle rue de Genval).

Continuer la lecture de Terminus Hôtel, arrêt sur le lac

Les Cottages, les Hydriades du lac

606. Le lac de Genval B c Francis Broche

Les Cottages (lac de Genval)
coll. Francis Broche

Hormis le chalet Guillaume Tell, la rive nord du lac de Genval tarda quelque peu à se construire alors qu’elle est exposée au sud.

Il fallut attendre que se manifeste l’intérêt d’Aimé Lagrange (ca 1870-1943), un homme entreprenant qui avait créé à Anvers une importante industrie d’alimentation pour le bétail. Selon la version de sa famille, Aimé Lagrange, acheta la chapelle Tell peu après sa construction et bâtit en outre les quatre villas proches, trois à gauche et une à droite (vu de la rive sud). Il aurait de même racheté et agrandi la ville ‘la Pommeraie’ et reconstruit le grand bâtiment connu sous le nom de ‘la Baraque’ à l’époque des courses hippiques. De son vivant il fait construire et vend plusieurs villas sur la rive nord mais, à son décès, lègue à sa fille aînée, Simone, épouse Vindevoghel, une des villas au bord du lac ainsi que ‘la Pommeraie’. A son autre fille,  Suzanne, épouse Robert Goffin, il lègue la villa Tell et ‘la Baraque’ modifiée que R. Goffin louera après le décès de sa femme, à une organisation de jeunesse (1).

genval,lac de genval,chalet guillaume tell

juillet 2014 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Les Cottages, les Hydriades du lac

Ferme de Rosierbois, altitude 105

d19ee-1372818081

1919 | La cour de l’antique ferme Englebert à Rosières
coll. Philippe Godin

Cette ferme portera différents noms : ferme de Rosierbois (du nom de l’ancienne cense), ferme du Haut (elle se situe au point culminant de Rosières, à l’altitude 105), ferme d’Englebert. Aujourd’hui, elle est dénommée ferme de Woo, du nom des champs qui l’entourent.

Le village et paroisse du duché de Brabant, la commune de Rozières, était sous l’Ancien Régime, une seigneurie ressortissante de la mairie de Vilvorde. Sa population était en l’an VII forte de trois à quatre cents âmes, avec les fermes de la cense-du-Haut et de terfosse qui en dépendent, écrivit Charles Oudiette en 1802/1803 (1).

Ces deux fermes étaient comprises (au 19e siècle) parmi les écarts de la commune ; le Haut de Rosières que l’on appelle le Woo est situé à quatorze cents mètres de l’église ; c’est dans ce hameau qu’est bâtie la ferme de Rosierbois nommée aussi ferme de Haut.  Une partie de cette cense est ce qui reste du château des seigneurs de Rosières. Une très belle tour carrée, au-dedans des murs, atteste encore la puissance du lieu (2).

614f9-2524614975
2011 © Francis Broche

Continuer la lecture de Ferme de Rosierbois, altitude 105

Chalet des Eaux, à la source

a4e1c-3797177493

1901/1902 | Chalet des Eaux à Genval
(photo prise de l’autre côté des voies, du sommet du talus opposé
de la tranchée du chemin de fer)
coll. Philippe Godin

Construit à l’emplacement d’un ancien oppidum néolithique (1), ce bâtiment emblématique du Parc de Genval-les-Eaux se dénomma successivement le ‘Chalet des eaux’, ‘Villa normande’, ‘Hôtel de Normandie’, puis ‘Normandy Hôtel’. Dès 1949, il connut une nouvelle destinée : l’accueil des personnes âgées (‘Résidence des Vétérans Coloniaux’, également dénommée ‘Le Gui’ Home des Vétérans Coloniaux ou ‘Résidence Stanley’, puis la ‘Résidence du Lac’).

1ca22-2514629898

janvier 2008 © Eric de Séjournet                    2010 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Chalet des Eaux, à la source

Normandy Hotel, tel un paquebot amarré

63aac-1518085421

entre 1910 et 1912 | L’Hôtel de Normandie avant transformation et extension
coll. Francis Broche

 9eb54-335835421
février 2014 © Monique D’haeyere

588. Première gare de Genval c Jean-Claude Renier

Le Normandy Hotel est agrandi
coll. Jean-Claude Renier

A l’avant-plan, la première gare de Genval. A gauche de la gare se trouvait le bureau de la RTT (Régie du Télégraphe et du Téléphone), précise Christiane Dandumont.

Dans une publicité d’antan, le ‘Normandy Hotel’ à Genval-lez-Eaux se recommande aux familles : L’Hôtel se trouve à 5 minutes de la gare de Genval, d’où partent 20 trains par jour pour Bruxelles. Téléphone Genval 57 ‘Réseau de Bruxelles’.

Continuer la lecture de Normandy Hotel, tel un paquebot amarré

Rue des Déportés

f6ee4-3403853409-2

1950
| Extrémité de la rue des Déportés
coll. Michel Nauwelaers

Côte à côte dans le rue des Déportés (1), deux garages : le premier distribue de l’essence Caltex, le second, le Garage R. Warzée, fournit de l’Esso.

20914-139300499

septembre 2016 © Monique D’Haeyere


(1) La déportation est l’action pour un pouvoir politique d’obliger une catégorie ou un groupe de personnes, à quitter son habitat (territoire ou pays), soit pour l’obliger à s’installer ailleurs (déplacement forcé, regroupement forcé ou ‘purification ethnique’, soit pour le retenir dans des camps (travail forcé) (source Wikipedia)

Continuer la lecture de Rue des Déportés

La Maison Rosiéroise, école et maison communale

d86a5-4091978732-2

début XXe siècle | L’Ecole des garçons et l’Eglise Saint-André
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

Dans ‘Géographie et histoire des communes belges’ (édité en 1873), on apprend que l’école communale fut construite (ndlr. vers 1858) sur les plans de l’architecte Moreau. Elle renferma une salle pour les séances du conseil communal. Le nombre des enfants pauvres, qui fut admis par la commune, en 1858-1859, à recevoir l’instruction gratuite, s’éleva à 80 : 50 garçons et 30 filles (1).

Continuer la lecture de La Maison Rosiéroise, école et maison communale