Le Belvédère, du palace à l’enfer

début XXe siècle | Avenue Normande | Hôtel Beau Site (coll. Francis Broche)

Construit par l’architecte Fernand Symons (1), cet imposant bâtiment changea plusieurs fois de nom et d’aspect : Villa Beau Site, Hôtel Beau Site (2), Royal Palace Hôtel, puis Le Belvédère (3).

L’Hôtel Beau Site devint un bâtiment cubique de quatre niveaux, dont un partiellement sous combles à la Mansard (4).

Après avoir été dénommé Royal Palace Hôtel, il devint ‘Le Belvédère’ « géré de main de maître par les demoiselles Parent » (5).

  • 37359-1313935385-1

Une publicité de l’époque décrit la pension de famille : Le Belvédère est un vaste bâtiment, parfaitement aéré et éclairé, situé au point culminant du parc, d’où l’on domine toute la vallée de la Lasne.

En 1940, Le Belvédère devint le siège de la Kommandatur régionale. Le soir du 3 septembre 1944 il fut la proie des flammes et … brûla avec les documents qu’il contenait.

b3e68-3660479560-2-1
2016 © Monique D’haeyere

(1) Fernand Symons, architecte, rue Souveraine 35 à Ixelles, un des sept fondateurs de la ‘Compagnie horticole de Genval et extensions – Hortus’ en compagnie de Gustave Smets-Mondez et de l’architecte-paysagiste Adrien Hubaut
(2) A ne pas confondre avec la Villa Beau-Site de l’architecte Paul Hamesse
(3) GHYSSENS Roger, Genval-les-Eaux de 1895 à 1935, Editions de la Page, 2003
(4) Ibid.
(5) Ibid.