La forge Socquet, bêches et pelles

8d46b-3584878626

Couverture du catalogue des outils ‘Le moulin à vent’
de la forge Socquet, sise rue de l’Institut à Rixensart
coll. Joséphine Blomme

Vers 1960/61, alors que j’étais en 3ème ou 4ème année primaire à l’Ecole du Centre à Rixensart, notre classe visita la forge Socquet, sise rue de l’Institut 14 à Rixensart. Cette forge artisanale fabriqua des outils en acier trempé. Préparée par mon instituteur Paul Gilson, cette visite m’avait beaucoup impressionné : la chaleur du four et le tintamarre qui régnait dans l’atelier,  raconte Jean-Claude Renier.

Deux frères forgerons, installés depuis le début du 20ème siècle, décident de se reconvertir, leur métier de forgeron semblant menacé par l’expansion de l’automobile. Ils commencent la fabrication de bêches et de pelles en 1919. L’affaire, de très locale au début s’étend en Belgique ainsi que le renom de leur marque ‘Le Moulin’. En 1946, le successeur, le fils, modernise l’outil et exporte au Congo Belge, l’entreprise est prospère (1).

Continuer la lecture de La forge Socquet, bêches et pelles

L’autocar des écoles

b1f8f-863220081-5

1968 | Bus scolaire de marque Chevrolet en livrée rouge et blanc
coll. Fernand Hemeleers

Cette photo est accompagnée au verso d’une légende : Né en 1947, voici notre cher bus scolaire en fin de sa glorieuse carrière, juillet 1968.

Ce bus fut acheté, en occasion, l’été 1958 par la commune de Rixensart. Immatriculé 9F402, il était équipé d’un moteur Blue Flamme, 6 cylindres.

Utilisé initialement aux voyages touristiques dans la région de Namur, ce véhicule servit à transporter les élèves de l’Ecole communale du Centre, de l’Ecole Sainte-Agnès et de l’Ecole communale de Bourgeois. Ce bus servit également pour les voyages scolaires ainsi que pour se rendre au bassin de natation de Saint-Gilles, car il n’y en avait pas dans la région.

Fernand Hemeleers fut chauffeur de ce bus scolaire. Né le 18 décembre 1932 et habitant Rixensart, il fit sa carrière à la commune de Rixensart de 1956 à 1992. Il  raconte : Dans les années 50/60, en hiver, quand je devais descendre la rue des Ecoles, en face du château, je devais rouler très doucement, roues contre la bordure, pour ne pas glisser. On ne jetait pas encore du sel sur les routes, mais de la cendrée.

Continuer la lecture de L’autocar des écoles

Sur les traces de l’enseignement à Rixensart

1355. Petite école auberge Ste Barbe croquis par Paul Gilson

Le premier document parlant d’enseignement à Rixensart date du 26 septembre 1606. Il atteste que Messire Alexandre, prêtre, a desservi pendant dix ans l’office de la chapelle et instruit et enseigné la jeunesse. Environ un siècle plus tard, entre 1736 et 1739, un rapport du curé de Saint-Martin de Limal, adressé à l’évêque de Namur, signale qu’il y a un maître d’enfants à Rixensart … Il utilise de bons livres et le catéchisme de Namur (1).

Il semble que cette situation continua jusqu’à la conquête de la Belgique par les troupes révolutionnaires en 1794. Jusqu’à la fin de la période française, l’instruction resta très médiocre dans tout le pays. En 1821, sous le régime hollandais, l’instruction primaire fut enfin organisée en application de la loi hollandaise de 1806 (2).

Le 20 juin 1822, Jacques Stenuit, le Bourgmestre, signala que seulement douze indigents fréquentent l’école primaire. En 1824, la Commune fut tenue d’inscrire une somme à son budget pour la création d’une école communale. Le 12 février 1824, le Bourgmestre écrivit à la Députation des Etats que l’établissement d’une école est tout à fait inutile dans notre commune puisqu’elle ne contient que presque tous journaliers, il n’y a que deux fermes et sept à huit petits propriétaires; par conséquent il n’y a pas des enfants qui peuvent fréquenter l’école. Il expliqua en plus que la taxe pour une école va reposer uniquement sur les pauvres journaliers qui ont besoin de leurs enfants pour les assister à vivre et que le grand propriétaire étant étranger à la commune n’interviendra pas dans le paiement de cette taxe (2).

