Le Normandy, sous l’occupation

b0739-237351801-2

1940 | Le Normandy Hotel sous l’occupation allemande
coll. Marion Knoll

Willi Nowodworski se fait photographier devant l’Hôtel Normandy dans le Parc de Genval-les-Eaux. « Au début de la Seconde Guerre mondiale, mon grand-père était sous-officier au Pionier-Bataillon z.b.V. 751 ou au Bau-Bataillon 144. Il naquit le 29 juillet 1897. Il faisait donc partie d’une unité du génie allemand et construisit des ponts, notamment en France », raconte sa petite-fille Marion Knoll, qui réside aux Etats-Unis.

A gauche de l’entrée du bâtiment, une sentinelle en arme monte la garde. En effet, l’Hôtel Normandy à Genval fut occupé derechef (1) par les troupes allemandes de 1940 à 1944 comme dépendance de la Kommandatur. Il fut pourvu de cellules au sous-sol. A la suite des Allemands, les libérateurs américains d’abord, anglais ensuite, contribuèrent aussi au délabrement du bâtiment (2).



(1) une première fois de 1914 à 1918 durant la Première Guerre mondiale
(2) CORYN Michel, La Villa Normande et les Coloniaux, in Rixensart Info 212 de septembre 2005, p. 17 et 18

Rue des Déportés

f6ee4-3403853409-2

1950
| Extrémité de la rue des Déportés
coll. Michel Nauwelaers

Côte à côte dans le rue des Déportés (1), deux garages : le premier distribue de l’essence Caltex, le second, le Garage R. Warzée, fournit de l’Esso.

20914-139300499

septembre 2016 © Monique D’Haeyere


(1) La déportation est l’action pour un pouvoir politique d’obliger une catégorie ou un groupe de personnes, à quitter son habitat (territoire ou pays), soit pour l’obliger à s’installer ailleurs (déplacement forcé, regroupement forcé ou ‘purification ethnique’, soit pour le retenir dans des camps (travail forcé) (source Wikipedia)

62792-2022862735

coll. Philippe Godin

Affiches électorales d’antan

Notice mise en ligne sur Rétro Rixensart le 14 octobre 2018, après la fermeture des bureaux de vote 🙂

1938 Elections à Genval 16 octobre 1938 coll. Anne Fortemps

16 octobre 1938 | Tract électoral de l’Union Communale
(commune de Genval)
coll. Anne Fortemps

Extrait du tract

A tous les Genvalois

Les candidats de la liste de l’UNION COMMUNALE ont l’honneur de solliciter vos suffrages. Voici les principes fondamentaux qui régiront leur activité communale :

1. – S’inspirer de l’exemple du regretté Bourgmestre, Monsieur Auguste LANNOYE, pour se dévouer avec clairvoyance et désintéressement à la gestion du bien commun.
2. – Sauvegarder la situation financière, l’améliorer encore si possible, de façon à réduire les impôts communaux, qui sont déjà les plus bas du Brabant Wallon.
3. – Favoriser le commerce, le bâtiment et toutes les occasion de travail, en perfectionnant encore notre voirie et en attirant la clientèle extérieure.
4. – Veiller à ce que nos écoles continuent à procurer aux enfants une forte instruction ainsi que l’éducation morale et physique qui assureront leur avenir et la fierté de leurs familles.
5. – Tenir compte de toutes les revendications légitimes et de toutes les suggestions utiles, d’où qu’elles viennent, de façon à satisfaire les intérêts particuliers dans le cadre du bien général.

Ces principes fondamentaux seront appliqués par les élus de l’Union Communale au fur et à mesure des nécessités et des circonstances. Présenter un programme long et détaillé, cela ne coûte que l’encre pour l’écrire … Mais est-ce bien sage ?

A notre époque, il est plus prudent de faire chaque jour son possible avec loyauté et prévoyance, sans promettre tant et tant de choses qu’on pourrait être ensuite bien empêché de réaliser.

