Processions à Bourgeois

Procession du 15 août à Bourgeois 1903 coll. Jean-Louis Lebrun

1903 | Procession du 15 août à Bourgeois
coll. Jean-Louis Lebrun

La chapelle de la Sainte-Croix de Rixensart, avec saint Célestin pour patron secondaire, forma longtemps une annexe de la paroisse de Limal. Après le concordat, et quoique la famille de Merode en ai conservé la propriété, elle fut érigée en succursale de la cure de La Hulpe et a depuis été réunie au doyenné de Wavre.

Suivant Jules Tarlier et Alphonse Wauters (1), Rixensart et Bourgeois ont (ndlr. à la fin du 19ème) « chacun deux fêtes locales : celles de Rixensart se célèbrent le dimanche après l’Invention de la Sainte-Croix (3 mai) (2) et le dimanche après l’Exaltation de la Sainte-Croix (14 septembre)(3), celles du Bourgeois, le deuxième dimanche de juillet et le dimanche après l’Assomption ».

Quant à Paul Gilson (4), il a découvert que « ces dates sont toujours les mêmes à l’heure actuelle pour les deux kermesses se déroulant sur la place communale, en mai et en septembre. En compulsant les archives nous avons eu la surprise de découvrir que ces deux fêtes locales se célèbrent toutes deux aux dates exactes de deux fêtes paroissiales abandonnées à l’heure actuelle : la St Célestin et la dédicace » (5) Continuer la lecture de Processions à Bourgeois

1104 | Le quai du tram

1034. Le quai du tram à Bourgeois c JCR Bourotte.jpg

Le quai du tram à Bourgeois. Daniel Bernair, un ancien habitant de Bourgeois raconte : « Je suis né en 1941 au numéro 42 de la rue Haute (1) ainsi que mes deux frères. Ma mère, assistante pharmacienne, y tenait en partie une pharmacie. Puis, mes parents ont acheté la maison du forgeron au 33 de la rue Haute (actuellement une boulangerie), où ma soeur est née.

A côté du 42 passait à l’époque un tram vicinal. Mes frères avaient construit une cabane sur les rails à la grande fureur du conducteur. A l’époque des betteraves, des wagons étaient en attente sur le quai du tram et nous creusions des betteraves en tête de mort, y placions des bougies pour faire peur aux passants ».

Et Daniel Bernair d’ajouter que « pendant la guerre, sur les prairies derrière le Café du Mayeur, nous avons vu un planeur de l’armée rangé ou caché près du jardin du café. Je ne sais si c’était un planeur allemand ou autre ».

__________
(1) à ne pas confondre avec le Café du Mayeur situé de l’autre côté des rails du vicinal.

rixensart,bourgeois,quai du tram,ligne vicinale 

3.2014 © Monique D’haeyere