Continuer la lecture de Sur les traces de l’enseignement à Rixensart

La Ferme Hautfenne, fromagerie, auberge puis pharmacie

Auberge Sainte Barbe (rue de l'Institut) c Daniel Debroux copie

Auberge Sainte-Barbe
coll. Daniel Debroux

Au nord de la place Jefferys à Rixensart, se trouvait une ferme, propriété des Hautfenne. Elle devint fromagerie, auberge … puis, après destruction du bâtiment, pharmacie. La ferme Hautfenne figure déjà sur la carte de Ferraris. La maison, moins ancienne, à 2 étages, en briques rouges, l’écurie, l’étable et une remise entouraient une cour carrée, fermée de murs et d’une solide barrière de fer. Une partie de ce mur subsiste encore, il clôturait le potager à l’arrière de la ferme (1).  

Auberge Sainte Barbe au début rue de l'Institut c Paul Gilson copie

Ferme Hautfenne
coll. Paul Gilson

Avant l’ouverture de l’école communale, rue de l’Eglise, en 1839, une petite école non officielle, ouverte que pendant la période hivernale, occupait en partie la ferme Hautfenne. Vers 1936, la ferme fut transformée en fromagerie tenue par la famille Boulanger.

Après la guerre, vers 1950, après ménagements, l’Auberge Sainte-Barbe attira les gastronomes de la région sous les voussettes des anciennes étables et écuries. Enfin, le tout fut rasé en 1956 (2).

Actuellement, la rue de l’Institut n° 1 à Rixensart est occupé par la pharmacie Familia (anciennement pharmacie Delvaux).

rixensart,place jefferys,fermes,hautfenne,horeca,sainte-barbe

novembre 2013 © Jean-Claude Renier


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) le nom de Barbe était approprié : en 1756 le cortil Barbe y était localisé, cortil venant du latin ‘curtis ‘ jardin ou métairie.

1358 | FC Rixensart

Saison 1949 1950  Waterloo Rixensart 2-3 colelction Paul Gilson.jpg

1949/1950 – « L’équipe de football du FC Rixensart. Cette photo fut prise lors de la rencontre Waterloo-Rixensart 2-3, Rixensart champion! », commente Paul Gilson.

– 1er rang, de gauche à droite : Didier Degrie, J. Kuyl, Paul Gilson, Raymond Beaurain, Raymond Dubois.
– 2ème rang, de gauche à droite : Willocq, G. Loppe, J. Socquet, Lavallei, A. Carême, Joseph Verté

1185 | FC Rixensart

1185. FC Rixenbsart saison 1950-1951 Perwez Rixensart c Paul Gilson.jpg

1950/1951 – L’équipe de football du FC Rixensart (photo prise lors d’une rencontre à Perwez).

– 1er rangée (accroupis) de G à D : Willock, Joseph Careme, Isidore Devriese, Jean Raskaert, Raymond Dubois
– 2ème rangée (debout) de G à D : Paul Gilson, Joseph Verté, G. Loppe, Fernand Delpierre (fils du boucher à Rixensart), Arthur Careme, Hubert Loubri

1160 | La Confrérie du Tir-Bouchon

31.1 Tire-Bouchon.jpg

La Confrérie du Tire-Bouchon est une confrérie gastronomique du Brabant wallon, membre du Conseil Noble du Brabant wallon et de Bruxelles-Capitale. Elle a été créée en 1977 dans le but de remettre à l’honneur une gourmandise de la région tombée dans l’oubli : la tarte du Vi Paurin. La Confrérie affecte le bénéfice de ses activités au soutien d’institutions de Rixensart qui s’occupent d’enfants en difficulté.

