Maison dite « Le Culot »

0ce99-3723584996-1

Maison dite ‘Le Culot’, rue de l’Eglise 2B à Rixensart (1), coll. Anne-Marie Delvaux

Son année de construction s’affiche au-dessus de la porte d’entrée : 1782. Elle devrait donc faire partie de l’une des plus anciennes habitations de la commune (2).

Le peintre-céramiste Jack Jefferys y habita de 1940 à 1961. La Place Jack Jefferys porte son nom depuis 1962.

Jack Jefferys naquit à Ixelles le 21 août 1896, et décéda en 1961. De père anglais et de mère hollandaise, il opta pour la Belgique en 1913. Il fit la guerre de 1914-1918 dans l’armée belge. Aquarelliste jusqu’en 1944, il se consacra ensuite exclusivement à la céramique (3). Selon Paul Buffin (4), Jack Jefferys fit également partie de l’Armée Secrète, sous l’autorité de James Thiriar, responsable de la section de Rixensart.

48635-4264347992-1

© Paul Gilson


(1) JACQUET Philippe, La Charmille, in Rétro Rixensart
(2) Cette maison aurait été jadis l’Auberge Sainte-Anne. Avant Jack Jefferys, la maison fut occupée par les peintre Henriette et Alice Ronner. Henriette (1821-1909), peintre de chats par excellence, avait été l’élève de son père J.A. Knip. Les musées de Bruxelles et de Gand conservent certaines de ses oeuvres. Sa fille et élève,n Alice (1857-1906), peintre de natures mortes et de fleurs, a des toiles exposées dans les mêmes musées (…). Rien d’étonnant à ce que les Jefferys aient occupé cette maison. Jack Jeffferys, le céramiste, était le fils de Marcel Jefferys (1872-1924) peintre et élève d’Henriette Ronner. Marcel Jefferys, luministe à ses débuts, fut ensuite impressionniste. Il planta son chevalet en Hollande, à Londres, Paris, Venise et Florence. Turner et Whistler l’orientèrent vers d’autres harmonies de couleurs, plus vaporeuses. On pouvait le comparer à J. Ensor dans sa première période (4).
(3) GEERT Robert, Jack Jefferys, Monographies de l’art belge, Bruxelles 1959
(4) 
BUFFIN Paul, Portrait des rues de l’ancienne commune de Rixensart, 1996