La Maison Rosiéroise, école et maison communale

d86a5-4091978732-2

début XXe siècle | L’Ecole des garçons et l’Eglise Saint-André
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

Dans ‘Géographie et histoire des communes belges’ (édité en 1873), on apprend que l’école communale fut construite (ndlr. vers 1858) sur les plans de l’architecte Moreau. Elle renferma une salle pour les séances du conseil communal. Le nombre des enfants pauvres, qui fut admis par la commune, en 1858-1859, à recevoir l’instruction gratuite, s’éleva à 80 : 50 garçons et 30 filles (1).

Continuer la lecture de La Maison Rosiéroise, école et maison communale

Thalweg, puis rue du Vallon

13306-3829283941

1925 | Thalweg à Genval, actuellement traversé par la rue du Vallon.

A l’arrière-plan : la voie ferrée, où passe un train. A l’emplacement du futur collège Saint-Augustin, il y a des étangs.

C’est en avril 1910 que le tracé de cette rue fut envisagé, partant de Maubroux pour se diriger vers la Place communale, route à placer dans la vallée séparant les deux artères principales de la commune. Ce n’est qu’en juin 1935 que le Conseil communal décida d’un nouveau chemin ouvert entre la place communale et Maubroux dans le thalweg de la vallée séparant la voie XXI du chemin n° 8 (1).

Le Cercle d’Histoire de Rixensart y ajoute que les personnages sont M. Deloge et ses filles Marie et Marguerite.


(1) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Eléments d’histoire de La Place communale de Genval du 18e au 20e siècle, in Chroniques N° 36, septembre 2008

Institut Saint-Augustin, rue du Vallon

81e2b-3430762337

vers 1950 | Institut Saint-Augustin, rue du Vallon à Genval
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le vœu de son mari, Marie Stévenart, veuve d’Auguste Lannoye, créa une école primaire et moyenne pour la commune de Genval et les environs : l’Institut Saint-Augustin (1). 

Continuer la lecture de Institut Saint-Augustin, rue du Vallon

Le Moulin de Rosières, sur la Lasne

ba8c4-3738847213-2

1910 | Au bord de la Lasne, le moulin de Rosières-Saint-André
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

En 1860, Rosières ne comptait qu’un moulin à eau, n’ayant qu’une seule roue et deux couples de meules. La retenue était à l’altitude de 44,99 mètres. L’autorisation de le placer sur la Lasne a été accordée au sieur F. Léonard le 24 septembre 1857 (1).

Un moulin à jadis existé à Rosières, probablement au même endroit, mais en 1602 il avait disparu’. (‘Corenmolen’, 1434; ‘Ouden molen die te Rosiere placht te staan’, 1602) (1).

Continuer la lecture de Le Moulin de Rosières, sur la Lasne

Le Gros Chêne de l’avenue Gevaert

Le Gros Chêne de la rue Haute à Genval

vers 1910 | Le Gros Chêne de la rue Haute (avenue Gevaert) à Genval

Ce Chêne habilla pendant plusieurs décades la petite place, située juste avant le croisement des rues Haute (avenue Gevaert), de la Station et de Rixensart.

Continuer la lecture de Le Gros Chêne de l’avenue Gevaert

La Manteline, val de la Rivière

La Manteline Genval 1906 coll CHR

1906 | La Manteline à Genval, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Quittant la Place communale de Genval, ce promeneur descend le chemin creux (actuelle rue de La Manteline) vers la vallée de la Lasne pour rejoindre la rue du Moulin.

180926 Chemin creux vers Bourgeois 1909 c CHR

Chemin creux de Genval vers Bourgeois, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

180926 La route du Bourgeois

22ea3-227788980

1929 | Vallée de la Lasne et le lieu-dit la Manteline, toujours intact, coll. Jean-Louis Lebrun

bf357-3206107105

b812f-176612801

vers 1950 | Vue panoramique sur le Mahiermont et la Manteline, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Vue à partir de la rue du Moulin (Bourgeois) sur l’église Saint-Sixte, les serres du  Mahiermont, et à gauche La Manteline (Genval). Vous reconnaîtrez la villa Beau-Site (avenue des Combattants).

32271-3405972151

fef37-3240904268

2007 | Val de la Rivière (La Manteline à Genval) © Francis Dominé
La façade sud de cette villa a été profondément modifiée après octobre 2013.

