Le kiosque à musique de la Place communale

b2100-645112506

après 1925 | La Place Communale, au fond l’hôtel de ville. A gauche, le kiosque.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

En fait, l’histoire du kiosque à musique commence par la naissance, en 1893, de la première fanfare de Genval : Les Echos de la Lasne. Après la fin de la Première guerre mondiale, elle fut de toutes les manifestations qui célébraient la victoire et compta, à cette époque, quelque quatre-vingts musiciens.

Dans le Genval des années vingt, où apparaissaient les cinémas, il devenait urgent de fournir à la fanfare, encore unique, l’occasion de donner des concerts. Aussi, le 25 avril 1925, au cours d’une seule et même séance, le Conseil communal décida la construction d’un kiosque à musique (1).

df3c4-3591286612

mars 2015 © Monique D’haeyere

610. Le Kiosque et le Monument Collection Cercle d'Histoire de Rixensart copie

après 1925 | Le kiosque à musique et le Monument aux Morts
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Venant du haut de la Place, le kiosque présentait une grande dalle de béton, de forme octogonale. Situé au début de la pente, sensiblement au niveau de la pharmacie actuelle, absente alors, il apparaissait comme une prolongation du plateau, un promontoire, qui dominait l’espace en contrebas et permettait de regarder de haut ceux qui gravissaient la pente. Comme le dénivelé était déjà entamé, trois marches lui servaient d’accès sur la face de l’octogone présentant la hauteur la plus faible. Tout autour, un soubassement en moellons soutenait la dalle de béton et, à l’endroit où la dénivellation était la plus haute, une porte métallique donnait accès à un sous-sol obscur où s’entassaient chaises et pupitres (2).

Sur la photo ci-avant, les jeunes personnes, en cache-poussières blancs sont probablement des élèves de l’Ecole de coupe, dirigée par Mlle A. Dessy qui avait déjà initié dans la commune un organisme des Oeuvres de l’Enfance, avec Goutte de lait, Consultation des nourrissons et Cantine maternelle (3).

avant 1928 Place communale à Genval (1)

avant 1928 | coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A chaque angle de la dalle de béton, une élégante colonne de fonte, pourvue de volutes en fer forgé, en forme de clef de sol sans doute, soutenait une toiture en forme d’octaèdre, sommée d’un paratonnerre. Entre les colonnes des angles, un garde-corps empêchait les chutes de musiciens distraits.

La Phalange musicale 1935 Café du Roitlet Collection Cercle d'Histoire de Rixensart (1)

1935 | La Phalange musicale pose devant le Café du Roitlet (Place communale)
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

A partir de 1935, Genval compta même deux fanfares d’environ quarante membres,. L’ancienne garda son nom ‘Les Echos de la Lasne’ et la nouvelle choisit de s’appeler ‘La Phalange musicale’. On trouvait même des membres d’une même famille dans chacune des fanfares. Lors des processions, l’une était en tête, l’autre en queue, la fois suivante c’était l’autre en tête et l’une en queue, on changeait sans difficultés et elles jouaient chacune à leur tour pour éviter la cacophonie.

Les jours de fête, et de beau temps, il y avait concert et quelques volontaires sortaient du sous-sol tout le matériel nécessaire aux musiciens et même aux spectateurs. Aux premiers du moins, les autres apportaient leurs chaises, et tout ce monde s’asseyait en rangs successifs, sur le plateau, face au kiosque. Lorsqu’il y eut deux fanfares, elles jouaient à tour de rôle. ‘Les Echos’ débutaient de telle à telle heure et ‘La Phalange’ prenait le relais, à moins que ce ne soit l’inverse (4).

1945 10 mai Fête de la Libération Place communale de Genval c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart) 10 copie

10 mai 1945 | Fête de la Libération sur la Place communale de Genval
RETRO RIXENSART | Cérémonies du V-Day
coll. Fonds Lannoye

Place Les disparus des années 70 Collection Cercle d'Histoire de Rixensart (56)

1992 | «Les disparus des années ’70»
Roger Ghyssens fecit

A la fin de sa vie, le kiosque connut hélas les maux que connaissent bien des bâtiments publics, le manque d’entretien. Au début des années 1970, les ferrures, surtout en hauteur, étaient mangées de rouille, et comme les fanfares n’étaient plus à la mode, il fut détruit en deux temps plutôt que d’être restauré. On enleva d’abord le toit, le plateau survécut un moment et puis, il fallut faire place au parking et ainsi disparut ce kiosque qui durant 50 ans avait orné la Place communale (5).


(1) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Eléments d’histoire de La Place communale de Genval du 18e au 20e siècle, in Chroniques N° 36, septembre 2008
(2) Ibid.
(3) Ibid.
(4) Ibid.
(5) Ibid.