En janvier 1999, les Rixensartois recevaient les représentants des autres confréries et posaient pour la photo de famille devant le nouveau kiosque du Parc communal.

Rétrospectives

◼︎ VISAGES DE RIXENSART | La Confrérie du Tire-Bouchon

1045 | Rixensart FC

FC Rixensart c Paul Gilson.jpgvers 1950 – photo du RIXENSART FC. A l’arrière plan, le local du club.

Paul Gilson a fait partie de l’équipe de 1947 à 1953 et communique quelques noms de joueurs (liste complétée par les lecteurs de Rétro Rixensart > voir commentaires) :

– 1er rang, accroupis de G à D : Wynan TRICOT, Joseph CAREME, René MATHIEU, Arthur CAREME (capitaine), Jean RASSCHAERT (le premier en bas en partant de la droite … juste en-dessous de l’entraineur)

– 2ème rang, debouts de G à D : TABUREAU, Christian LOOZ, Joseph VERTE, Paul GILSON, Freddy PAUL (gardien de but), H. NAESSENS, Paul HENRY (entraineur) ».

926 | Classe de primaire de l’Ecole Communale du Centre

118x. Avant 1963 - Une classe de l'école primaire.jpg

avant 1963 – Une classe de primaire de l’Ecole Communale du Centre à Rixensart. Dans les années ’50, « on commence à renouveler les bancs dans les classes. Les anciens, en bois, sont remplacés par des bureaux métalliques à deux places avec chaises individuelles. Ce matériel est plus pratique mais prend beaucoup plus de place et est plus bruyant », écrit Paul Gilson (XXI, p. 14)

avant 1963 Ecole Communale du Centre réfectoire.jpg avant 1963 Ecole Communale du Centre Salle des Fêtes et de Gymnastique.jpg 

Réfectoire                                                                    Salle de fêtes et de gymnastique

898 | Deuxième maison communale de Rixensart

rixensart,écoles,maison communale,place de la vieille taille

1950 – La Place de la Vieille Taille devint «communale lors du transfert, en 1875, de la maison communale, de l’école et de la maison de l’instituteur, précédemment situées rue de l’Eglise. L’école comprenait deux classes et 133 élèves. La salle communale, à l’étage, ne mesurait que 3 mètres de large et 5 mètres de long», précise Paul Buffin (1).

«La maison communale n’était qu’une bâtisse en briques, à un étage, à laquelle était annexée l’école, à côté de la cabine électrique toujours existante. Sous l’égide du bourgmestre Jules Bosquet, les autorités municipales de l’époque, (1875) décidèrent d’aller s’implanter en cet endroit, plus central … Cette résolution releva-t-elle du défi de créer un nouveau quartier, ou bien, de la très parcimonieuse économie des deniers publics? (…) Cet ensemble fut démoli après le transfert de l’administration au château du Héron, en 1950 (2). A cette date, le curé Ameye proposa de construire une église, plus centrale, sur la place communale. Ce projet n’eut pas de suite».

—–
(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996, p. 70 et 71
(2) RETRO RIXENSART, Place de la Vieille Taille (voir principalement les notices 362 et 669)

rixensart,écoles,maison communale,place de la vieille taille rixensart,écoles,maison communale,place de la vieille taille

853 | La cloche Eva

20.8. Eglise Sainte-Croix Cloche Eva 20 mai 1938 © Paul Gilson.jpg

20 mai 1938 – Donnée à l’église Sainte-Croix, la cloche Eva est baptisée par Son Eminence le Cardinal Van Roey. Marraine : Madame Lucien Dessy; parrain : le Docteur Lucien Dessy, bourgmestre de Rixensart.

537 | Match de football

Match footbal équipe des parents contre les enseignants arbitre Paul Gilson de dos Mr Bladt gardien de goal.jpg

Match de football organisé par l’Ecole Communale du Centre entre une équipe composée de parents et celle d’enseignants. « J’arbitrais ce match et vous reconnaîtrez à ma gauche le buteur … Jean-Pierre Bladt », précise Paul Gilson.