Processions à Bourgeois

Procession du 15 août à Bourgeois 1903 coll. Jean-Louis Lebrun

1903 | Procession du 15 août à Bourgeois
coll. Jean-Louis Lebrun

rixensart,bourgeois,rue haute,processions

1947/1949 | Procession, chaussée de Lasne à Bourgeois
A cette époque, l’Abbé Alfred Schicks était curé
de la paroisse Saint François-Xavier de Bourgeois.
photo © Daniel Bernair

Pour la première photo, les similitudes avec l’actuel Garage Germain sont frappants. Jean-Louis Nicaise confirme en présentant la photo-légende ci-après :

rixensart,bourgeois,rue haute,processions

Quant à la deuxième photo, un habitant de la rue Haute pavoise les couleurs nationales (selon Daniel Bernair, c’est la maison du Docteur Latinne).

Rue Haute Procession à Bourgeois vers 1947 © Daniel Bernair1 (1).jpg

photo © Daniel Bernair

rixensart,processions

Procession à Bourgeois, « rue de la Chapelle à hauteur de l’ancien magasin coopérative, juste avant la descente sur Renipont », précise Jean-Louis Nicaise.

La chapelle de la Sainte-Croix de Rixensart, avec saint Célestin pour patron secondaire, forma longtemps une annexe de la paroisse de Limal. Après le concordat, et quoique la famille de Merode en ai conservé la propriété, elle fut érigée en succursale de la cure de La Hulpe et a depuis été réunie au doyenné de Wavre.

Suivant Jules Tarlier et Alphonse Wauters (1), Rixensart et Bourgeois ont (ndlr. à la fin du 19ème) « chacun deux fêtes locales : celles de Rixensart se célèbrent le dimanche après l’Invention de la Sainte-Croix (3 mai) (2) et le dimanche après l’Exaltation de la Sainte-Croix (14 septembre)(3), celles du Bourgeois, le deuxième dimanche de juillet et le dimanche après l’Assomption ».

Quant à Paul Gilson (4), il a découvert que « ces dates sont toujours les mêmes à l’heure actuelle pour les deux kermesses se déroulant sur la place communale, en mai et en septembre. En compulsant les archives nous avons eu la surprise de découvrir que ces deux fêtes locales se célèbrent toutes deux aux dates exactes de deux fêtes paroissiales abandonnées à l’heure actuelle : la St Célestin et la dédicace » (5)


(1) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse (La Belgique ancienne et moderne – Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873)
(2) 3 mai : commémoration du recouvrement de la Croix par sainte Hélène. En 1960, le pape Jean XXIII supprima cette fête, de sorte que le calendrier liturgique romain retint la seule date du 14 septembre.
(3) 14 septembre : Fête de l’Exaltation de la sainte Croix. La vraie croix avait été enlevée par les Persans dans le temple de Jérusalem, elle leur fut reprise en 628 et replacée l’année suivante par l’empereur Héraclius dans l’église de la Résurrection. Dès l’an 1092, Tournai célèbre en ce jour, par une procession solennelle, la délivrance d’une affreuse maladie appelée feu ardent, qui cessa par l’entremise de la Vierge. Instituée par l’évêque Radbod II, cette procession devint si célèbre que souvent elle était suivie de plus de cent mille étrangers de tout âge et des deux sexes. Philippe de Valois (VI) ordonna en 1330 que « ceux qui y assisteraient pendant neuf jours, ne pourraient être arrêtés, ni molestés en personne, ni en biens.» (6)
(4) GILSON Paul, D’où viennent les kermesses de Rixensart ? in Regards sur le passé de Rixensart Bourgeois, Feuilles documentaires d’histoire locale publiées par le personnel enseignant de l’Ecole Communale du centre sous le patronage de l’Administration Communale
(5) Dédicace : Parmi les fêtes qui depuis l’introduction du christianisme furent établies en Belgique, les kermesses appelées en flamand kermis, en wallon ducasses occupent, sans contredit, le premier rang. Comme le nom le dit, kermis vient de kerkmis, messe de l’église, et ducasse par altération de « dédicace. » – Ces fêtes furent instituées pour rappeler chaque année le souvenir de la consécration solennelle d’une église (6).
(6) DE REINSBERG-DURINGSFELD (baron), Traditions et légendes de la Belgique : descriptions des fêtes religieuses et civiles, usages, croyances et pratiques populaires des Belges anciens et modernes, tome II, 1870