2643c-782332546
2014 © Frank

 

Rue des Écoles, sur la Trawée

bf82c-3526559147

avant 1925 | rue des Écoles à Rixensart, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

La rue des Ecoles est tracée, aux environs de 1900, sur la Trawée (1) Timans ou Timaus, dont il ne subsiste que le sentier, en forte pente, descendant vers la rue de l’Eglise. En 1921, Louis Mayné, marchand de bestiaux, vend à la commune, sa ferme et les prairies attenantes. On y construit la nouvelle Ecole Communale du Centre (…). Construite en 1925, l’école ne comprend que trois salles de classe et un jeune marronnier au milieu de la cour (2).

Deux écoles existaient déjà plus loin dans la rue. L’école de coupe des demoiselles Maria et Joséphine Delaby, et l’école Sainte-Agnès réservée aux filles (3).

51ed8-730312414

avril 2014 © Monique D’haeyere

La Rue des Ecoles voir 117 c Francis Broche

coll. Francis Broche

Rix. Gare rue de la Gare 04 c (2)

juillet 2017 © Monique D’haeyere

537B. Les nouvelles écoles des garcons. Façade extérieure c Francis Broche

Les nouvelles écoles des garcons. Façade extérieure, coll. Francis Broche

SONY DSC

avril 2011 © Monique D’haeyere


(1) Cette trouée permettait aux gens du Bourgeois de se rendre à leur église paroissiale, Sainte-Croix à Rixensart, avant la fondation de leur paroisse et la construction de leur église (4) en 1877 (2)
(2) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(3) DELBRASSINNE Robert, Souvenirs de mes Cartes Postales, 2006-2007
(4) Saint-François-Xavier

 

Chapelle de Notre-Dame-de-Lourdes, dite de la Bruyère

600. Chapelle de Notre-Dame de Lourdes rue de la Bruyère à Genval

1921 | Chapelle de Notre-Dame de Lourdes ou chapelle Vanhamme

Située rue de la Bruyère 130 à Genval, cette chapelle à chambre, du type parfois appelé ‘oratoire’, fut construite par Georges Vanhamme en 1921, en reconnaissance d’une guérison miraculeuse. En effet, Célina Vanhamme, née en 1884, sœur du constructeur, revint guérie d’un pèlerinage à Lourdes en 1920. Une inscription rappelle l’origine de la fondation : ‘En / mémoire de / Célina Van Hamme / guérie à Lourdes / 1921 / A.M.’. Cette inscription figure sur une pierre en octogone irrégulier, scellée dans le fronton au-dessus de la porte (1).

Selon Roger Delooz, c’est l’abbé Coenen de l’église dédié au Sacré-Coeur de Jésus-Roi, aujourd’hui disparue, curé de 1914 à 1928 qui fit bâtir la Chapelle de Notre-Dame de Lourdes à la Bruyère en 1921 (2).

601. Chapelle Notre-Dame de Lourdes rue de la Bruyère à Genval c Francis Broche

après 1921 | Chapelle de Notre-Dame-de-Lourdes, coll. Francis Broche
Le clocheton est un ajout tardif. Il est fait en bois et zinc (1)

Chapelle Vanhamme 132 rue de la Bruyère à Genval 1925 1930 c CHR

1925/1930 | Chapelle de la Bruyère, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Chapelle dite Vanhamme Rue de la Bruyère 1960 c CHR coll R. Javaux

1960 | Chapelle dite Vanhamme, rue de la Bruyère, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

3822260525

octobre 2010 © Berna de Wilde

genval,rue de la bruyère,chapelle notre-dame-de-lourdes

août 2016 © Monique D’haeyere


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(2) DELOOZ Roger, A la découverte de La Hulpe et de Rixensart, 1999

 

Locomotives à vapeur à Genval

145. Le Pont d'Yssche Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

>1907 | Le pont d’Yssche, coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Le pont d’Yssche (Overijse), situé en face de la rue de la Tasnière à Genval. Yssche est le nom d’un fief du duc de Brabant, érigée au XVIIe siècle en terre principautaire.

783. Gare de Genval II sémaphore et train vapeur 1914 c Jean-Claude Renier

1914 | Train à vapeur en gare de Genval, coll. Jean-Claude Renier
(à l’avant-plan le sémaphore)

9b786-838122563

1959 | Locomotive à vapeur type 29 en gare de Genval, coll. Bruno Marchal

Ce train de manoeuvre avec de nombreux wagons était entièrement destiné aux Papeteries de Genval. L’électrification de la ligne est déjà visible sur cette photo, raconte Bruno Marchal, président de l’asbl Plumalia. A droite, la vieille gare de Genval et le hangar (1) situé sur le parking de la SNCB. Le tout jeune agent d’accompagnement à l’avant de la machine est mon père, alors âgé de 20 ans.

