Devoir de mémoire (Genval)

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Genvalois Alexandre Ancart, Georges Rouchaux, Maurice Van Diest et Edmond Borderieux furent arrêtés par la Gestapo, puis fusillés en janvier 1943. D’autres, comme Joseph Desmet et Fernand Gailly, donnèrent leur vie pour la Patrie. Sous réserve d’exhaustivité :

973F. Alexandre AncartAlexandre Ancart (1902-1943) | Né à Cortil-Noirmont le 16 mars 1902, Alexandre Ancart, époux de Léonie Van Niemmen, fut combattant de la guerre 1940, ex-prisonnier de guerre et membre de l’Armée blanche. Pour avoir transporté des armes, il fut brutalement arrêté par la Gestapo à Genval le 16 décembre 1942 et fusillé à Bourg-Léopold (1) (ndlr. et non à Breendonk) le 6 janvier 1943 (2).

Georges Rouchaux (1895-1943) | Né le 28 décembre 1895 à Ixelles, imprimeur à Genval, il fut fusillé à Breendonk le 6 janvier 1943 (2).

Maurice Van Diest (1902-1943) | Né le 5 novembre 1902 à Wavre, domicilié rue des Combattants 11 à Genval, résistant. Arrêté le 8 janvier 1943 pour possession d’armes, il fut fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943 (3) et inhumé au Tir National à Schaerbeek dans l’Enclos des Fusillés.

7c937-33588654-1Edmond Borderieux (1892-1943) | Né à Orville (France) le 4 septembre 1892 et domicilié rue du Cerf à Genval, il fut employé aux Papeteries de Genval. Le 16 décembre 1942, il fut arrêté comme otage et fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943. Il fut inhumé au Tir National à Schaerbeek dans l’Enclos des Fusillés

 

joseph desmet résistant genvalois 1895-1945Joseph Desmet (1895-1945) | Né à Bruxelles le 12 janvier 1895, résistant, mort, victime de la barbarie allemande le 9 mars 1945 au camp d’extermination de Neuengamme. Il est tombé pour son idéal, sa patrie et votre liberté (Source : Souvenir pieux). Une rue parallèle à l’avenue Gevaert lui est dédiée. Le Cercle d’Histoire de Rixensart confirme que la veuve de Joseph Desmet, Carina Lignier, fut nommée bourgmestre de Genval de 1967 à 1970. Elle habitait au 132 de l’avenue Gevaert (5).

fernand gailly (1902-1945) © michèle degueldreFernand Gailly (1902-1945) (6)| Né à Bourgeois-Rixensart le 27 juillet 1902, il résida rue Mascau à Genval. Son activité fut considérable dans la résistance. Il était commandant à l’Armée secrète. Il eut à son actif de nombreux actes de sabotage. Il rassembla, convoya, cacha des armes et des munitions. Il assura le logement et le ravitaillement de nombreux réfractaires (…). Il fut arrêté par la Gestapo en août 1943 et connut les camps de concentration. En mars 1945 il fut vu juché sur un train en partance pour l’Ouest. Depuis lors on a perdu toute trace de lui … (7). Le 23 juin 2014, le Conseil communal de Rixensart prit la décision de nommer le rond-point établi au carrefour entre les rues de Genval et de La Hulpe, rond-point Fernand Gailly, considérant qu’il a activement participé à la résistance à l’occupant pendant la guerre 40-45 en formant les premiers noyaux de l’Armée blanche (→ RÉTRO RIXENSART | Fernand Gailly, résistant de la première heure)

A propos de trois de ses paroissiens, – Alexandre Ancart, Georges Rouchaux et Maurice Van Diest, le curé de la paroisse de Saint-Sixte consigna le 17 juin 1945 (7) : Au cours d’une cérémonie grandiose les corps des fusillés sont ramenés à Genval.

rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 place communale coll. luc debource 0

17 juin 1945 | Rapatriement de trois Genvalois fusillés par les Allemands.
Le convoi funéraire remonte l’avenue Gevaert et arrive Place communale à Genval.
coll. Luc Debource

176.4 Rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 Place communale Collection Luc Debource (3)

17 juin 1945 | Cérémonie en hommage à trois paroissiens fusillés par les Allemands
coll. Luc Debource

176.6 Rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 Place communale Collection Luc Debource (5)

176.5 Rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 Place communale Collection Luc Debource (4)

17 juin 1945 | Cérémonie en hommage à trois paroissiens fusillés par les Allemands
coll. Luc Debource

176.2 Rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 Place communale Collection Luc Debource (1)

176.7 Rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 Place communale Collection Luc Debource (6)

17 juin 1945 | Cérémonie en hommage à trois paroissiens fusillés par les Allemands
coll. Luc Debource

8b8d1-856767261-1

3 octobre 1954 | Monument aux Morts des Papeteries de Genval

Dépôt de fleurs au Monument aux Morts des Papeteries de Genval en présence de Jean Lannoye et de sa mère Marie Stévenart. Neuf noms figurent sur la stèle : Edmond Borderieux, Albert Croy, Denis Deceuster, Marcel Ladrière, Georges Roucheaux, Maurice Vandiest, Charles Delf…?, Pascal Delmotte, René Van…?