Le cyclone du 10 août 1895, à Rixensart

180810 Rixensart Cyclone du 10 août 1895 © Bernard Collin Archives de Merode Trélon (via Joël Danlou)

Le cyclone du 10 août 1895, à Rixensart
photo originale par Emile Preuss, rue Gray 163 à Ixelles
coll. Bernard Collin

Le 10 août 1895 le hameau de Froidmont à Rixensart est ravagé par un cyclone accompagné d’une trombe d’eau classée parmi les plus remarquables de l’époque. La pression du vent atteignit 400 kilogrammes par mètre carré et une vitesse de 60 mètres à la seconde, soit 216 kilomètres à l’heure (…). Ce cyclone dévasta la vallée de la Lasne depuis Aywiers jusqu’à Rixensart et continua sa course jusqu’à Basse-Wavre à travers bois (1).

Continuer la lecture de Le cyclone du 10 août 1895, à Rixensart

Rue du Cyclone, un paysage qui se souvient

Un paysage (rue du Cyclone en 1929) c JCR Martin

1926/1929 | rue du Cyclone (1) à Rixensart
coll. Jean-Claude Renier

Venant de la gare de Rixensart, la rue du Cyclone mène par la rue de Froidmont à la Ferme de Froidmont. On distingue la silhouette du clocher de l’église Sainte-Croix (voir photo-légende ci-après).

Le 10 août 1895, le hameau de Froidmont à Rixensart fut ravagé par un cyclone accompagné d’une trombe d’eau classée parmi les plus remarquables de l’époque. Ce cyclone marqua tellement les esprits qu’une rue porte son nom depuis 1926 (1) (+ infos et photos sur Rétro Rixensart, notice qui sera éditée le 10 août 2018).

Un paysage (rue du Cyclone en 1929) c JCR Martin légende

Continuer la lecture de Rue du Cyclone, un paysage qui se souvient

Etienne Gailly, médaillé aux JO

OLYMPICS GAILLY

7 août 1948 | Etienne Gailly termine son marathon emblématique
aux Jeux Olympiques de Londres
coll. Philippe Jacquet (1)

Genvalois d’adoption, Etienne Gailly est né à Beringen le 26 novembre 1922. Dès l’âge de 16 ans, il est affilié à l’Union-Saint-Gilloise, où il trouve un entraîneur d’une envergure exceptionnelle en la personne de Marcel Alavoine. Ce dernier décèle de suite en lui des qualités de coureur de grand fond. Il le dirige vers le marathon, dans le dessin de préparer les Jeux Olympiques de Helsinki en 1952.

La première expérience d’Étienne en tant que marathonien a lieu aux Jeux Olympiques de Londres, en 1948, et cette expérience le fait entrer dans la légende. En tête pendant les trois quarts de la course, il pénètre, seul, sur la piste du stade de Wembley, mais les derniers mètres de l’épreuve lui sont fatals.

Continuer la lecture de Etienne Gailly, médaillé aux JO

La Renaudière, coder et déchiffrer

254. La Renauldière à Rosières Collection Cercle d'Histoire de Rixensart1930 | Villa ‘La Renaudière’ (1) à Rosières
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Les plans de cette villa furent dessinés en 1925 par l’architecte Henry Lacoste (2) pour le Dr Renaud à Rosières-Saint-André. 

En juin 1944, quelques jours avant le débarquement en Normandie, l’Armée Secrète (A.S.) reçut l’ordre de mettre ses postes de commandement en place. Le 3 juin, le Q.G. du général Pire s’installe à Rosières, au lieu-dit Pré Maillard. Il comprend non seulement les principaux responsables de l’A.S. mais également un certain nombre d’officiers triés sur le volet qui trouvent asile, ainsi que l’équipe féminine chargée de coder ou déchiffrer les messages, à ‘La Renaudière’. Il s’agit d’une villa louée pour la cause par la famille Coenraets qui est installée dans un pavillon de l’autre côté de la Lasne. Le pavillon « Chez Coen » constitue également une boîte aux lettres et un écran pour le Quartier général de I’A.S., dont le véritable siège est tenu secret et les jeunes gens des familles Coenraets et Pire assurent une liaison discrète et permanente entre les deux sites (3)(4).