Ce type de locomotive fait partie d’une série de 300 locomotives commandées après la Seconde Guerre mondiale par la SNCB aux Etats-Unis et au Canada. La 29.092 a été produite en 1946 par Montreal Locomotive Works. Réformée le 20 avril 1967, la 29.092 connut un répit étant convertie en générateur mobile de vapeur, afin de servir dans une gare de formation au préchauffage des rames voyageurs (2).

9a423-3229279705

1979 | Locomotive à vapeur 29.013 (3) entrant en gare de Genval © Michel Huhardeaux

f2408-3384266400-2

1979 | Loco 29.013 en Gare de Genval © Michel Huhardeaux

Ce train est un spécial et non un train régulier. La traction à vapeur avait pris fin en 1966, avec cette loco 29.013 (2) d’ailleurs, explique Michel Huhardeaux.

1054c-274731762-2

2009 © Eric de Séjournet


(1) dont la démolition a débuté le 17 août 2009 pour faire place aux nouvelles infrastructures du RER
(2) HOTTON J.M., L’histoire de la locomotive à vapeur 29.013 de la SNCB, in Patrimoine Ferrovaire et Tourisme asbl, 2007
(3) Ce type de locomotive fait partie d’une série de 300 locomotives commandées après la Seconde Guerre mondiale par la SNCB aux Etats-Unis et au Canada. La 29.013 a été produite en 1946 par Montreal Locomotive Works et effectua son parcours de rodage le 7 février 1946 entre Anvers et Louvain à la vitesse de 30 km/h. Le 8 février 1946, elle est affectée à la remise d’Ottignies. En avril 1957, elle est reprise dans les effectifs de Kinkempois d’où elle est transférée en octobre 1960 vers Louvain. Elle y reste très peu de temps pour rejoindre Monceau en décembre 1960. En mai 1963, elle dépend de la remise de Merelbeke. En novembre 1966, elle se retrouve à l’atelier d’Alost qui dépend administrativement de Merelbeke. C’est ainsi qu’elle effectue, au départ de cette remise, le dernier parcours commercial voyageur en traction à vapeur le 20 décembre 1966 entre Ath et Denderleeuw. La 29.013 est ensuite affectée à la remise de Louvain le 2 février 1967 où elle termine sa carrière et sort des écritures en avril 1967 (2).

Les Tiennes, entrée et sortie de trois villages

47. Rosières St-André L'Entrée du village Collection Philippe Godin
1917 (3) | L’Entrée du Village, coll. Philippe Godin

Photo prise au niveau du carrefour où convergent les rues de La Hulpe (sur Rosières), de Genval (sur Rosières) et la Parklaan (sur Overijse). Sur le terrain à droite se trouve l’actuel Café du Lac.

 b2e4f-3404212474

2010 © Monique D’haeyere

aabab-1379812468

1938 | Les Tiennes (1) à Rosières (actuelle rue de La Hulpe), coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Le 26 septembre 2015, le Collège des Bourgmestre et Echevins de Rixensart y inaugurait le rond-point Fernand Gailly. Rétro Rixensart édite ci-après une notice consacrée à « Fernand Gailly, résistant de la première heure ».



(1) le tienne = pente, escarpement, colline, raidillon (du wallon ‘tiens’) (2), limite marquée par une colline
(2) ‘pitite montinne, avou li dzeu arondi’ (Dictionnaire explicatif wallon)
(3) RAEPSAET Jacques, Calendrier 2009, édité par le Magazine d’Informations communales Wavre-Limal-Bierges, N° 146

Le cyclone du 10 août 1895, à Rixensart

180810 Rixensart Cyclone du 10 août 1895 © Bernard Collin Archives de Merode Trélon (via Joël Danlou)

10 août 1895 | Un cyclone ravage Froidmont (Rixensart)
photo originale par Emile Preuss, rue Gray 163 à Ixelles
coll. Bernard Collin

Le 10 août 1895 le hameau de Froidmont à Rixensart est ravagé par un cyclone accompagné d’une trombe d’eau classée parmi les plus remarquables de l’époque. La pression du vent atteignit 400 kilogrammes par mètre carré et une vitesse de 60 mètres à la seconde, soit 216 kilomètres à l’heure (…). Ce cyclone dévasta la vallée de la Lasne depuis Aywiers jusqu’à Rixensart et continua sa course jusqu’à Basse-Wavre à travers bois (1).

1895 Rue du Cyclone ollection Cercle d'Histoire de Rixensart

10 août 1895 | Un cyclone ravage le hameau de Froidmont
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

1895 Rue du Cyclone Collection Cercle d'Histoire de Rixensart (1)

coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Vers 21h30, un épouvantable coup de tonnerre se fait entendre (…). En deux minutes, des maisons renversées, des toits emportés, des arbres arrachés et couchés sur le sol, des champs ravagés. Le cyclone ne fera aucune victime, heureusement. A cette époque, Froidmont compte une quinzaine de maisons et l’on dénombre 1633 habitants à Rixensart lors du recensement du 31 décembre 1890 (2).

