Les Roches Fleuries et son jardin alpino-japonais

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries 

Villa ‘Les Roches Fleuries’, avenue des Combattants 140 à Genval
coll. Universiteitsbibliotheek Gent

Le coteau qui s’incline vers la Lasne, à gauche en montant la rue, bénéficie d’un ensoleillement maximal et est protégé des vents d’ouest. Le fait que cet endroit portait anciennement le nom de ‘la coulture à la vigne’ laisse supposer que le Genval des temps révolus comptait des vignerons parmi ses habitants et connaissait le temps des vendanges. Cette particularité n’avait pas échappé à une personnalité aussi étrange qu’attachante, Ernest Van den Broeck (1852-1932), éminent géologue-hydrologue mondialement connu et Conservateur honoraire du Musée Royal d’Histoire Naturelle.

DOSSIER ⤷ GUINET C. (ingénieur horticole), Le jardin des Roches Fleuries à Genval, in La Terre et la Vie, pp. 220 à 229, 1931

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries,jardin alpino-japonais

septembre 2015 © Monique D’haeyere

 

1912 Les Roches fleuries avenue des Combattants à Genval.jpg

Villa ‘Les Roches Fleuries’, située avenue des Combattants à Genval (côté jardin)

Le ‘Jardin Alpino-Japonais’ (1), à savoir un réseau de cascades, de résurgences et de ruisseaux sur le flanc ensoleillé de la vallée de la Lasne, fut créé durant les années 1910 à 1930 par Ernest Van den Broeck. En 1939, la propriété s’étendait sur 1 hectare 18 ares.

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries

La vue était superbe, face aux collines du Glain et du Bourgeois, plongeant sur le val et la Grande Bruyère, limitée seulement par les hauteurs de Champles et de Chapelle Saint-Lambert. Pour Ernest Van den Broeck, c’est plus qu’une seconde résidence, c’était un lieu privilégié où il pouvait donner libre cours à son amour des plantes, y tester ses essais de culture et en tirer des analyses scientifiques (1).

Emile Alost, jardinier aux ‘Roches Fleuries’, y avait recensé avant 1927 42 espèces d’oiseaux, dont la moitié y faisaient leur nid (2).


__________
(1) STEENBRUGGEN Geneviève, Spécial Alpino-Japonais, in Chroniques CHR, p. 1, avril 1994

(2) Ibid., p. 10

 

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries

coll. Universiteitsbibliotheek Gent

Dans le jardin, on retrouve une falaise en calcaire de la Meuse immédiatement après la plantation.

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries,jardin alpino-japonais

vers 1931 | Le pavillon, le pont, le Torii, au-dessous du chemin creux.
A droite, la Lanterne de neige; à gauche épanouissement de Glycines à longues grappes (3)

__________
(3) GUINET C. (ingénieur horticole), Le jardin des Roches Fleuries à Genval, in La Terre et la Vie, pp. 220 à 229, 1931

genval,avenue des combattants,villa les roches fleuries,jardin alpino-japonais

vers 1931 | La Lanterne sanctuaire, gardée par deux Lions de Corée (4)

__________
(4) GUINET C. (ingénieur horticole), Le jardin des Roches Fleuries à Genval, in La Terre et la Vie, pp. 220 à 229, 1931