Continuer la lecture de La Renaudière, coder et déchiffrer

Trains à Genval (après 1991)

65623-2875668153

1991 | Autorail entrant en gare de Genval
photo © Marc Petit

Intéressante photo illustrant le patrimoine industriel de Genval. En effet, trois éléments s’y retrouvent simultanément : la gare de Genval avant rénovation, et sur l’arrière plan, l’ancienne gare et la tour à charbon, toutes deux démolies. Cette dernière alimentait les locomotives à vapeur assurant le transport des marchandises des Papeteries de Genval (1).

Le 554.18, photographié à Genval en 1991, est un autorail de la série 46, de type 554. A la fin de la seconde guerre mondiale, un besoin criant d’autorails se fait sentir pour reprendre le trafic sur les lignes non électrifiées, de nombreux engins ayant été endommagés ou détruits au cours du conflit. Pour renflouer rapidement le parc, la SNCB décida de commander des engins légers pour le trafic touristique (principalement autour de Bruges et de Visé) (2).

783B. Gare de Genval 2015 Monique D'haeyere

mars 2017 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Trains à Genval (après 1991)

Chapelle Sainte-Anne

Chapelle Sainte-Anne au coin de la rue du Mahiermont et de la rue du Gros Tienne à Genval
Paysage à Sainte-Anne (Genval)

La chapelle Sainte-Anne est située à l’angle des rues Mahiermont et du Gros Tienne à Genval.

C’est une grosse chapelle à niche cintrée, dont le corps en maçonnerie de briques et pierres bleues est peint en blanc. Sous le pinacle on peut lire la dédicace suivante : s anne priez/povr novs/e manoyer cvre de geneval/1692 (1).

Selon les notes du curé Tonnet, cette chapelle se trouvait auparavant à l’angle des rues Sainte-Anne et Montegnies, sur un monticule, à la limite entre Genval et Ohain où elle aurait été construite. Selon les cartes de Ferraris, par contre, elle se serait trouvée à l’origine nettement plus bas sur le versant de la colline, près du ruisseau La Mazerine, et la position donnée par le curé Tonnet serait déjà la seconde. Vers 1840-1850, elle aurait été déplacée vers son site actuel (2).

Se référant au caractère campagnard du quartier, certains lecteurs de Rétro Rixensart regrettent la disparition dans le paysage du bouquet d’arbres et les vieux pavés de la rue du Gros Tienne. Quant à la maison entièrement rénovée se trouvant derrière la chapelle, il s’agit de l’ancienne boucherie Collée de la rue Mahiermont, qui ferma au milieu des années soixante. 


(1) HOMMES ET PATRIMOINE, De potales en chapelles. Au gré des chemins de Genval, Rixensart et Rosières, Amélie Mélo Editeur, Collection Mémoire, 2000
(2) Ibid.

genval,chapelle sainte-anne genval,rue mahiermont,rue du gros tienne

novembre 2017 © Monique D’haeyere

Course cycliste au Bourgeois

180723 Course cycliste le 23 juiillet 1950 à l'entrée du Bourgeois rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart

23 juillet 1950 | Une course cycliste passe rue Haute (Bourgeois)
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le CLEP (1), le Guidon Rixensartois avait organisé le 5 juillet 1950 une course cycliste pour débutants.

A gauche, le salon de coiffure pour hommes Herent, sis rue Haute 7 à Rixensart, signale un lecteur, habitant rue Haute.

191B. Rue Haute 3.2014 © Monique D'haeyere
mars 2014 © Monique D’haeyere


(1) CLEP – Cinquantième anniversaire du Cercle Local d’Education Populaire 1938-1988

Place Cardinal Mercier, son kiosque et son rond-point

d4093-2233825787

1954 | Place Cardinal Mercier
coll. Jean-Louis Nicaise

Sur la Place de Bourgeois, deux sociétés de musique étaient installées. La fanfare les ‘Enfants du Baillois’ (1905) avait son local chez Van Hamme. Elle reprenait le flambeau à Bourgeois-Fanfares fondée en 1905 et dont l’origine pourrait être 1898. Au Callot, devenu la Renaissance, se réunissaient ‘Les Accordéonistes’ (1).

