Monastère de l’Alliance

Monastère de l'Alliance Monastère des Bénédictines Rixensart coll. JCR BOU1
1975 | Monastère de l’Alliance (coll. Jean-Claude Renier)

Le monastère des Bénédictines, – au n° 64 de la rue du Monastère (1) à Rixensart, fut achevé en 1968. Oeuvre de l’architecte, Roger Bastin, il surprit de prime abord, car, bien que conçu suivant le plan traditionnel, il était entièrement construit en béton. Aujourd’hui son environnement verdoyant lui donne plus de douceur. La communauté d’origine provenait de Loppem, d’Uccle et du Zaïre. Accueil, prière, évangélisation, formation de catéchistes, retraites et aide spirituelle sont les principales activités des moniales (2).

après 1968 | Entrée principale <> 2010 © Monique D’haeyere

après 1968 | Vues extérieures <> 2010 © Monique D’haeyere

Le monastère de l’Alliance est une réalisation des années 1964-69 selon les plans de l’architecte Roger Bastin (3), en collaboration avec Pierre Lamby. Implanté sur un terrain vallonné, dans un vaste espace de prairies et de champs (loti et plus arboré aujourd’hui), le monastère est conçu selon un plan traditionnel, tout en privilégiant les fonctions liturgiques et d’accueil, dans la foulée du Concile Vatican II. Le concept général est celui de volumes principaux, prévus pour abriter une fonction précise, liaisonnés par des espaces bas de communication. Au cœur du complexe, une chapelle de plan presque carré est l’espace centralisateur. Elle est annexée d’un double cloître, l’un pour la communauté et l’autre, simple promenoir, pour les hôtes. Deux ailes jointives, situées au sud et à l’est et ouvertes sur le paysage, sont destinées principalement au logement. Au nord, une aile plus trapue abrite la cuisine centrale et les réfectoires. L’ouest est dévolu à l’entrée et à l’accueil des visiteurs. Une aile occidentale séparée, qui était destinée à l’hôtellerie, n’a pas été réalisée. Des zones de cheminements, parfois dédoublées, relient ces différents espaces fonctionnels. Les lignes modernistes et rigoureuses, associées à des matériaux bruts (parpaings de béton et béton brut de décoffrage), ont produit une architecture sobre et dépouillée. La lumière y est bien présente, par l’utilisation de fenêtres régulièrement espacées, de bandeaux de lumière, de puits zénithaux. L’utilisation de modules répétés et de proportions étudiées (dimensions des cellules-chambres, succession des ouvertures, piliers scandant les niveaux inférieurs … ) ont créé une architecture rythmée sans être monotone. Aujourd’hui, l’ensemble des façades est peint dans un ton gris neutre (4).

après 1968 | Vues intra muros

2016 © Eric de Séjournet

> OBJECTIF RIXENSART | Monastère de l’Alliance



(1) ancienne avenue Albert
(2) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996
(3) Roger Bastin (1913-1986)
(4) de GHELLINCK Bénédicte (WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie), Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart, 19 octobre 2009