1312 | Un coin du lac

Un coin du lac Genval c Imelda De Thaey.jpg

début XXème siècle – La mise sous eau du lac de Genval date de l’automne-hiver 1903-1904. Roger Ghyssens (II, p. 59) fait observer que l’Argentine (aussi dénommée Rivière d’Argent ou Zilverbeek) marquait la limite communale entre Overijse et Genval depuis le pont d’Yssche, rue de la Tasnière, jusqu’au chemin de Genval à Rosières. Il est évident que la création du lac entraînait immanquablement la disparition de cette limite et que le fait de détourner la rivière ne transférait pas automatiquement ses fonctions frontalières. Le bourgmestre d’Overijse avait donc marqué de légitimes réticences et avait exigé de placer dans l’axe du lit de la rivière abandonnée, des bornes (…). Aujourd’hui, pour autant qu’elles existent, elles jouent ce rôle entre deux Provinces d’abord, entre deux Régions ensuite.

A gauche, on distingue le clocheton du « Guillaume Tell »; à droite, l’ancien Hôtel Argentine.