Institut Saint-Augustin, rue du Vallon

81e2b-3430762337

vers 1950 | Institut Saint-Augustin, rue du Vallon à Genval
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le vœu de son mari, Marie Stévenart, veuve d’Auguste Lannoye, créa une école primaire et moyenne pour la commune de Genval et les environs : l’Institut Saint-Augustin (1). 

e0d1c-3580900189

mai/juin 1950 | Cour de récréation de l’Institut Saint-Augustin à Genval
coll. Fonds Lannoye

b5a3f-3837683720

mai/juin 1950 | Cour de récréation de l’Institut Saint-Augustin à Genval
coll. Fonds Lannoye

98e7a-532101142

vers 1952 | Classe de l’Institut Saint-Augustin à Genval
coll. Hubert Desgain

Cette classe arbore les portraits du S.M. le Roi Léopold III et de la Reine Astrid (2).

0cfb3-1633310068

1952/1953 | Institut Saint-Augustin : les classes moyennes
A. Briffaerts fecit
coll. Fonds Lannoye

c5195-913271418

Institut Saint-Augustin, rue du Vallon à Genval
coll. Philippe Godin

181010L Collège professoral Saint-Augustin Genval coll. Vivien de Walque

mai 1965 | Collège Saint-Augustin – Corps professoral humanités
coll. Vivien de Walque

1.       Mr Simon (français, cycle inférieur)
2.       Mr Donné (français, cycle inférieur)
3.       Abbé André Delvaux (vicaire à Genval Saint-Sixte : religion)
4.       Frère Pique (directeur collège)
5.       Mr Maldague (français, cycle supérieur)
6.       Frère François (économie, cycle inférieur)
7.       Mr Dessart (dessin, cycles inférieur et supérieur)
8.       Mr Colle (mathématiques, cycle inférieur)
9.       Mr Philippart (mathématiques, cycle supérieur)
10.    Frère Albert (langue, cycle supérieur)

Absents : Mr Valentin (éducation physique, cycle inférieur) et Mr Doyen (langues, cycle inférieur)

Il n’y avait que les Scientifiques A. Certains professeurs enseignaient aussi à l’école des filles Notre-Dame des Anges à Genval.


(1) LANNOYE Luc, Regards sur le passé, p. 112, 1978
(2) Le 29 août 1935, ‘au cours d’un voyage en Suisse, la Reine trouve la mort dans un accident de voiture à Küssnacht et le Roi est blessé’. L’hommage du journal Le Soir est poignant.