Le situation internationale (1) exige d’ailleurs le calme et la réflexion. Une campagne électorale agitée par des surenchères, des meetings, des débauches d’affiches serait, croyons-nous, très peu apprécié par la grande masse des électeurs.

Rétro Rixensart éditera ci-après les affiches électorales d’antan, que les Rixensartois, Genvalois et Rosiérois souhaiteront partager. Merci de la (les) transmettre par courriel à la rédaction de Rétro Rixensart.


(1) Actualités de septembre 1938 : état de siège proclamé dans les Sudètes, rencontre Hitler-Chamberlain, mobilisation générale en Tchécoslovaquie, conférence de Munich (accords de Munich) réunissant l’Allemagne, l’Italie, la France, et le Royaume-Uni, Mussolini donne son appui à Hitler, …

Château du Héron, style Louis XV

0277e-572389241

Château du Héron
coll. Magguy Van Goethem

En 1910, la Société Immobilière de Rixensart, fondée en 1907 par les quatre filles héritières de la douairière du comte de Montalembert, née comtesse de Merode, vend à la famille Carton de Wiart le bois du Héron et d’autres parcelles, écrit Paul Buffin (1).

S’inspirant du style Louis XV, le Château du Héron fut construit entre 1913 et 1914 par Albert Carton de Wiart. En 1917, Emile Schouten en devint propriétaire (2).

En 1934, Monsieur Schouten se propose d’en faire don à la commune de Rixensart, avec 15 ares de terrain et accès à l’avenue de Merode. La province évalue le bien à 370.000 francs, les aménagements à 15.000 francs et marque son accord sur la cession. La commune dispose d’une somme de 30.000 francs provenant de la vente de terrains communaux, mais exige de Monsieur Schouten, en plus du château, une somme de 50.000 francs. En outre, certains conseillers communaux s’opposent au projet, prétextant que les commerçants des environs de la place communale seraient lésés par le déplacement des services communaux au château du Héron. L’affaire ne se fait pas.

In fine, Emile Schouten cède le château à la comtesse Marie d’Aspremont Lynden en 1938 (1) (2). Le château du Héron, dont une statuette en bronze surplombant le faîte du toit précise le nom, consiste alors en un logis principal, les deux petites ailes en retour lui étant contemporaines ou plus tardives (3).

Pendant la guerre, en 1941, les Allemands y installent la Kommandantur, c’est-à-dire, le poste de commandement de la troupe qui occupe Rixensart (2).

En 1950, l’ancienne commune de Rixensart acquiert les 5 ha longeant les actuelles avenues F. Roosevelt, de Merode et des Pâquerettes et comprenant le ‘château du Héron’ dans lequel elle installe ses services (2).

15453-1794948127
avril 2014 © Monique D’haeyere

Continuer la lecture de Château du Héron, style Louis XV

Maison communale de Genval, de 1913 à 1977

9c079-3627093005

1924/1927 | Deuxième Maison communale de Genval,
située à l’angle de la Place communale et de l’avenue Gevaert
coll. Imelda De Thaey

Construite par l’architecte Campenhout et inaugurée en 1913 (1), l’ancienne Maison communale de Genval est le premier bâtiment de la Place Communale. Selon Bénédicte de Ghellinck et Bruno Merckx, elle fut construite en 1913 par l’architecte E. Herent dans un style éclectique (2).

Sur la photo, la rue du Vallon n’est pas encore percée, observe Imelda De Thaey.

Continuer la lecture de Maison communale de Genval, de 1913 à 1977

La Maison Rosiéroise, école et maison communale

d86a5-4091978732-2

début 20e siècle | L’Ecole des garçons et l’Eglise Saint-André
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart 

Dans ‘Géographie et histoire des communes belges’ (édité en 1873), on apprend que l’école communale fut construite (ndlr. vers 1858) sur les plans de l’architecte Moreau. Elle renferma une salle pour les séances du conseil communal. Le nombre des enfants pauvres, qui fut admis par la commune, en 1858-1859, à recevoir l’instruction gratuite, s’éleva à 80 : 50 garçons et 30 filles (1).