RÉTRO RIXENSART | Monument à la Gloire et Reconnaissance aux Combattants de Genval
RETRO RIXENSART | Cérémonies du V-Day
RÉTRO RIXENSART | Devoir de mémoire (Rixensart)
RÉTRO RIXENSART | Devoir de mémoire (Bourgeois)
RÉTRO RIXENSARTDevoir de mémoire (Rosières)


(1) suivant son avis mortuaire
(2) Le jeudi 7 janvier 1943, l’Oberfeldkommandatur de Bruxelles communique : « En expiation de l’assassinat commis le 31 décembre 1942 sur trois membres de l’armée allemande, et des agressions commises après le 24 décembre, à Bruxelles et dans les environs contre des citoyens belges, les 10 Terroristes suivants ont été fusillés : DUPREZ Pierre, ferblantier à Anderlecht ; DE VALLENS José, employé de commerce à Bruxelles ; VAN DEN HOUVEL Edmond-Léonard, serrurier à Bruxelles-Jette ; LANSEN André, garçon de café à Evere ; ANCART Alexandre, marchand de charbon à Genval ; TILQUIN Marcel, commerçant à Rixensart ; COLLIN Alphonse, employé communal à Rixensart ; ROUCHEAUX Georges, imprimeur à Genval ; LADRIERE Marcel, employé à Genval ; BOISACQ Robert, peintre en bâtiment à Rixensart » (extrait publié dans INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL, Trial of the major war criminals before the International Military Tribunal of Nuremberg 14 november 1945 – 1 october 1946, Nuremberg, 1949, Volume XXXVII p.377 et 378)
(3) Bel-Mémorial
(4) © tous droits réservés à la famille Gailly
(5) Tout connaître sur Genval (Tourisme, Industrie, Commerce), 1966
(6) Eloge funèbre de Fernand Gailly, par l’Abbé André Tonnet, curé de Genval, 11 août 1946 (source Michèle Degueldre)
(7) TONNET Adrien (curé de Saint-Sixte de de 1923 à 1962) Monographie de Genval, p. 73

Documents et archives

Continuer la lecture de Devoir de mémoire (Genval)

Fernand Gailly, résistant de la première heure

Fernand Gailly (1902-1945) © Michèle Degueldre

Fernand Gailly, né en 1902, disparu en 1945
photo © Michèle Degueldre (1)

Fernand Gailly naquit à Bourgeois-Rixensart le 27 juillet 1902 et résida rue Mascau à Genval. 

Il grandit dans le culte des traditions d’une des plus belles familles du Brabant wallon où s’épanouirent sans cesse les vertus chrétiennes, l’amour familial, l’esprit de travail, le dévouement aux oeuvres et un inébranlable attachement à la patrie (2).

Fernand Gailly fut un de ces braves qui dès 1940 voulut secouer le joug de l’ennemi. Il fut, je crois le premier de nos paroissiens enrôlé dans la Légion Nationale. Sa devise était : « Plutôt mourir que trahir » (2)

Son activité fut considérable dans la résistance. Il était commandant à l’Armée secrète. Il eut à son actif de nombreux actes de sabotage. Il rassembla, convoya, cacha des armes et des munitions. Il assura le logement et le ravitaillement de nombreux réfractaires. Il collecta lui-même ici dans beaucoup de familles de notre paroisse des sommes d’argent pour les besoins de la résistance. Sa spécialité se révéla dans l’art qu’il avait de surveiller les champs d’aviation de l’ennemi.

Quelques temps avant son arrestation, il était passé à la sureté de l’Etat où en surplus de son service d’espionnage il s’occupa du passage des hommes en Angleterre par la France et le Portugal. Il possédait également un jeu de fausses cartes d’identité et de passeports.

Au début du mois d’août 1943, il fut arrêté pendant qu’il se rendait à son travail. La Gestapo espérant sans doute faire un coup de filet le surveillait étroitement depuis plusieurs jours.

On sait qu’il a séjourné à Saint-Gilles, Breendonck, Essen, Esterwegen et dans quelques autres camps. On a appris qu’en mars 1945 il avait été vu juché sur un train en partance pour l’Ouest. Depuis lors on a perdu toute trace de lui … (2).

Le 23 juin 2014, le Conseil communal de Rixensart prit la décision de nommer le rond-point établi au carrefour entre les rues de Genval et de La Hulpe, rond-point Fernand Gailly, considérant « qu’il a activement participé à la résistance à l’occupant pendant la guerre 40-45 en formant les premiers noyaux de l’Armée blanche ».

26 septembre 2015 © Inauguration du rond-point Fernand Gailly
photos © Michèle Degueldre (1)


(1) © tous droits réservés à la famille Gailly
(2) Eloge funèbre de Fernand Gailly, par l’Abbé André Tonnet, curé de Genval, 11 août 1946 (source Michèle Degueldre)