94 | Quartier de Froidmont

rixensart,froidmont,avenue de l avenir

14 avril 1974 – « J’ai pris cette photo depuis le porche de la Ferme de Froidmont donnant sur l’avenue de l’Avenir, explique Jean-Claude Renier (1). Près d’un quart de siècle s’est écoulé entre cette photo et celle prise par mon père (cf photo n° 80). Le quartier a encore évolué. De l’autre coté du chemin de fer, le Quartier Royal doit encore sortir de terre ».

Vous êtes intrigué par le grand hangar clair en A1, le long du chemin de fer ? Jean-Claude Renier connaît la réponse. « Ce hangar se trouvait approximativement sur l’ancien site du tram et appartenait à CHEMINEES HENRY.Cette entreprise vendait notamment des pierres naturelles pour la construction de cheminées intérieures. Cette dernière a déménagé dans les années 80 vers le site des anciennes papeteries de Gastuche. Très récemment, elle a déménagé dans le zoning Nord de Wavre ».

L’auteur de la photo invite aussi à observer la maison blanche, située juste à la fin de l’avenue de l’Avenir (en A1). »Elle est composée de trois travées sur deux niveaux, dont celle de gauche, plus basse est surmontée d’une cheminée. Cette maison date de 1851, comme indiqué sur le pignon de droite ».

« Toujours en A1, une maison d’un style tout à fait nouveau (de type canadien) avec un toit à un seul pan incliné, construite dans les années 60. Elle fait face à la sablière ».

« Mais encore en A2 : la ferme Leloup (4 travées et une aile basse sur la gauche où se situait l’étable des vaches). Elle est dans l’aspect tel que je l’ai connue, lors de son exploitation. On aperçoit aussi un petit jardin à l’arrière, prolongé par une prairie longeant la rue de la Ferme ».

« Et pour terminer, remarquez les cinq voitures (dont une Renault 4 blanche et un Combi VW) se situant dans le quartier, toutes de cette époque ».

__________
(1) vice-président du Cercle Ferroviaire de Rixensart

rixensart,froidmont,avenue de l avenir rixensart,froidmont,avenue de l'avenir 

                                                                                                  3.2016 © Monique D’haeyere