Continuer la lecture de La Maison Rosiéroise, école et maison communale

L’autocar des écoles

b1f8f-863220081-5

1968 | Bus scolaire de marque Chevrolet en livrée rouge et blanc
coll. Fernand Hemeleers

Cette photo est accompagnée au verso d’une légende : Né en 1947, voici notre cher bus scolaire en fin de sa glorieuse carrière, juillet 1968.

Ce bus fut acheté, en occasion, l’été 1958 par la commune de Rixensart. Immatriculé 9F402, il était équipé d’un moteur Blue Flamme, 6 cylindres.

Utilisé initialement aux voyages touristiques dans la région de Namur, ce véhicule servit à transporter les élèves de l’Ecole communale du Centre, de l’Ecole Sainte-Agnès et de l’Ecole communale de Bourgeois. Ce bus servit également pour les voyages scolaires ainsi que pour se rendre au bassin de natation de Saint-Gilles, car il n’y en avait pas dans la région.

Fernand Hemeleers fut chauffeur de ce bus scolaire. Né le 18 décembre 1932 et habitant Rixensart, il fit sa carrière à la commune de Rixensart de 1956 à 1992. Il  raconte : Dans les années 50/60, en hiver, quand je devais descendre la rue des Ecoles, en face du château, je devais rouler très doucement, roues contre la bordure, pour ne pas glisser. On ne jetait pas encore du sel sur les routes, mais de la cendrée.

Continuer la lecture de L’autocar des écoles

Les Vasanne de Maubroux

181007 Famille Vasanne à Maubroux © Françoise Vasannecirca 1935 | La famille Vasanne pose devant son établissement,
sis avenue Albert Ier, en face de l’église de Maubroux

A l’époque où les papeteries fonctionnaient, il y avait encore quelques cafés en activité, explique Françoise Vasanne.

Mon arrière-grand-mère Sylvie et son époux Alphonse Vasanne tenaient ce café dénommé ‘Le Métro’. Mon arrière-grand-père assurait également à l’époque le service taxi, avec la première Ford T.

Ils transformèrent le lieu successivement en logement puis en salon de coiffure. Ensuite il fut loué à un bijoutier …

Mes arrière-grands-parents, grands-parents et parents habitèrent les derniers étages de leur immeuble.

Au fil des années, quatre générations vécurent sur ces deux paliers les moments particuliers de la vie genvaloise.

Avenue Albert Ier Maurboux Genval c Google Street

avenue Albert Ier à Genval

Thalweg, puis rue du Vallon

13306-3829283941

1925 | Thalweg à Genval, actuellement traversé par la rue du Vallon.

A l’arrière-plan : la voie ferrée, où passe un train. A l’emplacement du futur collège Saint-Augustin, il y a des étangs.

C’est en avril 1910 que le tracé de cette rue fut envisagé, partant de Maubroux pour se diriger vers la Place communale, route à placer dans la vallée séparant les deux artères principales de la commune. Ce n’est qu’en juin 1935 que le Conseil communal décida d’un nouveau chemin ouvert entre la place communale et Maubroux dans le thalweg de la vallée séparant la voie XXI du chemin n° 8 (1).

Le Cercle d’Histoire de Rixensart y ajoute que les personnages sont M. Deloge et ses filles Marie et Marguerite.


(1) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, Eléments d’histoire de La Place communale de Genval du 18e au 20e siècle, in Chroniques N° 36, septembre 2008

Institut Saint-Augustin, rue du Vallon

81e2b-3430762337

vers 1950 | Institut Saint-Augustin, rue du Vallon à Genval
coll. Cercle d’Histoire de Rixensart

Selon le vœu de son mari, Marie Stévenart, veuve d’Auguste Lannoye, créa une école primaire et moyenne pour la commune de Genval et les environs : l’Institut Saint-Augustin (1). 

Continuer la lecture de Institut Saint-Augustin, rue du Vallon