Dyna Beumer, diva de Bourgeois

972. Dyna Beumer cantatrice c Xavier Hougardy - 1
Dyna Beumer, cantatrice de la Cour des Pays-Bas
coll. Xavier Hougardy

Cantatrice de renommée internationale, Dyna Beumer (1) fit entendre sa voix d’or sur toutes les plus grandes scènes du monde. Elle fut nommée ‘Cantatrice de la Cour du Roi Guillaume III de Hollande’. Après une carrière unique et une fin de vie consacrée à l’enseignement du chant, elle s’éteignit dans une maison de ce petit chemin qui porte aujourd’hui son nom (2). 

1320. Dyna Beumer 1879

23 août 1879 | Affiche Promenade Concerts au Covent Garden de Londres

972B. Dyna Beumer 1888 Neuchatel - 2

1888 | Extrait de presse du ‘Grand concert instrumental et
vocal donné par Dyna Beumer’ à Neuchatel le 15 mars 1888

Une légère claudication l’empêcha malheureusement d’aborder le théâtre, écrivit l’Eventail. « Elle se voua tout entière au concert. Et là ses triomphes ne se comptèrent plus. Elle se fit entendre dans tous les pays d’Europe et dans toutes les villes. En Belgique, la reine Marie-Henriette faisait ses délices de l’entendre, et souvent l’accompagna elle-même sur la harpe, au Palais. En Hollande, le Roi et la Reine la nommèrent cantatrice de la Cour.

En 1895, Dyna Beumer épousa Jules Lecocq, chef d’orchestre et parfait musicien. Ce fut pour elle l’occasion d’aller aux Etats-Unis, où elle recueillit, comme partout ailleurs, de nombreux succès.

A l’occasion d’un récital donné à ses débuts à l’Hôtel Astoria à New-York, le New-York Times du 10 novembre 1897 critiqua : Dyna Beumer is a colorature singer of the class that never had a very great hold on this public. Her voice is a very light soprano, of excellent natural quality and of much flexibility. She executes runs, trills, and similar ornaments of song with the most facile smoothness and with a perfect clearness that is entirely commendable. But that is about all that can be said in favor of her art.

En 1902, elle prit sa retraite, voulant que le public gardât d’elle un souvenir inaltéré. Les dernières années de sa vie furent consacrées à l’enseignement de son art. Elle a formé plusieurs cantatrices remarquables. Elle s’est éteinte doucement le 9 août 1933 (3), en sa villa ‘Les Lilas’, à Rixensart, située en bordure d’une rue à laquelle la commune avait donné son nom.

A l’occasion de son décès, l’Almanach illustré (…) écrivit : Dyna Beumer était Bruxelloise, fille d’un bon violoniste, professeur au Conservatoire. Quand elle concourut, dans la (…)sse de Chiaramonte, en 1876, elle fit sensation. Un premier prix, remporté d’emblée avec grande distinction, aux acclamations du jury, fut le présage d’une carrière de cantatrice extraordinairement brillante. La voix de Dyna Beumer était d’un timbre idéal, d’une limpidité et d’une clarté sans pareilles, avec une souplesse qui lui permettait de vaincre sans effort les difficultés les plus surprenantes. Le répertoire de chanteuse légère n’eut point de secrets pour elle. Elle y ajoutait infiniment de goût et les qualités d’interprète que lui avait values une excellente éducation musicale (4).

949. Villas Joséphine et Victorine Bourgeois

Villas Josephine et Victorine à Bourgeois

Jadis rue de la Cure, la rue Dyna Beumer à Bourgeois doit son nom à la célèbre cantatrice Dyna Beumer, née à Bruxelles en 1856, qui y habita au n° 6, la villa ‘Les Lilas’ (5). Elle fit un triomphe à sa sortie du conservatoire en 1876. Sa carrière de cantatrice fut brillante et elle fit entendre sa voix dans les grandes capitales du monde entier (6).

949C. Rue Dyna Beumer 11.2013 © Eric de Séjournet-006

novembre 2013 © Eric de Séjournet


(1) Wikipedia | Dyna Beumer
(2) Si Bourgeois m’était conté …
(3) Commune de Rixensart (Service Population) – Acte de décès n° 26 de 1933
(4) Le Soir, Almanach illustré, 1934, p. 217
(5) villa également dénommée ‘Bon accueil’
(6) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996