Ce cyclone marqua tellement les esprits qu’une rue porte son nom depuis 1926.

Cyclone de 1895 à Froidmont Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

Photo prise vraisemblablement dans le Bois Là-Haut
(entre Bourgeois et Froidmont)
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Cette trombe a parcouru toute la région que traverse la Lasne, depuis les confins du territoire de Plancenoit jusqu’aux environs de Wavre. Elle a suivi une ligne sinueuse, dans une direction générale du SW au NE., sévissant sur une zone d’une centaine de mètres de largeur (…). Mais c’est surtout dans le bois de Rixensart, dit ‘Bois-là-Haut’, entre Bourgeois et Froidmont, que le spectacle était d’une sauvage grandeur. Des chênes de 2m50 de circonférence, des canadas énormes, des bouleaux superbes avaient été arrachés, tordus. La trombe avait exercé ses effets à des hauteurs variées, comme si elle s’était élevée et abaissée sans trêve : ici, les arbres étaient simplement étêtés ; là, ils étaient déracinés ou déchiquetés à la base, laissant des souches que l’on pouvait comparer à de gigantesques bottes d’allumettes ; plus loin, les troncs majestueux étaient brisés à mi-hauteur (…). Au sortir du bois, la trombe suivit le chemin de terre conduisant à Froidmont, et elle endommagea sérieusement les habitations qui le bordent. Un vaste hangar, sur la hauteur, près de la ferme Taymans, s’écroula sur les outils et instruments aratoires qu’il abritait (3).

Cyclone de 1895 Bois La Haut Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A la ferme Sohière, la grange et la remise furent renversées. Dans le verger, un pommier de 40 centimètres de diamètre fut enlevé, avec ses racines, et transporté à une trentaine de mètres de distance dans un verger voisin. La maison de M. Michiels, près du talus du chemin de fer, semblait avoir subi les horreurs d’un bombardement ; la moitié de la toiture avait été lancée au-delà de la voie ferrée, et la serre aux fleurs avait complètement disparu (4).

De l’autre côté du chemin de fer, le hameau de Froidmont avait été détruit. Il présentait l’aspect d’Austruweel (près d’Anvers) après la catastrophe de la cartoucherie Corvilain. Plus loin, au delà du château du comte de Merode, la trombe exerça encore de considérables ravages, dans le grand bois de Rixensart et dans le bois de Bierges. Ses effets se firent sentir jusqu’à Basse-Wavre (5).

Gravure représentant le Cyclone publiée dans La Belgique Illustrée du 25 août 1895 Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

25 août 1895 | Gravure publiée dans La Belgique Illustrée.
Légende : Le Cyclone de Rixensart – Maisons d’ouvriers au hameau de Froidmont.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Le dessin représente le site vu de l’actuelle rue de Froidmont vers la gare. Il est relativement incorrect dans la mesure où, soucieux de faire apparaître les fils arrachés sur la voie ferrée, l’auteur l’a un peu fait tourner afin de pouvoir la représenter (6).


→ RÉTRO RIXENSART | Le cyclone du 10 août 1895 à Froidmont (Rixensart) coll Paul Gilson


(1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(2) SEMMINCKX Julien, Journal Dimanche (Vlan) du 20 avril 2008
(3) LANCASTER A. (directeur du Service Météorologique de l’Observatoire de 1898 à 1908), Les vents en Belgique (), p. 342-344, 1903
(4) Ibid.
(5) Ibid.
(6) GHYSSENS Roger (Cercle d’Histoire de Rixensart), Info Froidmont, 14 février 1993

Rue du Cyclone, un paysage qui se souvient

Un paysage (rue du Cyclone en 1929) c JCR Martin

1926/1929 | rue du Cyclone (1) à Rixensart
coll. Jean-Claude Renier

Venant de la gare de Rixensart, la rue du Cyclone mène par la rue de Froidmont à la Ferme de Froidmont. On distingue la silhouette du clocher de l’église Sainte-Croix (voir photo-légende ci-après).

Le 10 août 1895, le hameau de Froidmont à Rixensart fut ravagé par un cyclone accompagné d’une trombe d’eau classée parmi les plus remarquables de l’époque. Ce cyclone marqua tellement les esprits qu’une rue porte son nom depuis 1926 (1) (+ infos et photos sur Rétro Rixensart, notice qui sera éditée le 10 août 2018).

Un paysage (rue du Cyclone en 1929) c JCR Martin légende

Continuer la lecture de Rue du Cyclone, un paysage qui se souvient