Ils connaissaient un franc succès. Un kiosque fut érigé sur la place en 1948. La commune intervint pour un tiers dans les coûts, les deux autres tiers furent récoltés parmi la population. Ce kiosque devint une pomme de discorde et fut démoli en 1970, après beaucoup de contestations. Ce devait être la mode du moment, celui de Genval disparut à la même époque (2).

Continuer la lecture de Place Cardinal Mercier, son kiosque et son rond-point

Union des Accordéonistes

Union des Accordeonistes Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun

L’Union des Accordéonistes de Bourgeois
coll. Jean-Louis Lebrun

Créée en 1928/1929, ‘L’Union des Accordéonistes’ se réunissait ‘Au Callot’, devenu ‘La Renaissance’. Les Accordéonistes portaient veste, casquette bleue et pantalon blanc. Ils jouaient, en plus de l’accordéon, du violon, du tambour, de la grosse caisse, des timbales, du xylophone et du chapeau chinois (1).

Continuer la lecture de Union des Accordéonistes

Modern Hôtel, né et perdu par le rail

1309. Modern Hôtel Gare Rixensart vue générale c Anne-Marie Delvaux

début XXème siècle | Vue générale du Modern Hôtel,
sis rue du Chemin de Fer à Rixensart (actuellement rue Alphonse Collin)
coll. Anne-Marie Delvaux

Descendant au hameau de Froidmont par la rue de Limal on emprunte la rue Collin pour se diriger vers la Place de la Vieille Taille et l’avenue de Merode. Cet ancien tronçon du sentier de la Procession, entre la rue de l’Augette et la gare était devenu en 1855, la rue du Chemin de Fer (1).

Rue Alphonse Collin CPAS 12.2009 © Eric de Séjournet-002

décembre 2009 © Eric de Séjournet
Continuer la lecture de Modern Hôtel, né et perdu par le rail

Shooting box et sa chapelle

1908 Rixensart01991908 | Shooting Box (1),
au croisement des rues Albert 1er (2) et de l’Augette
coll. Jean-Claude Renier


(1) maison de campagne qui fournit un hébergement pour une partie de chasse pendant la saison de chasse
(2) actuellement la rue du Monastère

SONY DSC
mai 2015 © Monique D’haeyere Continuer la lecture de Shooting box et sa chapelle

Sur les traces du Wawa, l’ancienne ligne vicinale

919. Voie du Tram 14 avril 1989 chaussée de Lasne © Jean-Claude Renier

14 avril 1989 | Ancien tracé du tram vicinal reliant Braine-l’Alleud et Wavre,
à hauteur de la chaussée de Lasne à Rixensart
avril 1989 © Jean-Claude Renier

En 20 photographies, Jean-Claude Renier, vice-président du Cercle Ferroviaire de Rixensart, reconstitua en avril 1989 l’ancien tracé du tram vicinal, reliant Waterloo à Wavre (d’où la dénomination WaWa). En fait, les passagers pouvaient se rendre de Braine-l’Alleud à Wavre.

rixensart,bourgeois,ligne vicinale,wawa,ravel,voie du tram,chaussée de lasne,lasne

mars 2014 © Monique D’haeyere Continuer la lecture de Sur les traces du Wawa, l’ancienne ligne vicinale

Madeleine Gausset, première aérostière belge

Madeleine Gausset coll. Cercle d'Histoire de Rixensart

5 juillet 1913 | Premier vol solitaire en ballon effectué par Madeleine Gausset.
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

La Genvaloise Madeleine Gausset devint le 5 juillet 1913 la première aérostière belge. Seule à bord du ‘Fleurus’ (1), elle décolla de Koekelberg. Après avoir traversé la capitale, survolé la forêt de Soignes, elle aperçut Genval et pensa y atterrir mais elle fut entraînée vers Wavre. Elle se posa à 16h25 à Céroux-Mousty, village qui deviendra un haut lieu de l’aérostation à partir des années septante (2).

Madeleine Gausset, dite Mady, habita la Villa Josette, sise drève des Aubépines (actuellement avenue des Magnolias) à Genval.

Continuer la lecture de Madeleine Gausset, première aérostière belge